1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe E
  3. // Équateur/France

Didier Deschamps et la cohésion du 4-3-3

Après une qualification in extremis, une préparation positive et un début de compétition convaincant, Didier Deschamps devrait faire tourner son effectif ce soir contre l'Équateur. L'occasion inédite de voir jouer Morgan Schneiderlin au Maracaña, et d'observer les réactions du 4-3-3 aux nombreux changements. Si ces Bleus survivent à l'absence de Ribéry jusque-là, peut-être Valbuena ce soir ou encore Cabaye, d'où tirent-ils leur cohésion ? Du PSG ? De l'OM 2010 ? Ou encore de Newcastle ?

Modififié
21 10
Didier Deschamps et la cohésion du 4-3-3

Historiquement, la Nazionale italienne a souvent trouvé son ossature au sein de l'effectif de la Juve. Et hier contre l'Uruguay, Prandelli a même opté pour la structure Buffon – Barzagli, Bonucci, Chiellini – Pirlo, Marchisio ! De 2010 à 2012, la Roja espagnole était nourrie de la rivalité intense qui opposait le Real au Barça, lui permettant de profiter des automatismes Puyol-Piqué, Ramos-Arbeloa-Casillas, Busquets-Xavi-Iniesta-Pedro, et même plus. La Mannschaft a souvent profité de la formation du Bayern, tout comme les Pays-Bas étaient autrefois basés sur celle de l'Ajax. La France, au milieu de tout ça, n'a pas su trouver un socle à son équipe nationale. Cela aurait pu être Lyon dans les années 2000. Cela pourrait devenir le PSG aujourd'hui et demain. En attendant, c'est une cohésion qui se base sur les mêmes piliers qu'en 1998 : les idées de Blanc et Deschamps.

Les Bleus jouent-ils comme le PSG ?

Avec un championnat propulsé dans une ère de domination sans partage, la France a-t-elle enfin l'occasion de changer ? Spontanément, c'est non : depuis 2011, le PSG investit majoritairement sur des joueurs venant de l'étranger, et la vente de Mamadou Sakho n'a pas été oubliée. De même que le prêt de Chantôme. Mais il y a des raisons de croire que ce PSG pourrait avoir bâti une partie de l'équilibre de cette équipe de France. D'une part, ce ne serait pas si étonnant : en deux ans de règne, Laurent Blanc a eu le temps de transmettre sa méthode. Et après l'Euro 2012, Deschamps n'a pas eu à se pencher sur une feuille blanche. D'autre part, le 4-3-3 des Bleus de Deschamps se rapproche en certains points au 4-3-3 du PSG de Blanc. Évidemment, si Deschamps jouait plus haut que Blanc sur le terrain, il a toujours pensé plus bas. L'un voulait à tout prix de l'équilibre, du replacement et du contrôle. L'autre aimait les sensations que procurent une jolie relance et une montée risquée. Leurs équipes le révèlent encore aujourd'hui : les trois milieux de Deschamps et les trois milieux de Blanc n'ont pas la même mission. Mais le schéma est le même, et les mouvements aussi.

D'une, il y a Blaise Matuidi. Aussi influent sur le jeu du PSG et des Bleus, le gaucher confirme match après match qu'il est, si ce n'est l'élément-clé, l'atout capable de bouleverser les équilibres. De deux, il y a Zlatan et Benzema. Alors que les deux ont commencé leurs carrières respectives en soutien ou même à gauche d'un avant-centre, les deux buteurs n'ont jamais donné de contrainte à leur créativité. Si Benzema et Zlatan jouent, ils mèneront forcément un peu le jeu. Des neuf et demi : la liberté d'un 10 et les statistiques d'un 9. C'est ainsi que la verticalité ambitieuse de Matuidi se régale en club comme en sélection. De trois, le milieu à trois. Celui de Blanc est bien plus réfléchi, peut-être même trop. Beaucoup de ballon, de passes, de contrôle, et moins d'impact. Deschamps, en grand milieu défensif, sait à quel point les transitions sont importantes, et ses équipes ne manquent jamais d'essayer de profiter de ces phases de jeu. D'où une perte importante de possession de balle. Pour Deschamps, Cabaye joue dans un rôle conservateur en seul milieu central, entouré à droite de Pogba, et à gauche de Matuidi. Dans l'esprit de l'entraîneur, la symétrie est censée être parfaite, alors qu'à Paris, Matuidi forme la pointe du triangle. De quatre, enfin, alors que le style de jeu de Ribéry aurait pu être comparé à celui de Lavezzi, les trois profils de Griezmann, Giroud et Valbuena ne retrouvent absolument pas d'équivalent dans la capitale.

Valbuena et le souvenir de l'OM de Deschamps

L'essentiel, c'est derrière. De l'équilibre défensif, et du gabarit, de l'impact, des duels gagnés. Après une rude bataille contre le Honduras, la France a vaincu les Kosovars de Suisse. Deschamps a bâti une équipe capable de rivaliser avec n'importe qui physiquement. La taille de Pogba, les poumons de Matuidi, le volume de jeu de Cabaye, la détente de Debuchy et la combativité d'Évra. La formation de la Premier League a aussi des bons côtés. Forcément, cela rappelle l'OM de Deschamps. La paire M'Bia-Diawara derrière Cissé et Kaboré.

Aux avant-postes, l'insistance sur Giroud fait penser au duo Brandão-Deschamps. Alors, Giroud pour Brandão, Benzema pour Niang ? Une comparaison bas de gamme, même si les mouvements sont comparables. Mais surtout, en 2010, le troisième membre du trio offensif est déjà Mathieu Valbuena. Et si ces Bleus ont tiré quelque chose de l'épopée marseillaise de Deschamps, c'est bien la mobilité du Bordelais. À l'Euro 2012 de Blanc, Valbuena n'avait disputé aucune minute. Depuis la deuxième mi-temps du match nul arraché à Madrid contre l'Espagne, Deschamps lui a confié un rôle majeur, comme à Marseille.

De Moussa Sissoko à la liberté

Appelé en sélection par Domenech en 2009, Moussa Sissoko ne revient plus d'août 2010 à octobre 2012, sous le règne de Laurent Blanc. Ce dernier parle de « philosophie barcelonaise » à chaque conférence de presse, et la verticalité de Sissoko dérange logiquement. Mais Deschamps insiste. Contre l'Espagne au Vicente-Calderón, son entrée dynamise les Bleus. Ses montées de balle ressemblent aux dribbles maladroits de LeBron James à ses débuts, mais cela fonctionne : Sissoko amène le danger sur son côté droit. Comme avec Valbuena, Deschamps sent peut-être une certaine capacité à se sublimer quand la pression monte : tous les grands de ce match feront l'aventure, tandis que Gonalons et Koscielny seront oubliés sur le chemin, à différents moments, et différents endroits.

À l'époque du règne de Pirlo et Iniesta, le monde semble crier qu'il faut de très bons pieds partout au milieu de terrain. Deschamps n'écoute pas. Il n'entend pas. Depuis qu'il est à la tête des Bleus, DD surprend par certains de ses choix. Cette équipe, c'est la sienne. Il voit les entraînements, il prend les décisions. La France part au Brésil avec Sissoko plutôt que Nasri. Pour jouer la tête de série du groupe, la France joue avec Sissoko plutôt que Pogba. Est-ce pour son entente avec Debuchy et Cabaye ? Ce soir, Sissoko pourrait jouer devant à droite, entouré de Sagna et Schneiderlin. Si le 4-3-3 fonctionne au-delà des individualités, Deschamps deviendrait la seule source de cohésion des Bleus, et gagnerait ainsi une liberté totale pour la suite de la compétition. Ce qui, pour un sélectionneur, équivaut à peu près à retrouver sa Broomhilda.

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Suis-je le seul à ne pas connaitre le sens de "Broomhilda"?
Message posté par H.Marks
Suis-je le seul à ne pas connaitre le sens de "Broomhilda"?


C'est une figure du panthéon germano-nordique. C'est celle que le héros, Siegfried, cherche à trouver, l'objet de sa quête épique.
Paulgeorge Niveau : DHR
Message posté par Veyron38


C'est une figure du panthéon germano-nordique. C'est celle que le héros, Siegfried, cherche à trouver, l'objet de sa quête épique.


toi t'as vu Django hein?
Message posté par Veyron38


C'est une figure du panthéon germano-nordique. C'est celle que le héros, Siegfried, cherche à trouver, l'objet de sa quête épique.


Sympa ta vie^^
Je suis très content de voir Schneiderlin ce soir mais je l'aurais plutôt mis à la place de Matuidi et Cabaye suspendu, remplacé par Mavuba.

Blaise est certes un monstre physique mais comme tout le monde, il a besoin de se reposer et on aura besoin de lui à l'avenir.
PhoenixLite Niveau : Loisir
Message posté par Veyron38


C'est une figure du panthéon germano-nordique. C'est celle que le héros, Siegfried, cherche à trouver, l'objet de sa quête épique.

En bref : c'est sa meuf.
Message posté par H.Marks
Suis-je le seul à ne pas connaitre le sens de "Broomhilda"?

Référence à Django Unchained de Tarantino ;) (qui lui même faisait référence à une légende Allemende je crois...)
Message posté par PhoenixLite

En bref : c'est sa meuf.


C'était Wendy sa meuf?
Je crois surtout que DD a trouvé de quoi équilibrer son 433 à droite avec Sissoko.
Par contre, j'ai trouvé Valbuena nettement moins mobile contre la Suisse, cantonné quasiment tout le temps à droite alors qu'il jouissait de plus de liberté dans les 3 4 précédents matches ( consignes de Deschamps bien sûr).

DD fait un boulot de dingue, arrive à expérimenter ( Griezmann, Giroud, Sissoko ) avec souvent de la réussite, gère chaque joueur pour le mettre en confiance, recadre si nécessaire.

Il sait que la vérité du premier tour n'est pas la même que celle des matches à élimination directe et que le 11 du début ne sera surement pas celui de la finale... Dans chaque ligne, il a 1 joueur indiscutable, Lloris, Varane, Matuidi, Benzema. Je pensais y inclure Valbuena, mais le soldat multitache Sissoko étonne. DD aimerait connaitre ses limites. Il est intéressant, car je suis sûr que le vainqueur final sera l'équipe qui aura le mieux géré l'effort. Et physiquement, Sissoko a plus de répondant que Valbuena.
pierrotcass Niveau : Loisir
Sissoko à moins tendance à se servir de son mauvais pied que Pogba, ce faisant et puisqu'il joue à la droite du triangle mis en place par Deschamps il permet une meilleure utilisation de la largeur du terrain que le joueur de la Juve. Ce dernier plus à l'aise balle au pieds et doté d'un bon pied gauche rentre plus régulièrement vers l'intérieur du terrain et bascule donc nécessairement plus régulièrement le jeu à gauche. Ce qui en soit n'est pas un inconvénient tout dépend des caractéristiques de l'adversaire. Pogba est censé être celui qui crée du lien entre les lignes dans ce système mais Matuidi le fait plus qu'habilement depuis le début du tournoi. Jusqu'à présent et tant que le niveau ne s'élève pas Pogba est moins indispensable que le joueur du PSG.
Sissoko parfait pendant de Matuidi à droite apporte donc équilibre et sécurité en plus d'être un redoutable joueur de contre ce que Pogba. Lui qui est moins qui est davantage un relayeur par lequel le jeu doit transiter. Il n'a pas non plus la même pointe de vitesse que Sissoko.
En revanche lorsque le niveau global s'élèvera Matuidi aura de fortes chances d'être davantage concerné par la récupération du ballon dans sa propre moitié de terrain, alors Pogba parce qu'il faudra aussi être capable d'alimenter correctement les 3 de devant devrait naturellement avoir davantage de poids dans le jeu et gagnera progressivement en influx.

En revanche faire jouer Sissoko à la place de Valbuena, haut sur le terrain comme cela semblerait être le cas ce soir laisse entrevoir deux choses à mon sens. L'équipe de France aura davantage de difficultés à faire le jeu. Sissoko est un joueur qui aime partir de loin, lancé. Confiné dans de petits espaces, contraint de créer il risque de perdre de sa récente superbe.
La présence de Sissoko à ce poste devrait donc au fil du match et en fonction de l'évolution du score faire de la France une équipe construite pour contrer son adversaire.
L'équateur a des difficultés à faire le jeu l'équipe n'a ni les joueurs ni donc conséquemment le système pour (cf Valencia et Moreno deux vrais joueurs de couloir), c'est une équipe de contre quasi exclusivement. Deschamps mis en confiance par ses récents (très bons) choix semble vouloir prendre cette équipe à son propre jeu.
Pour quel résultat?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
21 10