Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Di María, le joint de Sabella

Quand il a pris la tête de la sélection, il y a un peu plus d’un an, Alejandro Sabella se trouvait face à un paradoxe. L’Argentine dispose du meilleur joueur du monde, mais elle n’en fait rien. Ou pas grand-chose. Avec Higuaín, Agüero, Tévez, Di María et Lavezzi, elle possède même probablement la plus belle force de frappe mondiale. Mais les résultats sont là, cette Albiceleste s’est fait démonter par une Allemagne largement supérieure et sortir par le petit voisin uruguayen en quart de sa Copa América. Autant dire que la mission de Sabella, franchir pour la première fois depuis 1990 un quart de finale de Coupe du monde, s’annonce compliquée. Il lui reste moins de deux ans pour se qualifier, ce qui ne devrait pas poser trop de problèmes, et préparer une équipe digne de ce nom.

Lier l’équipe

L’ancien coach d’Estudiantes bosse donc depuis un an sur deux chantiers. Sa défense, très moyenne, et son milieu, incapable de fournir proprement les attaquants. Concernant les lignes arrières, à part rappeler Ayala, le pauvre ne peut malheureusement pas y faire grand-chose, faute de joueurs de qualité. Il fait donc plusieurs tests, pas très concluants pour l’instant, même si, dans l’axe, la paire Fernandez-Garay n’a pas trop été mise en difficulté. Pour son milieu, il a trouvé un premier remède : Ángel Di María. L’Argentine abonde en joueurs talentueux devant, mais n’a personne pour les servir. L’équipe est coupée en deux, entre ceux qui défendent et ceux qui attaquent. Sabella a besoin d’un ou deux joueurs relais, capables de lier l’équipe, de jouer le rôle de la pièce indispensable qui fait tourner la machine. Le joueur du Real Madrid est une première réponse. Déjà pourvu en ailiers, le sélectionneur a décidé de le faire reculer d’un cran, pour faire circuler le ballon jusqu'aux attaquants, pour fournir et soulager Messi en lui évitant de redescendre trop bas et pour trouver la profondeur depuis une position plus en retrait. Enfin, pour être l’homme des seconds ballons, Di María disposant d’un pied gauche puissant et précis.

Les Rosarinos font la paire


Force est de constater qu’avec le Merengue dans cette position, l’Argentine a fait des progrès. Messi s’est libéré, l’Argentine a réalisé quelques matchs aboutis (Chili, Équateur, Allemagne) et son bilan depuis l’arrivée de Sabella est largement positif (9 victoires, deux nuls, deux défaites). Passeur et buteur régulier, Di María a d’ailleurs fait preuve de beaucoup d’aisance à un poste qui, à l’origine et en club, n’est pas le sien. Lorsqu’il dispose d’un groupe complet, ce qui ne lui est pas arrivé souvent, Sabella opte pour un milieu à trois, avec Mascherano en véritable 6 et la paire Gago (ou Banega)-Di María devant lui. En attaque, le trio Messi-Agüero-Higuaín tient actuellement la corde, mais il est attendu de Lavezzi et de Tévez qu’ils bousculent la hiérarchie. Un 4-3-3 qui peut se transformer en 4-4-2 si besoin, Gago s’installant aux côtés de Mascherano et Di María prenant le côté gauche. Les meilleurs matchs de l’Argentine depuis un an ont aussi été ceux de ses deux Rosarinos, Messi et Di María, vainqueurs chacun d’une Coupe du monde des moins de 20 ans avec l’Albiceleste (2005 et 2007) et des Jeux Olympiques de Pékin. Pour épauler ou suppléer El Fideo, l’émergence ou la confirmation d’autres jeunes susceptibles de jouer ce rôle est espéré (Pastore, Sanchez Miño, Lamela,…). L’Argentine a potentiellement la capacité de résoudre ce premier problème. Concernant la défense, c’est une autre histoire.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17