En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Top 100
  3. // N°1

Diego le Blanc

À part le ballon, l'autre grand amour de Diego Maradona était blanc et en poudre. Son addiction à la cocaïne l'a accompagné durant presque toute sa carrière et même après, entre tests antidopage truqués, amis infréquentables, et rechutes permanentes.

Modififié
Assis sur une chaise de bureau au milieu d'un garage sordide, avec un short en jean, un T-shirt noir sans forme et ses cheveux bouclés un peu sales en bataille, Diego Maradona s'anime, parle vite et fort, en agitant les mains dans tous les sens. Avec ses boucles d'oreille en diamant et sa croix en argent au bout de sa chaîne, on pourrait croire la scène tout droit sortie du film Snatch. Mais El Pibe de Oro est en interview avec Emir Kusturica pour présenter le documentaire que lui a consacré le réalisateur serbe. « Emir ! » , interpelle Maradona, avant de poser en espagnol le genre de question qui ne sert à rien, si ce n'est à alimenter la machine à fantasmes et à regrets : « Sais-tu quel joueur j'aurais pu devenir si je n'avais pas pris de cocaïne ? » Marado' marque une pause, opine du chef, puis met ses mains en prière pour conclure sur un terrible : « Quel joueur nous avons perdu ! J'ai un goût amer en bouche, parce que j'aurais pu être bien plus grand. Je vous assure ! » Mais une question en appelle une autre : sans cet éternel compagnon qu'a été la cocaïne, Maradona aurait-il été Maradona ? Son arrestation en mars 1991, menotté en chemise à motifs, écrasé par la meute des journalistes, sa tête de dément un peu suspecte après son but face à la Grèce au Mondial 1994, ses contrôles positifs, l'arrêt cardiaque qui a failli le tuer en 2004... La légende de Diego s'écrit aussi ici. Dans des traînées de poudre, des soirées auxquelles ne devrait pas participer un sportif de haut niveau, et une folie permanente qui fait que Maradona n'est pas qu'un simple génie du football, mais une icône populaire qui a explosé les cadres du sport.

Le Dieu napolitain

Chacun sa mafia


Quel joueur aurait été Maradona sans la cocaïne ? Même avec, le garçon s'en est plutôt bien tiré. Et si c'est lors de son passage un peu chaotique à Barcelone que Maradona a croisé la route de la blanche pour la première fois, c'est à Naples que l'histoire d'amour battra son plein. Ville folle, explosive comme le Vésuve qu'elle borde, bouillonnante et hyper attachante, Naples était faite pour accueillir le génie fantasque de Maradona. L'Argentin y est tout simplement devenu un dieu, même pour les gros bonnets de la mafia locale. Les connexions entre Maradona et les parrains napolitains sont toujours restés floues. Niées par le joueur, fantasmées par le public et les journalistes, elles ont fini par être en partie confirmées en 2011 lors du procès de Salvatore Lo Russo, ancien boss du quartier de Miano, une des places fortes de la Camorra. « Je suis devenu un ami proche de Maradona, qui a souvent fréquenté ma maison et affirmait apprécier ma compagnie. À quelques reprises, il m’a demandé si je pouvais lui trouver de la cocaïne pour sa consommation personnelle » , balance le chef de clan dans sa déposition, en dévoilant ensuite une anecdote hallucinante : le trophée de meilleur joueur du Mondial 1986 de Maradona, planqué dans le coffre-fort d'une banque, a été volé par un clan rival en 1989, puis fondu en lingots d'or. Mafia ou pas, la vie napolitaine de Maradona est débridée et surtout poudrée. Corrado Ferlaino, le président du club, se démène pour le couvrir en lui filant des pipettes d'urine propre, ou en utilisant ses connexions pour que des médecins qu'il connaît et soudoie s'occupent des contrôles de l'Argentin. Mais après sept saisons, le séjour de Maradona prend fin dans les larmes, avec le contrôle positif à la cocaïne en mars 1991 qui lui vaut quinze mois de suspension.

Le café qui fait courir vite


Là encore, la machine à spéculations tourne à plein régime, et certains jurent que c'est la mafia elle-même, agacée d'entendre Maradona parler de ses velléités de départ, qui a organisé sa chute. Et dire que trois ans plus tôt, en mai 1988, Maradona avait participé avec Zico, Matthäus, Francescoli et plein d'autres au jubilé de Michel Platini à Marcel-Picot. Un match censé soutenir la lutte contre les drogues, et au cours duquel Maradona jouait avec un maillot floqué « No drug » . Après le drame de 1991, le footballeur-noceur retourne se faire une santé en Argentine, chez les Newell's Old Boys, et retrouve la sélection avec laquelle il se prépare à disputer le Mondial 94. Les qualifications se passent mal, et l'Albiceleste termine en barrage contre l'Australie. Un match aller terminé à un partout, et l'Argentine est bonne pour un match retour de la mort. Surprise, aucun contrôle antidopage n'est prévu, ce dont l'Australie se plaint, en vain. Les Argentins l'emportent, chopent leur ticket pour le Mondial, et en revenant sur l'incident en 2011, Maradona s'amusait : « Avant l'Australie, on nous a donné un café qui rend plus rapide. Ils ont mis quelque chose dans notre café, et on a couru plus longtemps. » De la provoc', qui ne fera pas oublier que le Mondial américain de Maradona avait été un chant du cygne à l'image de l'homme. Du génie à l'état pur, avec ce but incroyable contre les Grecs, puis du gâchis, avec son contrôle positif en pleine compétition. Si la substance retenue n'est pas la coke, mais de l'éphédrine, les médecins de la FIFA indiquent qu'on a retrouvé un cocktail de cinq produits différents dans ses flacons.

La chute finale


Et alors qu'en 1989, Maradona avait opté pour une ligne de défense offensive, avec un tonitruant « Je ne me suis jamais drogué pour gagner un match, ni joué sous les effets de stimulants, le reste appartient à ma vie privée » , cette fois, il se montre abattu : « Je ne veux plus me venger. Ils ont brisé mon âme, ils m'ont coupé les jambes. » Ce coup-ci, ça sent le sapin à plein nez, et personne n'imagine le revoir un jour sur un terrain. Il tente le coup du complot, en accusant la FIFA de ne pas avoir fait un contrôle au hasard comme elle était censée le faire, mais de l'avoir visé lui directement. Mais pas question d'abandonner. Maradona remet le pied à l'étrier, s'entoure de culturistes pour sa préparation physique, demande même au sprinteur déchu pour stéroïdes Ben Johnson de l'aider. En Argentine, où il reste une idole absolue, on lui donne une nouvelle chance, et Boca Juniors l'engage. Après une saison 1995-1996 correcte, il participe au match d'ouverture de la saison 1997, et marque un penalty contre Argentinos Junior. Le dernier but de sa carrière. Un contrôle inopiné après la rencontre le grille à nouveau, il est positif à la cocaïne. À trente-six ans, il est définitivement fini, après avoir fait parler la poudre une fois de trop.



Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


vendredi 23 février OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1
Hier à 18:30 Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 17 Hier à 14:50 Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 20 Hier à 13:52 Les lumières s'éteignent en Argentine 14
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 23 février Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24