Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. H
  3. // Pologne-Sénégal

Diafra Sakho : « Face à la Pologne, je penserai à mes deux années de souffrance »

Comme Sadio Mané, il est passé par la pépinière sénégalaise Génération Foot, puis le FC Metz avant de rejoindre plus tard la Premier League. Au Stade rennais depuis l’hiver dernier, Diafra Sakho, 28 ans, a dû surmonter des blessures pour finalement débarquer en Russie avec le costume de titulaire. L’avant-centre a pris quinze minutes pour évoquer le retour des Lions en Coupe du monde face à la Pologne.

Modififié

Le Sénégal et la Pologne vont être les dernières équipes à entrer en lice en Russie. C’est pas trop frustrant de voir le Mondial se dérouler depuis quelques jours en rongeant son frein ?
C’est sûr qu’on a envie de jouer ! La Coupe du monde, c’est excitant. Toute la population sénégalaise attend ça depuis seize ans, et on sait que le jour J, tous les Sénégalais seront devant leur télé. Il y a des gens qui ont du mal à trouver un boulot ou gagner de l’argent, alors à nous de les rendre fiers en jouant, que ce soit 90 ou cinq minutes... Et, à nous d’être calmes et concentrés sur le terrain pour bien commencer la compétition.

Le sélectionneur, Aliou Cissé, était le capitaine du Sénégal qui s’est hissé en quarts de finale de la Coupe du monde en 2002. Qu’est-ce que ça t’inspire ?
Il a fait ses preuves - il a emmené l’équipe olympique en quarts de finale à Londres, en 2012. C’est pour ça qu’on lui a donné les clefs de l’équipe nationale. Le coach a prouvé que les Africains ne sont pas obligés de déléguer leur équipe nationale à des sélectionneurs étrangers. Car, il y a aussi des entraîneurs au Sénégal qui ont les compétences et les diplômes pour y arriver.

Qu’est-ce qui le caractérise, Aliou Cissé, comme sélectionneur ?
« Aliou Cissé a prouvé que les Africains ne sont pas obligés de déléguer leur équipe nationale à des sélectionneurs étrangers. »
C’est un mec de caractère. Il était dur sur l’homme sur le terrain, et ça se ressent aussi à sa manière d’entraîner. Quand on regarde le Sénégal jouer aujourd’hui, on voit que c’est l’ADN qu’il nous a transmis... Si le match ne se passe pas bien, à la mi-temps, il a une façon dure, mais positive de nous rentrer dedans pour nous dire qu’on n’est pas bons. Il favorise toujours l’équipe plutôt que les individualités, et c’est en ayant l’esprit collectif que les individualités vont pouvoir ressortir après.

Tu avais douze ans lors de la Coupe du monde 2002...
Pour nous tous, c’est le meilleur moment de notre jeunesse ! On se réveillait à six heures du matin pour voir les matchs du Sénégal. Et leur parcours nous donne, à nous aussi, l’envie de marquer notre époque.

Le joueur phare des Lions, c’est Sadio Mané. C’est quel genre de personne au sein du groupe ?
C’est un leader ! Le leader technique de l’équipe. Nous, les attaquants, on aura besoin de lui pour marquer des buts, et, nous aussi, on sera là pour l’aider. On connaît la vitesse de l’attaque sénégalaise et si on arrive à combattre défensivement et être patients, on aura des opportunités en attaque.

Sept joueurs du groupe évoluaient en Ligue 1 en 2017-2018, et vous étiez trois au Stade rennais. Est-ce que ça vous rapproche particulièrement ?
Déjà, jouer ensemble en club, ça ne peut que nous aider. Abdoulaye (Diallo) et Ismaïla (Sarr) sont des bons mecs avec qui j’avais des bonnes relations avant de venir à Rennes. À Rennes, on était souvent ensembles, on parlait de la Coupe du monde et maintenant, on va essayer de gagner notre place au sein de l’équipe.

La Coupe du monde, c’est le Graal dans une carrière de footballeur. Quelles sont les épreuves que tu as traversées avant d’y arriver ?
« Je te le dis tout de suite : je n’aurais jamais pensé disputer la Coupe du monde deux ou trois ans en arrière. J’ai subi une blessure au dos, je me suis fait opérer de la cheville... »
Je te le dis tout de suite : je n’aurais jamais pensé disputer la Coupe du monde deux ou trois ans en arrière. J’ai subi une blessure au dos, je me suis fait opérer de la cheville... Mais, aujourd’hui, je veux donner le maximum pour l’équipe... Quand j'entrerai sur le terrain face à la Pologne, je penserai à mes deux années de souffrance, et je vous promets que je vais me donner à 2000%.

Tu évoquais le potentiel offensif de la sélection. Mais, avant la victoire face à la Corée du Sud, en 2018, les résultats de la sélection étaient décevants : 1-1 contre l’Ouzbékistan, 0-0 au Luxembourg... Comment l’expliquer ?
Ce sont des matchs de préparation, où le coach veut voir d’autres joueurs, essayer d’autres systèmes... Mais lors des deux derniers matchs de préparation du mois de juin – contre la Croatie (défaite 2-1) et la Corée du Sud (victoire 2-0) –, on a compris ce que le coach attendait de nous offensivement. Et, à partir de ce moment-là, ça va être beaucoup plus facile. Avec tous les joueurs qu’on a et le travail collectif qu’on a réalisé depuis trois semaines, je pense que si on met tout ça en œuvre, on va se qualifier pour les huitièmes de finale.







Propos recueillis par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom