Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Groupe C
  3. // Italie/Croatie

Di Natale devrait-il être titulaire ?

Entre un Balotelli qui a raté l’immanquable contre l’Espagne, un Di Natale qui marque cinq minutes après son entrée en jeu et un Cassano qui dérape sur les gays, Cesare Prandelli doit faire son choix. A priori, c'est encore Di Natale qui restera sur la touche. Vraiment un bon choix ?

Modififié
C’est évidemment le débat du moment en Italie. À quelques heures d’affronter la Croatie, l’Italie cherche encore son attaque. Or, après le match contre l’Espagne, on ne peut pas vraiment dire que Cesare Prandelli ait été aidé. Car, si la prestation italienne a été convaincante, celle de l’attaque laisse planer des doutes. Titulaire, Mario Balotelli n’a pas pesé comme il le devrait et a surtout raté une énorme occasion qu’il s’était lui-même procurée. Derrière, l’attaquant de Manchester City a été remplacé par Toto Di Natale. 300 secondes ont suffi au buteur de l’Udinese pour mettre au fond des filets sa toute première occasion. En fin de rencontre, Di Natale a même failli offrir la victoire aux Azzurri, avec une reprise de volée version Roberto Baggio face à la France, en 98.

Quant à Cassano, il a été bon et a offert de la profondeur, même s’il semble encore un peu juste physiquement. Par contre, Fantantonio a eu la bonne idée de faire parler de lui en conférence de presse. Une énième cassanade, en réponse à un journaliste italien qui a récemment affirmé que deux joueurs de la Nazionale cacheraient leur homosexualité. « Il vaut mieux que je ne dise pas ce que je pense, sinon ça va être le bordel et je serai attaqué de tous les côtés. C'est leur problème s'ils sont pédés. Tout cela ne me regarde pas, mais j'espère qu'il n'y en a pas en Nazionale  » , a-t-il affirmé. Quelques heures plus tard, face à l’indignation générale, Cassano demandait pardon. Prends ça, le code de l’éthique de Prandelli.

Les blagues de Toto

La vraie question est donc là : Antonio Di Natale devrait-il être aligné, ce soir, face aux Croates ? Les premières réponses émanant du camp de base de la Squadra semblent indiquer que non. Pourtant, il y a pléthore d'arguments en sa faveur. En ce qui concerne les chiffres, Di Natale est de loin le buteur italien le plus prolifique des dernières années. 28 buts en 2009-10, 29 en 2010-11 et 23 cette saison. Uniquement en championnat. À Udine, l’attaquant jouit d’une liberté totale, qui lui permet d’être le roi de l’équipe et du public. Son adresse devant le but lui a permis de retrouver la Nazionale à l’occasion de l’Euro, deux ans après sa dernière sélection, lors du Mondial 2010. Classe jusqu’au bout : Di Natale avait quitté la Squadra Azzurra avec un but (lors de la défaite 3-2 contre la Slovaquie), il la retrouve avec un but. Comme si le temps s’était arrêté. « Tu lui donnes un demi-ballon et il le transforme en but. C’est un tireur d’élite » , a dit de lui son coéquipier, Antonio Cassano.

Fantantonio n’est d’ailleurs pas le seul à faire la promo du buteur napolitain, frioulan d’adoption. « Lors des 4-5 dernières années, il a prouvé qu’il était notre attaquant le plus fort. Selon moi, il devrait jouer titulaire. Après, il est clair que c’est Prandelli qui doit faire ses choix » , a affirmé Fabio Quagliarella, son ancien pote à l’Udinese, lors d’une interview à Sky Sport 24. On l’a compris : Toto a ses supporters et les chiffres parlent pour lui. Mais alors, pourquoi mettre en doute sa place de titulaire, face à un Balotelli qui, jusqu’ici, n’a jamais rien accompli en équipe nationale ? La réponse tient de la psychologie. Lorsqu’il débute un match titulaire avec la Squadra, Di Natale, qui n’a jamais été un grand fan de la grosse pression sur ses épaules (c’est d’ailleurs pour cela qu’il a toujours refusé de signer dans un grand club), s’éteint. Cette même pression qui lui avait fait rater son tir au but, en 2008, contre l’Espagne, en quarts de finale. À ce moment-là, de son propre aveu, il a même pensé à « tout arrêter, et à redevenir maçon » . Ça aurait été con, quand même.

Trois noms, trois possibilités


Toutefois, Prandelli continue d’avoir des doutes. Garder le meilleur buteur de la Serie A comme joker de luxe risque aussi d’être considéré comme un gâchis, surtout lorsque l’on voit à quel point l’avant-centre de l’Udinese est affûté. Voilà pourquoi, lors des derniers entraînements, le sélectionneur a tout essayé. Di Natale/Cassano, Di Natale/Balotelli et Balotelli/Cassano. Or, il ne faut pas se tromper. Car le match contre la Croatie est déjà un match décisif. Les Croates ont réussi leur entrée en s’imposant contre l’Irlande (3-1) et pourraient se qualifier mathématiquement en s’imposant contre les Italiens. À l’opposé, l’Italie serait éliminée à 99% si elle venait à perdre contre l’équipe de Bilić. Il faudrait alors espérer un miracle lors de la dernière journée, sans avoir son destin entre les mains.

Prandelli n’a donc pas intérêt à se tromper sur la formation. Le profil des joueurs croates n’est en rien similaire à celui des Espagnols. D’où l’importance d’adapter le secteur offensif. Balotelli demeure le seul joueur physique de l’attaque italienne, aux côtés des « petits » Di Natale, Cassano, Borini et Giovinco. Voilà peut-être, donc, ce qui a pu peser dans la balance pour Prandelli, au moment de faire ses choix. Attention aussi à Giovinco, qui a effectué une très bonne entrée contre les champions du monde espagnols (un caviar pour Di Natale…) et qui aurait pu également prétendre, à la surprise générale, à une place de titulaire. Le beau Cesare a encore quelques heures pour prendre sa décision définitive. Et pour celle-là, il n’y a ni chiffres ni conseils d’autres joueurs qui tiennent.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 21 juin 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10 jeudi 21 juin Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 jeudi 21 juin La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou