Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Éliminatoires
  2. // Mondial 2014
  3. // Groupe I
  4. // Géorgie/Espagne

Deuxième jeunesse pour David Villa ?

Après des mois de souffrances et de larmes, David Villa, tout doucement, retrouve le bonheur d'être sur le pré avec le Barça et la Roja. Véritable come-back ou simple tournée d'adieux ?

Modififié
15 décembre 2011, Japon, stade de Yokohama, 35e minute de la demi-finale de la Coupe du monde des clubs entre le FC Barcelone et les Qataris d'Al-Sadd. David Villa est à la lutte pour un ballon près de la surface adverse quand soudain, patatras, sur un appui en apparence anodin, le tibia gauche du Guaje lui crie « stop » et se brise. Villa s'effondre. Pep se lève de son banc, le regard bouffé par l'inquiétude. Sur le terrain, la jambe est molle, le visage du garçon déformé par la douleur. Des signes qui ne trompent pas, le verdict tombe dans la soirée : fracture du tibia gauche nécessitant un passage sur le billard. Indisponibilité minimum, cinq mois. Malgré la victoire, les Blaugrana sont en pleurs et envoient leurs plus ardents vœux de rétablissement au natif des Asturies.

Huit mois de galère

Passés le choc et l'opération, commence alors une épique course contre la montre. À peine réveillé de l'anesthésie, l'attaquant se lance un défi. « Je vais tout faire pour pouvoir disputer l'Euro avec mon pays » , annonce-t-il à l'époque sur son compte Twitter. Sans ménager sa peine, le fils de mineur va au charbon sans broncher. Le combat contre le temps du petit attaquant est rapporté par le Barça comme un feuilleton à épisodes. Villa sur son lit d'hôpital entouré de ses potes du vestiaire, Villa avec béquilles et plâtre franchissant les portes du centre d'entraînement, Villa sur un vélo d'appartement, Villa, le torse recouvert d'électrodes, courant sur un tapis roulant, Villa faisant des tours de terrain, etc. Malgré tous les efforts fournis, l'échéance approche et le tibia est encore trop friable pour taper dans un ballon. Le cœur gros, David prend son téléphone, compose le 06 de Vicente del Bosque et lui annonce la mauvaise nouvelle. Quelques semaines plus tard, quand Pedro fourre un maillot floqué du numéro sept dans son balluchon de voyage pour la Pologne, le petit feu follet sait que l'ombre de l'homme à la barbichette façon d'Artagnan plane au-dessus de lui : « Ce numéro n'est pas à moi. Le numéro sept de l'Espagne, c'est David Villa, il le récupèrera bientôt. »

À l'Euro, l'absence du larron provoque une gigantesque zizanie autour de la fameuse question du vrai ou du faux 9. Même la fière moustache de papa Del Bosque est ébranlée dans l'affaire. Meilleur dans ses appels et plus adroit devant le but que Cesc, plus polyvalent et mieux adapté au tiki-taka espagnol qu'el Niño, David manque cruellement aux siens durant les premières rencontres de l'Euro. Les ouailles de Vincent du Bois mettent finalement un terme à la polémique en ramenant à la maison le saladier européen. Alors que plus personne ne semblait y croire mis à part le principal intéressé, « El Guaje » a finalement rechaussé une paire de crampons, d'abord avec le Barça. Entré à la 75e du premier match de championnat des Blaugrana, l'ex-meilleur attaquant du globe convertit même en but l'offrande — belle preuve d'amitié — d'Andrés Iniesta. La célébration est émouvante, l'ovation du Camp Nou fait frissonner. Rebelote avec la Roja vendredi dernier en amical contre l'Arabie Saoudite : Villa entre en fin de match et inscrit le cinquième pion de la « manita » infligée par les Espingouins aux Saoudiens. « Le retour de David est une excellente nouvelle qui arrive lors d'un bon match, c'est parfait » , conclut le sélectionneur espagnol à l'issue de la rencontre.

Toujours indispensable ?


Passées les émotions des retrouvailles, une épineuse question demeure : David Villa peut-il redevenir le fantastique attaquant qu'il était ? Alors que le garçon affirme vouloir « revenir encore meilleur qu'avant » et que la communication catalane ne semble pas descendre de son nuage, le médecin du club se montre plus réservé dans les colonnes d'El Pais. « Villa va avoir besoin de beaucoup de temps pour retrouver la condition physique qu'il avait. La fracture de fatigue qu'il a contractée montre que son corps était extrêmement usé. Il faut qu'il soit très prudent et très attentif désormais » , souligne Ramón Cugat. À bientôt 31 ans et avec un corps fragilisé, celui qui est allé soutenir les mineurs asturiens en grève durant l'été risque d'avoir du mal à multiplier les appels et les débordements sur le côté gauche comme il le faisait avant. Par ailleurs, on peut affirmer sans se mouiller que le bonhomme n'a ni la stature ni le bon club pour envisager une reconversion vers un job d'attaquant axial/pivot qui fixe la défense.

Alors que le Barça ne s'est pas du tout renforcé offensivement durant l'intersaison, les dirigeants et les aficionados culés espèrent que Villa, par son retour, jouera le rôle de recrue à coût zéro. Tito Vilanova ne semble pour autant pas décidé à faire de grandes concessions pour permettre un retour en douceur à son buteur. En plus des doutes sur son état physique et sa capacité à enchaîner les matchs, le garçon devra faire avec une concurrence qui s'annonce âpre. Pendant que l'ex de Gijón bossait avec les médecins et les kinés, Alexis Sánchez, Pedro, Fàbregas et toute une flopée de jeunes loups faisaient l'étalage de leur talent. La place de titulaire risque donc d'être malaisée à gagner. En sélection, la situation est peu ou prou équivalente. Même si l'ancien bourreau des surfaces du FC Valence garde cette image de coéquipier parfait et de modèle pour la jeunesse, ses petits potes sont allés chercher l'historique triplé Euro-Mondial-Euro sans son aide. Finalement, derrière l'optimisme de façade et les deux buts en trois apparitions, le plus dur ne reste-t-il pas à faire pour « El Guaje » ?

Par Pablo Garcia-Fons
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier