1. //
  2. // Bordeaux/Lyon

Dernière chance ?

33è journée de L1 et un match importantissime pour les deux ex-champions de France. Celui en titre, Bordeaux, se doit de gagner, histoire de remettre les choses à leur place, de gagner des points dans la course à la qualification en Champion's, et puis bon, de compenser quelque peu l'élimination contre Lyon. Qui, de son côté, se doit prendre le maximum de points s'il veut continuer à croire au titre.

0 0
.



Le titre de champion de France, un trophée que Bordeaux et Lyon ont eu l'honneur de soulever dans le passé ; un trophée qu'ils semblent voués cette année à laisser aux Marseillais. Bordeaux a pourtant passé la majeure partie de la saison en tête. Peinard, tranquille, serein. A la bordelaise quoi. Le doublé était en route, pull sur les épaules, Stone et Charden dans l'autoradio de la Volvo. Las. Les choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait, les Girondins ont marqué le pas. Cinq points pris sur vingt et un possibles au cours de ce mois de mars. Bon, ça fait pas bezef. Surtout comparé à la fin de saison dernière, où pour emporter le morceau, Bordeaux avait remporté ses dix derniers matchs d'affilée. Encore défaits au Mans 2-1, les Gigis ont quand même essuyé là leur troisième lose d'affilée en championnat. Quand on joue le titre, et plus encore quand on le détient, ça fait désordre.

Bordeaux qui tache

Et c'est vrai qu'en ce moment, Bordeaux est un peu chamboultout, et son président d'entraîneur avec. D'ailleurs, dans un bel aveu d'impuissance, il le reconnaît lui-même : « Les erreurs individuelles, je ne pouvais pas les prévoir, les blessures non plus. En ce moment, rien ne nous réussit, mais peut-être que je ne fais pas les meilleurs choix » . Pour la première fois depuis qu'il est à la tête des Girondins, le “Président” ne parvient pas à trouver les bonnes solutions. De même, pour la première fois de sa carrière de coach, Laurent Blanc est sous pression, et son équipe un peu dans les conditions habituelles qui entourent Marseille, Lyon ou même Paris. En clair, Bordeaux n'est plus touché par l'état de grâce. Non que les Gigis doivent leurs résultats ou leur titre obtenu l'an passé à la chance, mais il faut reconnaître qu'ils ont eu pas mal de réussite (qui, à la différence de la chance, se provoque, enfin soi-disant). Bref, si tout leur souriait l'an dernier, cette année, rien ne va dans leur sens. Et qui dit manque de réussite dit manque de confiance. Qui dit manque de confiance dit fébrilité défensive. Qui dit fébrilité défensive dit buts encaissés (car on parle ici de haut niveau, domaine où les erreurs, même contre le Mans, se paient cash). Etc etc... Bref, la scoumoune... Tellement, que même Lolo Blanc ne semble plus y croire et paraît avoir accepté l'idée de naviguer un peu à vue en cette fin de saison. Qui vivra verra, en espérant que la tempête ne souffle pas trop fort, et qu'une qualification en Champion's League sera au bout du chemin. Alors qu'elle paraissait certaine hier, Bordeaux devra aller la chercher, et, quelque part, la mériter.

Lyon qui griffe

Pour Lyon, c'est un peu le même délire, mais en moins pire. Déjà parce que les Lyonnais l-les Bordelais ne le savent que trop bien- sont toujours en lice sur la scène européenne. Et surtout parce qu'ils comptent à l'heure actuelle plus de points que leurs collègues aquitains. Même distancé, Lyon est toujours dans la course au podium, voire au titre. Car même si tous les membres de l'OL n'osent l'avouer à voix haute, tant que Marseille n'aura pas emporté le morceau, ne comptez pas sur eux pour abdiquer. Mais pour y croire, il faut faire le plein de points. Et ça commence donc avec ce déplacement à Bordeaux, qui ne s'annonce pas des plus faciles. Déjà parce que Claude Puel, même si c'est son dada, est obligé de faire tourner en vue de l'Europe. Du coup, pour cette fois, Puel a décidé de faire un peu tourner. Déjà, en défense, entre les forfaits de Boumsong, Bodmer et Lovren, il n'avait pas trop le choix. La “Toule” devrait retrouver un poste d'arrière central (qui, s'il ne constitue pas sa tasse de thé, pourrait bien être son futur, en club, mais aussi -surtout- en international). Govou, Ederson, Tafer et Gomis pourraient profiter du turnover. Tous les Gones, et ils ont bien raison, s'attendent à une vraie bataille. Gomis parle d' « une bête blessé » . Claude Puel, lui, a surtout remarqué qu'au Mans, Laurent Blanc a ménagé plusieurs de ses titulaires : « Il n'y avait pas Gourcuff. Ciani, Chamakh et Gouffran n'ont pas débuté. Ils se sont clairement recentrés sur notre venue. Ils seront présents. Ils l'ont été en Ligue des Champions au retour, alors qu'ils venaient de perdre la finale de la Coupe de la Ligue. Ce sera un match de costauds » . D'autant qu'il s'agit quelque part aussi pour Bordeaux de prendre sa revanche de l'opposition vinaigre en Champion's League. Surtout que le match retour, même s'il a débouché sur une élimination, constitue la dernière victoire bordelaise...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0