Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 32è journée

Del Piero fait rêver la Juve

Entré en fin de match, Alessandro Del Piero a permis à la Juve de s’imposer dans un match très compliqué face à la Lazio (2-1). Les bianconeri repassent en tête. La Lazio reste troisième grâce au coup de pouce de la Roma, qui a battu l’Udinese. Troisième défaite consécutive de Naples.

Modififié
L’éternel. L’immense. La légende. Cet homme-là, dans six matches, devra faire ses adieux au maillot de la Juventus. Honnêtement, personne n’y croit. Impossible d’effacer comme ça Alessandro Del Piero. Impossible d’effacer un joueur qui a fêté ce soir son 700e match sous les couleurs de la Juve, et qui l’a célébré de la plus belle des façons : avec un but décisif inscrit sur coup-franc. Son quatrième de la saison, après ceux plantés contre la Roma, le Milan AC et l’Inter. Excusez si Alex choisit ses rendez-vous. Or, ce soir, le capitaine de la Juve a, comme à de nombreuses occasions dans sa carrière, sorti la Juve d’une situation bien compliquée. Face à une Lazio privée de nombreux éléments, la Vieille Dame a tout d’abord largement dominé la première période. Pepe ouvre le score à la demi-heure de jeu, juste récompense d’une domination sans partage. Il faut ensuite des miracles du portier Marchetti et un excellent Diakité pour empêcher la Juve de mener 3 ou 4-0 à la pause. Mais juste avant la mi-temps, l’homme qui marche sur l’eau depuis quelques jours, Mauri, surgit et égalise d’une tête en pleine lucarne. Le hold up parfait.

Du coup, ce but secoue la Juve qui, en début de deuxième période, ne sait plus trop par où attaquer. La domination est toujours aussi flagrante et la Lazio, hormis du cœur et du courage, n’a pas grand-chose à offrir. Sauf que les minutes passent, que les occasions se multiplient, et que le score ne bouge pas. L’horloge tourne, et la Juve commence à comprendre que cela sent le roussi. Alors, Conte ose. Il fait entrer son Alex. L’homme des situations impossibles. Après deux, trois gestes de classe pour montrer qu’il est toujours dans le coup, le numéro 10 hérite d’un coup-franc, à sept minutes du terme. Pirlo pose le ballon, Alex s’approche, l’air de dire : « Je m’en occupe » . Un tir un peu filou, à mi-hauteur, qui transperce un mur pas impeccable, et le ballon va se glisser dans le petit filet d’un Marchetti qui doit enfin s’incliner. 2-1, la Juventus Stadium explose. La Juve reprend la tête du classement et passe peut-être l’obstacle le plus compliqué de sa fin de saison. Il reste six matches pour réaliser une folie qui répond au doux nom de Scudetto. Et Del Piero adore ça, les folies.

La Roma schizo, l’Inter Milito

La défaite ne fait toutefois que moyennement mal à la Lazio. Certes, repartir de Turin avec un point aurait été mieux. Mais les résultats arrivant des autres terrains ne sont pratiquement que des bonnes nouvelles pour les Biancocelesti. En effet, l’Udinese, premier poursuivant des Laziali dans la course à la troisième place, s'est inclinée… contre la Roma. Drôle. Totti faisait son retour, et cela se sent. Sans lui, la Roma a perdu depuis le début de la saison 70% de ses matches. Avec lui, c’est une autre histoire. Il Capitano a su transmettre sa passion à ses coéquipiers, et a d’ailleurs été décisif, puisque c’est lui, à quatre minutes du terme, qui donne l’avantage à son équipe alors que le score était de 1-1. Marquinho, dans les arrêts de jeu, se permettra même de porter le score à 3-1. Un score mérité, puisque la Roma a montré de meilleures choses par rapport à sa rivale directe, confirmant son côté totalement schizophrénique, trois jours après sa déroute contre Lecce (4-2). Grâce à ce succès, la Roma revient à quatre points de la Lazio, et à une seule longueur de l’Udinese, qui s’essouffle vraiment en cette fin de saison.

Mais la vraie équipe qui s’essouffle, c’est le Napoli. Avec deux points pris lors des quatre dernières journées, les Napolitains devaient impérativement s’imposer à domicile contre l’Atalanta pour rester dans la course à la troisième place. Tu parles. L’équipe de Mazzarri a encore craqué, encaissant trois buts pour la troisième fois consécutive (1-3). Et qu’on se le dise : cette défaite-là est amplement méritée, tant l’Atalanta a montré plus de conviction et d’envie. L’addition aurait pu être encore plus salée en fin de rencontre, puisque les joueurs de Bergame ont trouvé le poteau et que Pandev a été exclu. Compte tenu de la défaite de la Lazio, Naples reste à six points de la troisième place, mais il semble évident que l’élimination de la Ligue des Champions a laissé des traces dont les Napolitains pourront difficilement se remettre avant la fin de la saison. Zone Ligue des Champions toujours, l’Inter s’est offert une victoire dégueulasse contre Sienne (2-1) grâce à un doublé de Milito, qui porte littéralement l'équipe sur ses épaules depuis le début de l’année 2012 (six buts lors des trois derniers matches). Mine de rien, Andrea Stramaccioni a obtenu sept points en trois matches depuis son arrivée et revient ce soir à hauteur du Napoli. Le coach continue de clamer qu’il croit encore à la troisième place. Reste à le prouver : le calendrier lui offre l’Udinese, le Milan AC et la Lazio lors des trois dernières journées.

Mutu fait mal au Genoa


L’intérêt passe ensuite dans le bas de tableau. Et là encore, cela s’agite. Si pour certaines équipes, le championnat est pratiquement déjà terminé (Atalanta, Chievo, Palerme…), pour d’autres, il va se jouer dans les prochaines semaines. De fait, la lutte pour le maintien va être extrêmement disputée, et ce grâce à l’incroyable envie de vivre de Lecce. Après avoir battu la Roma dimanche, les joueurs des Pouilles ont récidivé ce soir, en allant chercher une victoire renversante sur la pelouse de Catane. Menés 1-0 jusqu’à la 88e minute, les hommes de Serse Cosmi ont renversé la tendance en deux minutes par Corvia et Di Michele, s’imposant finalement 2-1 au buzzer. Un succès fou, qui relance totalement la course au maintien. Si pour Cesena et Novara, c’est visiblement terminé (les deux clubs comptent respectivement 15 et 11 points de retard sur le premier non-relégable), la dernière place dans le wagon qui mène à l’étage inférieur va être attribué au finish. Avec sa victoire du soir, Lecce remonte à 34 points. C’est donc seulement deux de moins que le Genoa, qui a été péniblement tenu en échec à domicile par la lanterne rouge Cesena (1-1). Adrian Mutu a glacé les tifosi du stadio Ferraris, qui se mettent vraiment à croire qu’ils vont rejoindre la Sampdoria en Serie B. Les Génois ont de quoi trembler : dimanche, ils iront défier le Milan AC à San Siro, pendant que Lecce recevra un Napoli en bout de course. L’issue de ces deux rendez-vous pourrait être terrible.

La Fiorentina a de quoi être inquiète aussi. L’équipe viola n’est pas parvenue à donner de la continuité à sa victoire face au Milan AC, et a n'a pas pu faire mieux qu'un match nul à domicile face à Palerme, au terme du seul 0-0 de la soirée. Un nul qui laisse les Florentins à trois points de la zone rouge. Ce qui est peu. La bonne opération de la soirée est en revanche pour Parme. Les Parmesans n’ont pas fait de détails face à Novara (2-0) et se donnent une grande bouffée d’oxygène puisqu’ils atteignent la barre des 38 points. L’équipe de Donadoni n’est pas encore sauvée, mais cette victoire donne du moral pour les six journées restantes. Enfin, le dernier match de la journée opposera demain soir deux autres équipes mal barrées. Bologne (37 points) accueillera Cagliari (38). Le vainqueur assurera presque certainement son maintien, tandis que l’autre se retrouvera mêlé à la lutte pour ne pas descendre et aura la pétoche. Oui, on appelle ça une situation compliquée. Et celle-là, ce n’est pas Del Piero qui viendra la débloquer.

Résultats et Classement

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom