En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Groupe B
  4. // Real Madrid/Juventus
  5. // Notes

Di María et Pogba régalent, Chiellini la cata

Première mi-temps spectaculaire à Madrid, puis seconde période plus emmerdante. Côté madrilène, Di María a été énorme, et CR7 toujours aussi efficace devant les cages. Côté turinois, très gros match de Paul Pogba, tandis que Chiellini, avec deux grosses bourdes (un péno provoqué et un carton rouge), a totalement plombé son équipe.

Modififié
Real Madrid

Casillas (5,5) : Iker devra recopier 50 fois dans son cahier de correspondance : « Je ne repousserai plus le ballon dans l'axe. » Bah ouais, on le préfère largement quand il s'envole pour détourner des frappes de Marchisio qui filent dans la lucarne.

Sergio Ramos (6,5) : Un brin en difficulté en début de match, Sergio Ramos a une idée lumineuse pour lancer son match : aller se frotter à Chiellini dans la surface. Bien vu, le défenseur mord à l'hameçon et balance l'Espagnol. Péno, 2-1. À partir de là, Sergio Ramos n'a pratiquement plus rien laissé passer de son côté. Lien de cause à effet ?

Pepe (6,5) : Le Portugais a fait son match. face à des attaquants turinois qui se sont éteints après la première demi-heure. Solide, il a peu été inquiété. Mais quand même, on le préférait largement sans cette étrange touffe de cheveux.

Arbeloa (5,5) : La meilleure chose qu'il ait faite au cours du match, c'est ce centre parfait pour Benzema. Pour le reste, on continue de penser que, fort heureusement, il est entouré par Pepe et Sergio Ramos.

Marcelo (6) : Pendant les 25 premières minutes du match, le Brésilien a cru qu'il était attaquant. Du coup, la Juve a attaqué sur son côté et a marqué d'un centre venu de son côté. Puis Carlo a gueulé, Marcelo a reculé, et tout est allé beaucoup mieux. Même s'il continue de penser qu'il est attaquant.

Modrić (5,5) : Pas du grand Modrić. Peu de gestes de classe, beaucoup de ballons perdus notamment face à Vidal et Pogba. Et pas grand-chose de plus.

Khedira (6,5) : C'est lui qui lance l'action du premier but. C'est lui, aussi, qui ratisse 1000 ballons au milieu de terrain. Et c'est lui qui a une coupe raie au milieu plaquée avec du gel qui n'est plus à la mode depuis 1996. Peut-être même 1995.

Di María (8) : L'enchaînement « feinte/passe dans le dos de la défense » sur le premier but de Ronaldo vaut à lui seul le prix du billet. Et la louche dans la course pour Arbeloa, elle, vaut le prix de la binouze engloutie à la mi-temps. Somptueux, Angel, somptueux...

Illarramendi (6) : Match solide de celui que le Real a payé 30 millions d'euros cet été. Le carton jaune reçu à la 19e minute l'a obligé à calmer ses ardeurs et à réaliser un match plus propre que fougueux. En seconde période, il effleure le talon de Vidal dans la surface, mais le Chilien se vautre tellement lamentablement que l'arbitre ne peut pas siffler péno derrière...

Cristiano Ronaldo (7) : Une occasion franche, deux buts. Trois matchs de C1, sept pions. Une jolie comédie, un carton rouge pour Chiellini. C'est un fait indiscutable : quand le Real gagne, CR7 est dans tous les coups. Les bons comme les mauvais.

Benzema (4,5) : Quelque peu sifflé par Bernabéu, Karim. Et il y a de quoi. Karim est là sans être là, il traîne, il se déplace, mais il ne fait rien. Au mieux, des remises en retrait. Alors, d'accord, Carlo lui avait demandé de marquer Pirlo. OK. Mais ce qu'on lui demande, en vrai, c'est de marquer des buts. Et lorsqu'il en a l'occasion, à un mètre des buts vides sur un caviar d'Arbeloa, bah il la fout au-dessus. Voilà voilà.

Remplaçants : 30 secondes après son entrée, Morata a cadré une frappe, ce que n'a pas réussi à faire Benzema dans tout le match. Bale, lui, est entré pour montrer qu'il est très bien peigné et Isco pour montrer qu'il a une barbe bien taillée.

Juventus

Buffon (5,5) : Il ne peut rien sur les deux buts de CR7, même s'il part du bon côté sur le péno. Par la suite, il remercie Saint-Karim de la mettre au-dessus, puis est décisif en un-contre-un face à Khedira. Un Gigi moyen, donc.

Caceres (5,5) : Visiblement, l'Uruguayen est meilleur dans les centres que dans l'alignement. Parce que s'il s'avance en même temps que ses potes, CR7 est hors jeu. Sur l'aile droite, cela ne vaut pas Lichtsteiner, mais au moins, c'est toujours mieux qu'Isla.

Barzagli (6,5) : Contre la Fiorentina, il avait pris un sacré coup de vieux. Mais ce soir, le patron de la défense turinoise a retrouvé sa sérénité, et a été pratiquement impeccable. Et ce qui est dingue, avec lui, c'est que l'on a l'impression qu'il ne fait pratiquement rien, alors que c'est lui qui tient la baraque.

Chiellini (3) : De la Juve qui s'était imposée 2-0 à Bernabéu en 2008, il ne reste plus que lui. On ne peut pas franchement dire qu'il ait ainsi honoré la mémoire de Del Piero. Giorgio a provoqué un pénalty totalement con et s'est fait expulser en début de seconde période pour un soi-disant coup de coude (coude oui, coup non) sur CR7. A priori, lundi, il débute un CDI en tant que gonfleur de pneus chez Fiat.


Ogbonna (6) : Un bon match de la part de l'ancien du Torino. Conte a décidé de l'aligner à la place de Bonucci, suite à sa prestation catastrophique à Florence. Ogbonna a fait le taf. Ni impressionnant, ni dans les choux. Mais au moins, il a prouvé à Conte qu'il mérite mieux que de chauffer le banc.

Vidal (5,5) : Agressivité : 8. Habileté à échapper aux cartons : 9. Coupe de cheveux : 4. Plongeon dans la surface : 10.

Pirlo (4,5) : Andrea est fatigué. Cela se voit dans ses yeux. Ses passes sont moins lumineuses, ses déplacements moins incisifs, ses ouvertures moins précises. Conte l'a fait sortir à l'heure de jeu, bien conscient des mêmes choses que nous. Triste à dire.

Pogba (7,5) : Quel volume de jeu ! Ahurissant. Le Français est sur un nuage. Il a actuellement la puissance de Vidal, la vista de Pirlo et la gnaque de Marchisio. Il est « passeur décisif » sur le but, et s'est battu comme un lion jusqu'à la dernière minute. Déjà indispensable.

Marchisio (6) : Il a débuté son match avec une superbe frappe qui aurait pu se loger dans la lunette. Cela l'a mis en confiance mais, comme toute son équipe, il a baissé de pied en seconde période, jusqu'à ce contrôle raté en fin de match sur une ouverture lumineuse de Pogba qui a, quelque part, fait comprendre que la Juve ne reviendrait plus. Dommage.

Tévez (6,5) : Il est parti avec la bave aux dents. Une première frappe du gauche : à côté. Une seconde frappe du droit : juste au-dessus. Mais toute sa bonne volonté ne s'est pas concrétisée. Et l'Apache a dû rendre les armes, comme toute sa tribu.

Llorente (6) : Il a fallu qu'il revienne en Espagne pour marquer le premier but de sa carrière en C1. En bon renard, il propulse dans les cages un ballon repoussé par Casillas. Pour le reste, il a beaucoup couru, parfois dans le vide, et a dû céder sa place à Bonucci lorsque Chiellini a été exclu. Plus de temps de jeu ne serait pas de refus.

Remplaçants : Bonucci est entré sur la pointe des pieds, Giovinco a tenté de donner de la vitesse, mais a surtout vendangé une grosse occasion en fin de match et Asamoah a voulu déborder, mais n'y est jamais parvenu.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9