Deschamps, serein mais sérieux

Le Mondial clôturé, l'attention des supporters français va se focaliser sur les clubs, en pleine phase de reprise. L'OM, club le plus populaire, fait tout pour ne pas décevoir l'attente qu'il suscite. Et DD est en confiance.

0 0
Ceux qui ont eu la chance de partir plusieurs fois en vacances l'été savent que le jour de la fin de la colonie ne tombe pas forcément la veille du départ en séjour linguistique. Il y a toujours une période de flottement, où l'on rentre chez soi en se disant que l'on est que de passage. Où l'on ne sait pas trop s'il faut défaire ses valises. C'est ce que vivent les joueurs de l'Olympique de Marseille en ce moment. Revenus d'un stage en Bretagne, ils s'apprêtent à partir pour une semaine à St Jean de Luz. En attendant, c'est retour à la case Commanderie et petite opposition en interne.


L'occasion de constater que l'association Lucho–Azpilicueta sur le côté droit est prometteuse, que Samassa a progressé dans le jeu en déviation et que les frappes de Cheyrou sont toujours aussi lourdes. Du pain béni pour Didier Deschamps, encore plus crédible lorsqu'il ressort son discours du “j'ai tout ce qu'il me faut à disposition”. En arrivant en salle de presse, l'entraîneur olympien, qui prend soin de claquer des bises aux journalistes qui l'ont connu joueur, attaque pied au plancher sur les dernières rumeurs balancées ici ou là : « Honda ? Je croyais que c'était la moto, vous voulez vraiment que je vous commente ça ? L'OM aurait reçu une proposition de Klose ? Il veut nous payer pour venir ? Tant mieux parce qu'après le parcours de l'Allemagne, on ne va pas avoir de ristourne. Le joueur allemand est d'ordinaire fiable, mais il a du mal à partir de chez lui » . Par contre, quand on lui glisse le nom d'Alou Diarra, le discours se veut tout de suite beaucoup plus sérieux : « C'est ouvert. C'est un joueur qui m'intéresse, je préfère la qualité à la quantité » . En mai, l'ancien entraîneur de Monaco avait dit qu'il souhaitait un joueur par ligne. Avec “Azpi” et Diarra, il ne manquerait donc plus qu'un attaquant. « On est loin d'avoir contacté toute la liste annoncée dans le rayon offensif. Ce qui est bien, c'est que je ne suis pas pressé. Il peut débarquer le 31 août à minuit. Tant que c'est le bon » .


En attendant, il y a donc un groupe à mettre dans les meilleures dispositions. Après avoir affronté Vannes (victoire 2-0) la semaine dernière, les Olympiens vont étrenner leur nouveau maillot face à Monaco vendredi. « Pour ce match, je peux vous dire que ça va tourner. Tout le monde va faire ses 45 minutes. En ce moment, il y a une grosse charge de travail, je ne veux griller personne. Le problème, c'est que le match de Radès se profile et que je ne pourrai pas faire 6, 8 ou 10 remplacements » se plaindrait presque le récent champion de France. Car oui, la Coupe du Monde étant terminée, le prochain évènement qui va passionner la France du foot, c'est le clasico qui se tiendra lors du trophée des Champions. Mais il ne faut pas compter sur Deschamps pour en faire la promo : « Sincèrement, je suis très content d'aller à Tunis. Oui, c'est un trophée, oui c'est le PSG en face. Mais ce qui m'intéresse, c'est les 10 mois de compétition derrière. Pas ce match » .


Pour l'instant donc, le coach attend le retour des mondialistes, prévu pour dimanche prochain. Seul Heinze aura droit à une semaine de rab. Une mesure étrange, André Ayew ayant lui aussi été quart de finaliste. « Oui mais Gaby n'a pas le même âge. Dédé est jeune, sollicité, mais dès avril, j'ai dit à ma direction que je comptais sur lui. Je l'ai eu, j'ai eu son père au téléphone. Ça parle dans la presse mais il va s'entendre avec les dirigeants et il va rester. Et pour le match du 28, j'ai deux suspendus : Niang et Brandao » . Preuve que Deschamps fera tout pour ajouter le Trophée des Champions à son palmarès.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0