Des Merlus pris dans les filets

Les hooligans lyonnais ont animé Lyon - Tottenham. Les forces de l'ordre sont chargées de Lyon-Lorient le 25 février dernier. Du côté des supporters des Merlus, on se demande ce qu'on a bien fait pour mériter un tel traitement.

Modififié
270 16
Lyon, dimanche 25 février 2013. Alors que l’OL mène 2 buts à 1 face à Lorient, une certaine animation dans le secteur visiteur attire l’attention du public de Gerland. Une trentaine de CRS et de membres de la SIR, la Section d’Intervention Rapide mise en place par la Division Nationale de Lutte conte le Hooliganisme, accompagnés de quelques stadiers investissent les travées réservées aux fans lorientais. Les forces de l’ordre semblent chercher une personne dans le petit groupe de supporters visiteurs. Après quelques secondes de flottement, ils finissent par interpeller quatre membres des Merlus Ultras. Trois d’entre eux sont immédiatement placés en garde à vue. Un pour « introduction, détention et usage d’engin pyrotechnique » , les deux autres pour « violence aggravée  » .



Pourtant, tout avait bien commencé pour les ultras bretons. Venus à une vingtaine, ils évoquent une « ambiance bon enfant » au début du match, notamment suite à l’ouverture du score de leur équipe. « Certains s’étaient même mis torse nu, malgré la neige » , précise Sly, un des responsables du groupe. Tout change, au bout d’une heure de jeu, avec l’allumage d’un pot de chlorate, sorte de fumigène sans flamme, interdit dans les stades, comme tous les engins pyrotechniques. « Dans un premier temps, un stadier descend pour éteindre l’engin, explique Sly. Deux minutes après, c'est un deuxième qui s’avance pour faire descendre notre "capo" (le leader qui lance les chants, ndlr) du muret et l'emmener à l'écart. Comme on n’est pas nés de la dernière pluie, on s’est interposés, sans pour autant que ça parte en vrille.  »


Une intervention policière vigoureuse



Pendant que les supporters lorientais tentent d’expliquer aux stadiers que le personne qu’ils tentent d’appréhender n’est pas la bonne, puisqu’elle était « debout sur le muret, les deux mains prises par un calicot » au moment de l’utilisation du chlorate, les forces de l’ordre débarquent dans le parcage. Le responsable des Merlus Ultras présente leur version des faits : « Les policiers sont rentrés en tribune de façon virulente, pour distribuer des coups de matraque télescopique à la pelle, créant encore plus la confusion, rendant le dialogue impossible alors qu'à aucun moment, un coup n'a été donné de notre côté, que ce soit sur un stadier ou un flic. Certains supporters ont été pointés avec un flashball à bout portant et à hauteur de visage alors que personne parmi nous n’a opposé de résistance physique. L’affaire Casti n’a pas dû leur servir de leçon. Ils ont ensuite procédé à différentes interpellations. »

Une vidéo filmée par des supporters lyonnais du virage sud et plusieurs témoignages recueillis auprès de ces mêmes supporters semblent accréditer la version des ultras lorientais, au moins partiellement. S’il est difficile de distinguer des coups de matraque, la vidéo montre des membres de la SIR, des CRS et des stadiers malmener les quelques fans des Merlus. Interrogée sur les motivations de ces interpellations et sur leur déroulement, la préfecture du Rhône n’a malheureusement pas souhaité répondre à nos questions.



Du côté des ultras bretons, on est choqué par cette intervention : « Pourquoi autant de policiers pour une vingtaine de personnes ? Pourquoi les stadiers ou membres des forces de l’ordre ont refusé tout dialogue alors que nous ne demandions que ça ? » . Si leurs camarades ont été relâchés le lendemain après-midi, les poursuites ne sont pas forcément abandonnées. D’autant que le FC Lorient devrait déposer une plainte contre les trois interpellés. «  On pouvait penser que notre club défendrait ses supporters : on s’est bien plantés.Les trois supporteurs sont innocents dans cette affaire, c'est pour cela que la plainte nominative du FC Lorient nous paraît complètement illogique  » soupire Sly…

Les ultras lyonnais au soutien

Seule bonne nouvelle pour les Merlus, les responsables du virage sud lyonnais sont entrés en contact avec eux peu après la rencontre pour leur proposer de l’aide, bien qu’aucune amitié préalable n’existe entre les deux groupes. Une attitude « normale » aux yeux de Roux, un des meneurs du groupe ultra Lyon 1950 : «  Depuis la manif’ à Montpellier, on essaie d'être solidaires entre ultras. Là, on trouvait légitime de témoigner et de manifester notre soutien aux supporters lorientais. C'était une intervention complètement disproportionnée. A aucun moment, on n’a vu de la violence de la part des supporters de Lorient, ils essayaient plutôt d'éviter les coups. Si les trois supporters qui étaient en garde à vue sont sortis sans convocation au tribunal, ils ne sont pas à l'abri de recevoir une interdiction administrative de stade de la part du préfet dans les prochaines semaines. C'est pour cela qu'on leur a proposé les services de notre avocat, qui nous défend contre toutes les interdictions administratives abusives délivrées par la préfecture, dans le cadre de notre association (Association Lyonnaise de Défense des Supporteurs du Virage Sud, ndlr) » .

Des suites de Lyon-Tottenham ?


Comme le reconnaît Roux, les supporters lorientais « n'ont pas eu de chance. Ils sont arrivés trois jours après les incidents avec Tottenham, la police était sur les dents  » . Ces incidents violents, qui se sont déroulés dans un quartier touristique la veille du match d’Europa League, ont en effet suscité un grand émoi dans la capitale des Gaules à tel point que l’OL a présenté ses excuses au club et aux fans des Spurs. Un hooligan lyonnais a d’ailleurs assumé ces incidents dans Le Progrès tout en niant leur dimension antisémite.

Peut-être que la situation localement tendue a influé sur le mode d’intervention des forces de l’ordre auprès des fans lorientais. Quoi qu’il en soit, il est regrettable que l’usage d’un engin pyrotechnique, certes interdit dans les stades mais n’ayant eu en l’occurrence aucune conséquence, soit traité d’une manière similaire à des violences entre supporters ou envers les forces de l’ordre.

Antoine Aubry, avec Anthony Cerveaux et Quentin Blandin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

NikkoFromLyon Niveau : CFA
Des flics bêtes et méchants voilà ce que ceux qui ont vus cette scène ont pu constatés.
Il n'es agir pas de faire du ACABIT tout aussi simpliste juste de constater la débilité et la violence excessive de certains actes policiers.
Et comme c'est a l'encontre de supporters ou même pire de gens se donnant une étiquette ultra, cela passe sans bruit.

Les Lorientais étaient une 30aine, en bas de parcage c'était très jeune et effectivement il y a eu du chlorate, suivi donc d'une entrée cowboy des policiers, tant dans l'attitude que dans le nombre totalement disproportionné.
Ce genre de comportements ne peut qu'engendrer ressentiment de la part de personnes qui sont aussi des citoyens au quotidien.

Petite anecdote perso il y a de cela qqs jours en sortant du virage sud bloc central, je vois en haut des escaliers de la tribune, 3 personnes me regardés fixement. Des flics en civil; je continue mon chemin en en parlant avec deux de mes collèges avec moi puis me retourne pour regarder le trio, un des 3 me fixe encore, me fait un geste du menton, je souris et la il me fait un doigt ! Résultat je souris encore et dodeline la tête devant son geste ridicule, que n'avais je pas fait, les 3 vont me sprinter pour me récupérer en bas des escaliers de sortie de la tribune. Tout y est passé, contrôle d'identité, intimidations a la limite de la menace, mes collègues mis de côté sans ménagement, la scène va durer plus de 5 minutes, il faudra l'arrivée de leur responsable pour qu'il mette fin a la scène et m'évite de passer sans doute qqs heures sur un banc au poste. Dur de respecter la Police qui fait pourtant un métier difficile et utile avec de tels comportements juste crétins.
NikkoFromLyon Niveau : CFA
Ligne 2 : j'ai voulu écrire il ne s'agit pas de faire du ACAB (salaud d'Ipad !)
Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
C'est toujours la même histoire...
C EST IN-TER-DIT par la loi d'amener des engins pyrothechniques. A partir de la comment peut on défendre ces mecs

Si ils respectent la loi personne ne leur tapera dessus.
En 2016 les policiers vont rire...
Les serbes ou autre supporters vont ramener beaucoup de fumi et ne vont pas essayer de dialoguer.

Faut vite trouver des solutions pour que tous les supporters puissent faire ce qu'ils aiment c'est à dire supporter leur équipes tout en respectant des consignes de sécurité qui elles doivent changer car pour moi un fumi maîtrisé n'est pas plus dangereux que 30 supporters qui peuvent arracher des sièges etc...
LibidoPostToxico Niveau : National
De memoire les supporters Lorientais ne sont pas connus pour leurs méfaits ! ce sont plutot des gars sans histoires
Bizarre tout ca !
Message posté par Jean-Bonbeur
C'est toujours la même histoire...
C EST IN-TER-DIT par la loi d'amener des engins pyrothechniques. A partir de la comment peut on défendre ces mecs

Si ils respectent la loi personne ne leur tapera dessus.


C'est quoi ce discours simpliste? "C'est la loi alors j'obéis". Désolé d'aller chercher un point Godwin mais ce genre de discours t'aurait permis de justifier la délation de feuj en 40.

Je suis d'accord que c'est à ses risques et périls quand quelqu'un allume ce genre de trucs, mais c'est pas nouveau que les flics ont tout le temps des réactions disproportionnées.

Le sujet pour moi, va au delà du simple constat d'une infraction. Ici, et comme souvent, que ce soit dans des stades de foot ou en dehors, (sur la route au hasard), les flics/gendarmes (tous ensemble unis pour une fois) se comportent bien trop souvent comme des shérifs de Western. Pour moi, ce n'est pas normal d'appréhender de rencontrer les forces de l'ordre alors même que tu n'as rien à te reprocher, or c'est le cas d'une majorité de la population (je pense).

Alors après, même si je n'en suis pas arrivé à cet extrême, je conçois clairement qu'on puisse chanter "mort aux vaches", tout simplement parce que lardus/gendarmes se complaisent dans une espèce d'impunité que les gens vomissent. Ils sont responsables de l'ordre dans notre pays, ça ne devrait pas en faire des supérieurs hiérarchiques de chaque citoyen.

Complexe d'infériorité? Complaisance dans le "pouvoir" qui leur est donné? Je n'ai pas les causes et je veux pas me présenter en analyste aguerri. Je constate juste qu'il y a un problème avec ces gens là, et qu'il faudra bien y rémedier un jour ou l'autre, sans quoi il faudra pas s'étonner de continuer à voir des flics se faire agresser voir tuer.

Et c'est pas avec Valls qui veut se faire mousser par les condés que ça risque de changer.
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Pourquoi ne pas autoriser les fumigènes via des directives spéciales (personnes autorisés, dans des endroits spécifiques etc ...) ? C'est sur que ça tue la spontanéité et que ça n'aura plus la meme saveur, mais apparemment certains ne veulent rien entendre.

Au niveau des flics, ils font les malins mais un jour il y en a un qui va finir comme Nivelle ils viendront pleurer après ! Car faut pas se leurrer, les interventions des flics causent encore plus de problèmes qu'elles n'en résolvent ... Ça devient très préoccupant ! Car un peu, ne serait ce qu'un peu, de dialogue permettrait d'éviter bon nombre d'IDS, condamnations et incidents pour des faits qui sont au départ insignifiants !
One Night Stand Niveau : DHR
@ Jean-Bonbeur : tu voles un bonbon dans un magasin et on te chope, tu vas pas te faire tabasser pour ça... Il y a un principe de proportionnalité à respecter...
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
Note : 3
Ils vont être beaux nos matchs de L1 pour la saison 2016-2017, des équipes de pleurnichards, des stades de base-ball, une lfp à la ramasse et la plupart des médias aseptisés. Miam, on a hâte d'y être.
ca commence a difficile de supporter son équipe a l extérieur.
apres le p s g mais personne se révolte on assiste a des comportements similaires pour les bordelais dimanche et now les lorientais....
On atteint le summum de l hypocrisie a la direction des clubs.
Laura Bordelaise Niveau : CFA2
C'est la fête en ce moment :/ Même en étant une femme, je ne me sens pas en sécurité surtout en déplacement si on se fait lyncher comme ça.
Ma femme ou ma copine, je lui interdis de faire un dep officiel en parcage.
Je l aime trop.
Ya quand même un truc... Depuis un mois, ça devient nimp' ! Sainté, PSG, Lorient, Lyon... De plus en plus d'Ultras se font chargés par des condés... Il faut reconnaitre que tout cela est étrange, on peux pas dire que Lorient sois connu pour son hooliganisme quand même !
J'ai comme l'impression quand même qu'on essaie de faire péter les plombs a tout les ultras..
Laura Bordelaise Niveau : CFA2
On entends pas beaucoup les présidents de club quand même. Alors qu'ils savent ce qu'ils doivent aux ultras.
Message posté par Jean-Bonbeur
C'est toujours la même histoire...
C EST IN-TER-DIT par la loi d'amener des engins pyrotechniques. A partir de la comment peut on défendre ces mecs

Si ils respectent la loi personne ne leur tapera dessus.


La pyrotechnique est dans le mouvement ultras donc il y en a dans les stades...
Je suis né en 1948 et on peut me considérer comme un adepte du football à papa, celui où les stades n’étaient pas des lieux d’enfermement, on pouvait avoir un siège pratiquement sur le terrain ou derrière les buts, on n’était pas fouillé à l’entrée du stade, on amenait ses drapeaux, son casse-croûte et ses boissons (même des bouteilles en verre), on pouvait envahir le terrain à la fin des matches, serrer la main des joueurs toujours abordables, les supporters des deux équipes se côtoyaient dans une atmosphère bonne enfant, il n’y avait pas un « képi » à l’horizon, tous les matches avaient généralement lieu en même temps le dimanche à 15 h, etc… et surtout il n’y avait pas de ligue professionnelle et ses règlements absurdes….en somme un vrai bonheur !

Aujourd’hui, les joueurs ne courent plus, ils marchent et de ce fait sont rémunérés bien au delà des efforts fournis, la plupart des clubs sont au bord de la faillite (108 millions de déficits cumulés en 2012), les terrains sont souvent dans un état déplorable (sauf ceux qui ont choisi le synthétique), les horaires sont dictés par des exigences télévisuelles, le spectacle fourni est souvent loin de répondre à l’attente du public au regard du prix payé, et je ne parle pas de l’arbitrage, sans doute le plus mauvais d’Europe. On a créé des périmètres de sécurité au tour des stades, on y rentre qu’après une fouille approfondie et on interdit l’entrée des boissons (même les bouteilles en plastique), drapeaux et autres objets susceptibles d’être « dangereux ».

La ligue professionnelle, présidée par le dénommé THIRIEZ considère pourtant que tout va bien et tente de nous persuader que nous avons le meilleur et le plus attractif championnat en Europe…

Reste le problème des groupes de supporters. Ceux-ci ont évolué à l’instar de la société, et il est vrai que l’hooliganisme est une réalité détestable surtout quand il se teinte de relents fascisants et de violence gratuite. Mais la plupart de ces groupes, même dans leur dénomination d’ultras, ne mérite pas ce déchaînement policier aveugle qui tape sur tous ce qui bouge sans discernement (cf. les articles récents du site de SO FOOT concernant les derniers incidents entre supporters et forces de l’ordre en sont la preuve), ces réactions inadaptées de stadiers zélés qui n’ont aucune tolérance pour la notion de fête et tout ce beau monde se réfère à la nécessité du maintien de l’ordre public pour brandire plaintes, amendes, interdictions de stade, ou dissolutions des groupes (ce qui est la moins intelligente des solutions), etc…

Or souvent, ces groupes de supporters sont souvent les seuls à créer une réelle animation dans les stades et ont le courage d’effectuer des déplacements lointains pour soutenir leur équipe, et pour cela ils ont besoin d’être soutenu par les clubs et non considérés comme des « parias ».

Les dirigeants, sous la coupe de la Ligue Professionnelle de Football et de ses règlements absurdes, n’osent pas aller contre sous peine de se voir sanctionnés de fortes amendes (l’exemple de celles infligées pour envahissement de terrain à Rennes et St Etienne à la fin des demi-finales de la Coupe de la Ligue est affligeant et Pierre DREOSSI a raison de s’indigner). Il est temps qu’un dialogue constructif s’installe entre les différentes composantes, car la répression sans discernement et l’application d’une réglementation trop rigide ne sont certainement pas le meilleur moyen pour promouvoir un sport qui se veut populaire et synonyme de fête… !

Ô nostalgie quand tu nous tiens… !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
270 16