1. //
  2. // Saint-Etienne/PSG

Des Verts au cul

38ème et dernier épisode de l'haletant feuilleton Ligue 1 et duel à distance pour la 3ème place (qualificative pour la C1) entre un OL en déplacement dans l'enfer de Louis II et le PSG qui affrontera Saint-Étienne. L'occasion de vérifier si une Playstation se digère facilement.

0 2
Il est des rancoeurs qui n'ont nul besoin d'être attisées tant elles sont tenaces. Celle existante entre les deux clubs de football des villes de Saint-Étienne et de Lyon en fait partie. Alors quand vient se greffer un président taquin dans l'affaire, les limites dans l'offense deviennent de suite plus vagues. Revenons sur les faits. 25 Septembre 2010, derby “rhônalpin” de la phase aller. Saint-Étienne bat Lyon 1 à 0 à Gerland. Aulas l'a mauvaise, son équipe est vaincue devant ses supporters. Mais le président Lyonnais n'est pas homme à tout perdre le même soir et s'il se retrouve contraint de laisser filer la victoire, son honneur doit rester sauf. Il prend le “mic” et lâche une punchline de qualité : « La Ligue des Champions, les Stéphanois eux la jouent sur Playstation » . Une citation qui vient quelques peu ternir la victoire des Verts qui, malgré tout, rentrent à la maison avec 3 points dans la musette et surtout la place de leader du championnat. Le monde à l'envers vu de Lyon. 12 Février 2011, match retour à Geoffroy Guichard. Lyon expédie les Verts 4-1 (ou “catain” comme on pouvait l'entendre ce soir-là aux environs de la Place Bellecour). Trop pour le supporter Stéphanois qui, délicatement, parvient à infiltrer la tribune présidentielle pour livrer un cadeau à Jean-Michel Aulas en personne : une Playstation. Le président des Gones, décidément pas le dernier pour la déconne, riposte sans scrupule : « Ça faisait tic-tac, tic-tac. Je n'ai pas pensé à une Playstation. J'ai eu peur que ça explose en vol, un peu comme Saint-Etienne ce soir » . Du lourd. Nul doute que les supporters Stéphanois, au moins autant attachés au sens de la formule que le grand manitou lyonnais, ne manqueront pas de répondre à grands coups de banderoles.



Dans un tel contexte, comment alors ne pas penser que les joueurs de Christophe Galtier, à l'heure de pouvoir enterrer l'OL, se priveraient de balancer une crotte de nez à la barbe de leurs rivaux ? Pour plusieurs raisons en fait. La première est avancée par Jérémy “Spiderman” Janot : « On prépare ce match le plus sérieusement possible. On veut le gagner. On a notre public et notre métier à respecter. On veut finir la saison sur une note positive, accrocher un gros à Geoffroy-Guichard. Tous les projecteurs seront braqués sur nous. La moindre défaillance voulue sera disséquée. On a plus à perdre en trichant qu'en jouant le jeu dimanche. Mais je crois à une justice divine. Jean-Michel Aulas a beaucoup parlé le soir du derby. Si une Playstation nous coûte 199 euros, elle pourrait bien coûter 40 millions d'euros aux Lyonnais de l'autre côté du Rhône » . Intervention divine donc ? Sauf qu'une défaite coûterait aussi de l'argent à “Sainté”. On parle d'une perte aux alentours de 4 millions d'euros pour le club suivant que les joueurs du Forez se classent 7ème (place qui leur est promise si victoire il y a et dans l'hypothèse où les Merlus commettraient un faux pas) ou aux alentours du 12ème rang en cas de défaite. Fait aggravant, une grosse prime (probablement de quoi se payer quelques Xbox) tomberait dans le cas où les Verts finiraient au-dessus de la 9ème place. Un ménage à trois compliqué entre amour du maillot, haine de l'ennemi et attirance pécuniaire. Francis Llacer, ex joueur du PSG présent lors du “match” face à Bordeaux comptant pour la dernière journée du championnat 98-99, avait, lui, choisi son camp : « Je vais me confesser un peu. Il m'est arrivé pendant ce match d'avoir quelques absences. Je n'ai pas été des plus énergiques. Je n'ai pas donné tout ce que j'aurais pu [...] Je voyais d'un meilleur oeil le fait que le titre de champion aille à Bordeaux. Je suis sûr que si cela avait été l'inverse, les Marseillais auraient eu la même réaction que moi » .

Dans les règles

Mais au-delà des fabulations en tout genre, ce match aura bel et bien lieu. Il va donc falloir le jouer. Et, pour ce faire, les rouge et bleu seront privés de quatre de leurs joueurs titulaires dans le onze majeur : Tiéné, Chantôme, Néné et Hoarau. Difficile dans ces conditions de passer 4 pions à leurs adversaires du soir. Parce que oui, en cas de match nul entre Monaco et les Gones, c'est par 4 buts d'écart que les joueurs d'Antoine Kombouaré devront l'emporter s'ils veulent finir sur la plus petite marche du podium. Autant le dire de suite, mieux vaut espérer une victoire monégasque pour les fans du PSG. Quoi qu'il en soit et en bons compétiteurs qu'ils sont, les Parisiens voudraient que le mérite leur revienne entièrement en cas de qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Et puis, de toute façon, l'effectif parisien, le vétéran Claude Makélélé en tête, ne croit pas au cadeau : « Saint-Étienne reste un club très sérieux. Je ne pense pas qu'ils vont être démobilisés ou qu'ils vont "jouer pour nous" comme je peux l'entendre dire. Ça serait dommage pour le football. Ils vont jouer le jeu jusqu'à la fin » . Même son de cloche chez le futur capitaine en chef Mamadou Sakho : « Moi aussi j'espère que les Stéphanois joueront le match à fond, il faut que cela se passe dans les règles » .


Une rencontre, deux destins. Ce match sera soit celui où les Verts auront, plus ou moins ouvertement, tenté de crucifier leur éternel rival, soit l'énième virage raté du club de la capitale. Seule certitude, l'encre coulera quelle qu'en soit l'issue. La conclusion revient à Jérémy Janot : « Tout le monde voudrait que Paris gagne et que Lyon ne se qualifie pas. Il ne faut pas oublier que l'OL a son destin entre les mains » . Pas con.



Par Franck Lenfant

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Si les Verts ont un minimum d'amour propre ils laisseront filer le match.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2