Deux cadors en plein renouveau

Le Clasico français ? Oui, si on se rappelle que l'OM et les Girondins sont les deux champions en titre... Donc, belle affiche en perspective pour deux clubs bien décidés à décoller du bas de classement après un inter saison agitée et un départ en championnat inquiétant. On a hâte de voir tout ça, ce soir, avec un duel de tacticiens Tigana contre Deschamps inédit...

0 0
Marseille veut décoller

Bizness, d'abord ! Enfin, Canal + tient sa première grosse affiche du dimanche soir. Because les audiences de la chaîne cryptée sur ses retransmissions en direct étaient jusque là un peu décevantes. Là, c'est le carton assuré, avec si possible une note finale d'au moins 19 sur 20... Naaaan ! Pour ça il faudrait au moins... dix buts ! Y'a jamais 10 buts en L1... Ah, si ! OL-OM de l'an dernier... Non, faut pas rêver. Un bon match, ce sera déjà pas mal. En tous cas, les attentes sont nombreuses. D'abord les rapports quasi consanguins entre les deux équipes. Deschamps a joué à Bordeaux et Tigana a joué à Marseille. Valbuena, natif de Gironde, n'a pas été retenu au centre de formation des Marine et Blanc et Alou Diarra a failli aller à l'OM au mercato. Rappeler aussi que Souleymane Diawara, lui, a bien rejoint Marseille la saison passée. Et puis, Bordeaux et Marseille ainsi que Lyon animent le championnat vers le haut depuis trois saisons. Donc, premier gros choc de L1, ce soir à Chaban pour deux équipes mal parties (2 défaites chacune) mais qui se sont repris le week-end dernier. Etat des lieux...

On n'insistera pas sur les péripéties made in OM qui ont secoué le club cet été. Juste rappeler que Niang parti, Ben Arfa a officiellement entériné son départ en se téléportant à Newcastle. Donc, sérénité à tous les étages ? Non, parce que Brandao souhaiterait partir lui aussi, vers le Rubin Kazan ! Pas fou, le Brésilien : avec la venue de Gignac et de Rémy, les places vont valoir cher devant... Si Rémy est opérationnel, ce ne sera pas le cas tout à fait de Gignac, présent dans le groupe à Bordeaux. DD n'exclut pas tout à fait de le faire jouer un peu. On verra donc avec qui et comment DD organisera sa ligne d'attaque et aussi son milieu. Le cas de Cheyrou interroge : revenu en grâce aux yeux de Deschamps, il n'a pas fortement convaincu contre Lorient (remplacé par son rival Kaboré à l'heure de jeu). Ayant clos son mercato, l'OM est désormais d'attaque, en attendant juste le retour de sa paire axiale Diawara-MBia : avec ces deux-là, se dessinera une équipe-type aussi forte que la saison passée, donc capable de défendre son titre. Enfin DD semble vouloir rester fidèle à sa formule en 4-3-3 qui lui a donné toute satisfaction la saison passée, donc des places sont à prendre à l'heure où une nouvelle donne se dessine en ce début de championnat et avant une C1 où le sort n'a pas été trop méchant avec les Marseillais (Chelsea, Spartak Moscou, MSK Zilina)...


Gare à Bordeaux !

Et Bordeaux ? On pourrait croire que la victoire au Parc contre le PSG, dimanche dernier (2-1) a créé un déclic. Une vraie rupture après le long tunnel qui durait depuis l'hiver dernier et sa dégringolade inouïe ? On verra. La prise de conscience se serait produite durant la semaine qui a précédé le PSG-Bordeaux. Jeannot Tigana a poursuivi son dialogue avec son groupe, histoire de rebooster les états d'âmes et panser les plaies de la « période noire » . Nicolas de Tavernost a été moins cool, sommant les joueurs de se bouger pour retrouver la C1 à la fin de la saison. Résultat : des Bordelais vexés, remontés comme des coucous sont venus rageusement punir les Parisiens chez eux. Pas un grand match. Ils ont mêmes été dominés. Mais la hargne des champions les a habités de nouveau. L'état d'esprit est là, de nouveau. Et Marseille peut se préparer à souffrir : même sans un jeu encore flamboyant, Bordeaux ne veut plus mourir. La phase doucement « suicidaire » semble s'estomper...

[page]
D'autres événements ont renforcé l'esprit de groupe. Pêle-mêle : Alou Diarra a confirmé son envie de rester au club, opposant une vraie fin de non-recevoir aux sollicitations de l'OM. Lolo Blanc a rappelé Carrasso, Trémoulinas, Diarra. Mais pas Chalmé, et puis surtout, pas Ciani. Ce dernier, en vrai compétiteur, l'a mal pris ( « Tombé de haut » , a-t-il dit). Du coup, entre les appelés et les non retenus, il existe une émulation en Bleu qui offre des motivations supplémentaires à la vie du groupe. Enfin, outre le départ de Cavenaghi (prêté à Majorque), Bordeaux a vendu Gourcuff avec une célérité rare : sans tapage et pour un bon prix. Une grosse perte a priori, mais la volonté du joueur était telle que le club (Tigana, surtout) n'a pas cherché à le retenir. Et puis, mine de rien, sans Gourcuff au Parc (remplaçant entré vers la fin), les Girondins ne s'en étaient pas trop mal tiré... Un nouveau système en 4-4-2 en losange se dessinerait avec pour animateurs éventuels Plasil, Jussiê... ou Ben Khalfallah. Parce que comme les choses n'ont pas traîné, Fahid Ben Khalfallah est aussi arrivé illico cette semaine. Un sacré pari ! On verra si le brillant milieu tunisien de VA réussira à s'imposer.

Autre arrivée : Moussa Maazou, en provenance de Monaco. Peut-être le petit coup de génie de Bordeaux. Le jeune Nigérien de 21 ans (18 matchs et 6 buts à Monaco en L1, l'an passé) est peut-être un futur crack que Tigana pourrait faire grandir très vite. A suivre... Idem pour Modeste, arrivé lui aussi pour réveiller Gouffran et Bellion. Là aussi, c'est une source d'émulation chez les attaquants, au même titre qu'être appelé en Bleu pique au vif quelques joueurs désireux de prendre une nouvelle dimension. Globalement, une page est donc bien en train de se tourner. Finie la période Chamakh, Gourcuff et Cavegol... Finalement, le Bordeaux de Blanc (et de Ricardo, quelque part aussi) tend à s'estomper au profit du Bordeaux de Tigana. Un Bordeaux qui lui ressemble : revanchard, travailleur, humble, qui ne lâche rien, toujours soucieux de prouver sa valeur aux autres et à soi même. L'équipe-type alignée ce soir au coup d'envoi ainsi que les remplaçants qui rentreront donneront de bons indices sur ce Bordeaux new look, soit toujours convalescent, soit reparti pour de futures conquêtes. On a envie de parier sur la deuxième option...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Appelez-le Show Hart !
0 0