Didier Deschamps : « Rendez-vous le 31 aout »

En 2010, l'OM aura gagné trois fois plus de trophée que Barcelone. Pour autant, Didier Deschamps est toujours harcelé de questions sur le recrutement. Et le basque n'a pas envie de se précipiter.

Modififié
0 0
Très souriant lorsqu'il arrive en salle de presse hier, Didier Deschamps pense sûrement dans un coin de sa tête que les débats, ou tout du moins le début de la conférence, va tourner autour du prestige du trophée glané la veille. Que nenni. Au menu de son questionnaire : les casques retirés aux joueurs, l'intervention de Zidane en équipe de France, le match à venir contre Valence, le point sur la préparation et, bien évidemment, le mercato. Pas de quoi non plus entamer son optimisme: « On va rentrer dans la dernière semaine de préparation, celle de l'affutage. On ne sera pas à 100% mais çe sera pareil partout. Pour le mercato, je ne suis pas fataliste mais réaliste. J'espère que les dirigeants satisferont mes priorités. Il y en a 2. Au milieu, et en attaque. Maintenant, ce n'est pas moi qui vais appeler les clubs. Quant à Leyti N'Diaye, c'est fort probable qu'il reste avec nous » .


Il s'est quand même fait plaisir à deux reprises. D'abord quand on lui a rapporté des contacts dont faisait état Alberto Gilardino dans la presse transalpine avec l'entraîneur marseillais. «  C'est faux. Je n'ai pas de contact avec lui, pose-t-il... même si je le connais » . Ensuite, lorsqu'on lui parle de l'équipe de France et du prochain rôle de Zinédine Zidane aux côtés de Laurent Blanc : « Lorsque Zidane s'adresse à un joueur, je ne veux faire offense à personne, c'est quand même différent » . Raymond, même mort, personne ne te lâchera.


Pas le temps de développer que Jean-Claude Dassier, dans son éternel ticket costume gris / chemise blanche, passe la tête par la fenêtre. Le président a le mérite d'être direct : « Je souhaitais avoir un coup de main de votre part pour promouvoir le match de dimanche. C'est quand même Valence, ça va être un beau match mais on a un peu de mal sur les réservations. Alors 4, 5 lignes dessus, ça serait pas mal » . L'assistance lui fait remarquer qu'avec un thème de soirée « présentation des recrues » , les places partiraient plus vite. L'homme aux lunettes ovales tente de se défendre comme il peut : « Mais l'équipe est nouvelle malgré tout : Azpi, Jordan Ayew, Gnabouyou, N'Diaye » . En ce qui concerne Ben Arfa, «  ça va se régler dans les huit dix jours » . Et pour l'attaquant ? «  Jusqu'au dernier moment, il peut y avoir une opportunité de prêt intéressante » . De quoi redonner du crédit à la rumeur Adebayor, seule piste olympienne étant susceptible de déboucher sur un prêt.


De plus en plus à l'aise dans son rôle de président, on voit que JC Dassier a pris de la bouteille. Ses phrases sont travaillées et se terminent une fois sur trois par un « mon cher Raphaël » , en référence au correspondant de L'Equipe. En bon communicant, il offrira même une chute à ce point presse lorsqu'on le fera parler de l'équipe de France. Pour lui, «  la niche est tombée sur le chien » . Pas de doute, les titres donnent confiance en soi...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'été dangereux
0 0