1. //
  2. // 8es
  3. // Tottenham-Crystal Palace

Dembélé, plus le temps pour les regrets

Parce qu’il avait sans doute trop de talent et qu’il n’avait jamais su l’utiliser à bon escient, Moussa Dembélé a jusqu’ici laissé la trace d’un gâchis inestimable. Mais alors qu’il continuait sa chute libre à Tottenham, le milieu belge s’est extirpé de sa torpeur cette saison. Pour enfin briller comme il le devait.

Modififié
896 22
De l’immensité d’un talent découle souvent son lot d’attentes. Le problème, avec lui, c’est que les plus belles promesses ont précédé les plus grands regrets. Parce qu’à vingt-huit ans au compteur, Moussa Dembélé a épousé une trajectoire indigne de l’incroyable potentiel qu’on lui prêtait à ses premiers émois. C’était le temps de la splendeur. Des prédictions les plus folles. Une époque révolue où, un jour, l’un de ses buts avait été qualifié de « huitième merveille du monde » . Puis le temps est passé. Inexorablement. Mais du temps, Dembélé n’en bénéficie plus ou presque à mesure que le crédit qu’on lui avait accordé s’est étiolé. Et alors qu’on estimait que sa carrière avait atteint un point de non-retour et qu’elle laisserait le goût d’un incommensurable gâchis, le Belge a repris le fil d’un parcours émaillé de déceptions et de jouissances éphémères. Cette saison, à Tottenham, Moussa rugit à nouveau. Scintille et ne distille plus son talent que par intermittence. Enfin.

Nonchalance, inefficacité et matchs choisis


Ces moments de grâce offerts par son pied gauche délicieux, on a bien cru ne jamais les revoir sur les pelouses du Royaume. Car quand Moussa Dembélé pose ses bagages à Londres à l’été 2012, c’est accompagné d’une réputation flatteuse. Plaque tournante de Fulham durant deux années, le milieu de terrain belge quitte les Cottagers pour dix-neuf millions d’euros avec l’ambition de franchir un palier et se voit, au moment de son départ, adouber par Martin Jol. « Dembele est probablement le meilleur joueur avec un ballon que j’ai jamais vu » , encense le manager néerlandais. Chez les Spurs, l’enfant de Wilrijk reçoit la lourde tâche d’assurer la succession de Modrić et Van der Vaart. « Je l’ai perçu comme un milieu offensif, qui pouvait se projeter vers l’avant et se créait des occasions, et avait aussi la possibilité de jouer en soutien de l’attaquant » , explique Chris Miller, membre du fanzine The Fighting Cock, l’un des plus influents et populaires du club londonien. Si les six premiers mois se révèlent tonitruants sous André Villas-Boas, la suite s’avère moins reluisante. La frustration et les remontrances affleurent alors.


Parce que le gaucher virtuose n’utilise pas son talent à bon escient. Positionné en milieu box-to-box, il passe son temps à ralentir le jeu, à abuser des touches de balle et se montre incapable d’éclairer le jeu par des passes judicieuses. Pis encore, Dembélé donne la fâcheuse impression de choisir ses matchs et de ne vouloir s’illustrer que contre les poids lourds du Royaume. « Dembélé a vécu une période mitigée, analyse Chris Miller. Soit il jouait très bien, soit très mal. J’ai rarement vu un joueur autant sortir à la mi-temps que lui. Souvent, c'était d’ailleurs facile de dire après quelques minutes s’il était dans un bon jour ou non. » Durant le mandat de Tim Sherwood (décembre 2013-mai 2014), il continue de garder une place prépondérante en dépit d’une irrégularité chronique. Mais l’arrivée de Mauricio Pochettino lors de l’été 2014 marque la fin de la récréation. Le coach argentin n’est pas aussi indulgent que ses prédécesseurs et n’hésite pas à le reléguer sur le banc, même en Coupes (40 apparitions toutes compétitions confondues dont seulement 19 titularisations). L’ex-joueur de Willem II et d’Alkmaar, qui n’épure toujours pas son jeu, recule dans la hiérarchie des milieux au profit des jeunes Mason et Bentaleb. Et son départ, à l’aube de la cuvée 2015-2016, semble alors inéluctable.

Vraie renaissance ou sursaut d’orgueil ?


Mais si beaucoup de milieux de terrain ont été priés d’aller voir ailleurs cet été (Paulinho, Capoue, Stambouli), Dembélé n’a pas emprunté le même chemin. L’international des Diables rouges (61 sélections, 5 buts) s’est vu accorder une toute dernière chance par Pochettino. « Il figure dans mes plans, martelait l’ex-entraîneur de l’Espanyol Barcelone en août dernier. Je pense qu’on doit essayer de le mettre dans les meilleures dispositions et de trouver sa meilleure position sur le terrain afin qu’il montre sa vraie valeur ici. » Cette dernière main tendue, le joueur l’a pleinement saisie. Profitant de l’émergence d’Eric Dier au poste de numéro six, il a enfin pu prouver l’étendue de son talent cette saison au gré de performances séduisantes et régulières. Que ce soit en soutien de l’attaquant ou en tant que numéro huit. « Quand il joue derrière l’attaquant, il a pour mission de presser la défense adverse et de percer le milieu de terrain en les malmenant physiquement et en les forçant à faire une erreur avant de passer rapidement le ballon, étaye Chris Miller. Lorsqu’il évolue plus bas, il a le rôle d’une navette chargée de faire circuler le ballon de l’arrière vers l’avant. Ce qu'il fait de manière toujours fantastique est de recevoir le ballon dans des espaces restreints et d’arriver à le conserver en dépit d'être pressé par les milieux de terrain adverses. Sa faculté de conservation et sa capacité de dribble sont à peu près sans équivalent en Premier League. »


Les chiffres traduisent également l’influence indéniable de Dembélé sur l’équipe des Spurs. Sur les dix-neuf matchs de championnat qu’il a débutés comme titulaire, Tottenham a essuyé un seul revers. C’était lors de la première journée à Old Trafford (1-0, août 2015). Allan Nyom, latéral droit de Watford qui a eu l’occasion à deux reprises de voir le Belge en évidence cette saison (1-2 en décembre, 1-0 en février), loue d’ailleurs ses qualités : « C’est un très bon milieu de Premier League, intense dans ses efforts. Techniquement, il est bon, et physiquement, il est costaud aussi, a une grosse présence physique. Ça l’aide beaucoup. Ce qui montre sur le terrain, c’est très intéressant. Il récupère beaucoup de ballons et en perd peu, c’est assez impressionnant. » Après avoir éveillé les promesses les plus folles sans jamais les tenir, après avoir laissé jusqu’ici l’image d’un joueur éminemment talentueux, mais desservi par sa nonchalance, Moussa Dembélé n’a plus le temps pour les regrets. Et Tottenham, qui n’a plus soulevé un titre depuis 2008, entend bien profiter de son pied gauche si soyeux à douze journées du terme du championnat. Avec, pourquoi pas, une nouvelle « huitième merveille du monde » offerte ? White Hart Lane et le Nord de Londres n’attendent que ça.


Par Romain Duchâteau Propos de Chris Miller et Allan Nyom recueillis par RD
Modifié

Dans cet article

Les erreurs n'appartiennent qu'à lui-même.
elmazatleco Niveau : DHR
moussa moussa dembelé dembelééé dembelééééé ééééé éééé
désolé voila ca c'est fait ca fait dix ans que j'aime ce joueur
ca me fait plaisir que cette année il exprime enfin son immense talent, meme si je dois avouer son but contre anderlecht m'a fait tout de meme mal.
"Scintille et ne distille plus son talent que par intermittence", le "que" est de trop
Note : 1
Un milieu Dembélé-Nainggolan-Witsel à l'Euro, je signe où ?
valeureux liégeois 74 Niveau : National
Message posté par Pyd
Un milieu Dembélé-Nainggolan-Witsel à l'Euro, je signe où ?


À essayer en amical contre le Portugal en mars si son état de forme se poursuit. Ce joueur est bourré de qualités mais, à l'instar d'un Lukaku ou d'un Hazard, ses prestations chez les Diables sont rarement flamboyantes.
Massimo69 Niveau : DHR
Message posté par Pyd
Un milieu Dembélé-Nainggolan-Witsel à l'Euro, je signe où ?


Oui cela vaut bien un milieu Xavi-Pirlo-Iniesta... Il faut garder un peu de mesure, on donne l'impression que chaque joueur belge actuel est un prodige interstellaire du football...
volontaire 82 Niveau : CFA2
Massimo69 mais tu parles de quoi ? Xavi Iniesta et Pirlo jouent ensemble en sélection nationale en ce moment ? Sérieux, dès qu'on se met à valoriser des joueurs on passe pour des gars qui extrapolent.

Perso en tant que français j'avoue qu'un milieu comme ça fait vraiment rêver, que ce soit par sa technique sa créativité où sa capacité de récupération. Pour une nation comme la Belgique qui plus connu d'Euro depuis des lustres c'est gratifiant.

Après le milieu c'est vraiment là ou on aura la plus grosse densité de joueurs de haut niveau dans toute les sélections européennes, donc à voir.
"Car quand Moussa Dembélé pose ses bagages à Londres à l’été 2012, c’est accompagné d’une réputation flatteuse."

Donc en gros, Fulham n'est pas un club Londonien?

Sinon, Dembélé est un jour avec de l'or dans les pattes, il a une protection de balle incroyable. Content de le voir enfin briller comme il aurait déjà dû le faire depuis longtemps.
purplehazebxl Niveau : DHR
Message posté par Massimo69
Oui cela vaut bien un milieu Xavi-Pirlo-Iniesta... Il faut garder un peu de mesure, on donne l'impression que chaque joueur belge actuel est un prodige interstellaire du football...


Qui a parlé de Xavi-Pirlo-Iniesta ? Personne... Tu fais cette comparaison foireuse tout seul comme un grand
Content pour lui, même si c'est vrai qu'il ralenti parfois le jeu, notamment avec la sélection nationale, je trouve que c'est un joueur précieux, qui apporte beaucoup notamment grâce à son physique, et cette sacrée conservation de balle, que tous ses coachs soulignent...

Avec un Marouane qui joue très peu il va peut être prétendre à être titulaire... et si comme le dit l'article il peut occuper un rôle derrière l'attaquant, ça pourrait être pas mal pour les matchs que Wilmots veut attaquer en 4 2 3 1..
Note : 1
Message posté par Massimo69
Oui cela vaut bien un milieu Xavi-Pirlo-Iniesta... Il faut garder un peu de mesure, on donne l'impression que chaque joueur belge actuel est un prodige interstellaire du football...


Il faut pas perdre de vue qu'il y a moins de 10 ans, Gillet et ses bonnes performances en ligue 1, aurait constitué ce qu'on pouvait avoir de mieux pour notre équipe nationale... (on espérait de Pieroni, ce genre de délire...)
Aujourd'hui, Gillet lui même reconnait que sa seule chance de sélection c'est d'être pris pour jouer dans le couloir droit..

Donc laisse nous tranquille avec notre enthousiasme tout à fait légitime. On a un bel entre jeu, bien complémentaire... surtout quand t'ajoutes De Bruyne et Hazard...
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Hazard, Vertonghen, Kompany, Courtois, De Bruyne, Witsel, Lukaku : vous avez le droit vous enflammer.

Pour tous les autres, Fellaini, Dembele & co, vous avez déjà essayé une fois de nous faire croire à des cadors, ça prendra pas deux fois.
Message posté par Massimo69
Oui cela vaut bien un milieu Xavi-Pirlo-Iniesta... Il faut garder un peu de mesure, on donne l'impression que chaque joueur belge actuel est un prodige interstellaire du football...


Tu l'as lue où cette comparaison ? ...

On est en droit de rêver de ce trio pour la Belgique, sans pour autant penser que c'est le meilleur milieu de tous les temps.

C'est vrai que Dembélé donne l'impression d'un gâchis incroyable, mais c'est en grande partie dû à des choix de ses différents entraineurs franchement douteux. En équipe nationale, il a perdu tout son crédit lors du premier match des Diables au Brésil, où il était associé à Chadli dans l'entre-jeu, avec Witsel derrière eux. Bien avant le coup d'envoi, tout le monde avait pressenti un désastre dans l'entre-jeu (alors qu'on manquait pas de milieux de terrain et qu'il y avait de bien meilleures associations à envisager).
A Tottenham c'est son positionnement qui était bien souvent inadapté. Comme c'est précisé dans l'article, il a une technique hors norme et une capacité à conserver le ballon qui, je crois, est inégalée pour l'instant. Et j'ai le sentiment que Tottenham vient seulement de comprendre comment utiliser au mieux ces qualités.
Benito-Bx Niveau : CFA
Mine de rien je trouves qu'on commence à avoir plusieurs solutions tactiques avec l'équipe nationale en gardant la même ossature...

4-2-3-1 offensif avec un trident Hazard - De Bruyne - Carasco quand on joue l'attaque, notamment contre des équipes qui bétonnent.

4-3-3 physique avec un triangle au milieu Witsel - Fellaini - Naingollan et des flancs pris par Hazard et De Bruyne. Cette disposition peut être utile contre des équipes très physiques style Irlande, etc.

4-3-3 technique avec un triangle Dembele - Witsel - Naingollan quand on joue contre des équipes qui vont vouloir nous priver du ballon, typiquement l'Espagne.

C'est plutôt encourageant tout ça. En espérant que tout le monde soit en forme en juin.
Benito-Bx Niveau : CFA
Message posté par LaPaillade91
Hazard, Vertonghen, Kompany, Courtois, De Bruyne, Witsel, Lukaku : vous avez le droit vous enflammer.

Pour tous les autres, Fellaini, Dembele & co, vous avez déjà essayé une fois de nous faire croire à des cadors, ça prendra pas deux fois.


Fellaini, Dembele et les autres sont des très bons joueurs. Si un cador c'est Messi, Neymar, Busquets, Iniesta, Muller, ... ce ne sont pas des cadors mais ça reste d'excellents joueurs de foot.

A part peut-être l'Espagne de 2008-2012, aucune équipe national n'a que des cadors.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
896 22