1. //
  2. // Amical
  3. // Turquie-Russie

Des poupées russes et des têtes de Turc

C'est un match amical entre équipes qui n'ont plus vraiment envie de sourire. Sorties laminées et humiliées dès le premier tour de l'Euro, la Turquie et la Russie entament leur long travail de reconstruction, à base de stars laissées à la maison, et de nouveau coach adepte du coup de bâton.

Modififié
1 51
Avec le coup d'État raté du 15 juillet, la Turquie n'aura pas mis bien longtemps avant d'avoir d'autres sujets de conversation que son Euro désastreux. Et pourtant, même au milieu de ce n'importe quoi généralisé du putsch avorté, le ballon rond avait quand même réussi à se montrer. Au moment du grand nettoyage d'un président Erdoğan déchaîné et déterminé à ne plus voir une seule tête dépasser, un mandat d'arrêt avait été émis contre la légende Hakan Sükür, jugé trop proche de l'ennemi du pouvoir, Fethullah Gülen. L'ancien attaquant de Galatasaray est tout simplement accusé d'être « membre d'un groupe terroriste armé » , et a eu la bonne idée de partir s'installer aux États-Unis fin 2015, ce qui lui a évité d'être arrêté. Mais ce soir, à l'Antalya Arena, il ne sera question que de football pur, et de ce match face à une autre équipe sortie en lambeaux de son Euro, la Russie. Et si aucun coup d'État n'est pour l'instant prévu du côté du Kremlin, les choses ont beaucoup bougé autour de la sélection russe depuis la catastrophe de cet Euro à un nul et deux défaites. Le coach, Leonid Slutsky, a été viré dès la fin du mois de juin, sans qu'aucun remplaçant ne soit désigné. « Nous n'avons pas d'entraîneur, nous n'avons pas d'équipe. Nous repartons de zéro » , se désolait le président de la Fédération russe début août, alors que le poste était encore vacant. Dans le même temps, une pétition en ligne demandant la dissolution de l'équipe lancée après la débâcle récoltait près d'un million de signatures, autour de ce simple credo : « Nous demandons l'exclusion de tous les membres de la sélection 2016, qui ne justifient pas nos espoirs et se sont discrédités aux yeux de la Russie. »

L'Anatolie à la dérive


Les deux équipes étaient arrivées en France au mois de juin avec des ambitions. Mais alors que la Russie présentait la deuxième équipe la plus âgée de la compétition, la Turquie débarquait avec une bande de jeunes en qui Fatih Terim, le sélectionneur, disait avoir une confiance absolue : « Je suis sûr qu'il ne leur faudra que cinq minutes pour s'acclimater à l'atmosphère d'un grand tournoi. (…) Nos joueurs sont affamés. » Il n'était sans doute pas sans savoir que son équipe avait une cote de popularité au plus bas en France à cause des déclarations sur l'Europe d'Erdoğan, ou de la minute de silence sifflée à Istanbul après les attentats du 13 novembre. Mais les Turcs ont réussi l'exploit de se faire lyncher également à domicile dès le premier match perdu face à la Croatie. « Je suis très déçu et attristé des critiques des journalistes turcs » , grondait alors le capitaine Arda Turan. Au match suivant, face à l'Espagne, il allait passer une heure et demie à se faire siffler et huer par ses propres supporters à chaque ballon touché. Non convoqué face à la Russie, il regardera le match depuis son canapé. Pourtant, après le dernier match de poule remporté face aux Tchèques, coach Terim se voyait déjà en huitièmes et fanfaronnait : « Il faut attendre les résultats de demain, mais j’estime qu’on a 80 à 90% d'être qualifiés. Je serais extrêmement frustré et navré si ce n’est pas le cas. » Lancé dans ses fantasmes, il disait même rêver d'un parcours du type Euro 2008, où les Turcs avaient atteint le dernier carré. Ce soir, il fera face au nouveau sélectionneur russe, qui lui est tout sauf homme à s'emballer.

Des moustaches et du champagne


Chez la Sbornaya, le nouveau patron se nomme Stanislas Tchertchessov, et ce moustachu bourru, ancien gardien du Spartak et de la sélection dans les années 90, n'est pas du genre lyrique. Réputé dur avec ses hommes, il a commencé par ne pas rappeler les trois quarts de l'équipe présente à l'Euro. Ainsi, pour le match de ce soir, seuls huit des 23 sélectionnés de juin dernier ont survécu : « Nous avons besoin de créer la bonne alchimie pour que les joueurs soient heureux lorsqu'ils rejoignent l'équipe nationale. En premier lieu, nous allons devoir faire en sorte que l'on respecte de nouveau l'équipe. » Après l'Euro, où les hools russes ont été plus remarqués que les joueurs, l'équipe de Russie était devenue une source de désespoir au pays. L'attaquant Aleksandr Kokorin et le milieu Pavel Mamaev avaient même réussi à se faire griller début juillet – alors que l'Euro n'était pas terminé – en boîte à Monaco, en train d'acheter 500 bouteilles de champagne pour rincer tous les clients. Une addition à un quart de millions d'euros, pour des bouteilles qui avaient été servies avec l'hymne russe joué à fond. Pour aider le football russe à se relever, les solutions les plus folles ont été imaginées, à l'image de cette idée du secrétaire général de la Fédé, Anatoli Vorobiov, qui voulait que tous les joueurs de la sélection rejoignent le même club pour apprendre à jouer en ensemble. De façon plus réaliste, le nombre de joueurs étrangers dans les clubs russes va être limité à six, pour aider les locaux à s'imposer et à progresser. Car après être sortis tout piteux de l'Euro en France, on n'ose pas imaginer ce qu'il adviendrait des joueurs russes s'ils se ridiculisaient à domicile lors de leur Coupe du monde dans deux ans.

Kokorin et Mamaev s'amusent en boîte à Monaco :


Youtube


Par Alexandre Doskov
Modifié

Dans cet article

Note : -2
De toute façon y'a encore beaucoup de mec pas blanc qui osent aller jouer en Russie? Je regarde pas le championnat mais au vu des trucs scandaleux mais relativement courant là bas qu'on voit passer... La Russie, comme tout régime autoritaire veut une équipe de foot à son image fantasmée: des grands gaillards, viril, blanc, qui vont donner leurs vie pour la mère patrie. AMBIANCE.

PS: n'oubliez on pas que la Russie et Poutine sont des modèles pour votre amie blonde au papa borgne.
Note : 1
Message posté par zinczinc78
Ce serait quand même comique que la Sélection Russe soit éjectée de sa propre Coupe du Monde par la FIFA pour dopage d'état..


Il n'y pas de dopage dans le foot, au contraire du cyclisme, de l'athlétisme, du Foot US, du Hockey (Gazon/Glace), du Basket, du Judo, de la Boxe, de la natation, du Curling.

Le Foot est un sport propre et professionnel, qui respecte les valeurs de l'Olympisme et de l'humain.

Où la FIFA/UEFA et autres fédé continentales n'intervient jamais sur les politiques intérieures des pays organisateurs de ses compétitions et où la corruption est un mot inconnu.
Message posté par UnBelge
De toute façon y'a encore beaucoup de mec pas blanc qui osent aller jouer en Russie? Je regarde pas le championnat mais au vu des trucs scandaleux mais relativement courant là bas qu'on voit passer... La Russie, comme tout régime autoritaire veut une équipe de foot à son image fantasmée: des grands gaillards, viril, blanc, qui vont donner leurs vie pour la mère patrie. AMBIANCE.

PS: n'oubliez on pas que la Russie et Poutine sont des modèles pour votre amie blonde au papa borgne.


Blah blah blah... C'est sur le belge avec tes repères à terroristes, tu as beaucoup de leçon à donner.

Et chez nous avec un président a 14% qui continue à faire ce qu'il veut dans un système qui au fond n'as de démocratique que le nom, puisque les députés ne représentent absolument pas les gens mais sont des instruments à la botte des partis, moi je me sentirais pas de donner des leçons de démocratie au Russes. Mais bon, c'est bien connu, les moutons n'ouvrent jamais les yeux quand on les mènent à la tonte puis à la fin à l'abbatoir...
Peñarol mi Amor Niveau : National
Note : 2
La Russiphobie qui transpire par tout les pore de certains intervenants est quand même assez dingue.
Pas étonnant lorsque l'on voit que cette Russophobie se propage a tout les étages du "Monde libre" otanisé.
Quand je pense a cette immense farce de dopage d'athlétes russes que le CIO a voulu nous faire avaler...

Un belge reproche donc a la Russie d'être un pays blanc, sans immigration massive de peuplement qui va donc à l'encontre des sociétès ouvertes de Soros et de tout les ultra-mondialistes destructeurs, et Poutine se voit donc qualifier de suprématiste ? Ben voyons...

La Russie serait donc un régime autoritaire ?
Tu y est déjà aller ? Tu en a deja causé avec quelques russes ? Ou tu tient tes sources de la RTBF, BFM, i-tele ou tout les autres médias institutionnels ouest-européen ?

Quant à la derniére parties de ton raisonnement, qui ne souhaiterait pas voir son équipe nationale défendue par des patriotes ? Ah oui, c'est vrai que vous avez oublié cette notion en Europe de l'Ouest...

@Sidlfc:

Personellement, je souhaite de tout coeur que la Russie fasse un immense parcours à domicile, sa fera fermer le clapet d'un bon nombre d'idiot. Et je ne suis pas sur qu'insérer le conflit ukrainien la-dedans soit propice vu sa récupération et sa complexité, balayons tous devant notre porte, comme on dit...
Message posté par zitka
Blah blah blah... C'est sur le belge avec tes repères à terroristes, tu as beaucoup de leçon à donner.




Si sur le reste,je ne peux te donner tort ,là par contre ta réflexion est aussi débile que la sienne en terme d'amalgame et d'a priori
Note : 2
L'immense variété démographique, n'en déplaise à certains, se retrouve également dans l'équipe nationale. Cherchessov est ossète d'origine musulmane tout comme le toisième gardien Dzhanaev. Dzagoev est d'origine ossète mais du côté géorgien, Ozdoev est musulman et tchétchène, Mario Fernandes est un brésilien naturalisé tout comme l'était Guilherme, Samedov est azéri alors que Dzyuba, Poloz et Gazinsky sont tous d'origine ukrainiennes. La présence de ces joueurs reflètent donc l'immense variété culturelle qui existe en Russie avec pas moins de 185 ethnies différentes, 35 langues officielles ou encore la présence millénaire de toutes les grandes religions dans certaines régions russes. Je pense donc que l'intervention de notre ami visant à voir la sélection comme la recherche d'une dream-team d'übermensch grands, blonds et slaves est légèrement faussée... Il y a d'ailleurs eu un article dans les médias sportifs récemment qui proposait un sondage sur quels joueurs récemment naturalisés seraient les meilleurs pour défendre les couleurs de la sélection et la préférence des internautes allait à Mario Fernandes et Joaozinho, qui est loin d'être l'archétype du slave basique...
D'ailleurs la première fois qu'un joueur naturalisé russe avait été évoqué c'était en 1999 avec le joueur du Spartak Tchuisse qui avait finalement opté pour le Cameroun. Les russes avaient à l'époque plutôt bien accuilli cette éventualité.

Pour revenir sur le racisme en Russie, il s'agit avant tout d'un problème d'ignorance. Sans minimiser sont existance, le racisme russe s'apparente davantage à de la xénophobie à savoir plutôt une peur de ce que l'on ne connaît plus qu'un sentiment avéré d'aversion pour une ethnie ou une couleur de peau. L'immigration africaine étant très récente, il faut également laisser le temps aux russes de s'y habituer. Si l'on compare le début de l'immigration africaine en Europe de l'Ouest et le début de l'immigration africaine en Russie on y retrouve bien des similitudes dans le comportement des autochtones envers les immigrés. Soyons un peu patient et l'avenir nous donnera probablement une évolution positive au sort de immigrés africains en Russie. N'oublions pas que le père de la langue moderne russe, Alexandre Pouchkine, était lui-même métis et les russes voient en lui un des si ce n'est LE plus grand écrivain russe.

Concernant Poutine, sa politique tranche avec celle du monde occidental mais comparons ce qui est comparable. La Russie est un état nouveau qui sort d'une période de far-west juridique, avec un pouvoir gangréné par la mafia, avec des problèmes démographiques gravissimes (il y avait à peu près 4 femmes pour 1 homme en 1990) et une situation proche de la guerre civile. En 15 ans la Russie est passé d'un pays du tiers-monde à une super puissance capable de rivaliser avec la Chine ou les USA. Alors bien qu'il y ait beaucoup à faire en matière de démocratie, tous les russes mangent aujourd'hui à leur faim, l'espérance de vie a gagné près de 15 ans et tout le monde peut aujourd'hui espérer vivre dignement et surtout en sécurité. Vous pouvez parler avec n'importe quel russe et j'espère qu'il ne me contredira pas. Après un autre que Poutine l'aurait-il fait? Probablement... Mais on ne le saura jamais. Je pense qu'il faut faire preuve d'indulgence avec la Russie et lui laisser le temps avant de la juger...

Si l'on en revient au football maintenant, j'apprécie beaucoup l'approche de Cherchessov qui n'a pas hésité à trancher dans le vif et écarter un bon nombre de cadres pour repartir de zéro. La décision de ne pas convoquer Kokorin et Mamaev est courageuse et j'espère qu'elle leur permettra de se remettre en question et de donner plus pour la sélection. C'est aussi intéressant de voir que Cherchessov est prêt à s'appuyer sur l'ossature de Rostov et de ses bons résultats récents alors que tous les joueurs avaient été ignorés par Slutskiy.

Enfin, un petit message à tous les haters, j'ai hâte que la Russie organise une magnifique coupe du monde sur l'exemple des JO à Sotchi et qu'un si grand pays de sport ait enfin l'opportunité d'organiser la plus belle des compétitions. Rendez-vous dans deux ans et espérons qu'on ira le plus loin possible!
Peñarol mi Amor Niveau : National
Message posté par THFC18
L'immense variété démographique, n'en déplaise à certains, se retrouve également dans l'équipe nationale. Cherchessov est ossète d'origine musulmane tout comme le toisième gardien Dzhanaev. Dzagoev est d'origine ossète mais du côté géorgien, Ozdoev est musulman et tchétchène, Mario Fernandes est un brésilien naturalisé tout comme l'était Guilherme, Samedov est azéri alors que Dzyuba, Poloz et Gazinsky sont tous d'origine ukrainiennes. La présence de ces joueurs reflètent donc l'immense variété culturelle qui existe en Russie avec pas moins de 185 ethnies différentes, 35 langues officielles ou encore la présence millénaire de toutes les grandes religions dans certaines régions russes. Je pense donc que l'intervention de notre ami visant à voir la sélection comme la recherche d'une dream-team d'übermensch grands, blonds et slaves est légèrement faussée... Il y a d'ailleurs eu un article dans les médias sportifs récemment qui proposait un sondage sur quels joueurs récemment naturalisés seraient les meilleurs pour défendre les couleurs de la sélection et la préférence des internautes allait à Mario Fernandes et Joaozinho, qui est loin d'être l'archétype du slave basique...
D'ailleurs la première fois qu'un joueur naturalisé russe avait été évoqué c'était en 1999 avec le joueur du Spartak Tchuisse qui avait finalement opté pour le Cameroun. Les russes avaient à l'époque plutôt bien accuilli cette éventualité.

Pour revenir sur le racisme en Russie, il s'agit avant tout d'un problème d'ignorance. Sans minimiser sont existance, le racisme russe s'apparente davantage à de la xénophobie à savoir plutôt une peur de ce que l'on ne connaît plus qu'un sentiment avéré d'aversion pour une ethnie ou une couleur de peau. L'immigration africaine étant très récente, il faut également laisser le temps aux russes de s'y habituer. Si l'on compare le début de l'immigration africaine en Europe de l'Ouest et le début de l'immigration africaine en Russie on y retrouve bien des similitudes dans le comportement des autochtones envers les immigrés. Soyons un peu patient et l'avenir nous donnera probablement une évolution positive au sort de immigrés africains en Russie. N'oublions pas que le père de la langue moderne russe, Alexandre Pouchkine, était lui-même métis et les russes voient en lui un des si ce n'est LE plus grand écrivain russe.

Concernant Poutine, sa politique tranche avec celle du monde occidental mais comparons ce qui est comparable. La Russie est un état nouveau qui sort d'une période de far-west juridique, avec un pouvoir gangréné par la mafia, avec des problèmes démographiques gravissimes (il y avait à peu près 4 femmes pour 1 homme en 1990) et une situation proche de la guerre civile. En 15 ans la Russie est passé d'un pays du tiers-monde à une super puissance capable de rivaliser avec la Chine ou les USA. Alors bien qu'il y ait beaucoup à faire en matière de démocratie, tous les russes mangent aujourd'hui à leur faim, l'espérance de vie a gagné près de 15 ans et tout le monde peut aujourd'hui espérer vivre dignement et surtout en sécurité. Vous pouvez parler avec n'importe quel russe et j'espère qu'il ne me contredira pas. Après un autre que Poutine l'aurait-il fait? Probablement... Mais on ne le saura jamais. Je pense qu'il faut faire preuve d'indulgence avec la Russie et lui laisser le temps avant de la juger...

Si l'on en revient au football maintenant, j'apprécie beaucoup l'approche de Cherchessov qui n'a pas hésité à trancher dans le vif et écarter un bon nombre de cadres pour repartir de zéro. La décision de ne pas convoquer Kokorin et Mamaev est courageuse et j'espère qu'elle leur permettra de se remettre en question et de donner plus pour la sélection. C'est aussi intéressant de voir que Cherchessov est prêt à s'appuyer sur l'ossature de Rostov et de ses bons résultats récents alors que tous les joueurs avaient été ignorés par Slutskiy.

Enfin, un petit message à tous les haters, j'ai hâte que la Russie organise une magnifique coupe du monde sur l'exemple des JO à Sotchi et qu'un si grand pays de sport ait enfin l'opportunité d'organiser la plus belle des compétitions. Rendez-vous dans deux ans et espérons qu'on ira le plus loin possible!


+1000 !
Note : 2
Message posté par Peñarol mi Amor
Oula, quel niveau d'argumentation, dis-donc...

Eh oui mon petit, en politique, c'est souvent le moins mauvais qui doit prédominer. Je ne te dis pas que Poutine, Assad ou Saddam sont des saints, mais j'ai trés peur de ce qui pourrait ou qui est venu ensuite (Medvedev, les zigotos kurdes en Irak ou le "conseil Syrien libre" exilé en Arabie Saoudite...).

Si tu pense que tu est libre parceque tu est en occident, libre à toi. En tout cas, et de ce que j'ai pu voir a chaque fois que je me rendais chez mes grands-parents à Homs durant mon enfance, je peut te dire que le peuple syrien sous Assad pére et irakien sous Saddam n'avait pas grand chose à envier au mode de vie occidental. Aujourd'hui...


Je suis toujours surpris comme certains peuvent justifier la barbarie de dictateurs au nom du moins pire (qui demeure une hypothèse, rien ne dit que se serait pire sans eux mais passons).

Concernant Poutine ou Saddam je n'ai pas la capacité de développer de façon certaine, même s'il me semble que les libertés publiques et personnelles ainsi que l'Etat de droit sont plus respectés en France que sous ces régimes passé ou présent. Mais je peux me tromper. Les barbaries, la censure, le monopole politique, le népotisme, les violences diverses dont les régimes de ces personnes sont accusés seraient des fabulations ou déformations occidentales...

Il est en revanche prouvé que le régime d'Assad utilise des camps et établissements d'internement et de concentration, la propagande, la censure et la torture. Y'a eu plus de 240 000 morts en 4 ans du fait de ce régime. Alors ce chiffre est peut être majoré par nos médias occidentaux.

Ce qui est certain c'est que les témoignages de ceux qui ont vécu les camps d'Assad, l'internement d'office et autres outil de violence de la force Etatique, eux, sont bien réels. Selon ces témoignages on enferme arbitrairement dans ces "hôpitaux", on tue, on torture, on viole, et parfois on libère aussi finalement. Dès lors qu'un pouvoir utilise ce genre de procédés je ne comprends pas comment on peut le soutenir... Et tes stats de 85% c'est assez drôle aussi, en France peut être qu'en 1942 un propagandiste aurait pu tenir le même genre de discours sur le soutient de la population Française à Pétain, est ce que pour autant ça aurait été un argument recevable ?

Pour conclure, je me sens assez libre dans ma France occidentale, je peux dire "Hollande est un connard" sans rien risquer, je peux exprimer publiquement mes opinions sans avoir peur, ou dire que je ne crois pas en notre politique, en notre république. Je pourrais dire que je suis royaliste, ou même pro Poutine ou Assad tient, je ne risquerait pas grand chose. Comme toi qui ne risque rien en t'exprimant librement sur un média occidental, occident que tu sembles pourtant pas mal mépriser. C'est loin d'être parfait, mais je ne cracherais pas dans la soupe.
Le problème de la politique russe c'est qu'il n'y a pas d'alternatives crédibles à Poutine... Les principaux adversaires de Poutine sont Zyuganov du parti communiste et Zhirinovskiy qui est issu de l'extrême-droite... Aucune de ces deux variantes ne satisfont l'électorat. Ensuite, il y a à chaque nouvelles campagnes de riches oligarques qui tentent leur chance mais ils ont tous un problème commun. Aucune fortune acquise dans les années 90 ne l'a été de manière complètement légale et tous traînent d'immenses casseroles derrière eux... Il est donc facile de les décrédibiliser et de ruiner leur campagne en ressortant tel ou tel scandale. Il faudra attendre la génération suivante voire encore celle d'après de politiciens et d'hommes d'affaires ayant acquis leur fortune honnêtement sans que l'on puisse les faire tomber instantanément pour que Poutine soit confronté à un vrai candidat. En attendant, les russes semblent quand même se satisfaire de la situation car Poutine ne tue pas de grand-mère et ne torture pas à tour de bras.

Il y a aussi une autre composante importante de la politique russe, c'est l'organisation pyramidale de l'état. Je m'explique: ma marraine est prof de français à la fac à Moscou. A chaque présidentielle, son supérieur vient lui dire qu'elle doit voter pour Poutine parce que si le gouvernement change, son supérieur sera remplacé par quelqu'un qui sera mis en place par le nouveau pouvoir car son propre supérieur sera remplacé et ainsi de suite. En sachant cela, et que la Russie compte énormément de fonctionnaires, l'issue des votations est vite comprise. Je pense que plus que Poutine c'est la corruption le mal numéro un de la Russie...

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Ben Arfa, silence radio ?
1 51