1. //
  2. //
  3. // Atlético–Espanyol (1-0)

Derrière le Barça, l’Atlético fait son nid

Loin du niveau interstellaire des Blaugrana, les Colchoneros en suivent pourtant les résultats. Victorieux des Barcelonais de l’Espanyol grâce au seul pion de Griezmann (1-0), ils consolident leur seconde place et espèrent désormais un faux pas de l’ennemi merengue.

Modififié
399 12

Club Atlético de Madrid 1-0 RCD Espanyol

Buts : Griezmann (3e) pour les Colchoneros

La contre-performance de l’Astana Arena, le 3 novembre dernier, marque un tournant de l’exercice rojiblanco. Incapable de s’imposer face aux modestes Kazakhs, la bande à Simeone se reprend en main dès son retour au Cerro del Espino. Depuis, elle enchaîne trois succès qui lui rendent sa condition de dauphin du FC Barcelone. Une seconde place, confortée ce samedi face à un pâle Espanyol, qui doit beaucoup au Gabacho du Vicente-Calderón. Antoine Griezmann, une septième fois buteur en Liga cette saison, est même l’auteur de quatre des cinq dernières banderilles de l’Atlético. Positionné toujours plus haut, il étale tous ses progrès au poste d’avant-centre, reléguant ainsi son comparse Vietto à son soutien. Ce poste, il n’hésite pourtant pas à le délaisser au grè de la rencontre, tantôt venant sur l’aile, tantôt redescendant au cœur du jeu. Véritable aimant du schéma offensif madrilène, il n’en remplit pas moins ses devoirs défensifs. Une défense toujours aussi imperméable qui, après treize journées de championnat et six petits buts encaissés, permet à l’Atlético de Madrid de rester au contact de ce Barça superlatif.

Chaleur française et détresse portugaise


« Antoine Griezmann, lalalalala, lalalalala… » Orphelin de son Frente Atlético, le Vicente-Calderón a de la ressource musicale. Toujours aussi chaleureuse, l’antre des Colchoneros, pleine aux trois quarts, ne tarde pas à entonner son nouveau couplet favori. Pour sûr, trois minutes suffisent à Antoine Griezmann pour ouvrir le score. Óliver Torres, dont le contrôle orienté élimine le vis-à-vis, trouve un Français qui, du bout du pied, pousse le cuir hors de portée de Pau Lopez. L’avantage en poche, l’Atlético récite alors sa participation tout en béton. Solide sur ses fondamentaux, il se contente de balader le bloc des Pericos tout en mettant au chômage technique son portier, frigorifié par son manque d’activité autant que le froid hivernal qui s’abat sur la capitale espagnole. Sans frivolité, mais avec solidité, les locaux se contentent de quelques percées de leur Français pour ne pas endormir leur aficion et pousser les Catalans à enchaîner les fautes. Cette quiétude madrilène est, à la demi-heure de jeu, mise à mal par la blessure de Tiago, sorti sur civière avec le genou en vrac, et dont la détresse fait craindre le pire.

L’Espanyol, sauvé des eaux par Lopez et ses poteaux


Dans un froid toujours plus insistant, l’Atlético reprend la partie en occupant la moitié de terrain des Perruches sans jamais appuyer sur l’accélérateur. Le quatrième tour de cadran de ce second acte en est le symbole. Tout heureux d’être servi par un Barcelonais, Griezmann se retrouve seul face à un Pau Lopez qui s’interpose d’abord face au natif de Mâcon, puis face à Luciano Vietto. Le jeune Argentin, de retour de blessure, est d’ailleurs le premier à retourner sous la guérite en seconde période, délaissant sa place au jeune canterano Thomas. C’est un autre joueur maison, Óliver Torres, qui sort de sa torpeur le Calderón. Libre de tout marquage, il profite de l’apathie adverse pour déclencher une frappe soudaine, sortie de sa lucarne par le gardien adverse. Cette solitude, le portier perico la subit jusqu’au coup de sifflet final. De plus en plus entreprenants, les Colchoneros frôlent le break à de nombreuses reprises. Godín, d’une tête sur le montant, ou Koke, dont la reprise suite à un service de Carrasco heurte la base du poteau, en décident autrement. Qu’importe, finalement, puisque ce nouveau succès par la minimale confirme le statut de dauphin des Blaugrana de l’Atlético.

Par Robin Delorme, au Vicente-Calderón
Modifié

Dans cet article

Je croyais que les A Madrid - E Barcelone se jouaient en mm tps que les Barca-Real..

Sinon ca fait combien de 1-0 pour l'A Madrid cette saison?

Ca fait plaisir pour Antoine G, et d'ailleurs pour cette équipe toujours aussi solide.

ps : je m'y fais toujours pas à ce nouveau site.. sans les "+1", ce jaune etc..
Non ce sont les Atl-Barça qui se joue en même temps que Esp-Real.

Du moins ces deux dernières années
Non mais Antoine ca devient grave la ! Quel joueur en ce moment.
Ça donne quoi l'A. Madrid cette saison?
J'ai regardé beaucoup de leur match ils sont toujours aussi solides, et malgré les scores souvent étriqués ils dominent clairement le match et méritent de gagner par 2, 3 buts d'écarts. Y a juste un souci de réalisme, d'ailleurs Simeone cherche encore le 9 à associer à Grigri devant (aujourd'hui il a mis Vietto alors que Torres est titulaire depuis le début de saison). Les difficultés qu'éprouvent Jackson a s'imposer expliquent à mon sens les soucis de réalisme de l'Athletico.
Bref ça reste une équipe chiante à jouer, qui sera facilement dans le top3, une équipe chiante à sortir de C1, qui peut créer la surprise en arrivant dans le dernier carré (ce sera vraiment une surprise ?).
Et mention spéciale à YFC qui commence tout doucement à se faire une place dans le onze type.
Merci Eden95, faudra y jeter un oeil à cette équipe
Ils vont à Benfica pour la finale du groupe en Champions League. Ça sera un beau match (le + beau de la soirée il me semble avec Wolfsburg-MU) donc c'est une belle occasion de voir ce que vaut l'Athletico.
@YNWA : pour faire simple, c'est du très très lourd. L'effectif est impressionnant, en quantité comme en qualité, avec de très bons joueurs de ballon (Griezmann, Oliver, Correa, Vietto, YFC...). Sur la durée ils (j'ai presque envie de dire "on") peuvent clairement faire chier le Barça.

En LDC ils ont un peu merdé en perdant à domicile contre Benfica. Mais quoi qu'il en soit, il faudra être très très fort pour les sortir. Je les vois aller loin encore cette année (demies).

A noter que le petit Kranevitter arrivera en janvier et permettra de faire souffler Tiago ou Gabi.

@Eden : c'est Atlético de Madrid et Athletic Bilbao, mais pas Athletico ! N'écris jamais ça devant un supporter colchonero, c'est un sacrilège !
Tiago a une fracture du tibia, il est out pour quelques mois.
Message posté par Two-Face
Non ce sont les Atl-Barça qui se joue en même temps que Esp-Real.

Du moins ces deux dernières années


Effectivement, c'est une règle dans le championnat espagnol qui interdit de voir l'Atlético et le Real ou le Barça et l'Espanyol jouer à domicile lors de la même journée (de championnat).
Donc si y a Barça/Atlético, de l'autre côté le match se jouera forcément au Bernabeu avec une réception des Pericos.

Mais bon, pour en revenir à l'Atlético, en tant que supporter du Barça, je pense que si leur attaque obtient LE déclic qui fait tout (pas possible de marquer aussi peu avec autant de qualité offensivement, sans oublier le milieu de dingue qu'ils ont), que le Real ne vire pas Benitez avant juin, je pense qu'on a du soucis à se faire et qu'ils pourraient vite être le principal concurrent du Barça dans la course au titre, si les formes actuelles des équipes ne changent pas énormément d'ici la fin de la saison.

Je joue aux madames Irma, mais d'ici la fin du championnat, toutes les équipes auront des hauts et des bas, c'est à ces équipes de savoir le mieux gérer ces moment là et vu la constance que possède le Barça dans ses résultats en Liga, faudra un très grand Atlético/Real pour venir les chercher.

M'enfin, j'me rappelle y a quelques saisons, le Barça avait 10 points sur le Real, et les madrilènes avaient comblé le retard et s'étaient même créé une avance de +2.
Yoursen225 Niveau : DHR
Message posté par footixIer
Tiago a une fracture du tibia, il est out pour quelques mois.


Merde !!!!!!!
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Je le pense depuis le début de saison, avec son effectif renforcé cet été et tous ses postes au minimum doublés (rien qu'au milieu et en attaque, on a Koke, Gabi, Tiago, Oliver Torres, Correa, Griezmann, YFC, Vietto, Jackson, F. Torres... en attendant Kranevitter cet hiver), l'Atletico pourrait bien être le principal concurrent du Barça en Liga et l'une des rares équipes (hormis le Bayern bien sûr) capables d'emmerder les Catalans sur un aller-retour en LDC !

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Paris cartonne Troyes
399 12