En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Phase de poules
  3. // Tirage au sort
  4. // Sion
  5. // Interview

Didier Tholot : « Je souhaitais tomber contre Bordeaux »

Didier Tholot est content. Le tirage au sort de la Ligue Europa a offert à l'entraîneur de Sion Liverpool, le Rubin Kazan et Bordeaux, où il a joué de 1995 à 1997. Mais l'ancien adjoint de Claude Makelele a aussi les crocs. Et compte bien qualifier les Valaisans pour la suite de la compétition.

Modififié
Il vous plaît, ce groupe de Ligue Europa ?
Ce ne sera pas très simple. Avec Liverpool, on a un ogre, c'est toujours prestigieux d'aller jouer là-bas. Ensuite, il y a Bordeaux, que je connais bien, et Kazan. Ça va être compliqué, mais intéressant. Liverpool sera devant, et derrière, on se battra pour se qualifier, comme dans n'importe quelle compétition. Cela peut paraître prétentieux, mais on a l'ambition de terminer dans les deux premiers.

En avril dernier, vous nous disiez que vous n'étiez pas du genre à aligner une équipe B en Ligue Europa. Vous n'avez pas changé d'avis ?
Non, pas du tout. On s'est arraché pour participer à cette compétition, et aller le plus loin possible fait partie de nos objectifs. On mettra toujours la meilleure équipe possible.

Vous souhaitiez tomber contre Bordeaux, un de vos anciens clubs ?
Au fond de moi, oui. Le dernier match européen que j'ai joué, c'était une finale de Coupe d'Europe contre le Bayern, avec les Girondins (en 1996). Y retourner pour les affronter dans cette même Coupe d'Europe, c'est quelque chose de super. Et puis mes enfants sont sur Bordeaux, donc c'est bien.

Vous êtes restés en contact avec certains membres des Girondins ?
Depuis un an, plus trop, même si je suis toujours proche de Pierrot Labat et Marc Vernet, le kiné. Et j'ai eu le président Triaud il n'y a pas très longtemps. Ce qui est sûr, c'est que c'est un club que je respecte, et que j'ai hâte d'aller jouer là-bas. Surtout dans le nouveau stade.

Vous avez regardé des matchs de Bordeaux, depuis le début de la saison ?
Non, mon équipe me prend déjà assez de temps. Mais je vais m'y mettre, forcément.

Vous placez Bordeaux comment dans ce groupe ? Vous les voyez plus ou moins forts que Kazan et votre équipe ?

Je pense que Sion peut rivaliser avec ces deux équipes.

La dernière fois que vous nous aviez parlé, vous n'étiez pas certain de rester à Sion, cette saison. Qu'est-ce qui vous a convaincu ?
Avoir gagné la Coupe de Suisse, et bénéficier d'un groupe de joueurs avec qui cela se passe très bien. Ce sont des mecs bien, avec lesquels je peux faire mon métier correctement. Et bien sûr, disputer la Ligue Europa.

Quels sont les points forts de votre équipe ?
Ça, c'est aux adversaires de le découvrir ! Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'on a un bloc assez compact et difficile à manœuvrer.


Propos recueillis par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
À lire ensuite
Jorge dans sa jungle