Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. // En route vers l'Euro 2016
  2. // Top 100 Espagne
  3. // N°2

Di Stéfano, un Clásico sans ballon

Avant de devenir l’emblème du Real Madrid, Alfredo Di Stéfano a été, quelques mois durant, un joueur du FC Barcelone. Entre mythologie franquiste et errements de la direction blaugrana, la Saeta Rubia a finalement atterri chez l’ennemi merengue. Retour sur un imbroglio légendaire.

Modififié

À l’aube des années 50, le Real Madrid n’a rien du mastodonte qui s’apprête à dominer outrageusement le football continental. Les titres peinent à garnir l’armoire à trophées du vieux Chamartin, tandis que le rival blaugrana s’éclate et jouit du potentiel quasi sans limite de sa pointe hongroise. Un László Kubala qui, après une intégration ultra-sonique au ballon rond ibère, connaît une tuile médicale qui, à coups de ricochets, va pousser Alfredo Di Stéfano dans les bras de l’ennemi héréditaire de Castille. « Le Barça écrasait tout sur la scène nationale, alors que le Real n’avait remporté qu’une Liga depuis 1933 » , rembobine Jordi Finestres, auteur catalan du livre El caso Di Stéfano. « Un Barça avec Kubala et Di Stéfano faisait très peur à l’Espagne centraliste et franquiste de l’époque. » Cette vision, largement répandue dans les mémoires barcelonaises, veut que le pouvoir en place ait empêché le FC Barcelone, pourtant premier acquéreur des droits de la Saeta Rubia, de lui faire porter la liquette azulgrana. La réalité, elle, est bien plus floue. Car entre tâtonnements de la direction du FCB et coups de bluff de Santiago Bernabéu, le transfert de Di Stéfano relève plus de l’amateurisme de l’époque.

De l’Argentine à Madrid, en passant par la Colombie


En 1948, la situation du football argentin renvoie des airs de conflit social. Pour sûr, les joueurs professionnels viennent de déclarer la grève, ce à quoi les directeurs de club répondent par une formule étrange : les joueurs deviennent supporters, et les supporters des joueurs. Une situation rocambolesque qui presse la star de River Plate à prendre ses cliques et ses claques en direction de la Colombie. Un pays voisin qui, a contrario de l’Argentine, vient de créer un nouveau championnat à coups de millions de dollars et de pesetas. Quatre ans plus tard, alors qu’il évolue sous les couleurs des Millonarios - non reconnus par la FIFA -, Di Stéfano est repéré par la direction blaugrana à l’occasion d’une rencontre amicale face… au Real Madrid. Là encore, un énième problème pointe le bout de son nez : « À l’occasion d’un déplacement au Chili avec l’équipe colombienne, Di Stéfano en profite pour faire un crochet par Buenos Aires. Cette fois, il décide de ne pas retourner avec les Millonarios et s’expose à de nouveaux soucis contractuels » , expose Alfredo Relaño, rédacteur en chef de As et historien du football d’outre-Pyrénées.

Du côté de la Ciudad Condal - surnom de Barcelone -, la détection d’une infection pulmonaire chez Kubala plonge le FCB dans la sinistrose. Seul le transfert d’Alfredo Di Stéfano peut alors le sortir de ce marasme. De fait, le président du Barça, Enrique Marti, presse son secrétaire technique, José Samitier, de trouver un accord entre le joueur, River Plate et les Millonarios. Alors qu’un terrain d’entente est rapidement trouvé avec le fanion argentin, les Colombiens se révèlent de terribles négociateurs et mettent du plomb dans l’aile au transfert - ils demandent un chèque de 27 000 dollars. « Le Barça est prêt à avoir Alfredo Di Stéfano toute une saison sans jouer » , rétorque alors Enrique Marti qui, sans les droits du joueur pour l’année 1954, espère voir son chouchou débuter dès le 1er janvier 1955 au stade des Corts. À l’été 1953, Alfredo Di Stéfano s’envole donc vers la côte méditerranéenne sans l’assurance de pouvoir jouer la moindre minute officielle avant un an et demi. « C’est alors qu’Alvaro Bustamante, vice-président madridista, décolle pour Bogota et verse les 27 000 dollars au club des Millonarios » , éclaire Alfredo Relaño.

« Une humiliation par le Barcelonismo »


S’ensuit alors un imbroglio monstre, le Real disposant des droits de la Saeta Rubia jusqu’au dernier jour de 1954, tandis que le Barça prend la main à partir de 1955. Alfredo Relaño, toujours : « C’est d’ailleurs de cette situation qu’a découlé la légende selon laquelle Franco avait proposé aux deux clubs que Di Stéfano joue une saison pour l’un, puis l’une saison pour l’autre. » Reste que la Fédération propose effectivement aux deux clubs de s’échanger, d’une saison à l’autre, le joueur. Une situation qui ne perdure que quelques semaines, le temps suffisant pour que le Barça décide de céder définitivement ses parts à l’ennemi éternel. « Cela a été vécu comme une humiliation par le Barcelonismo » , relate Jordi Finestres. Pour son homologue madrilène, « c’est un sujet très compliqué » : « C’est très difficile d’affirmer que le Barça a acheté Di Stéfano à son propriétaire légal, River Plate, et que Franco a décidé qu’il jouerait au Real Madrid. » Quoi qu’il en soit, les coups de bluff de Santiago Bernabéu permettent aux Merengues de profiter, onze ans durant, des exploits répétés d’une Saeta Rubia qui commence à réécrire l’histoire du football continental en s’octroyant les cinq premières Coupes d’Europe de l’histoire. En costaud.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1 Hier à 15:00 Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 3 Hier à 13:01 La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 18 Hier à 11:32 Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 66
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom