1. // CAN 2012
  2. // Groupe B
  3. // Burkina Faso/Angola

Des Antilopes Noires à pleine vitesse

Quart de finaliste lors des deux précédentes éditions, l'Angola a l'ambition d'accéder au dernier carré pour cette CAN 2012. On ne connaît pas grand chose des Antilopes Noires. Mais Lito Vidigal a décidé de sélectionner dix milieux de terrain dans sa liste des 23, l'entrejeu angolais risque d'être le ciment de la sélection. Ça va bétonner sévère.

3 1
La Coupe COSAFA ça va un moment mais la CAN c'est quand même bien mieux. L'Angola ne possède que quatre trophées COSAFA (compétition réunissant les équipes nationales d'Afrique Australe) à son palmarès, bien trop peu pour pouvoir prétendre à un statut de cadre du football africain. Mais les "Palancas Negras", Antilopes Noires en français, sont en net progrès. La preuve, elles restent sur deux quarts de finale obtenus lors des deux précédentes Coupes d'Afrique. Cette année, le sélectionneur Lito Vidigal a une idée derrière la tête. Il veut densifier son milieu de terrain pour pouvoir notamment contrer des équipes offensives comme la Côte d'Ivoire ou encore le Burkina Faso. Une tactique qui pourrait bien s'avérer payante.

Le leader : Flavio da Silva Amado
C'est le grand frère, le leader incontesté de la sélection angolaise. Flavio da Silva Amado a planté 3 buts en 234 minutes de CAN 2010. Aujourd'hui âge de 32 ans, il termine rarement les rencontres, la faute à un physique sur le déclin. Mais Flávio Amado reste une légende au pays, c'est lui qui a marqué le premier but des Palancas Negras en Coupe du monde le 21 juin 2006 face à l'Iran. Exilé en Arabie Saoudite après avoir bourlingué au Qatar, il suscite respect et convoitise au pays. Un mec qui ne lâche jamais rien et qui donne tout pour son équipe nationale.

Le buteur : Mateus Contreras Alberto ''Manucho''
La tour de contrôle des Palancas Negras s'est mué en un véritable buteur. ''Manucho'' est le point de fixation de la sélection, son mètre 88 et ses grands compas lui permettent de jouer aussi bien en déviation que dos au but. L'ancienne pépite du football angolais a écumé les clubs, il a notamment joué avec la réserve de Manchester United, Hull City ou encore le Panathinaïkos. Il fait aujourd'hui les beaux jours du Real Valladolid en espérant retrouver le plus haut niveau dans quelques mois. Ses quatre pions en phase de qualifications font de lui un mec indiscutable au pays.

Le roc : Carlos Alonso "Kali"
Fin d'année 2009 : Carlos Manuel Gonçalves Alonso dit "Kali" résilie son contrat avec Arles-Avignon reprochant à son club de l'avoir empêché de jouer des matchs amicaux de l'équipe d'Angola en préparation de la CAN 2010. Ça vous classe le bonhomme. "Kali" est le capitaine de la sélection, il donnerait son sang pour les Antilopes. Pas le genre de mec à être impressionné par Didier Drogba, Salomon Kalou ou encore Moumouni Dagano. Il forme une paire centrale prisée avec le tonique Francisco Zuela, qui évolue actuellement à Atromitos. Une arrière-garde expérimentée.

L'espoir : Jalma Brown Manuel Abel Campos "Djalma"
C'est la caution technique de la sélection angolaise. Libre en fin de saison dernière après cinq ans passés au Maritimo, Djalma a signé au FC Porto. Ses dribbles, sa justesse de passe et sa qualité de centre ont convaincu les dirigeants des Dragons. A 24 ans, il doit maintenant franchir un cap en sélection pour devenir le vrai boss au milieu de terrain. Il possède en tout cas l'expérience des matches de haut niveau mais la Coupe d'Afrique des Nations est bien différente de la Ligue des champions. A lui de se faire violence et d'être plus présent dans les duels. Sinon balle au pied, il devrait régaler.

Le point faible : Le poste de gardien
C'est le gros point noir de la sélection angolaise. Les Palancas Negras ne possèdent pas de portier de renom. Luis Lama, le titulaire du poste lors de la précédente édition, a subitement disparu au fur et à mesure des matches de qualification. Carlos Alberto Fernandes, 32 balais et 14 capes, devient donc le titulaire du poste. Problème : il n'a joué aucun match cette saison après être descendu en deuxième division turque avec son club de Bucaspor. On peut affirmer qu'il ne respire pas la sérénité. Et les gardiens remplaçants ne cumulent que 6 sélections à eux deux. La moyenne d'âge de la sélection, 28,3 ans (RAS sur les deux années de naissance de Kissanga et Baros), pourrait également pénaliser une équipe expérimentée qui manque de fraîcheur.

L'anecdote : L'affaire du bus du Togo en 2010
L'Angola veut jeter aux oubliettes la tragédie du 8 janvier 2010. Alors en route pour la CAN angolaise, le bus transportant la sélection du Togo s'était fait canarder par des militants autonomistes du Flec, le Front de libération de l'Etat du Cabinda. Le car venait juste de franchir la frontière qui la reliait au Congo-Brazzaville. Bilan : trois morts et plusieurs blessés. Le Togo ne jouera pas la compétition organisée par l'Angola qui doit se justifier et expliquer son problème avec la province du Cabinda. Cette dernière demeure jusqu'à ce jour sous le joug d'une occupation militaire par les forces armées angolaises et leurs alliés. L'Angola a donné une bien mauvaise image de son pays ainsi que de ses qualités d'organisation. Le côté sportif a été relayé au second plan en 2010. Quoi de mieux donc que de soulever le trophée et de le dédier aux trois défunts le 12 février 2012?



Par Romain Poujaud
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Content de voir que Manucho n'est pas mort. ^^
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 1