1. // Amical
  2. // France/Belgique
  3. // Les Notes

Des Bleus sans patron

L’équipe de France semblait trop fatiguée pour jouer le coup offensivement. Les Belges, eux, ont pressé en amical, ce qu’ils ne font visiblement pas en éliminatoires. A l’arrivée, ça donne un 0-0 qui ressemble à une grosse blague bien lourde.

Modififié
6 9
Fellaini (7) : Au milieu, il semblait plus rapide, plus puissant et il n’avait aucun complexe à le montrer. Un peu comme quand un -15 joue avec des -13 et qu’il se fout d’être démasqué.

Rami (7) : Toujours aussi tranchant dans ses interventions. A un moment, il a voulu aller parler à l’arbitre en espagnol, puis il s’est ravisé, se rappelant qu’il n’est pas toujours très heureux dans cet exercice.

Lloris (7) : Pas grand-chose à faire mais quand il a fallu sortir le double arrêt alors que tout le monde s’endormait, il était là. Il faut donc être vraiment méchant pour lui reprocher son dégagement raté. Surtout qu’en plus, le mec a le brassard mais ne se prend pas au jeu, il sait que ça ne va pas durer.

Kompany (6) : Il s’est jeté sur chaque balle qui lui était donné, comme si c’était un match important. Peut-être juste qu’il répétait ses gammes, peut-être qu’il voulait donner encore plus de regrets à Aulas, qui ne l’avait pas recruté à l’époque d’Anderlecht.

Benzema (6) : C’est peut-être le numéro 10, toujours est-il que le Benz’ a voulu se la jouer Rooney. Et vas-y que je décroche au milieu, que je préfère donner dans la belle ouverture pour les copains… A noter par contre, que pour Lizarazu, il tire les coups francs, « comme Cristiano Ronaldo » . Bon.

Sakho (6) : Même si au niveau des relances, ce n’était pas ça, il a parfaitement répondu au défi physique imposé par les diables rouges. Avec une défense à cinq et un attelage Rami-Méxès-Sakho, si ça se trouve, l'Espagne c’est jouable.

Menez (6) : On approche de Noël, en fin de match, Laurent Blanc a donc fait rentrer la pub ambulante pour la nouvelle collection de jouet « Mon petit poney » . Sympa. Une belle promo, manquait plus qu’un des rennes de Canalsat.

Ribéry (6) : Même s’il y a du mieux, ce n’est toujours pas vraiment ça. Le Munichois n’a pas de spontanéité dans son jeu, ou alors il est très vite repris par le démon de l’individualisme. Par contre, à la fin, au micro de TF1, il a fait un joli clin d’œil, en s’exprimant comme un Belge l’aurait fait.

Van Buyten (6) : Une tête qui a failli surprendre Lloris, pas de boulette et un clin d’œil pendant l’hymne, l’ancien Olympien a réussi son retour en France. Peut-être pas autant que Cana la dernière fois.

Abidal (5) : Au début, il a voulu monter, aider devant. Mais très vite, il a compris que sa couverture allait foirer, qu’on allait se rendre compte qu’il était toujours aussi limité techniquement. Alors il est redescendu, comme ça on dit juste que «  c’est un joueur du Barça, il est fatigué  » .

Rémy (5) : Malgré un Vermelaen qui voulait éliminer tout le potentiel offensif d’un adversaire direct en Ligue des Champions sur ce match, Rémy a pu s’économiser tranquille. Ouf. Bon par contre, pour ceux qui sont venus au stade pour voir un match de foot…

Cabaye (5) : Un bon début de match, qui faisait dire qu’avec lui et M’Vila, l’équipe pouvait très bien jouer en 4-4-2, puis plus rien. Peut-être que la sortie du Rennais l’a refroidi.

Malouda (5) : Il est rentré sur le terrain, juste pour actualiser son nombre de capes. Désormais plus important que celui de Platini. C’est aussi choquant que lorsque Steve Marlet a dépassé le nombre de sélections de Just Fontaine.

Hazard (5) : Deux trois percées, mais jamais une seule action décisives.

Giroud (5) : Savidan a de quoi avoir le sourire, sa rentrée de folie n’a pas été égalée.

Martin (4) : Au milieu, c’était un peu comme à Manchester City la saison dernière : ils étaient trois pour faire le boulot de deux. Dans le rôle du fainéant cette fois, le double M. Et puis si c’est pour entendre Christian Jeanpierre crier « Allez Martin » à chaque coup de pieds arrêtés…

M’Vila (non noté) : Pendant un moment, il a fait rêver toute l’équipe de France paraolympique, qui s’est dit qu’elle allait pouvoir compter sur un renfort de poids. Peut-être pour ça d’ailleurs que le public du Stade de France a fait une Ola pour sa sortie. Mais en fait, ce n’est pas si grave. N’empêche, c’est Antonetti, qui avait demandé à ce qu’il ne joue pas les deux matchs, qui va être content.

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

pour reprendre le titre d'un article sur le même sujet celui-ci est "nul à en mourir"

mention spéciale pour "On approche de Noël, en fin de match, Laurent Blanc a donc fait rentrer la pub ambulante pour la nouvelle collection de jouet « Mon petit poney ». Sympa. Une belle promo, manquait plus qu’un des rennes de Canalsat." OK OK
ET sinon, Witsel, Gonalons, Réveillère ou Miralas, ils ne méritaient pas leurs notes eux aussi?

Il y a certes des joueurs transparents sur un match, mais eux ont plutôt été en vue lors des rares actions de ce match. A moins que le rédacteur ait fait entrer Witsel dans la note de Fellaini. Vite vu, on peut parfois confondre.
Le commentaire sur Menez est savoureux.

Celui sur M'vila beaucoup moins.
Les notes étaient beaucoup plus intéressantes quand ça cassait à tour de bras et que ça faisait des références à tout bout de champ. Là c'est franchement tristoune. Autant se faire chier à lire l'équipe...
cool les chapeaux pour le tirage au sort! Imaginons: Espagne, Allemagne, Portugal, France ce serait énorme, sauf pour la France 1 point dans le meilleur des cas!
Les passages sur Menez et M'Vila sont géniaux! Et Malouda je confirme ça la fout mal!
Marlet mouhouhaha!!!
M'vila a juste fait une Lassana Diarra 2010 style: je veux pas en être
"Pendant un moment, il a fait rêver toute l’équipe de France paraolympique, qui s’est dit qu’elle allait pouvoir compter sur un renfort de poids."

On a le droit de vouloir être drôle en faisant dans le mauvais goût. Sauf que quand ça ne fait pas rire, c'est juste du mauvais goût. Débile.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La Roja découvre le doute
6 9