Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es retour
  3. // Chelsea/PSG (2-2 ap)
  4. // Billet d'humeur

Diego Costa ou la beauté du diable

Est-ce un sacrilège de faire l'éloge de Diego Costa ? Cet homme est peut-être le méchant le plus réussi depuis le serpent. C'est à lui qu'on doit le piment et l'aigreur. C'est à lui qu'on doit la révolte de Paris. La fonction de Diego Costa est exactement celle de son double, le diable.

Modififié
Combien d'heures devront encore passer avant qu'on oublie enfin son visage ? Quand chacun en aura conté déjà plusieurs fois le goût aigre de ces interminables minutes à guetter la récompense de notre tempérance et notre obstination, que restera-t-il de ce match dans notre mémoire, quel est celui qui survivra à l'oubli ? On avait aimé les trente premières minutes à en mourir, c'est certain, on avait deviné un Pastore virevoltant dans les milieux adverses prenant à la gorge le dragon anglais et le poignardant, centimètre par centimètre, jusqu'à bientôt le rendre à ses 10 000 ans de disgrâce. Le talent et la beauté nous débarrasseraient enfin des ombres et des malédictions. Enfin allait-on assister au triomphe européen qu'on attendait depuis deux saisons, celui qui prouverait enfin au monde que Paris était bien la ville de l'avant-garde et de la contestation. Matuidi, Verratti et Motta, plantés en cerbères intraitables du jeu parisien, veillaient sur le ballon et nos destinées fragiles. Ils allaient voir, les Anglais, ce que jouer avec le feu veut dire. Notre Dragon presque terrassé, nous tenions enfin notre épreuve initiatique.

Les ailes bleues


Mais l'expulsion d'Ibra est arrivée, et le panorama en fut bouleversé. C'est alors que l'Adversaire, celui qui ment, qui triche, qui sourit quand on l'accuse, celui qui ignore la honte et le déshonneur reprit des forces et se gonfla à nouveau de cet orgueil insupportable. Il avait le dos courbé, la lippe humide, les yeux noirs et la démarche d'un ange aux ailes bleues et rognées, comme dans le tarot de Marseille. Quand Diego Costa tombait au sol, il avait toujours le sourire satisfait qu'a Satan dans les sculptures médiévales, cette façon d'en savoir beaucoup plus sur l'âme humaine que n'importe quel philosophe aux mœurs irréprochables. Il a toujours envie de rire, le Malin, quand il nous regarde nous obstiner à nous refuser à lui, à ne jamais tomber dans ses pièges. Vers la soixante-douzième minute, quand il avait tendu évidemment trop fort la jambe et taclé - par derrière bien sûr - le capitaine irréprochable et impassible Thiago Silva, on ressentit tout ce que les prophètes avaient enduré avant de triompher du mal. L'arbitre de ce match lui tendit un carton jaune dérisoire, comme si avertir le Diable avait un sens, comme si le menacer d'exclusion suffisait à le soumettre. Diego détourna les yeux d'un sourire narquois. Même l'arbitre avait succombé.

Devenir délateur


Diego Costa n'est jamais à court d'apparences. Il prend parfois le tour inoffensif d'un vieillard cacochyme dont la démarche étrange donne à ses gestes réalisés dans les surfaces adverses des allures de miracles. Comment tenait-il debout en dépit de ces jambes si menues, de ces pieds si écartés ? Comment supportait-il à chaque match d'être la cible d'autant de défenseurs cruels et furieux ? On ressentait parfois de la pitié, il faut le dire, pour ce Brésilien qui avait choisi l'Espagne l'année où son pays de naissance, le Brésil, lui offrait le privilège de jouer un Mondial à domicile. Il y a en Diego Costa quelque chose qui échappe à l'observation bienveillante, comme un doute permanent qu'il se plairait à entretenir dans nos esprits. On l'avait vu contre Paris, les bras pendants, le regard défiant son adversaire, ne prenant même pas la peine de nier le crime dont on l'accusait après avoir bousculé effrontément Marquinhos à la quatre-vingt-onzième minute. Comme les grands assassins qu'on n'arrive jamais à confondre, Diego Costa connaissait mieux la loi que ses juges et savait qu'on ne pouvait pas condamner un homme pour une mauvaise allure ou une mauvaise intention. Il fallait des preuves et la vidéo, en l'espèce, était irrecevable. Jamais il n'était pris en flagrant délit, car c'était toujours hors du regard de l'arbitre, et devant celui de tous les autres, comme au catch, que tous ses forfaits étaient commis. Le pire chez Diego Costa, c'est que pour réclamer justice, il nous force à devenir lâche et à le dénoncer.

La main du diable


Pourquoi le salaud parfait est-il si révoltant ? Parce qu'il « se réfugie derrière la loi quand il juge qu'elle lui est propice et la trahit quand elle lui est utile, écrit Roland Barthes. Tantôt il nie la limite formelle du ring et continue de frapper un adversaire protégé légalement par les cordes, tantôt il rétablit cette limite et réclame la protection de ce qu'un instant avant il ne respectait pas. Cette inconséquence, bien plus que la trahison ou la cruauté, met le public hors de lui » . Un jour qu'il était encore à l'Atlético Madrid, on le vit cracher dans ses gants puis, dans un geste d'apparence affectueuse, caresser ensuite la joue de son adversaire direct - sans doute Sergio Ramos - de cette main maculée de sucs et de salive fraîchement expulsée. Son adversaire, stupéfait devant tant d'ingéniosité maléfique, avait hurlé au démon. Mais pouvait-on le condamner formellement pour « crachat » si c'était sa main qui avait été le vecteur de la transmission de fluide et non sa bouche ? Contre Paris, il avait su bousculer Marquinhos à l'exact moment où le juge avait le dos tourné. Tout le monde l'avait vu bien sûr, il le savait. Tous, sauf celui qui pouvait le juger. Le méchant idéal a le génie de l'observation et de l'opportunité. Mercredi soir, on sut enfin pourquoi le diable, hiver comme été, à Madrid comme à Londres, portait toujours des gants noirs quand il sortait le soir. Pour ne pas laisser d'empreinte.


Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible