1. //
  2. // 1/4 de finale retour
  3. // FC Séville/Zénith St-Petersbourg

Denis Suárez : Après Séville, le Barça en ligne de mire

Avant le match retour contre le Zénith Saint-Pétersbourg, le FC Séville peut compter sur une légère avance. Grâce à qui ? Grâce à Denis Suárez. Touche esthétique des Palanganas, le Galicien, prêté par le Barça, est plein de belles promesses.

3 3
On joue les dernières minutes du quart de finale aller de la Ligue Europa, au Sánchez-Pizjuán. Accroché par le Zénith dans son antre, le FC Séville se dirige vers un ballottage défavorable en vue de la qualification pour le prochain tour. Pourtant, les 28 000 Andalous poussent leur équipe pour obtenir la victoire : Bacca est parvenu à égaliser, et les décibels augmentent de plus belle jusqu'au 88e tour de cadran. Sur une tête envoyée par Stéphane M'Bia dans les airs, l'entrant Denis Suárez se positionne pour armer une reprise de volée. La balle retombe, rencontre le coup de pied droit du milieu de terrain prêté par le FC Barcelone, puis vient secouer les filets russes pour faire hurler le kop sévillan. 2-1, Séville doit une fière chandelle au coaching gagnant d'Unai Emery et au talent insouciant de son joyau de 21 ans, tout droit venu de Vigo, mais déjà fin connaisseur des tops clubs du pays.

L'étape City


Si Denis Suárez est aujourd'hui un visage connu de la Liga, il le doit en partie à ses premières gammes passées chez les jeunes du Celta Vigo. Entraîneur des Celestes entre 2008 et 2010, Eusébio Sacristan Mena se souvient d'un adolescent au-dessus du lot : « On m'avait conseillé d'observer un espoir de notre club, il avait tout juste quinze ans. Mes collaborateurs me parlaient en grand bien de lui, surtout au niveau de sa vista. D'un commun accord, on avait décidé de le convoquer pour un match amical contre une équipe de troisième division, pour le voir un peu à l'œuvre. Il m'a bluffé par son potentiel, cette facilité à comprendre le jeu, ce toucher de balle… Mais surtout, j'avais noté d'étonnantes capacités physiques pour son âge. Il était capable de tenir le rythme des pros. » Beaucoup trop doué pour rester à Vigo, des émissaires de Manchester City viennent se positionner sur un éventuel transfert du joueur, au point d'établir une proposition concrète à l'été 2011. Honoré d'un tel intérêt, Suárez accepte le challenge et se retrouve intégré dans le groupe professionnel des Citizens, à 17 piges seulement. En fin de saison, City sera sacré champion d'Angleterre, mais Denis Suárez n'aura pas le privilège d'ajouter cette ligne à son palmarès. Sans aucun match joué en Premier League, le minot se contente de 23 minutes en League Cup, où il remplace Samir Nasri face à Wolverhampton. Titulaire habituel des U21, le joueur ne joue finalement que deux rencontres avec les pros en deux ans. Un temps suffisant à Eusébio Sacristan Mena pour passer de coach du Celta Vigo à entraîneur du Barça B. Il poursuit : « Les données étaient simples : avec City, Denis ne jouait presque pas au haut niveau. De fait, nous souhaitions le faire revenir au Barça pour qu'il puisse évoluer à un bon niveau avec notre équipe réserve, en deuxième division. Ainsi, Denis se sentait à la fois apte à jouer, et proche d'intégrer la Liga en peu de temps. » Un choix réfléchi, et bientôt payant.

« Denis, c'est un profil ultra complet »


Pour 1,5 million d'euros, Denis Suárez revient dans son pays natal. Mais l'aura du club est, elle, beaucoup plus importante. En 2013/2014, pour sa première campagne sous les couleurs de l'équipe réserve blaugrana, le blondinet réalise une saison pleine sur le plan personnel, avec sept buts et onze passes décisives. Un joueur auquel un entraîneur peut faire confiance. « Denis, c'est un profil ultra complet : technique, très bon sur coups de pied arrêtés et doté d'une excellente frappe de balle, résume Sacristan Mena. Physiquement, il peut aller au duel et son endurance est impressionnante. Si je devais le comparer avec un grand joueur, je dirais Michaël Ballack. C'est ce poste en soutien des attaquants, toujours prêt à amener un plus offensif. Sincèrement, je n'arriverais pas à lui trouver une faiblesse. » Adepte du beau football, Denis Suárez se perfectionne à la manière de Marcelo Bielsa. « En dehors des entraînements, il adore regarder des matchs à la télévision, il connaît tous les joueurs des grands championnats, il est passionné par ce sport, évoque Sacristan Mena. Sa copine l'accompagne dans tous ses déplacements, notamment quand il a dû quitter l'Espagne pour Manchester. » Avec sa compagne à ses côtés, Denis Suárez peut envisager une situation stable, un retour en Catalogne à l'issue de son prêt et pourquoi pas discuter avec Luis Enrique de la saison prochaine, entre hommes. « Il peut revenir au Barça l'an prochain, s'intégrer à l'effectif et jouer régulièrement pour l'équipe première, se projette Sacristan Mena. Et si ce n'est pas le cas, il trouvera quoi qu'il arrive un bon point de chute en Espagne ou ailleurs. Aujourd'hui, il est devenu une belle option pour Séville en Liga. Le scénario idéal pour lui, ce serait de faire partie de la nouvelle vague du Barça. » Le nouveau Ballack au Barça, ça peut faire des étincelles. La preuve...

Youtube


Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Comme Tello à Porto son prêt dure jusqu'en juillet 2016. Si le Barça veut le reprendre cet été, je crois que le club devra sortir un peu moins de 10 millions d'€.
Bien trouvée la légende de la photo
Il n'est plus titulaire car Vitolo Iborra et Banega sont très bons depuis novembre. Difficile de les déloger, Delofeu ne joue presque plus. Denis est un très très bon joueur, dommage qu'il ne soit pas définitivement à Séville (je rage encore quand je vois le prix du transfert de Rakitic et que Denis est inclus en prêt)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 3