1. // En route vers l'Euro
  2. // Top 100 France
  3. // n°4

Didier l’embrouille

Malgré sa bonne réputation, Deschamps n’a jamais échappé aux critiques et aux polémiques. En témoignent les nombreux clashs, qu’il a souvent provoqués, mais qu’il a toujours gagnés. Un côté obscur qu’il tient de son pragmatisme et qui l’a sûrement aidé à soulever des trophées.

Modififié
571 15

Même si l’on ne voit pas ses dents, il sourit beaucoup. Qu’il soit gêné par une situation, joyeux d’une victoire ou mis à mal après une question médiatique sensible, Deschamps s’en sort très souvent par une communication quasi parfaite accompagnée d’un visage qui incite à l’optimiste. Ce smile discret, il l’a promené partout, dans tous les clubs qu’il a connus, dans tous les pays qu’il a arpentés. Ce talent d’orateur aussi. Ce qui fait son charme. Si l’on ajoute à ça son intelligence tactique indiscutable, sa sociabilité évidente et son leadership naturel, il a tout du parfait meneur d’homme. Sauf que comme tout le monde, la Dèche a sa face sombre.

La preuve ? En trente ans de football professionnel, DD a collectionné les embrouilles. Ce qui peut sembler bien sûr logique – ou normal –, lorsqu’on passe autant de temps au haut niveau. Sauf que les disputes de Deschamps sont toutes à peu près les mêmes : jamais vraiment officialisées par le principal intéressé, elles n’en demeurent pas moins sincères et atteignent quasiment à chaque fois un point de non-retour. Surtout, elles laissent transparaître dans le caractère pragmatique du Français des qualités qui se transforment en défaut : une abnégation qui devient entêtement, et un aspect « je-veux-tout-contrôler » qui nourrit un côté dictatorial.

Jacquet et Desaily comme gardes du corps


Adoré par la majorité de ses coéquipiers, le joueur Deschamps n’était pas forcément apprécié par ses adversaires. Les reproches d’un possible « sectarisme » en équipe de France se sont par exemple rapidement fait entendre après la Coupe du monde 98 gagnée. La raison évoquée ? Si la tronche de quelqu’un ne revenait pas au duo Deschamps/Desailly, hommes de base d’Aimé Jacquet, le malchanceux pouvait dire adieu à ses espoirs de sélection. Nicolas Ouédec en aurait fait l’expérience. «  En équipe de France, quand tu ne rentres pas dans le moule de certains, c'est fini, raconte-t-il dans So Foot. Et à l'époque, il y avait des moules : le microcosme Blanc, Deschamps, Desailly. Les cadors, les bras droits de Jacquet. Si tu n'étais pas copain avec eux... C'est comme ça. Et ce n'était pas du tout mon style de lécher des culs. Desailly et Deschamps étaient jaloux de notre réussite à Nantes. » Ainsi, DD, le capitaine tricolore, avait tellement d’influence auprès de Jacquet qu’il pouvait même se permettre de choisir ceux qui devaient être appelés, à en croire les propos d’Ibrahim Ba sur Canal Plus.

À l’époque au Milan, l’attaquant, qui connaît ses premières sélections, croise parfois le milieu en Serie A. Et manque de bol, les deux équipes sont en concurrence. « Juventus-Milan, Boban a été expulsé, se souvient Ba. Je vais voir l’arbitre, je lui dit : "Monsieur l’arbitre, déjà on ne voit pas le match, on perd 3-1, il reste 10 minutes, un carton rouge franchement ça ne vaut pas la peine." Et là je m’étonne, il y a Deschamps qui arrive et qui me dit : "Ferme ta gueule ! Tu te la racontes, tu parles, tu parles…" Je lui réponds : "Non, je ne pense pas, tu parles pour ton équipe, je parle pour mon équipe." À la fin du match, on se retrouve devant l’entraîneur, Aimé Jacquet. On a parlé, on a discuté et il me dit : "Alors ? C’est comme ça que tu parles à ton capitaine ?" » Résultat : le buteur reste à quai pour la Coupe du monde. Une décision que le natif de Dakar met sur le compte de ce petit épisode. Et parce qu’il estime que l’équipe de France était réservée « à certains joueurs » . Vrai ou pas, l’actuel sélectionneur des Bleus a toujours préféré éviter le sujet et justifier ces critiques par la notion de groupe.

Simone et Panucci comme punching-balls


Si l’histoire ne se répète pas à l’identique quand il devient coach, Deschamps l’entraîneur garde son comportement de chef têtu. Prenons son passage à Monaco. Lorsqu’il arrive à la tête de la Principauté pour sa première expérience du banc – à 33 ans seulement ! –, le Bayonnais trouve le clan italien Simone/Panucci comme patrons du vestiaire. Prennent-ils trop de place ? Sont-ils trop imposants au goût de Monsieur ? Toujours est-il que DD met à peine quelques semaines pour se prendre le chou avec eux. « Pourtant, j’étais capitaine du club et j’avais validé l’idée du président, rembobine Simone. Campora était venu me voir et m’avait dit : "Marco, Deschamps comme entraîneur, t’en penses quoi ?" J’ai répondu : "Oui, pourquoi pas ? Il a du charisme, il a montré de très bonnes choses tactiquement en tant que joueur, il pourrait nous apporter." » La suite est évidemment moins bon enfant : « Panucci a subi quelque chose d’humiliant et je ne pouvais pas laisser passer ça. Deschamps et moi, on est tous les deux fautifs sur notre engueulade, mais c’était une injustice, ce qu’il avait fait à Panucci » , confie celui qui ne jouera que cinq matchs en rouge et blanc cette année-là et qui ne souhaite pas en dire davantage sur la querelle. Débarrassé par la suite de ces (prétendus) fauteurs de trouble, Deschamps continue son bonhomme de chemin… et atteint la finale de C1 en 2004.

L'âge comme remède ?


À l’OM, les clashs sont aussi sévères que nombreux : Anigo, avec qui le courant n’est jamais passé, Ben Arfa, à qui il réclame de rester en lui promettant un statut de remplaçant – « Il met ses entraîneurs dans la merde. (…) Je ne peux pas lui donner de garantie. Je ne suis pas une banque » -, Gignac, dont il ne veut plus selon les conversations téléphoniques révélées par L’Équipe – « Remplacer Gignac par Gameiro ou par n’importe qui, de toute façon, ça ne peut être que mieux  » ; « Gignac, bon, tu peux oublier. Il est là, on va le traîner comme un boulet, hein, donc. Il ne veut pas partir, il fout plus rien depuis douze jours. Bon, il a envie d’être payé aux frais de la princesse, quoi » –, M'Bia, dont il ne supporte pas l’attitude… Bref, en France, DD est un habitué des guerres de pouvoir… qu’il a pratiquement toujours remportées en même temps que ses trophées. Reste que les récents retours de Payet, Ben Arfa ou Gignac en EDF semblent montrer que Didier l’embrouille s’assagit en vieillissant. Tant que ça ne le fait pas perdre…

Par Florian Cadu Propos de Marco Simone recueillis par FC
Modifié

Dans cet article

Note : 1
Les récents retours des Gignac ou Payet ne prouvent absolument pas que DD s'assagit.

Ils prouvent ce que l'on sait déjà tous: c'est un pragmatique absolu.

DD fait partie des gens qui sont capables de sélectionner un joueur qu'ils ne peuvent pas blairer s'ils sont convaincus que ce mec va les aider à gagner.

L'histoire lui a TOUJOURS donné raison. l'exemple Monaco est édifiant.
Message posté par Phil...
Les récents retours des Gignac ou Payet ne prouvent absolument pas que DD s'assagit.

Ils prouvent ce que l'on sait déjà tous: c'est un pragmatique absolu.

DD fait partie des gens qui sont capables de sélectionner un joueur qu'ils ne peuvent pas blairer s'ils sont convaincus que ce mec va les aider à gagner.

L'histoire lui a TOUJOURS donné raison. l'exemple Monaco est édifiant.


Complètement d'accord avec toi ! Ils choisit ceux qui vont lui permettre de gagner, peu importe les relations qu'il peut avoir avec eux... Le dernier exemple en date, c'est bien celui de Rami...
http://www.sofoot.com/om-gare-a-killer- … 49196.html

Les clashs avec Canto et le King montrent que le gars derrière ne se laisse absolument jamais faire !
Message posté par Phil...
Les récents retours des Gignac ou Payet ne prouvent absolument pas que DD s'assagit.

Ils prouvent ce que l'on sait déjà tous: c'est un pragmatique absolu.

DD fait partie des gens qui sont capables de sélectionner un joueur qu'ils ne peuvent pas blairer s'ils sont convaincus que ce mec va les aider à gagner.

L'histoire lui a TOUJOURS donné raison. l'exemple Monaco est édifiant.


Et c'est exactement une qualité qu'on demande à un sélectionneur !

Voilà,c'est tout.
@ Cédamil,

Merci pour le rappel de l'exemple Canto, plus le lien vers l'article.

DD a humilié Canto et Platini comme personne d'autre les a jamais humiliés. Et ces cons le méritaient.
Message posté par Phil...
Les récents retours des Gignac ou Payet ne prouvent absolument pas que DD s'assagit.

Ils prouvent ce que l'on sait déjà tous: c'est un pragmatique absolu.

DD fait partie des gens qui sont capables de sélectionner un joueur qu'ils ne peuvent pas blairer s'ils sont convaincus que ce mec va les aider à gagner.

L'histoire lui a TOUJOURS donné raison. l'exemple Monaco est édifiant.


Mon +1 quotidien pour toi.
A un moment donné, faut sortir du "copain-copain" et être pro.
T'as un joueur qui peut être décisif mais que tu peux pas blairer ou alors tu lui préfères quelqu'un de moins bon, dans ces cas là, tu dois agir dans l'intérêt général et pour viser la victoire, et pas pour faire plaisir à untel.
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Message posté par ceddamil
http://www.sofoot.com/om-gare-a-killer-didier-149196.html

Les clashs avec Canto et le King montrent que le gars derrière ne se laisse absolument jamais faire !


Quand je le dis que Canto était une sacrée tête de con bien pire que les têtes de con clouée au pilori aujourd'hui et que son charisme indéniable le sauve d'un jugement plus sévère à son égard...
Zvonimir Savicevic Niveau : DHR
Deschamps est un mec faux, et très moqueur.
Ce qui n'enlève rien à ses qualités d'entraîneur pour autant.
Mais humainement, c'est très bof à coup sûr.
Note : 1
Je suis ravi d'avoir lu cet article, je sais désormais qu'Ibrahim Ba était un buteur.
Serait il possible d'avoir un relecteur né avant 1996 sur ce site ?
Merci bien.
Sinon Papin dans le Top 3, c'est du révisionnisme messieurs.
Pragmatique Niveau : CFA2
C'est étrange tout ces joueurs qui "auraient dû être sélectionnés en 98" si des paramètres extérieurs indépendants de leur volonté n'étaient pas venus les entraver.

En l’occurrence, si les journalistes étaient plus couillus (puisque le joueur ne l'est pas), il faudrait demander à Ibrahim Ba : "A la place de quel joueur auriez-vous dû être sélectionné ?"

Les joueurs vont rarement au bout de leur logique.Il est vrai que Diomède (régulier depuis plusieurs saisons avec Auxerre) était dans les 22, donc peut-être que l'idée de départ était de retenir son pendant à droite en guise de joker offensif était de retenir Ba.Sauf que...Le fait est que la sélection de Karembeu, qui est le profil le moins éloigné que Ba, sortait d'une bonne saison avec le Real Madrid.

Alors à la place de qui ? De Boghossian qui était en trop puisque Vieira était doublure de Deschamps ? C'est trop facile de ne pas aller au bout de sa logique.

Cela dit, je suis également persuadé que l'EDF fonctionnait et fonctionne encore au copinage.
«Né pour gagner» tout est dans le titre de votre autre article.

Exit Ouedec (belle fin de carrière au fait) et Ba (belle fin de carrière aussi)? La France sera championne du monde et d'Europe.

Panucci (qui lui s'en est remis) écarté? Monaco se hissera en finale de ligue des champions après avoir foutu une danse aux galactiques.

Les états d'âme de Ben Arfa? Marseille sera champion pour la première fois depuis 1992...
Pragmatique Niveau : CFA2
Les états d'âmes de Ben Arfa interviennent APRES le titre de 2010.
Message posté par Pragmatique
Les états d'âmes de Ben Arfa interviennent APRES le titre de 2010.


Publiquement...
Je ne sais pas quand démarre les disputes entre DD et Ben Arfa. Effectivement, ça ne sort publiquement qu'après le titre de 2010.

Par contre, la saison du titre, Ben Arfa démarre titulaire et perd progressivement du temps de jeu face à Valbuena qui sera un joueur clé de la deuxième partie de saison. Mais ce n'était peut être que sportif.
l article me laisse rêveur, completement à charge

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
571 15