Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour

Deux canaris pour une cage

Sérgio Conceição a sacrément secoué les Nantais depuis qu'il est arrivé, mais s'il y a un dossier sur lequel il semble être un peu flottant, c'est celui des gardiens. Il fait jouer Riou, sort Dupé du groupe pro, le rappelle quand Riou est blessé, remet Riou dans les cages, avant de le faire passer numéro deux... Bref, une politique compliquée à suivre qui commence à agacer en cette fin de saison.

Modififié
Une seule scène pour tout résumer. Si le 21 avril 2002 a été un jour compliqué pour la démocratie française, son successeur de 2017 a sonné comme un affront pour la liberté de la presse en Loire Atlantique. Le drame se joue dans la salle de presse du FC Nantes, du côté de la Jonelière. En acteur principal, le charismatique Sérgio Conceição, entraîneur des Canaris, venu parler du match à venir contre Caen dans son anorak jaune aux couleurs du club. Face à lui, les journalistes des médias locaux. Pour les séparer, une simple table garnie de micros. Une fois assis, Conceição avait lourdement posé ses coudes dessus avant d'entamer : « On va parler du match. Alors... Avant ça, je veux dire une chose. »


Un mauvais signe. Le coach avait la tête des gens contrariés, s'était raclé la gorge, avant d'enchaîner : « Les deux gardiens de la liste, c'est Rémy et Max. Vous avez eu la possibilité hier de parler avec Rémy du match. Ok ? Et vous avez pas parlé du match. Sur treize questions dans le journal aujourd'hui, douze sont sur son statut de remplaçant, et une sur son avenir. » Puis, comme un parrain qui demande à un capo de venir le rejoindre à table pour lui confier une mission un peu crade, le Portugais avait envoyé un coup de menton vers la responsable presse du FC Nantes : « Alors j'ai demandé... Appelle Max, s'il te plaît... J'ai demandé à l'autre gardien de venir parler du match aujourd'hui. Ça va ? Merci à tous. » Une fois la surprise installée, Conceição s'était levé de sa chaise en se dirigeant vers la sortie.

La liberté de Sérgio


Les journalistes présents s'étaient bien plaints. L'un d'eux avait lancé un grandiloquent et désespéré : « Mais ça s'appelle la liberté de la presse monsieur ! » Et Conceição lui avait montré sa répartie : « Mais ça s'appelle la liberté pour moi aussi. Max, parle du match s'il te plaît. Merci à tous, bonne journée. » La courte discussion qui avait suivi n'avait rien changé, et Sérgio avait tourné les talons avant de laisser Dupé seul face à la meute. Dans le fond, Sérgio Conceição n'est qu'un gros nounours mal léché et dès la semaine suivante, il s'était excusé en déclarant, toujours en conférence de presse : « Pour l’attitude, je m’excuse auprès de vous. Sortir comme ça, je m’excuse. Je dois m’habituer à certaines choses auxquelles je n’avais pas l’habitude. Il faut trouver l’équilibre, je ne me vois pas avoir de mauvaises relations avec la presse. On se voit pratiquement toutes les semaines : j’ai besoin de vous pour passer le message que je passe ici et je pense que vous aussi vous avez besoin des informations et de mon avis sur le foot. »


Mais son sketch avait illustré le malaise qui entoure la situation des gardiens du FC Nantes depuis son arrivée, et le peu de lisibilité de sa politique. Lorsque Conceição a débarqué à la Beaujoire en décembre 2016, Nantes tutoyait les relégables, mais Rémy Riou, indéboulonnable gardien de but des Canaris depuis cinq ans et capitaine, n'y était pas pour grande chose. Il était même l'une des rares sources de satisfaction de l'équipe, lui qui était l'un des grands espoirs de la fameuse génération 87 et qui s'était un peu perdu en début de carrière à cause de son manque de sérieux.

Dans le flou


Riou avait même toutes les raisons d'être confiant après l'arrivée de Conceição, puisque c'est Dupé qui en avait fait les frais en sortant carrément du groupe pro lors des premiers matchs sous le règne du Portugais. Le jeune Quentin Braat lui avait sifflé la place de numéro 2 en championnat, et même en Coupe, Conceição préférait aligner Riou, alors que Dupé avait joué tous les matchs jusqu'alors. « Je tenais à rassurer (ou pas) tout le monde, je ne suis ni blessé ni malade. Je dirais même que je suis complètement à 100% puisque j'attendais ce match depuis 7 semaines » , avait même tweeté Dupé avant un huitième de finale de Coupe de la Ligue. « Je suis payé pour faire des choix » , se contentait de répondre, bourru, Conceição.


La valse des rumeurs avait démarré, on croyait savoir que Conceição ne faisait pas confiance à Dupé à cause de sa « petite » taille – 1m86 –, ou qu'il y avait eu un problème de comportement, et le jeune portier formé au club se contentait de ronger son frein en jouant en CFA. Mais le vent tourne avec la blessure de Riou fin décembre. Dupé est propulsé numéro un du jour au lendemain, enchaîne les matchs, retrouve sa place sur le banc au moment du retour de Riou, avant de repasser subitement numéro 1 en mars, alors que Riou n'est pas blessé. « J’ai su que j’allais jouer deux heures avant le match » , jure-t-il. Pour son premier match en tant que titulaire avec Riou sur le banc, Dupé prend quatre buts contre Monaco, mais Conceição lui maintient sa confiance. Depuis, Dupé a démarré tous les matchs de Nantes comme titulaire.

Riou tape du poing


Forcément, la presse était en droit de se poser des questions sur la disgrâce de Riou, d'où la salve de questions à laquelle il a eu droit lorsqu'il s'est présenté en conférence de presse le 21 avril dernier, et qui n'a pas plu à Conceição. Pourtant, Riou avait été parfait et n'avait rien dit de compromettant, se contentant de lâcher des banalités du style « le coach fait ses choix » alors qu'en mars, Dupé avait été un peu plus rentre-dedans en déclarant : « Je ne me sans pas inférieur à Riou. (...) Je n'ai pas envie de passer ma carrière sur un banc. » Plus récemment, Riou s'est permis de lâcher un peu plus ses coups dans une interview accordée début mai à L'Équipe, dans laquelle il avertit : « Je ne me contenterai pas d'un rôle de numéro 2. J'ai déjà mangé mon pain noir depuis le début de ma carrière. On verra la saison prochaine comment ça se passe, mais je veux retrouver une place de titulaire et m'épanouir. »


Et alors que les mauvais résultats de Nantes en début de saison ne pouvaient pas être imputés à Riou, dans le sens inverse, la bonne santé des Canaris ces derniers mois n'est pas forcément à mettre au crédit de Maxime Dupé, correct, mais loin d'être éblouissant depuis qu'il est titulaire. Mais que Riou et Dupé se gardent d'aller demander des explications à leur coach, il serait capable de les embrouiller et de quitter la pièce en claquant la porte.

Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 44 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises