En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Des supporters messins parqués dans leur stade ?

La remontée en Ligue 2 n'est pas de tout repos pour le FC Metz. Coincé entre les recommandations des autorités en matière de sécurité et les aspirations de ses groupes de supporters, le club se trouve pris entre le marteau et l'enclume. Ambiance…

Modififié
Le 26 juin dernier, la Horda Frénétik publiait un communiqué sans équivoque contre la direction du FC Metz. Cette association, placée en Tribune Est à Saint-Symphorien et active depuis 1997, entendait s'opposer aux nouvelles mesures de sécurité prises par le club à l'intersaison. Selon les fans, le FC Metz aurait décidé d'isoler les groupes de supporters en limitant l'accès à leur partie de tribune aux seuls membres du groupe concerné. Un accès séparé par des grillages et contrôlé par un service de sécurité, comme une « sorte de parcage habituellement réservé aux visiteurs, mais à domicile » comme le décrit un supporter de la Gruppa, un nouveau groupe apparu la saison dernière en Tribune Ouest. Dans le communiqué distribué à la presse, et signé des « Supporters de la Tribune Est, encartés ou non  » , la Horda s'offusque de ces « mesures liberticides, vexatoires et stigmatisantes » qui ont, selon elle, pour objectif de « décourager les groupes officiels et leurs membres » .

Une nouvelle politique que les fans des Grenats ne comprennent pas après une année d' « union sacrée » en National. Maxime, responsable communication de la Horda, développe : « Cette saison en National était, selon les dirigeants, la plus difficile de l'histoire du club. Il fallait que le FC Metz puisse compter sur tout le monde et là, on a l'impression que, du fait de la remontée en Ligue 2, on nous manque un peu de respect. On oublie un peu la meilleure affluence de toute l'histoire du National, les tifos, le soutien derrière le club, derrière les joueurs… »

Les bons conseils du ministère de l'Intérieur

Quelques jours plus tard (vendredi 28 juin), lors d'une seconde réunion entre le club et ses fans, la direction a annoncé aux groupes de supporters messins (la Horda Frénétik, la Gruppa et la Génération Grenat, association également présente en Tribune Ouest) que les grillages initialement prévus allaient être finalement remplacés par des bâches en plastique posées sur les sièges et que la limitation d'accès aux zones des groupes à leurs seuls membres était, pour le moment, abandonnée, ce qui permettrait aux non-adhérents de se joindre aux groupes comme les années précédentes. Selon Pierre, un des responsables de la Gruppa, la direction du FC Metz aurait surtout pris ces premières mesures répressives sur les conseils d'Antoine Boutonnet*, commissaire en charge de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), et de la Ligue professionnelle de football : « Au départ, on avait vraiment les boules contre le club. Mais de ce qu'on a entendu, Boutonnet leur aurait un peu forcé la main et obligé de mettre en place ces mesures. »

Des propos que Phillipe Gaillot, ancien défenseur mythique du club (437 matchs avec l'équipe lorraine, tout de même) et maintenant directeur général adjoint, confirme. « Il y a trois éléments qui justifient ces nouvelles mesures. Déjà, chaque club possède un nombre de points lié à différents classements dont un concerne la sécurité au stade. Il y a 10 000 points en jeu et lorsqu'un club a moins de 5000 points, il perd 20% de droits TV... Ça nous contraint à améliorer notre sécurité et mettre en place des accès mieux contrôlés avec une meilleure surveillance. Concernant le second facteur, nous avons effectivement eu M. Boutonnet qui nous a expliqué comment il voyait nos supporters depuis Paris. Ils ont une sorte de classement des fans lié à leur dangerosité et le FC Metz est assez mal placé. Il nous a surtout dit qu'il y aurait une tolérance zéro et qu'ils allaient appliquer de manière très stricte leur façon de fonctionner. Et c'est bien ce qu'on a vu lors des sanctions récemment prononcées contre Monaco, Nice ou encore Guingamp avec de fortes amendes, des huis clos et même des matchs délocalisés comme pour Bastia l'année dernière. Le dernier facteur est le coût des forces de police que l'on nous facture à chaque match et qui est complètement disproportionné par rapport à un club de notre taille. »

Un club avec le cul entre deux chaises

La direction messine veut donc éviter de se mettre la Ligue et les forces de l'ordre à dos et se retrouve « dans l'obligation d'appliquer certaines mesures » . Mais pas question pour autant d'entrer en conflit avec les supporters. S'il dénonce un premier communiqué des supporters « un peu injuste » à l'encontre du FC Metz, Gaillot est bien conscient de l'importance des groupes de fans : « On est en train d'essayer de trouver des solutions pour rentrer à la fois dans le cahier des charges de la Ligue, de la sécurité urbaine et de la police et, en même temps, trouver une formule qui puisse correspondre aux supporters. On a déjà assoupli une partie du dispositif, parce que nous nous voyons mal encadrer nos groupes de supporters qui sont à la fois les plus fidèles et qui mettent de l'ambiance dans le stade. Mais, ce n'est pas intéressant pour eux non plus d'avoir des huis clos ou des amendes… »


Un assouplissement qui a déjà permis de remplacer les grillages par de simples bâches sur des sièges, mais qui ne convient pas totalement aux fans. « Ça ne sert pas à grand-chose de mettre des bâches sur les côtés, explique Pierre. Ce n'est pas solide, rien ne va tenir. Et même si ça ne fait qu'1m50, on prend ça comme un enfermement. » « Tout le monde va les piétiner, renchérit Maxime de la Horda. Après, on ne veut pas critiquer les dirigeants. Vu qu'apparemment, ils ont des recommandations de la Ligue et de la police. Mais on aimerait quand même être un peu plus soutenus par le club. Il y a eu quelques problèmes la saison dernière (notamment à Rouen où les Messins ont essayé d'esquiver l'escorte policière avant de se faire attraper et de retourner directement en Lorraine, à Orléans où un fumigène a détruit quelques sièges de leur parcage ou lors de la réception mouvementée de Nice en coupe, ndlr), mais là, on mélange tout. » Devant l'insistance des autorités, la voie est étroite pour le FC Metz. Pour les ultras messins, et plus largement français, aussi.

Par Antoine Aubry avec Quentin Blandin

* So Foot a tenté de joindre, mardi et mercredi, Antoine Boutonnet, sans succès.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures 414€ à gagner avec Barça & Bayern il y a 8 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
il y a 8 heures 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
il y a 11 heures Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 13 il y a 13 heures Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 9 Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 47 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 25 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9