1. //
  2. //
  3. // Éliminatoires CAN 2015
  4. // Sénégal/Tunisie

Deux pilules pour trois malades

Placés dans le même groupe d'éliminatoires pour la CAN 2015, le Sénégal, la Tunisie et l'Égypte sont aussi dans la même situation sportive : celle de l'équipe qui a tout pété dans les 2000's, puis qui s'est effondrée. Deux seules pourront se rendre au Maroc en début d'année prochaine. Alors que le Sénégal reçoit la Tunisie et que l'Égypte se déplace au Botswana ce soir, petit point sur des chefs-d'œuvre en péril.

Modififié
4 8
Le troisième millénaire avait si bien commencé pour eux. Dans les années 2000, trois équipes africaines vivent leur âge d'or. Le Sénégal « made in D1 » d'El Hadji Diouf se qualifie pour sa première Coupe du monde en 2002, bat la France pour son premier match et arrive même en quarts de finale, quelques mois seulement après avoir disputé - et perdu - sa première finale de Coupe d'Afrique des nations. Deux ans plus tard, la Tunisie gagne sa première CAN à domicile, Roger Lemerre sur le banc, Boumnijel et Santos sur le terrain. Les Aigles de Carthage disputent à ce moment-là trois Coupes du monde de suite (1998, 2002, 2006), leur record. Presque rien à côté de la série égyptienne. Après avoir gratté leur quatrième CAN en 1998, les Pharaons d'Ahmed Hassan et Mohamed Zidan en enchaînent trois en 2006, 2008 et 2010. Quatre ans après le dernier titre de l'Égypte, les trois étoiles de la décennie dernière se retrouvent dans le même groupe d'éliminatoires pour la CAN 2015. Le problème, c'est qu'elles n'étaient que des étoiles filantes.

Car, après la fête est venue la gueule de bois. Alors que le Sénégal s'apprête à affronter deux fois la Tunisie en cinq jours, les Lions de la Téranga ne se sont plus qualifiés pour un Mondial depuis leur aventure de 2002 et ont loupé deux des trois dernières CAN, tandis que leur adversaire a loupé les deux dernières Coupes du monde et n'a plus passé les quarts du tournoi continental depuis sa victoire en 2004. L'Égypte, qui se coltine ce soir le Botswana, la quatrième équipe du groupe, a carrément loupé les deux dernières éditions de la compétition sur laquelle elle marchait auparavant, tout en continuant son allergie à la Coupe du monde, à laquelle elle n'a participé qu'en 1934 et 1990. Il y a un an presque jour pour jour, les Pharaons se sont même enfoncés un peu plus profond dans leur sarcophage en allant prendre 6-1 au Ghana en barrages du Mondial. Aujourd'hui, les trois Pieds nickelés savent déjà que l'un d'entre eux ne verra pas le Maroc et la Coupe d'Afrique des nations 2015, et que cela constituera une énième crise pour celui-ci.

Le retour du sorcier blanc


Les difficultés de la Tunisie, du Sénégal et de l'Égypte sont difficiles à expliquer, dans un football africain dont le niveau général de la concurrence semble plutôt s'être abaissé au cours des dernières années. Au contraire, le Sénégal a pu compter sur une nouvelle génération paraissant, à première vue, encore plus forte que l'ancienne, faite de joueurs n'évoluant plus seulement en France, mais un peu partout en Europe. Lorsqu'on a vu les Lions se pointer en 2012 avec dans ses rangs des bonhommes comme Moussa Sow, Mamadou Niang, Papiss Cissé, Demba Ba ou Dame N'Doye, la tentation de les placer favoris de la CAN était grande. Et puis non, le Sénégal est sorti au premier tour après trois défaites contre des adversaires pas vraiment imbattables (la Zambie, la Libye et la Guinée équatoriale), sans doute victime du déséquilibre de niveau entre sa défense et son attaque. La Tunisie et l'Égypte, elles, ont certes eu un peu plus de mal à assurer le renouvellement de génération. Si la situation politique des deux pays peut être invoquée, ces derniers ont pourtant la possibilité de s'appuyer sur des clubs toujours puissants, qui ont remporté sept des neuf dernières Ligues des champions africaines (5 pour les Égyptiens d'Al Ahly, une pour l'Étoile du Sahel et une pour l'Espérance de Tunis, qui a disputé trois des quatre dernières finales).

Pour enrayer la machine à perdre, la Tunisie et le Sénégal ont décidé de retourner vers le vieux concept de « sorcier blanc » . Les Sénégalais avaient en effet fait appel à des sélectionneurs locaux de 2008 à 2013 avant de se tourner vers Alain Giresse, et les Tunisiens de 2009 à 2013 (avec une pige de quelques mois de Bertrand Marchand en 2010) pour finalement donner le poste au Belge Georges Leekens l'année dernière. Un rétropédalage qui semble avoir fonctionné puisque les deux équipes ont remporté leurs deux premières rencontres d'éliminatoires, battant chacune l'Égypte, qui se retrouve du coup dernière d'une poule d'où ne sortiront que deux heureux élus. Consciente de l'enjeu qui entoure la double confrontation avec les Aigles de Carthage, la Fédération sénégalaise a mis le paquet : 168,2 millions de francs CFA (un peu plus de 250 000 euros) auraient été alloués à ces matchs en additionnant les primes, le logement, le transport et le salaire des arbitres. Une somme rondelette qui fera office de tuba pour respirer sous l'eau, en attendant de remonter à la surface.

Par Thomas Pitrel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

DocteurHappy Niveau : CFA
Le salaire des arbitres ? Mouhaha en douceur tu l'as placé celle la TP
Heiseinberg Niveau : CFA
Avec 6 points pour le Senegal et la Tunisie et 0 pour l'Egypte et le Botswana, celui qui gagne entre les 2 premières équipes est a 99,9% qualifier déjà pour la prochaine CAN.

Le Senegal souffrait d'un manque de joueur de qualité au milieu de terrain car avoir Moussa Sow, Demba Cissé, Demba Ba, Dame Ndoye c'est bien c'est cool mais ce sont 4 attaquants de pointe, Dame Ndoye jouait même ailier ou 10 tellement les anciens coachs forcaient a tous les aligner en même temps puis Giresse est arrivé, il joue avec Ndoye et Cissé, exit Ba et Sow remplaçant, Sadio Mané qui est le joueur clé de l'équipe, Gueye de Lille Diamé pour équilibrer le milieu avec un autre lascar et depuis le Senegal va beaucoup mieux, a confirmer ce soir contre les aigles de carthages.
Georges Leekens est belge
Chuck Maurice Niveau : Loisir
Tu m'enlève les mots de la bouche @ruicosta81
Le niveau s'est abaissé en Afrique ? Ce qu'il faut pas lire parfois !
Parce que là, TP, tu oses affirmer que les 5 dernières nations africaines double-mondialistes sont moins fortes qu'avant, et que ce n'est donc pas logique qu'une sélection sans joueurs reconnus (Tunisie), sans défenseurs (Sénégal) et sans joueur issu des championnats européens (Égypte) n'arrive pas à se qualifier. Je pense que tu ne connais rien au football TP.
général sudiste Niveau : District
Message posté par Charrua
Le niveau s'est abaissé en Afrique ? Ce qu'il faut pas lire parfois !
Parce que là, TP, tu oses affirmer que les 5 dernières nations africaines double-mondialistes sont moins fortes qu'avant, et que ce n'est donc pas logique qu'une sélection sans joueurs reconnus (Tunisie), sans défenseurs (Sénégal) et sans joueur issu des championnats européens (Égypte) n'arrive pas à se qualifier. Je pense que tu ne connais rien au football TP.


Il suffit de regarder les matchs pour s'en convaincre... C'est la cata. Autant regarder la Gold Cup.
Combien de sélections participant à la Gold Cup en 8ème de Coupe du Monde ?
Je veux bien que le niveau des arbitres ou des joueurs locaux soit bas, mais sur les nations concurrentes, c'est-à-dire celles qui sont dans la course pour la qualification à chaque fois, le niveau a augmenté. C'est clairement mieux de regarder la CAN que la Gold Cup.
Message posté par Heiseinberg
Avec 6 points pour le Senegal et la Tunisie et 0 pour l'Egypte et le Botswana, celui qui gagne entre les 2 premières équipes est a 99,9% qualifier déjà pour la prochaine CAN.

Le Senegal souffrait d'un manque de joueur de qualité au milieu de terrain car avoir Moussa Sow, Demba Cissé, Demba Ba, Dame Ndoye c'est bien c'est cool mais ce sont 4 attaquants de pointe, Dame Ndoye jouait même ailier ou 10 tellement les anciens coachs forcaient a tous les aligner en même temps puis Giresse est arrivé, il joue avec Ndoye et Cissé, exit Ba et Sow remplaçant, Sadio Mané qui est le joueur clé de l'équipe, Gueye de Lille Diamé pour équilibrer le milieu avec un autre lascar et depuis le Senegal va beaucoup mieux, a confirmer ce soir contre les aigles de carthages.


Dis donc, tu t'y connais en football Sénégalais! Mais juste une chose, lors des deux derniers matchs de qualifications, c'était Mame Biram Diouf qui jouaient en pointe avec Sadio Mané(quelle pépite! il éclaboussera la Premier league de son talent, c'est sur!) et Dame N'doye en electron libre sur le front de l'attaque.
Demba Bâ était forfait sur blessure tout comme Papiss Cissé.

Sinon, pour en venir au match, les Tunisiens étaient venus chercher le nul. En effet, dès les premières minutes, on les voit se recroqueviller derrière pour jouer le contre et leur gardien essayer de gagner du temps, finalement il a écopé d'un carton en toute fin de partie. Et puis, quels tricheurs ils sont à vouloir tomber à chaque micro-contact pour casser le rythme du match.Finalement ils s'en sortent bien, l'arbitre qui laisse deux penaltys flagrants pour le Sénégal pour deux fautes de main.
Sadio Mané confirme match après match qu'il est le leader technique qu'on attendait depuis la retraite de Diouf et de Fadiga.

Maintenant, faudra aller à Tunis avec les mêmes intentions: gagner pour conforter la première place et se qualifier avant la fin des éliminatoires.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 8