Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // FIFA Ballon d'Or

Diego Milito black-listé

Attention, scandale international ! Il n'y pas de Français dans la liste des 23 nominés au Ballon d'or ! Sérieux, Diego Milito, le héros de la finale de la Ligue des champions, le serviteur irréprochable et létal du gigantesque Inter de Mourinho, ne figure pas dans la liste. Une hérésie signée la Bible du football.

Modififié
D'abord, l'analyse en creux. Pour bien comprendre les critères du comité de sélection du Ballon d'Or 2010, qui ont conduit à l'élimination d'Il Principe, se pencher minutieusement sur la liste des heureux élus. On y trouve, par exemple, Gyan Asamoah, 13 buts en Ligue 1 avec le Stade Rennais, et un pénalty manqué qui devait offrir au Ghana et à l'Afrique sa première demi-finale de Coupe du Monde. Pour être prétendant à la récompense individuelle suprême, se faire surnommer “Baby Jet” et avoir contribué à la neuvième place d'un affilié au championnat de France de première division rapporte donc davantage d'honneur que de donner la C1 à son club et de planter 22 pions pour le champion de Serie A.

Avec moins de mauvaise foi, le constat est clair à l'examen de la liste : il faut avoir brillé lors de la Coupe du Monde pour être considéré candidat au FIFA Ballon d'Or France Football 2010. Sept représentants de la Roja championne du monde squattent ainsi la liste (Xavi, Iniesta, Casillas, Fabregas, Alonso, Villa, Puyol), accompagnés de cinq représentants de la Mannschaft, l'équipe la plus séduisante du tournoi (Schweinsteiger, Muller, Ozil, Lahm et Klose). Voilà pour la logique globale... et traditionnelle. Celle qui avait par exemple conduit au sacre de Cannavaro en 2006, malgré une saison indigne avec la Juve, et à celui de Ronaldo en 2002, au point mort avec... l'Inter, car genou dans le sac. Snobé par Maradona, Milito n'a pas vraiment eu son mot à dire en Af Sud. Pas de scandale alors ?

A scruter de plus près la liste, quelques noms ne répondent pourtant pas au principe de primauté aux performances sud-africaines. Dani Alves, semi-titulaire avec le Brésil ; Didier Drogba, un but en match de poule ; Julio Cesar, année impériale avec l'Inter, mais Coupe du Monde en demi-teinte (diminué par un mal de dos). Un autre nom nerazzurro peut interpeller, celui de Samuel Eto'o, deux fois moins efficace que Milito en Serie A comme en C1, et pas aidé par la pathétique participation de la sélection camerounaise. Converti en admirable lampiste par Mourinho, l'amateur de quads “tunés” contribua à faire briller Milito, mais ce sont surtout les performances de l'Argentin qui ont éclipsé le Camerounais à la pointe de l'attaque. Ou alors, le début de saison canon du Lion indomptable a incliné les censeurs à préférer l'ex-Barcelonais à l'ex-Gênois.

FIFAFRICA

Voir Drogba et Eto'o dans la liste du FIFA Ballon d'Or France Football 2010 ne peut être considéré comme une injustice dans l'absolu -ils pourraient l'emporter un jour ou auraient déjà dû l'emporter- mais à l'aune de l'absence de Milito, la logique est difficilement compréhensible. Les propriétaires du trophée l'ont assez répété, un Ballon d'Or relève des performances individuelles et du palmarès. A ce jeu, l'Argentin écrase à peu près toute la planète. Depuis quand le meilleur buteur d'une équipe ayant réalisé le triplé ne peut être considéré, au minimum, comme un candidat légitime ?

Le FIFA Ballon d'Or France Football 2010, donc. Oui, la dénomination est fastidieuse autant que nouvelle. Car cette année, le mastodonte FIFA s'est invité dans les bureaux du bi-hebdomadaire (la rédaction de France Football et la Commission du Football de la FIFA ont établi la liste conjointement). Et ce sont sans doute les intérêts du grand ordonnateur du foot mondial qui éclairent véritablement les critères de nomination. D'où, renforcement du diktat du primat de la Coupe du Monde sur la Ligue des Champions, organisée par cette ambitieuse d'UEFA : des exclus de l'Afrique du Sud comme Cambiasso et le capitaine de l'Inter, Zanetti, n'ont pas non plus été retenus. Pas loin d'être scandaleux là aussi pour ces monstres de régularité, quand Cesc Fabregas, remplaçant avec la Roja, n'a qu'une passe décisive en finale du Mondial à leur opposer.

Toujours prompt à s'accorder des satisfecit, la FIFA semble aussi avoir vu dans la liste un moyen de légitimer en aval son choix d'avoir organisé la Coupe du Monde sur le sol africain et contribué ainsi, selon son discours bien rodé, au développement du football de Tunis jusqu'au Cap. D'où, en sus de la pléthore de mondialistes nommés, trois représentants africains distingués, dont deux immenses joueurs recalés au stade des poules en Afrique du sud (les seuls de la liste), et le néo-attaquant des immenses Black Cats de Sunderland.


La FIFA a-t-elle aussi ajouté un critère moral-puritain au règlement du Ballon d'Or ? Une autre absence de poids, celle de Wayne Rooney, le suggérerait. Mais avant de basculer dans la théorie du complot ourdi par la Blatter Company, Milito a plus simplement payé cash les choix de Maradona, comme son début d'exercice 2010-2011 calamiteux. De là à effacer ses six premiers mois divins... Il Principe a peut-être payé là un supplément de disgrâce pour son allure laborieuse, à effrayer tout service marketing digne de ce nom. De quoi rayer son blase sans trop de scrupules. Attaquant imparable, Milito a oublié qu'il vivait dans un monde de com'. Que, plutôt que d'enchaîner des heures supp' à cadrer ses frappes, il aurait mieux fait d'apprendre un pas de danse sympa, comme Gyan ...


Le doublé de Milito en finale de Ligue des champions :

Facile de blâmer la Blatter Cie,

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 46 minutes Paulo Bento débarqué de son club chinois il y a 2 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 1
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall