Der Zakarian: « Je suis encore à Clermont »

Michel Der Zakarian en a gros sur la patate. Le coach clermontois a du mal à digérer de ne pas avoir pris l’ascenseur pour la Ligue 1 alors que le Clermont Foot Auvergne a largement squatté le trône de leader jusqu'à la trêve hivernale. MDZ évoque ici les causes de l'échec, mais aussi le volcan de Furiani, Messi le marathonien, la culture rugby de la ville et aussi Nantes, club avec lequel il réfute (ce jeudi, à 16h) avoir signé.

Modififié
5 8
Ne pas monter quand on a sept points d'avance sur le quatrième à la trêve, on appelle ça une erreur de jeunesse, un gâchis ou une faute professionnelle ?
Ah, c'est une grosse désillusion, une très grosse désillusion... Mais c'est le fait de tout un club. Ça part de la direction, de moi-même et ça concerne aussi, évidemment, les joueurs.

À mi-parcours, vous aviez la meilleure défense, le meilleur buteur avec Jean-François Rivière et n'aviez pas perdu contre vos concurrents directs. Quelles sont les causes d'un tel effondrement ?
Le fait que le club n'ait jamais vécu ça a pesé. On a mal géré la trêve hivernale. Il fallait que la direction et moi-même anticipions pour prendre deux attaquants et un milieu de terrain. Nous n'avions pas eu de trous dans le calendrier jusqu'à la trêve, donc ,jusque-là, il n'y avait pas de couac. Mais on aurait dû anticiper le retour. On savait qu'on allait avoir un petit passage à vide. Au final, on a eu un gros passage à vide, notamment à cause des blessés.

Justement, avec les longues absences de Perrinelle, Ekobo et Rivière, vous avez longtemps fait sans la colonne vertébrale de votre équipe et avez eu du mal à combler ces manques...
On a perdu gros sans eux. On avait la meilleure défense sur la phase aller, Damien Perrinelle y a contribué. À la récupération, Eugène Ekobo nous a bien manqué. Et Jean-Francois Rivière est quelqu'un qui pèse devant et qui est capable de bien nous garder le ballon.

À quel moment avez-vous senti le vent tourner ?
Je savais d'avance que ça n'allait pas être simple. Une montée ne se règle pas comme ça, surtout quand on manque d’expérience. Le club occupait pour la première fois aussi longtemps la place de leader en L2 de toute son histoire. J'ai commencé à le sentir avec les blessés. Ca a affecté le groupe.

Est-ce que votre équipe ne surfait pas tout simplement sur une confiance extrême et tirait le maximum de son potentiel en première partie de championnat avant de retomber dans une forme plus normale ?
Non, qu'il y ait des passages à vide, c'est obligé. Reims, Troyes et Bastia en ont eu aussi. Mais Clermont-Ferrand n'est pas une ville de foot, il n'y a pas de stade, très peu de public. Bastia fait entre 13 et 15 000 spectateurs chez lui, c'est bouillant, ça rapporte des points. Troyes et Reims, ça les a aussi aidés. Nous étions à 5 500 de moyenne à Gabriel-Montpied. Ca booste les joueurs d'avoir du monde au stade. Et encore plus quand ça va moins bien. On l'a vu contre Monaco (1-0) ou Sedan (1-1) lorsqu'il y avait 9000 personnes, c'était différent.

Le début du déclin de Clermont coïncide presque à la date de votre suspension pour huit matchs. Faut-il y voir un lien de cause à effet ?
C'est possible que les joueurs se soient sentis plus seuls. Mais j'ai un staff qui fait bien son boulot. Ce n'est pas parce que j'étais en tribune que la donne a changé. Ça a pu contribuer, mais c'est surtout les blessures et le manque d'expérience.

Vous avez toujours en travers de la gorge de ne pas avoir pu recruter, comme vous le souhaitiez, trois joueurs au mercato hivernal ?
Il fallait deux attaquants. Même s'il a marqué quelques buts, Romain Armand n'a pas forcément répondu à mes attentes. Jean-François Rivière s'est blessé. Du coup, Mana Dembelé a enchaîné tous les matchs devant et a dû faire peut-être 25 matchs en entier. C'est très rare pour un attaquant de pointe. Personne ne le fait dans toute l'Europe, mis à part Messi. Mais bon, il a aussi d'autres joueurs à côté de lui.

Votre président a déclaré aujourd'hui à la Montagne qu'il savait déjà que ça serait dur de rester dans le top 3 au mois de janvier. Compte tenu du fait que vous n'avez pas pu recruter comme vous le vouliez, le club manque-t-il d'ambition ?
Je l'ai dit aussi, il y a un manque de connaissance du haut niveau à Clermont. Chuter quand vous êtes premiers pendant dix journées, c'est bien la preuve qu'on l'a mal géré. J'en suis responsable aussi. Il aurait fallu doubler les postes devant. Reims a cinq attaquants.

Vous avez déclaré en mars, après un match nul contre Arles-Avignon (0-0), vous être ennuyé et avoir assisté à un match de promotion d'honneur. Vous avez été déçu par vos hommes sur le plan du jeu ?
Sur la première partie de saison, ça a été cohérent. Avec l'équipe complète, nous n'étions pas les plus joueurs, mais nous étions très solides. Nous tenions mieux le ballon. Mais en deuxième partie de saison, il y a eu moins de maîtrise, plus de déchets techniques. Sur les fins de matchs, on l'a beaucoup payé. On perd huit points dans les arrêts de jeu, tout de même. Et puis, on a été trop mauvais à la maison, on a été trop mauvais. Neuf victoires chez toi, ce n'est pas assez pour monter. Il en faut au moins douze ou treize.

Vous avez maintenant un certain vécu en Ligue 2. Quelles sont les clés pour réussir dans ce championnat bien particulier ?
Avoir une équipe avec un gros mental, des joueurs de qualité, bien défendre, prendre un minimum de buts et avoir une ou deux bonnes pointes.

Au rang des satisfactions, y-a-t-il pour vous une fierté d'avoir fait progressé et installé dans le premier tiers du classement cette équipe depuis votre prise de fonction en juin 2009 ?
Oui, bien sûr. On aurait signé en début de saison pour une saison pareille. Mais aujourd'hui, c'est une grosse déception, une grosse désillusion personnelle. Pour une équipe qui a 37 points à la trêve, ça n'était jamais arrivé de ne pas monter sur les dix dernières saisons.

Que faut-il désormais à Clermont pour franchir un cap ?
Être capable de garder des joueurs comme Romain Alessandrini. Nous n'avons pas encore de centre de formation, mais ça compte. Avoir un peu plus de budget aussi. Ca ne fait pas tout, mais ça rend les choses plus faciles. Et puis je dirais qu'il faut garder l'état d'esprit qui anime le club. C'est sain, ici. Le président laisse travailler les gens et essaye de bien s'entourer.

La culture rugby est-elle préjudiciable pour le football à Clermont-Ferrand ?
Bien sûr que c'est préjudiciable. La ville est assez grande pour que ces sports puissent cohabiter pourtant. Mais l'identité rugby est très marquée.

Vous avez dit être intéressé par un nouveau challenge, vous voilà à Nantes. Heureux de retourner là-bas?
Mais je n'ai rien signé du tout, c'est faux ! Je suis encore à Clermont. J'ai vu ça, toute la presse m'annonce à Nantes, mais comme je l'ai dit à mon président, c'est faux. On a aussi dit que j'avais démissionné d'ici, mais ça aussi, c'est faux. Pour le moment, rien n'est fait.

Propos recueillis par Arnaud Clement
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le foot n'existe pas a Clermont, suffit d'entendre comme le Montpied sonne creux alors que l'ASM envoie 3000 supporters a Londres, 25000 a Bordeaux et que le Michelin a un taux de remplissage de 95%.
Allez les jaune et bleu pour cette demie contre Toulon dimanche !
PaysanSansVaches Eindhoven Niveau : District
Gnnééééé?????
Le foot n'existe pas à Clermont??? Portnawak ...
Le problème est ailleurs Gaspard.

Club créé en 1990, demi stade glacial paumé dans les champs sans transports, horaires le vendredi soir, partenaires phagocytés par michelin et son rugby, communication inexistante, médias clairement pro-rugby, abandon des collectivités, etc etc .... Et pourtant comme le dit le Der'Z, il y a largement la place pour les 2 clubs dans cette contrée.

Ce club a les pires conditions pour pouvoir se développer et rien que par compassion, je les respecte. Ils sont là en L2 dans le haut du tableau depuis quelques saisons et tout le monde s'en tamponne voire leur chie* dessus. MDZ et Michy font un super travail et ont des résultats que beaucoup de clubs envieraient. Et cela, sans presqu'aucun moyens.

Le jour où ils monteront en L1 (même pour nous faire une arles-avignon bis) et que le club sera un peu mieux structuré, ces néo pseudo-supporters de rugby (rugbix?) goinfrés de petit-fours et d'ignardise, iront se palucher en tribune du montpied et supporter le clermont foot, j'en prend le pari.
footchampagne Niveau : Ligue 2
Note : 1
Tu as faux paysan las supporters de l'ASM n'iront pas au Montpied, ce ne sont pas des "rugbix" non plus. Je suis à Clermont en ce moment, j'assiste parfois aux matchs de l'ASM. Ici les supporters sont de vrais fans depuis 100 ans de génération en génération.
Sinon le Tram d'ici moins de 5 ans devrait aller jusqu'au Montpied (c'est déjà ça) et après pour le stade le permis de construire et là mais les investisseurs ça coince...
PaysanSansVaches Eindhoven Niveau : District
@ footchampagne (pour les autres, ce comm est plein de morceaux de rugby dedans - So Rugby Style)

Si je me suis exprimé ainsi sur ce sujet, c'est que la life m'a donné en cadeau bonux la chance d'être né dans ce village de 150.000 habitants, d'y avoir vécu funkyment + de 25 ans et que je connais bien à la fois le Clermont Foot 63 et l'ASM.

Je concède avoir utilisé le terme "rugbix" de manière inappropriée, c'est à dire de façon trop directe et globalisatrice. Celui-ci ne visait en rien les vrais supps de l'ASM de génération en génération (crois moi que j'en connais un sacré paquet), les supps toujours présents qu'importe les résultats, ceux que je respecte. Ces mêmes supps qui me donnent les résultats du CFA63 la veille de leur match et me racontent des anecdotes de l'ASM section foot et du Clermont Football Club d'antan. Ceux avec qui on se remémore de l'ambiance déglinguos quand le CFA avait humilié Le Guen et son PSG en 1997.
Mon propos s'adressait putôt à ceux qui sont apparus depuis la transformation du stade Michelin et du virage professionnel et commercial de l'ASM. Ceux qui occupent oisivement les trop nombreuses loges et encombrant une bonne partie d'une place normalement dévolue à ceux qui ont toujours soutenu ce club. Les rugbix que l'on ne voyait jamais auparavant, ni en tribunes, ni sur le parvis à participer à une véritable ambiance et ce qu'importe les éléments. Une ambiance aujourd'hui remplacée par un cadre centre commercial-Mc Donald's. Ces rugbix attirés dès que ça brille niveau "prestige" national et qui s'auto-déclarent fins connaisseurs de leur club et de leur sport préféré, sans rien capter aux règles les + basiques ni rien savoir des 10 (!!!) finales perdues avant la conquête du Graal. Toute cette horde qui s'agglutinera dans un Montpied devenu confortable et qui recevra les Pastore, Nene, Lloris, Mandanda, Grougi (rayer mention inutile).

Bref, coup de gueule contre ceux qui ont phagocyté une partie de la vraie âme de ce club et qui par la même occasion fait exploser les prix des rares places disponibles que beaucoup de vrais supps ne peuvent plus s'offrir à CHAQUE match.

En ce qui concerne le Montpied, la tendance devrait aller en s'améliorant avec le tramway à condition que celui-ci ne déraille plus, au sens propre comme au figuré. Le permis de construire est périmé et tout est à refaire. Mais de ce que j'ai comme infos, Michy a quelque chose de bien préparé sous ses dossiers et n'attends pas placidement que la mairie cesse sa gué-guerre interne. Wait and see après les municipales.

Allez l'ASM.
Allez le Clermont Foot.

(putain*, ça c'est du flood!)
footchampagne Niveau : Ligue 2
Note : 1
Je ne suis pas le seul Clermontois et le seul Auvergnat du site ça me touche.
Je suis complétement d'accord avec ton commentaire et je crois que rien est à rajouter.
A Clermont je pense que la plupart des gens ont du mal avec le foot et son image : il est difficile de parler avec la plupart des Clermontois de foot et du Clermont Foot.
Même à la trève bien placé an tête personne ne s'y intéressait, personne n'en parlait c'était assez désespérant...
En espérant que ça change mais j'y crois pas vraiment...
Vous n'etes pas les seuls clermontois les gars !
Sans les blessés on été en ligue 1 c'est sur mais bon pour l'année prochaine !
Esperons qu' alessandrini reste mais que si il parte il nous rapporte beaucoup de ca$h !
footchampagne Niveau : Ligue 2
C'est sûr que les blessures y sont pour beaucoup (suffit de voir la différence de qualités entre le match contre Reims et celui contre Arles). Mais je crois clairement que le club ne voulait pas monter pour ne pas faire une Arles ou Grenoble.
Quand on perd autant de points dans 2 ou 3 dernières minutes ça cache quelque chose.
footchampagne Niveau : Ligue 2
Je reprends la fin de mon commentaire : Quand on perd autant de points dans les 2 ou 3 minutes de quasi 10 matchs ça cache quelque chose.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 8