Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Qualifs
  3. // Suède-France
  4. // Billet d'humeur

Didier, t’es chiant

C’est l’embarrassante contradiction du football français en 2017. Quand le réservoir de pépites n’a jamais semblé aussi plein, l’équipe de France reste à l’image de son coach : pragmatique. Et si la plèbe demande, à raison, de la prise de risque et du spectacle, Didier Deschamps sait mieux que quiconque qu’un Mondial ne se gagne pas sur le potentiel d’un effectif.

Modififié
Et les compositions d’équipe tombent comme la pluie sur la terre battue de Roland-Garros. Sans que l’on ne puisse rien y faire et sans que cela ne surprenne personne. Sissoko par-ci, Matuidi par-là, saupoudrez le tout d’un zeste d’ennui, laissez reposer : l’équipe de France est prête. Depuis l’arrivée au pouvoir de Didier Deschamps et plus particulièrement depuis que la France sort des talents comme l’Espagne produit des tomates, le peuple de l’Hexagone avale les onze sans prise de risque comme une pilule un peu trop grosse, en espérant que cela change un jour. Ce vendredi soir, contre la Suède, Moussa Sissoko, flamboyant contre le Portugal en finale de l’Euro 2016, devrait en être. Comme le soldat Blaise Matuidi, à qui l'on ne peut franchement rien reprocher si ce n’est d’être moins talentueux que la quasi-totalité de tous les jeunes qui poussent derrière, mais semblent coincés sous un plafond de verre nommé Didier Deschamps. Les années passent et la France compte toujours ses quelque 65 000 000 de sélectionneurs, mais aujourd’hui, plus que jamais, quelques semaines après que le peuple s'est exprimé dans les urnes, ce cri du cœur semble pertinent. La France hurle « spectacle » , la France hurle « renouveau » , comme un pays de foot qui en a marre de voir toujours les mêmes tronches à l’assemblée nationale du ballon rond alors qu’ils sont une bonne dizaine à espérer et mériter un mandat au plus grand échelon national.


En un mot comme en cent, la France du foot a redécouvert ce qu’elle valait devant les feintes de frappes de Kylian Mbappé, devant le deuxième titre consécutif de N'Golo Kanté en Premier League, devant les caresses du gauche de Thomas Lemar, devant les débordements d’Ousmane Dembélé, devant les compas de Tiémoué Bakayoko et la crinière d’Adrien Rabiot. Et ce pays-là en a marre du pragmatisme de Didier Deschamps, réputé à juste titre comme un gagnant, mais justement chiant comme la pluie qui s’écrase sur la terre battue de la porte d’Auteuil. Finaliste d’un Euro qui est finalement un bel arbre qui cache une forêt d’ennui, le sélectionneur des Bleus semble aujourd’hui faire face aux limites de ses immenses qualités. Deschamps est un pragmatique, un coach capable de tirer le meilleur d’un groupe sur une saison, un homme foutu de faire revivre le Vieux-Port et un meneur d’hommes digne qui aura, qu’on l’aime ou non, fait son boulot. Mais face à la richesse du réservoir bleu, voir DD s’obstiner à ne pas lancer plus sérieusement les étoiles que sont Mbappé, Dembélé, Lemar, Kanté, Tolisso ou Bakayoko, c’est voir un homme piloter une Ferrari comme une Peugeot. Peut-être de peur de la rayer sur une branche qui dépasserait dans un virage trop serré. Mais toujours est-il que la France qui conduit des Peugeot a envie de conduire sa 306 comme une Ferrari. Alors le contraire la frustre. À raison.

La viennoise au chocolat et la méthode Deschamps


Mais Didier Deschamps n’aura jamais vraiment tort. Car il est Didier Deschamps. Il est chiant, mais sage. Il est le père qui nous empêche de sortir pour notre bien. Il est le sélectionneur qui sait qu’une équipe nationale n’est pas une viennoise au chocolat : sa qualité n’est pas définie en fonction du nombre de pépites. Aucune équipe n’a soulevé de trophée majeur avec un onze de jeunes garçons dans le vent. Il faudra toujours des tauliers moins brillants. Il faudra toujours arriver à trouver la fameuse alchimie entre les jeunes et les anciens, les génies et les bosseurs, ceux qui font rêver et ceux qui font gagner.


Depuis quelques années, la sélection belge et ses cracks qui donnent envie de s’enthousiasmer à la moindre composition d’équipe ont montré que les grandes compétitions étaient un peu plus compliquées qu’une partie de Football Manager. Et là encore, la question du coach s’est posée. Dans l’œil du cyclone, Marc Wilmots aurait été le principal responsable des débâcles internationales outre-Quiévrain. Alors quelle solution pour Didier Deschamps le frileux ? Lancer Lemar et Mbappé maintenant, pour qu’ils montent en pression et gagnent en expérience avant le Mondial 2018 ? Ou les mettre au frigo pour pouvoir dégainer la carte du « ils n’ont pas assez de bouteille » au moment où la France aura besoin de ses talents pour faire la différence en Russie à l’été prochain ? Le plus dur à avaler dans tout ça, c’est que tout le monde connaît la solution : le changement doit s’opérer maintenant. Pourtant, c’est comme le toit à Roland-Garros : on sait que ça arrangerait tout, mais c’est peut-être encore mieux quand on peut se plaindre.



Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Coupe du Monde 2018
Qualifications
Suède - France




Dans cet article


Hier à 14:20 Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 153
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
jeudi 16 août Gervinho vers Parme 18 jeudi 16 août Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti jeudi 16 août Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 jeudi 16 août Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 30 jeudi 16 août Un match de Liga prochainement joué aux States 65
À lire ensuite
Thomas se marre