Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Sochaux-PSG (1-4)

Di María dresse les Lionceaux

48 heures après l'anniversaire d'un Neymar au lit mardi soir, le PSG s'est qualifié sans trop trembler (4-1) mardi soir dans un Bonal qui avait surtout la tête tournée vers les dirigeants d'un Sochaux qui sort avec les honneurs. Ángel Di María a inscrit un triplé.

Modififié

Sochaux 1-4 PSG

Buts : Martin (13e) pour Sochaux // Di María (1re, 58e, 62e) et Cavani (28e) pour le PSG.

Monsieur Li, bonnet jaune enfoncé sur la tête et écharpe jaune et bleu autour du cou pour affronter le thermomètre, tente de se cacher. C'est le retour en ville du diable : lui, le boss de Tech Pro Technology, dont la filiale Ledus, spécialisée dans les luminaires et récemment mise en liquidation judiciaire, a racheté le FC Sochaux en 2015 pour on se demande encore quelle raison. Venir à Bonal, mardi soir, était avant tout une quête de réponses et la volonté de démêler ce drôle de nœud au cerveau : où va le septième de Ligue 2, toujours en course pour un retour dans l'élite la saison prochaine, mais surtout mis sous pression début janvier par le premier flic sportif de France – la DNCG – sous la menace d'une rétrogradation du club en National à l'été si un déficit structurel de cinq millions d'euros n'est pas bouché d'ici là ?

Ainsi, où placer un huitième de finale de Coupe de France dans les têtes ? Réponse simple : au centre de la révolte populaire. L'image de la soirée restera certainement la suivante : à la demi-heure de jeu d'un Sochaux-PSG réglé consécutivement par le deuxième but parisien de la soirée inscrit par Edinson Cavani au bout d'un chouette mouvement collectif et la blessure du DJ sochalien, Florian Martin, auteur de l'égalisation de son équipe au quart d'heure de jeu avant de se faire les croisés, les supporters du FCSM ont balancé un fumigène sur la table. Sous la fumée, un message : « Payez l'amende ! » Ambiance.

Hell's Angels


Retour à la fête, malgré tout : face au PSG, Sochaux a résisté, et mieux encore, malgré l'ouverture du score précoce parisienne sur une tête de Dí Maria (0-1, 1re). Ce huitième de finale, pour les retardataires ou les personnes qui ont autre chose à faire que de s'envoyer un multiplex le mardi soir, était alors l'occasion de découvrir la philosophie de Peter Zeidler, homme dont Jürgen Klopp s'est inspiré au moment de construire son approche au début des années 2000. Quoi donc ? Du pressing haut, permanent, de l'envie, de la prise de risques : avant le deuxième but de Cavani (1-2, 28e), on a vu les Sochaliens secouer le PSG, Berenguer titiller Trapp de loin, Florian Martin faire danser Kurzawa et Verratti avant d'égaliser d'un puissant crochet du gauche (1-1, 13e), le même Martin, ouvertement anti-parisien, s'offrir une balle de 2-1 pour Sochaux, puis Alphonse glisser une tête juste à côté de la cage parisienne. Puis, le pressing haut étant exigeant et ouvrant une porte aux gifles en contre, la bande de Zeidler est tombée, logiquement. Ce PSG a un côté Hell's Angels – « à qui leur poche un œil, ils en crèvent deux ; à qui leur pète une dent, ils démantibulent toute la mâchoire » – et l'a une nouvelle fois prouvé, 48 heures après une nuit blanche au pavillon Cambon.

AAA+


De cette soirée, justement, le capitaine sochalien, Florian Tardieu, disait avant la rencontre : « Excusez-moi du terme, ils nous chient dessus. » À la mi-temps, il s'est avancé au micro et a avoué que « ça va, c'est une bonne équipe » . En diesel, le PSG, emmené par un excellent Lassana Diarra, pour la première fois titulaire avec en vue un déplacement à Madrid où Emery pourrait l'aligner d'entrée, a ensuite déroulé, enchaîné les bons mouvements, travaillé les combinaisons, et Angel Dí Maria en a profité pour s'offrir un triplé (58e, 62e). Oui, on parle bien du même Dí Maria qu'on décrivait comme argument financier pour rentrer dans les clous du FPF en juin prochain et qui pointe déjà à neuf buts en 2018. Le même Dí Maria, proche d'un quadruplé, qui ne serait qu'une solution de repli au trident Neymar-Mbappé-Cavani, mais qui ne ferait certainement pas tache au Bernabéu. Et les faits, malgré une dernière envolée de Kevin Trapp sur une frappe d'Alphonse et l'expulsion du gardien allemand pour une sortie foireuse dans les dernières minutes, laissant Dani Alves prendre les gants : voilà Paris en quarts de finale, classique.


Sochaux (4-1-4-1) : Ati - Alphonse, Ogier, Ruiz, Bergdych - Tardieu - Bérenguer, Ba, Martin (Bakayoko, 33e), Meïté (Fuchs, 73e) - Touzghar (Robinet, 59e). Coach : Peter Zeidler.
PSG (4-3-3) : Trapp - Meunier, T. Silva, Kimpembe, Kurzawa - Verratti (Pastore, 68e), Diarra (Motta, 76e), Draxler - Mbappé, Cavani (Alves, 68e), Di María. Coach : Unai Emery.




Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 40 minutes Bolt s'insurge contre un contrôle antidopage 3
Hier à 17:17 Drogba quitte le Phoenix Rising FC 8
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 12:30 Mbappé humilie Dembélé à l'entraînement 53