En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tournée en Amérique du Sud

Deschamps cherche (toujours) sa défense

Un peu moins d'un an après sa prise de fonction, Didier Deschamps n'a toujours pas su (pu) mettre en route sa défense type à l'exception de son gardien de but (Hugo Lloris). Un puzzle permanent qui ne semble pas encore terminé. Loin de là.

Modififié
Latéral gauche : Evra, l'arbre qui ne cache plus la forêt

Patrice Evra non convoqué ? « Un choix sportif » . Voilà comment Didier Deschamps a commenté l'absence du latéral gauche inamovible de Manchester United pour sa tournée sud-américaine. Trois mots pour un malaise. Comment le gaucher, si performant dans son club, peut-il être à ce point à la ramasse chez les Bleus ? A 32 ans, l'ancien Monégasque a vraisemblablement terminé sa carrière internationale sans jamais s'être véritablement imposé. Pis, son absence ne semble choquer personne. Problème, qui est capable de prendre ce couloir durablement au niveau international en France ? Silence gêné...
Pourtant, derrière Patrice - « Je parle de moi à la troisième personne » - Evra, les concurrents sont nombreux. A commencer par Gaël Clichy. Quand Evra était dans le rouge, le Citizen n'a jamais réussi à s'imposer alors qu'ils jouent dans le même registre. Ce raté relance constamment le débat sur ce poste. Reste bien entendu Benoît Trémoulinas, bon centreur, défenseur correct et auteur d'une bonne saison bordelaise, sauf que le numéro 27 peine à hisser son niveau de jeu.
Alors peut-être la jeune génération incarnée par Lucas Digne. Le Lillois au visage en biais est un phénomène de précocité. Pour autant, rien n'assure qu'il soit capable de tutoyer les grands. Reste le cas Eric Abidal, le miraculé. L'homme qu'aucune maladie ne détruit. S'il retrouve un club compétitif, possible qu'il mette tout le monde d'accord. Même à 33 ans. Bref, comme dans la rue, la gauche c'est un vrai bordel où aucun chef ne se dégage. Ça fait déjà (trop) longtemps que ça dure.

La charnière : Varane, le potentiel en pôle

Dès sa prise de fonction, Laurent Blanc avait décidé de bâtir son axe autour de Mexès et Rami. C'était son choix. Il est mort avec cette idée. Didier Deschamps, lui, est parti au pifomètre. Il a d'abord misé sur Mamadou Sakho avant de construire autour de Raphaël Varane pour finalement se replacer avec Laurent Koscielny. Pour cette tournée, La Dèche va lancer dans le grand bain Eliaquim Mangala, le novice de Porto. Adil Rami n'est pas encore mort et Jérémy Mathieu, pourtant latéral gauche de formation, est même capable d'évoluer dans l'axe, comme dans son club de Valence. Bref, c'est un gros bordel.
Personne n'est intouchable, personne n'est tricard. Blessé pour la fin de saison, Varane n'est plus dans le coup alors que la France populaire ne voyait que lui il y a peu. C'est donc l'association Sakho-Koscielny qui devrait s'amuser face à l'Uruguay et le Brésil. Une charnière qui affiche 22 sélections en tout. C'est très peu mais c'est ce que la France a de mieux sous la main actuellement.
Pour le moment, Didier Deschamps n'a toujours pas établi de vraie hiérarchie. Potentiellement, Varane est son numéro 1 mais le Madrilène a un corps en mousse. Koscielny est donc passé patron de la défense. Faute de mieux. C'est moche car le Gunner vient de réaliser une fin de saison XXL. Quoi qu'il en soit, DD devra vite trancher afin de trouver un binôme qui marche. C'est mieux pour les automatismes.


Latéral droit : qui en veut ?

Bacary Sagna, Mathieu Debuchy, Christophe Jallet et Rod Fanni semblent tenir la corde dans le top 4 du poste. Dans leur sillage, la jeunesse montre déjà les crocs (Sidibé, Corchia). Sauf qu'encore une fois, aucun mec n'a été capable de s'accaparer le précieux sur une longue période. Alors que Sagna semblait promis à un long règne, son système immunitaire l'a trahi. Derrière, Debuchy a commencé par débarquer en costaud avant de se dégonfler. C'est donc Jallet qui a pris la relève. Trop frêle. Fanni, jamais le dernier à revenir, est donc revenu dans le game. Bref, depuis le départ à la retraite de Willy Sagnol, le poste est une véritable tournante. Tout le monde débarque et prend son pied, personne ne construit sur le long terme. Et force est de constater que cette absence de patron pénalise considérablement l'équilibre défensif d'un back four déjà peu porté sur la fidélité.
Intrinsèquement, Sagna reste le meilleur latéral droit français. Sauf que l'homme à la coupe de cheveux Mia Frye reste sur deux sérieuses blessures et n'affiche plus la même sécurité qu'à ses débuts. C'est donc un poste auquel le moins esquinté joue. Et ça, c'est tout sauf une garantie.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 17 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 16 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6