1. // Euro 2012
  2. //
  3. // Bilan

Des Bleus à l’âme…

La piteuse fin d’Euro de l’équipe de France a rappelé l’immensité du chantier en cours. C’est une certitude, les Bleus ont besoin de choix radicaux. Reste maintenant à savoir lesquels et avec qui. Demain, ça commence aujourd’hui.

Modififié
0 75
Samedi soir, la France a connu la pire des défaites. Car c’est une défaite « honorable » . Celle qui vous permet de déverser un florilège d’âneries après le match. Au hasard : «  On sort grandis de cet Euro. » (Benzema), « Les Espagnols nous craignaient. » (Blanc), «  L'équipe de France a montré un beau visage.  » (Diarra), et on en oublie car, en la matière, les Bleus ont trouvé des ressources sans fin. C’est fou comme l’être humain peut se mentir à lui-même et, en l’occurrence, les footballeurs sont terriblement humains. Mais faut-il s’étonner de leur créativité extrême quand, quasiment chaque jour depuis deux semaines, ils ont su inventer de nouveaux épisodes sulfureux de leur vie internationale. Au vrai, il n’y a qu’un seul endroit où les joueurs de Laurent Blanc auront été d’une grande pauvreté, c’est sur le terrain. L’Espagne a dominé la France en jouant à 60% de ses moyens, quelque part entre footing et marche à pied, sans presque jamais avoir besoin d’accélérer.

En clair, les Bleus ont joué ce quart de finale avec l’unique ambition de ne pas se ramasser une avoine. Si c’est ça, alors la mission est réussie. Après tout, on a les succès que l’on peut obtenir… Au vrai, il y avait, samedi soir à Donetsk, un peu tous les ingrédients qui plombent l’horizon tricolore depuis bientôt six ans : une forme d’impuissance, un manque d’implication générale et, bien entendu, tout un lot de signes d’irrespect profond pour le groupe, pour le maillot, pour le public, pour les médias. Évidemment, la FFF et le staff tricolore se sont empressés de nous expliquer que l’objectif était un quart et qu’il est tenu. Stricto sensu, c’est imparable.

Blanc a fauté

Pourtant, selon les circonstances, un quart ne dit pas nécessairement la même chose qu’un autre quart. Il y a fort à parier que les sentiments anglais, grecs ou tchèques sont infiniment éloignés des aigreurs françaises de sortie de tournoi. Car tout est affaire de dynamique et celle-ci n’est vraiment pas à l’avantage de l’équipe de France. Il y a eu comme une déliquescence au fur et à mesure que le tournoi avançait, tant sur le terrain qu’en dehors et souvent les deux sont intimement liés. Beaucoup crient aux petits branleurs, synonymes des « caïds » de 2010, et ils ont vraiment raison. Sous prétexte d’un supposé talent, ils sont quelques-uns à n’en faire qu’à leur tête, sans autre cadre que leurs propres envies, leurs propres pulsions même. Ça, c’est entendu. Mais pourquoi ne pas aussi mettre sur la table la responsabilité de Blanc ? Comme en politique, le Président n’a pas pu, ou pas su, tenir toutes les promesses.

Car la désignation du champion du monde 1998 obéissait à la fois à un choix technique et à un choix moral : avec lui, on allait voir ce qu’on allait voir, et il était dit que l’équipe nationale ne serait plus le théâtre des dérives subies sous le mandat Domenech. Pourtant, Blanc a failli. La faute aux joueurs, bien sûr, mais aussi la sienne. À ne rien dire quand Nasri a insulté des journalistes après son but face à l’Angleterre, le Cévenol avait ouvert une porte : celle de la permissivité tant décriée sous Domenech. Si cet Euro a été une découverte du haut niveau pour beaucoup de joueurs, Blanc en a aussi découvert les exigences au cours de ces dernières semaines. Oui, le haut niveau ne pardonne pas les approximations, sur le pré comme dans la gestion de ceux qui y évoluent. Et ce qui vaut pour toutes les équipes, l’est doublement pour ces Bleus-là.

Se souvenir de Canto et Gino

Fatalement, on se demande : et maintenant, on fait quoi ? La première question qui se pose est celle du sélectionneur. Avec ou sans Laurent Blanc, telle est la question. Poursuivre avec lui n’est pas une idée plus mauvaise qu’une autre. Après tout, on bâtit vachement mieux sur la continuité, même si celle-ci doit inclure son lot de ruptures. Signer un nouveau blanc-seing (sans jeu de mots) au staff actuel serait un très mauvais signal. Le reconduire, oui, mais en pointant ce qui n’a pas été. En ce sens, Blanc va devoir admettre qu’il y a un ménage à faire. Ça crée souvent des démangeaisons, le ménage en profondeur, ça peut même provoquer quelques douleurs, mais il faut définitivement en passer par là. Non, Knysna n’a pas été le naufrage d’un homme un été. Il a traduit un malaise profond qui habite le football français depuis un certain 9 juillet et l’absolution donnée immédiatement à Zidane après un coup de boule létal.

Longtemps, Blanc s’est réfugié logiquement derrière une realpolitik consistant à penser : « Comment me passer des mutins, puisque nous n’avons pas mieux en stock ?  » Ça se tient, sauf quand le mieux est l’ennemi du bien. Peut-être faut-il envisager de construire avec des éléments supposés moins forts individuellement, mais bien plus dans l’esprit, tant dans l’expression collective sur le terrain que dans la vie de groupe. Un choix cornélien ? Pourtant, l’Espagne et l’Allemagne ont su se passer respectivement de monstres tels que Raúl et Ballack (qui ont chacun n’importe quel Bleu dans chaque orteil, hein) pour pérenniser une idée collective, avec le succès que l’on sait. Et Blanc lui-même devrait se rappeler que Jacquet avait su laisser Cantona et Ginola (pourtant bien plus incontestables à l’époque que tous les Nasri de la Terre) sur le bas-côté pour cimenter le reste de ses troupes. Oui, se souvenir de ces exemples, se souvenir de cette trilogie funeste 2008-2010-2012 pour mieux se projeter demain. L’horizon y est peut-être bleu…


Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Marshall_joe Niveau : District
Il faut engager Pascal le grand frère comme t2. Je suis prêt à parier qu'ils mouilleront le maillot avec lui.
Note : 3
Laurent Blanc doit partir : qualif pour l'Euro de justesse, qualif pour les quarts de justesse, joueurs pas motivés, et chose incroyable l'image de l'équipe est encore pire qu'il ya 2 ans, ... comment y voir un début de reconstruction positif?
Sa réputation de joueur le protège mais faudra un jour arriver à être objectif, s'il ne s'appelait pas Laurent Blanc, il se ferait défoncer (dédicace à Christophe Dugarry).
Dire que "on est pas sûrs qu'un changement améliorerait les choses", c'est sur ce postulat que Domenech avait été prolongé! Arrêtez de répéter inlassablement les mêmes erreurs!
nononoway Niveau : CFA
Un chantier en équipe nationale doit durer 2 ans max. Un grand tournoi, on y va pour gagner, pas se préparer au suivant.

On se console comme on peut mais faut pas non plus se voiler la face.

Certains joueurs n'amènent rien et n'ont surtout pas l'envie.

Blanc est mauvais. Ses choix tactiques sont douteux, il n'a aucune science du remplacement et il n'a pas vraiment l'air d'être le patron quand il le faut (le cas Nasri ou Ben Arfa).

Il faut un nouveau coach et quelques nouveaux joueurs.

Qu'on enlève les suffisants et les rassasiés, faites rentrer les affamés...
http://showprime.com/mk/j0t601fBqIgf
tout est dit dans ce talkshow pendant l'Ita Ang :(
nononoway Niveau : CFA
Et p-e engager des staffs qui ne sont pas handicapés au niveau communication. Mais ça a l'air d'être un mal français.
On a déjà reconduit quelqu'un en 2008, en promettant qu'on allait tout corriger. Résultat : Knysna !
Et si on parlait un peu des erreurs technico-tactiques de Laurent Blanc ? Et si on parlait du pouvoir de nuisance des journalistes français qui constituent avec le public français, le groupe de suiveurs le plus néfaste et le moins connaisseur du monde ?
On perd un match et les mecs se mettent à parler de mouiller le maillot et de chanter la marseillaise.
Le vrai problème a toujours été le même : le foot et les français, ça fait 2.
Le problème en France, c'est qu'on ne laisse pas de temps.
Si Blanc pose ses couilles sur la table et - après le fiasco contre la Suède - met sur le terrain une équipe sans la Benz', sans Nasri, sans M'Vila etc... et qu'on prend une branlée contre l'Espagne; il se serait fait lyncher.
De la même façon, reconstruire l'EDF en se passant de ceux qu'on (le public) considère comme néfastes au groupe ne serait possible que contre le sacrifice de quelques matchs. Et bien que cette option soit, à mon sens, une des moins idiotes; elle ne me semble pas réalisable. Car le Français veut tout, tout de suite.
Allez Goodbye Lolo tu as essayé de cacher la misère pendant deux ans avec plus ou moins de réussite mais là... Faudra vraiment un type capable de gérer les mélonites plus que tacticien, quitte à ce que la fédération se décide à dresser un code éthique drastique (à la Prandelli dans le texte) sur lequel le providentiel nouveau sélectionneur pourra dégager une liste de types qui mouilleront enfin le maillot. Se faire éliminer en quart d'une grande compétition ça arrive à tout le monde mais avec la manière et des warriors c'est mieux...
Non mais déjà le problème est de savoir qu'elle équipe tu veux. comment tu veux qu'il joue. Et ça, s'il y a quelqu'un qui sait ce qu'a voulu faire Laurent blanc depuis le début de l'euro, je le lis volontiers. Pas une seule compo pareille en 4 matchs, pas un seul match qui se soit ressemblé ni dans le style de jeu de l'EDF, ni dans les compo de départs et les systèmes, ni même dans les changements. Les 4 équipes jouant les demis en sont là parce qu'elles ont pas démordus de leur style de jeu : le portugal a refilé les clefs à sa star sans faire de chichi, les allemands se redevenus eux-même, c'est-à-dire rigoureux et enthousiastes, les italiens ont repris le style de jeu de la juve version 2011-2012 et l'espagne... bah c'est l'espagne quoi !
La France ? Mystère complet : ni offensive, ni défensive, ni 4-4-2, pas vraiment 4-3-3, un milieu def...euh non 2 en fait... rah et puis merde allez 3. Et vazy que je tente l'expérience débuchy-réveillère pour blinder le couloir d'où viendra le premier but... espagnol !
C'était le grand n'importe quoi tactique. À croire que Ray-Ray ne se soit jamais barré.
Alors, bon vous êtes bien gentils avec vos "dehors-les-87-ils-ont-pas-le-respect-du-maillot-et-ils-chantent-pas-la-marseillaise-et-ils-sont-malpolis-avec-les-journalistes-ces-cailleras-qui-sont-pas-comme-nous-prenez-vos-millions-et-revenez-plus", mais je vois pas comment avec une équipe moins talentueuses mais purgée de ses têtes de lards pourrait faire mieux avec des coachs qui ne savent pas ce qu'ils font.
Pourquoi ne pas envisager une vraie star comme wenger ou carrément un entraîneur étranger ?
La caution DTN et France 98 a vécu.
Il paraît que Gilles de la Tourette avait le syndrome Samir Nasri...

Sérieusement, qu attend on pour appliquer la thoerie du St Môret a l EDF ?
Blanc reste le type à qui il faut faire confiance... A condition qu'il pose ses couilles* et qu'il dégage certaines têtes du groupe France. Il a vu ceux qui ont adhérés au projet, et ceux qui n'ont pensé qu'à leur gueule. A lui d'en tirer les conclusions.

Santé.
Ouais mais il ne les posera pas il aurait du déjà le faire avec les mutins... Peau de zob ouais ça a fait fait pschiiiit, "non mais je crois que bon les mutins reviendront quand ils auront purgé leurs matchs de suspension"!
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
ca vit encore en 98 en France, année où le pays à découvert le foot...

Faut passer à être chose, trouver des tauliers, se remettre en question dans les habitudes techniques et tactiques de l'EDF et arrêter de considérer tous les temps les jeunes comme des branleurs et gamins, au risque de les voir effectivement se comporter comme tel

je suis pas pour l'EDF donc j'ai un peu de recul et je peux vous dire que ce que je vois/lis/entends depuis 3 jours est juste hallucinant : c'est du bashing à l'état pur, les mecs y vont tous de leur condamnation morale et de leurs biles amère déversée sur la sélection.

impensable dans d'autres pays : mêmes les bifs n'iraient pas aussi loin alors qu'on les sait prompts à défoncer leurs ouailles.

Je réclame pas l'union sacrée à chaque fois et loin de moi l'idée de museler la liberté d'expression des journalistes mais je crois qu'il y a des limites à la critique facile et démago.

Quand je vois que les mecs sur M6 parle de "communication ratée" de l'EDF alors qu'ils sont eux mêmes acteurs premiers de cette communication, je me dis qu'on est en plein délire.

Quand je vois l'équipe, ce torche cul* qui a pignon sur rue, s'entêter systématiquement dans la condamnation de l'EDF et de "ses racailles", ce qui fait désormais son fond de commerce, ca me file la gerbe

et en plus ca marche, des gens autour de moi y vont de leur petite théorie sur le vestiaire tenu par des banlieusards millionnaires et apatrides.
Certes, il y a une part de vrai mais arrêtez de tout monter en épingle, de croire que ces jeunes n'en ont rien à foutre de ce maillot.

Parce qu'à force de se faire cracher dessus, je comprend qu'au final ils veulent plus sortir avec en public...
Pour construire un mur, vaux mieux commencer par en bas et si possible avec un maçon. Si les matériaux ne sont pas les plus beaux c'est pas grave pourvu qu'ils soient solides et que ton maçon sache se servir d'une truelle.
En EDF pour l'instant, une partie des matériaux s'effrite facilement et le maçon...
Samedi soir, la France s'est rendu compte de ses lacunes en football. Mais surtout, elle s'est rendu compte des lacunes en matière de coaching de son entraineur.
Comme en 2008/2010, il faut trouvé un coupable. Le choix et large mais il en faut bien un.
Evra? Le choix des médias, sauf qu'il n'a ni joué, ni joué l'imbécile avec eux.
Nasri? Le choix du publique, sauf qu'il a malgré tout, un trop gros capital sympathie pour le moment (il n'était pas là en 2010, c'est ce qui le sauve).
Blanc? Le choix logique, après Santini, Domenech, il fallait bien que le bouc émissaire soit un sélectionneur. Surement parce qu'il est plus facile de tout refaire sans l'entraineur plutôt que sans les joueurs (remember 2006).
La France manque d'un entraineur de renom, et d'un milieu de terrain de renom, un joueur qui fait le jeu, un métronome à la Zidane.
Mais qui? Aujourd'hui on a seulement 3 joueurs avec un certain talent qui peuvent hausser notre niveau de jeu, Cabaye, Nasri, et Benzema. Car oui, on le répète depuis des années, la Benz en EDF devrai absolument, soit jouer avec un deuxième attaquant, soit jouer plus bas, dans un vrai rôle de 10.
Maintenant, il reste 2 ans à cette équipe de France pour sortir la tête de l'eau se construire correctement et ne plus avoir peur de l'échec.
Comme dirai un mec bien, l'erreur est humaine, le pardon est divin.

Let's go to Brazil.
Epictète Niveau : CFA
Franchement, à entendre parler Benzema, Blanc et consorts après le match, j'avais l'impression qu'on était le Luxembourg.

Depuis quand on est "contents" quand on sort en quart de l'Euro ? Depuis quand un 0-2, quelque soit l'adversaire, est un "grand match" ? Depuis quand "les gars [donnent] tout" quand sur 11 joueurs, 7 marchent plutôt paisiblement pendant 90 minutes ? Qu'est-ce que c'est que ce manque d'ambition ? Les Italiens 2012 ne sont pas plus fort que nous, mais ils viennent pour gagner, pas pour aller en quarts. Ils ont Pirlo, aussi, OK. Mais les mecs viennent en sachant qui ils sont et ce que représente leur équipe dans l'histoire du foot.

De notre côté, on a la 4ème B du collège du quartier, avec ses petits blaireaux à qui on a toujours dit qu'ils étaient les meilleurs et qui ne veulent pas en démordre. En face de ça, un public terriblement versatile qui en faisait la future équipe imbattable après l'Ukraine avant de la ramener au niveau de Knysna quatre jours plus tard. Sans oublier les journalistes, les fameux diplômés qui prêchent le respect du maillot et qui tentent de l'inculquer à des gosses butés en leur tapant sur la tête.

Résultat, ambiance de merde. Peut-être qu'il faudrait écarter la génération 87, cette fille maudite de 98 constituée de "futurs Zidane" complétement teubé. Je suis pas contre, mais ce serait punir les enfants gâtés en oubliant de mettre un coup de pied au cul à ceux qui les ont gâtés avant de les descendre.
Note : 2
@Trap: un maçon, tu veux dire un mec à l'ancienne, avec une moustache et un vieux pull Kiabi?

Tu ne militerais pas en douce pour Lacombe sélectionneur toi?
Au bout d'un moment, faut arrêter de parler de problème avec la presse. Ils en pensent quoi les Anglais, les Italiens, les Espagnols de la presse ? Sachant qu'elle est 10 fois plus agressive que celle en France...

Blanc fait avec ce qu'il a, c'est à dire pas grand chose...

Après, j'aimerais bien lancer un débat (je sens que ce post sera delete... je sais pas pourquoi... une intuition) : Est ce que les joueurs d'origine non française (les blacks, les beurres, pour reprendre l'expression de 98) de l'EDF en ont vraiment quelque chose à faire de cette équipe ?
N'est-ce pas ça le problème ? des gars qui sont là par défaut plutôt que par amour du maillot...
Je trouve que "l'envie" et "l'éducation" sont les mêmes arbres qui cachent la forêt qu'en 2010.
Mais il faut se mettre à l'évidence, les français ont des lacunes techniques et tactiques hallucinantes.
C'est facile de dire que ces mecs n'ont pas envie, mais M'Vila, même avec toute l'envie du Monde, c'est pas Pirlo, c'est pas Schweinsteiger, c'est pas Busquets, c'est pas Raul Meireles... Oui, voilà, c'est tout sauf ça.
Quand je vois que TOUS les défenseurs italiens préféreraient se faire fouetter que faire une passe en retrait alors que cette même passe en retrait est la première option envisagée par nos joueurs, c'est là que je m'étrangle. Quand je vois tout ça, les qualités de passe, de tout... de tout...

Ca, ça fait vraiment mal quand on aime le foot.
Faudrait mettre en equipe de France, des joueurs qui aime la France, comme en equipe d'italie, d'espagne ou de toutes les autres nations...

En gros moins d'arabes et moins de kairas...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La semaine Twitter
0 75