1. //
  2. //
  3. // Tottenham-Arsenal

Derby'll be blood

Le plus grand, le plus beau, le plus intense. De tous les derbys londoniens, celui qui oppose les Gunners aux Spurs est de loin le plus sexy. D'autant que ce samedi, ce n'est pas que trois points que se disputeront Arsenal et Tottenham : c'est le maintien en vie de leurs espoirs de titre.

Modififié
908 18
Les rues se gonflent alternativement de vagues rouges et blanches qui déferlent jusqu'à l'Emirates d'un côté, jusqu'à White Hart Lane de l'autre. Des colonnes entières de supporters impatients se forment sur Seven Sisters Road, et avancent lentement, s'éparpillant dans tous les pubs alentour, de Finsbury Park jusque sur la High Road. À chaque confrontation entre Arsenal et Tottenham, c'est la même scène qui se répète. Les habitants alentour tendent l'oreille et peuvent entendre les clameurs monter des rues adjacentes : « Whaddya think of Tottenham ? SHIT ! » ; « Oh Jack Wilshere, you're a fuckingg prick » ; « His eyes are offside, his eyes are offside, Mesut Özil, his eyes are offside. » Jamais Londres ne vibre autant que lors de ces derbys du Nord. Parce que tout oppose Arsenal et Tottenham, parce que cette rivalité est exacerbée par la proximité des deux stades, et parce que, cette fois-ci, Gunners et Spurs sont au coude à coude en haut du classement. Assurément, le perdant y laissera ce samedi plus que des plumes. There will be blood.

Le derby sexuel


Tout fan de football doit au moins une fois dans sa vie vivre ce derby depuis Londres. Surtout un fan des Gunners proclamé. Pierre a vécu à Londres un bon bout de temps, mais avant d'y mettre les pieds pour la première fois, en 2007, il sous-estimait – comme beaucoup – ce derby : « Je n'avais jamais mis les pieds en Angleterre. Le Derby du Nord de Londres, même si je connaissais son existence, me semblait secondaire comparé aux rivaux directs en C1 et en PL comme Manchester United, Chelsea ou Liverpool. Ce n'est que lorsque j'ai emménagé à Londres que j'ai compris l'importance de ce derby dû à la rivalité historique et à la proximité géographique. » Club ouvert sur le monde s'il en est, Arsenal doit apprendre à chaque fan autour du monde à détester les Spurs. Et inversement. « C'est plutôt important d'être la meilleure équipe dans le Nord de Londres. Je veux dire, on est voisins, on va à l'école, au travail entre rivaux. On ne peut pas perdre » , confirme Tomé, Londonien et supporter des Gunners depuis son plus jeune âge.


Au-delà des chants concoctés par les supporters des deux camps à l'égard des adversaires ( « We won the league at Shite Hart Lane » , par exemple), ce sont les avant et après-matchs qui témoignent de l'intensité de ces rencontres. « Je me souviens du derby en League Cup que nous avons gagné en septembre dernier (2-1) » , propose Tomé. « Le match était extraordinaire – surtout parce qu'on l'a gagné – l'atmosphère était exceptionnelle des deux côtés, rien de comparable avec ce qu'on peut voir dans les autres matchs de Premier League aujourd'hui malheureusement. » La suite, il s'en souvient également très bien. « Dehors, la police nous a gardés enfermés dans une rue pendant 40 minutes. À 50 mètres de nous, on voyait des centaines de supporters des Spurs qui nous attendaient pour se battre. On a mis une heure à rejoindre le métro, alors qu'il était au bout de la rue. À chaque pub qu'on croisait, des fans sortaient pour nous jeter des pièces et d'autres trucs. On m'a dit que les choses n'avaient jamais été aussi tendues depuis 2004 et notre victoire en Premier League à White Hart Lane. »

Le derby bi Alli


Ce samedi, il ne s'agit pas encore de gagner le titre, mais de s'en rapprocher ou de définitivement s'en détourner. D'autant que cette saison, les supporters des Gunners doivent en plus admettre que les Spurs réalisent une excellente saison et se montrent convaincants dans le jeu. « Je pense que ça va être très difficile pour les fans d'Arsenal d'accepter le bon niveau de jeu des Spurs. Si, en plus, ils gagnent le championnat cette année... » , analyse Tomé. « Rares ont été les occasions où Arsenal et Tottenham ont réellement été des rivaux directs pour le titre et le match de samedi prochain à White Hart Lane s'annonce des plus intéressants et je paierais cher pour pouvoir y être » , poursuit Pierre. Avec son buteur international Harry Kane et ses révélations, comme le jeune Dele Alli, Tottenham a de quoi inquiéter Arsenal qui, à l'inverse, souffre d'un manque crucial de réussite devant le but dernièrement. La preuve, Olivier Giroud n'a plus marqué depuis dix rencontres. Arsenal a jusqu'à aujourd'hui manqué tous ses rendez-vous pour repasser devant Leicester...


Quoi qu'il arrive, la bière commencera à couler très tôt dans les pintes ce samedi. Avec un coup d'envoi à 13h45, les supporters devront être prêts dès l'aube. Et aux abord du Finsbury Park, à mi-chemin entre l'Emirates et White Hart Lane, tous chanteront d'une seule voix. « Je me souviens être allé dans un pub, le World Ends, réservé aux fans d'Arsenal, et je crois n'avoir jamais vécu une ambiance aussi folle dans un bar. Le score fleuve de 5-2 était en partie responsable des pintes qui volaient dans la salle et des gens qui n'arrêtaient pas de sauter partout » , se souvient Pierre, déçu de ne pouvoir être de la partie ce samedi. Pour Tomé, il est important de rappeler encore que seul le match contre Tottenham peut engendrer de telles tensions : « Beaucoup de supporters étrangers détestent plus Chelsea que Tottenham, mais c'est absurde. Le véritable rival, c'est Tottenham. » Un rival historique, mais un rival ponctuel ce samedi : les deux équipes se tiennent dans un mouchoir de poche. Derby'll be blood.

Par Gabriel Cnudde Tous propos recueillis par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Mr_Bigglesworth Niveau : DHR
Ah d'accord, en fait vous avez seulement interrogés deux supporteurs des Woolwich Wanderers, éternel squatteurs des environs. Bel équilibre. Supporter Arsenal quand on est Français c'est quand même faire preuve d'un sacré manque de personnalité et d'un cerveau naguère trop vulnérable à la propagande téléfootienne.
RahXephon Niveau : CFA
Message posté par Mr_Bigglesworth
Ah d'accord, en fait vous avez seulement interrogés deux supporteurs des Woolwich Wanderers, éternel squatteurs des environs. Bel équilibre. Supporter Arsenal quand on est Français c'est quand même faire preuve d'un sacré manque de personnalité et d'un cerveau naguère trop vulnérable à la propagande téléfootienne.


Les jugements à l'emporte-pièce, c'est beau.
Note : 2
Message posté par Mr_Bigglesworth
Ah d'accord, en fait vous avez seulement interrogés deux supporteurs des Woolwich Wanderers, éternel squatteurs des environs. Bel équilibre. Supporter Arsenal quand on est Français c'est quand même faire preuve d'un sacré manque de personnalité et d'un cerveau naguère trop vulnérable à la propagande téléfootienne.


C'est clair, faut être trop un rebelle pour supporter Tottenham.
petitbodiel Niveau : CFA2
Rien sur la genèse de cette rivalité. Article un peu décevant quand même.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Victoire 1-2 d'Arsenal.
COYS! C'est aujourd'hui ou jamais. Entre ce derby et le klassiker, je suis chaud.
3 buts à 1 pour les Spurs
Go_Scousers Niveau : CFA
C'est clair que l'article manque de fond. Quelqu'un connaît la naissance de cette rivalité ? Outre le rapprochement géographique bien sur.
Mr_Bigglesworth Niveau : DHR
Message posté par Go_Scousers
C'est clair que l'article manque de fond. Quelqu'un connaît la naissance de cette rivalité ? Outre le rapprochement géographique bien sur.


C'est surtout le déménagement d'Arsenal pile dans la zone de Tottenham, suivi en 1915 d'une histoire pour le moins louche de promotion d'Arsenal en première division (alors qu'ils étaient 5ème de seconde division) suite à un vote et de fort soupçons de pots-de-vin de la part de son président Henry Norris. Une promotion qui s'est faite au détriment de Tottenham, alors rétrogradé en seconde div.

https://en.wikipedia.org/wiki/North_London_derby
Tout le monde parle de titre pour ce match, mais c'est quand même oublier Leicester.

Ca va être tendu jusqu'au bout en tout cas, les Foxes ont un calendrier abordable jusqu'aux deux dernières journées où ils jouent Man U et Chelsea, qui semblent bien revenir.

J'espère vraiment que les spurs vont le faire, sur ce qu'ils ont montré cette saison en termes de cohérence et de qualité de jeu ça serait vraiment mérité.
Les belgian's spurs vont donner une leçon de foot à Arsenal...
Superbe titre, effectivement
petitbodiel Niveau : CFA2


Tout à fait !!
Dans ma frustration post lecture j'ai oublié que j'avais beaucoup aimé le titre.

Merci de remettre l'église au milieu du village.
Message posté par Two-Face
C'est clair, faut être trop un rebelle pour supporter Tottenham.


Je laisse les irrationnelles (famille, couleurs..) de côté, car pour le reste ce n'est pas comme si les raisons tangibles d'aimer ce club manquaient : club des plus singuliers aux Îles, historiquement différencié sur le plan du jeu voire des structures, toutes choses inscrites dans son ADN et qui le rendent largement unique, assez glamour même..

Et il ne m'apparaît pas déplacé de sourire, gentîment, au nez de ceux qui se disent supporters de ce qu'est advenu d'Arsenal ces 15-20 dernières années ; aucun club aux Îles n'ayant à ce point renié ce qu'il était, ceux-là sont moins supporters du concept "Arsenal" - réduit à rien - que d'une structure dépourvue désormais de la moindre âme ou ancrage.. Qu'ils se disent supporters des temps modernes, ou victimes d'une mode jadis, et voilà déjà qui serait plus juste..
Ouais, l'article est un peu décevant effectivement. A part la proximité géographique (ce qui est déjà pas mal) pas de chose révélé pour exprimer cette rivalité.

En + j'avais entendu que pour les fans des Spurs l'équipe et les fans les plus hais étaient ceux de Chelsea. Sans doute pour des raisons de hooliganisme où Chelsea était terrible et détestait Tottenham dans les 80's
Message posté par Boar_Side
Ouais, l'article est un peu décevant effectivement. A part la proximité géographique (ce qui est déjà pas mal) pas de chose révélé pour exprimer cette rivalité.

En + j'avais entendu que pour les fans des Spurs l'équipe et les fans les plus hais étaient ceux de Chelsea. Sans doute pour des raisons de hooliganisme où Chelsea était terrible et détestait Tottenham dans les 80's


Alliances et hostilités souvent mouvantes, il suffit parfois d'un rien pour déplacer l'objet de détestation, et puisque les années 1980 d'Arsenal et Chelsea furent des plus contrastées..

Dans les grandes ligne, je crois qu'on peut dire que les noyaux durs de Chelsea étaient alors en bisbille avec à peu près tout le monde.
Message posté par Mr_Bigglesworth
Ah d'accord, en fait vous avez seulement interrogés deux supporteurs des Woolwich Wanderers, éternel squatteurs des environs. Bel équilibre. Supporter Arsenal quand on est Français c'est quand même faire preuve d'un sacré manque de personnalité et d'un cerveau naguère trop vulnérable à la propagande téléfootienne.


"d'un cerveau naguère trop vulnérable à la propagande téléfootienne"

Un philosophe modéré à ce que je vois. Un poil frustré peut-être?
Pour ce qui est des "cerveaux vulnérables", Arsenal étant historiquement le club d’Angleterre ayant eu le plus de joueurs français et Wenger étant le manager en poste depuis le plus longtemps en Europe (ce depuis quelques jours) je ne vois pas de honte à supporter cette équipe en tant que français (en tout cas clairement pas plus que de supporter Tottenham qui n'est un club pas plus "authentique").
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Et Ray Kennedy s'envola
908 18