En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Albanie/France (1-2)

Des Bleus sans meneur

Si le match d'hier a bien prouvé une chose, c'est que la France manque cruellement d'un meneur de jeu.

Dans les médias, il y a plusieurs joueurs pour endosser - sans qu'on ait besoin de trop les forcer - le costume du boss. Dans les bus aussi. Sur le terrain, en revanche, l'équipe de France manque cruellement de meneur. Après un début de match plus réaliste qu'autre chose, elle a livré une seconde mi-temps plus inquiétante par moments. Complètement dominée par l'Albanie, sans la moindre idée de jeu apparente, l'EDF a résisté tant bien que mal, et placé quelques contres, ça et là. Et puis là aussi, tant qu'à faire. Laurent Blanc, certainement un peu indigné par ce qu'il a vu, a préféré faire dans le déni en fin de match, au micro de TF1. Dès lors, la ressemblance avec les Bleus de Domenech était trop troublante pour ne pas être franchement gênante...

Pourtant, au début, c'était vraiment bien parti, et on y croyait. Un nouveau sélectionneur, une nouvelle génération à intégrer. Une vraie possibilité, après l'ouragan Knysna, de repartir à zéro. Et puis finalement, aujourd'hui, une quinzaine de mois après, on se demande toujours, au fond, ce que vaut vraiment cette équipe. Et plus l'Euro approche, plus on a peur de la réponse. Si d'aventure, les Bleus se foiraient dans les grandes largeurs comme lors de la dernière coupe du Monde ou de l'Euro suissautrichien, cela ferait trois compétitions de suite ratées, et la France pourra alors se demander si la recette du succès n'est pas toute simple : un grand joueur (Platini, Zidane) sinon rien.

Benzema surnage

Sauf qu'aujourd'hui, point de Zidane et encore moins de Platini. Au poste de meneur de jeu, en charge de renverser le cours du match en prenant le jeu à son compte, Samir Nasri a une nouvelle fois donné le sentiment de ne pas avoir le volume de jeu nécessaire. Multipliant les touches de balle, manquant de tranchant, de vision, pire, d'ampleur, il a donné raison à Laurent Blanc, qui, comme tout le monde sauf lui-même, attend plus de Nasri. Sa belle frappe sur le poteau résume d'ailleurs un peu la situation : s'il l'avait mise, il serait passé pour le patron, celui qui a assuré la victoire. Là, il est encore passé pour celui à qui il manque ce petit quelque chose qui fait la différence avec les plus grands. Du coup, quand il sera enfin de retour de blessure, Yoann Gourcuff aura toujours le droit à sa chance. Plutôt efficace, voire décisif, en Equipe de France, Yoyo sera toujours perçu comme par une bonne partie du public comme trop lent, trop juste, pour diriger la manoeuvre. C'est vrai qu'il pourrait être plus incisif, mais en attendant, il semble davantage avoir en lui cette faculté à rendre les autres meilleurs que Nasri, à lier le jeu de l'équipe, et il serait grand temps que les Bleus jouent mieux que la simple addition de leurs talents ("Gourcuff + Nasri" en tête).

En attendant, s'il y en a un qui est devenu incontestable, c'est bien Karim Benzema. Hier encore, il a joué les patrons en marquant le premier but, celui qui ouvre le score et débloque la situation en première mi-temps. Karim a définitivement pris une dimension internationale et s'inscrit comme le titulaire indiscutable en pointe de l'EDF, malgré la fraicheur de Kevin Gameiro. Toutefois, le niveau de son avant-centre ne règle en rien le problème de l'animation offensive, comme toute la deuxième mi-temps albanaise l'a prouvé hier, limite par l'absurde. 63% de possession de balle pour l'Albanie en deuxième mi-temps ; contre la France, c'est tout de même un chiffre assez rare. Les Bleus furent totalement dominés en seconde mi-temps. Si c'était l'Equipe d'Italie, on ne s'en ferait pas, mais pour les Bleus, davantage : ce n'est pas vraiment le style maison. Le milieu de terrain a sombré, reculé de plusieurs mètres, et personne n'a su mettre le pied sur la balle pour remettre les siens dans le bon sens.


Martin attend son heure

Du quatuor offensif, le premier à sortir s'appelle Florent Malouda. A droite, il a fait un match quelconque, et ce côté ne semble définitivement pas pour lui. Problème, à gauche, il n'est pas forcément plus convaincant. Sa période bleue paraît derrière lui. Comme il le désirait, à "gaucheuh", Franck Ribéry n'a pas non plus fait des étincelles mais davantage de dégâts dans la défense adverse. C'est à peu près tout ce qu'il faut attendre de lui d'ailleurs : percer un peu la défense adverse. Car en aucun cas Ribéry ne peut mener le jeu, c'est maintenant une évidence (mais il peut effectivement venir tâter du blindage comme personne, et sur un côté, il va vite redevenir indispensable). Alors qui ? Marvin Martin, rentré trop tardivement (à la 83ème), n'a même pas eu l'occasion de se mettre en valeur. Son heure viendra peut-être, mais pour l'instant, il lui faut déjà gagner sa place de titulaire. Le jeune sochalien sent effectivement très bien le jeu, et a cette capacité à jouer vers l'avant digne des plus grands. Surtout, tout le monde l'a remarqué, sa double initiale est un signe quand il s'agit de chercher le nouveau Zinedine Zidane. Mais si l'on en est réduit à s'accrocher à des trucs pareils, c'est peut-être que l'équipe de France a encore plus besoin d'un meneur de jeu qu'on ne le croit...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 50 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7
À lire ensuite
Le bulletin de notes