1. // Albiceleste
  2. // Diego Maradona

Diego à cœur ouvert

Le sélectionneur de l'Argentine, l'une des équipes favorites à la victoire finale en Afrique du Sud quoi qu'on en dise, a livré le fond de sa pensée, ses espoirs et ses convictions, en vue de sa première Coupe du monde sur le banc. Extraits.

0 4
« Romero. Otamendi, Demichelis, Samuel, Heinze. Mascherano devant la ligne de quatre défenseurs, Jonas (Gutierrez) à droite, Di Maria à gauche. Veron juste devant, Messi libre et Higuain pour la mettre au fond... » . Il faut reconnaître que cette équipe d'Argentine a de la gueule sur le papier et que le football parait simple, présenté de la sorte par un génie du ballon rond. Diego Maradona s'est livré cette semaine pendant une heure à la chaîne argentine Fox Sports. Lors de cet entretien exceptionnel, le sélectionneur de l'Albiceleste a donc révélé son onze-type, le même qui a battu l'Allemagne le 3 mars dernier, et dévoilé sa recette pour aller chercher la Coupe du monde le 11 juillet prochain à Johannesburg. « Il faut tout oublier. La saison qu'ils ont fait (ndlr : les joueurs), c'est du passé. Il va falloir avoir du cœur et laisser sa vie sur le terrain » . Diego avait sa méthode à l'époque. « Quand je partais jouer un Mondial, je disais à Claudia (ndlr : son ex-femme) : “Je t'oublie pendant un mois” » . Madame devait apprécier...

Messi et “l'école Ronaldinho”


Dios, qui ressemble désormais surtout à Zeus avec sa barbe grisonnante, a reconnu que le ballon lui manquait. « Quand je vois les muchachos jouer, j'ai envie d'y aller » , a-t-il glissé au reporter. Pas de quoi affoler les recruteurs, qui préfèreront sûrement miser sur Di Maria. Maradona s'est lancé dans un pronostic optimiste. « On a beaucoup plus de chances qu'en 86 » , estimant qu'à la différence du groupe qui décrocha le Mundial à ses côtés à Mexico, il dispose de « joueurs qui ont déjà remporté des titres » . Évoquant le match Barça-Inter et le plan établi au Nou Camp par José Mourinho, dont il n'est pas vraiment un adepte, le plus célèbre des Argentins a également parlé tactique. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Diego a une vision très sommaire du football.

« Veron, c'est mon Xavi »


« Si tu as la balle devant la surface et qu'on te la pique, ça fait but. Maintenant si tu as le ballon au milieu de terrain, tu peux le faire circuler, le passer à tes coéquipiers... Même si je n'ai pas Maicon ou Zanetti, j'ai Heinze et Otamendi, qui me rassurent derrière. Je ne leur demande pas de traverser le terrain et d'aller me faire des centres spectaculaires. Pour ça, j'ai Jonas (Gutierrez) et Di Maria. Ce que je demande à Pipa (Higuain) et à Léo (Messi), c'est qu'ils gênent la relance, rien de plus. Léo je ne veux pas le voir figé dans une zone (...). Léo a grandi en voyant Ronaldinho, qui se mettait du côté gauche et n'en sortait pas. Eh bien Léo a fait la même chose à droite, en s'inspirant de “l'école Ronaldinho”. Aujourd'hui c'est difficile pour lui de changer. Mais Messi, je le veux libre. Dans l'axe, il a tout le panorama du terrain qui s'ouvre à lui » . Visiblement plus fan du jeu flamboyant du Barça que du néo-catenaccio intériste, El Pibe de Oro a sa petite idée pour mettre Messi dans les meilleures conditions en Afrique du Sud. « Mon Xavi, c'est Veron. Je veux que la Bruja imprime le tempo de l'équipe. C'est à lui de dire à Mascherano “On monte de quinze mètres” ou “Je descends jouer à tes côtés”, je sais ce que veulent les gens, les gens veulent gagner et je veux gagner aussi » . On vous disait, avec Diego, le foot c'est un jeu d'enfant.

Alejandro Carbone

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
"...Évoquant le match Barça-Inter et le plan établi au Nou Camp par José Mourinho, dont il n'est pas vraiment un adepte..."
"...Visiblement plus fan du jeu flamboyant du Barça que du néo-catenaccio intériste..."

Sur le papier le Pibe a décidément bon gout. Est-ce cependant un gage de succès ? J'espère.
Força Albiceleste !
ça m'a l'air aussi flou que raymond.l'Argentine va droit dans le mur
Oui mais contrairement à la France, l'Argentine a une manière de jouer, une identité de jeu. Vous avez trop l'habitude du foot européen de clubs où il y a des mecs de cent nationalités dans l'équipe. En Argentine c'est un peu comme l'Espagne, le sélectionneur ne leur apprend pas comment jouer, même beaucoup moins chez les Gauchos. Tout est question de grinta, de courage et de foi en l'équipe. Et les joueurs qu'il a mis sur le terrain semblent compatibles. Il a pas vraiment tort, cela se fera dans le mental. Après moi je trouve Di Maria assez léger, sur des matches plus difficiles, physiques on sait pas comment il va réagir (mais quand t'as Tevez, Kun ou autre sur le banc t'es tranquille). Normalement dans des cas pareils c'est ton joueur numéro un qui doit sortir du lot, et eux ils ont Messi. Le seul hic selon moi c'est Pipita, surtout seul en pointe, je lui préférerais cent fois Milito.
Je trouve vraiment dingue le fait qu'il ne mette pas Milito titulaire, c'est l'attaquant le plus en forme du moment, il ne marque que des buts décisifs ! & si Mascherano fait une sale coupe du monde, ou se fait expulsé (ce qui est fortement possible) Diego regrettera Cambiasso !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 4