Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // 8es
  3. // Espagne-Italie (0-2)

Del Bosque est tombé tout seul dans le piège italien

On a beaucoup parlé de la maîtrise tactique de Conte. Mais si l'Italie a plié une Roja sans âme, c'est aussi à cause de la gestion de Vicente del Bosque.

Modififié
Dès 17h, l'affaire était déjà entendue. À l'annonce de la composition du XI espagnol, l'Italie était déjà en quarts de finale contre l'Allemagne. Pour la quatrième fois, Vicente del Bosque a aligné le même système et les mêmes joueurs. Celui qui aura fait vaguement illusion en phase de groupes. Plus les jours avançaient, plus la possibilité de voir des joueurs frais titularisés s'amenuisait. Les médias espagnols ont essayé d'y croire, mais « El Marqués » et son staff se sont embourbés. Une équipe est souvent le miroir de son entraîneur. Italie-Espagne a été un modèle du genre. D'un côté, un Antonio Conte bondissant, rugissant. De l'autre, un VDB engoncé dans sa guérite, tentant vainement de remonter son équipe. Mollement. Del Bosque n'a rien transmis à son effectif. Cet Italie-Espagne, c'était une équipe contre 11 joueurs. Du choix des 23 au fracas de Saint-Denis, la Roja a essayé de masquer l'évidence : il y a un problème interne profond. Depuis 2014, rien n'a été fait en ce sens. Les attaques des joueurs sur le rôle de la presse sont souvent un indicateur précis de la réalité. Il fallait du sang neuf à la tête de la Selección. Del Bosque n'était pas trop chaud pour rester. Ángel María Villar, le président de la Fédération, l'en a finalement persuadé. Le pire, c'est que l'Espagne n'a pas tellement de solution de rechange et VDB pourrait rempiler 2 ans.

La faillite prévisible du milieu


Face à cette Italie bien plus talentueuse qu'il n'y paraît, il ne faut jamais au grand jamais être mené au score. Sa défense est sa meilleure arme, sa rampe de lancement. Pendant toute la première période, l'Italie a marché sur la Roja. C'en était indécent. Rentrer au vestiaire avec seulement un but de retard tenait presque du miracle. En l'espèce, Conte n'a pas fait un « coup » . Il a juste appliqué son plan parfaitement rodé. C'était au sélectionneur espagnol de porter ses « huevos » et d'innover. Sans doute étourdi par le match potable de Cesc Fàbregas contre la Croatie, Del Bosque a de nouveau fait confiance au Catalan. Grosse erreur. De Rossi, Parolo et Giaccherini s'en sont donné à cœur joie au milieu. Une véritable humiliation. En refusant de choisir, VDB a creusé la tombe de l'Espagne. En complément de Sergio Busquets, Koke aurait été bien meilleur, lui dont le sens tactique aiguisé a souvent été mis en avant dans la presse locale. Fàbregas n'a pas été le seul a être aux fraises. La Roja manquait de jus. Il fallait faire tourner contre la Croatie, mettre Iniesta au frigo et le ressortir tout frais. Non seulement son match contre la bande à Modrić avait été discret, mais en plus Ante Čačić avait montré à Conte la marche à suivre pour museler le génie ibérique. Découpez le long des pointillés.

Bricolage et reniement


Après le match contre la Turquie, aucune dithyrambe n'était assez forte pour qualifier le jeu de la Roja. Un dragster sans Vincent Perrot, mais avec Andrés Iniesta à son bord. Le parfait trompe-l'œil. Mieux que personne, les Espagnols savent que sans tactique, il est impossible de gagner un grand tournoi. La fin de match a reflété ce qu'est réellement la Roja : un bordel. Dans la précipitation, au lieu de sortir Fàbregas, c'est Nolito qui a été sacrifié à la mi-temps pour passer à un système à deux pointes, avec Aduriz pour épauler le très discret Morata. Une combinaison qui avait fonctionné contre l'Italie en amical en mars. La MSN, « LE » choix de Del Bosque a vécu. Elle a explosé dès le premier écueil. À 19h, elle était cliniquement morte. Certes, l'Espagne a pressé plus haut dans cette nouvelle configuration et a gêné les sorties de balle transalpines. Mais sincèrement : y a-t-il eu un seul moment où l'Italie n'a pas été en contrôle ? Le manque de profondeur de banc a fini d'achever la Selección quand Aduriz a dû sortir. Avec Morata cramé comme prévu après une heure de jeu, Lucas Vázquez (1 sélection) était la solution numéro 1. Sans l'attaquant de Bilbao, VDB s'est retrouvé à poil, contraint de faire entrer Pedro qui, après ses déclarations tapageuses concernant son manque de temps de jeu pendant cet Euro, aurait dû être attaché à un arbre le long d'une départementale de l'Île de Ré. À Valence, l'aficion a dû rire jaune. Il ne fallait pas se priver de Paco Alcácer... Cette fois, Gerard Piqué n'a pas sauvé les apparences.


Les Espagnols qui ont tant vanté le tiki-taka s'en sont remis aux coups de pied arrêtés et aux frappes lointaines. Tout simplement, « El Marqués » s'est enferré dans le piège tendu par Conte, et ses joueurs n'ont pas été au rendez-vous. Ramos, Fàbregas et Silva sont au centre des critiques. Malgré son palmarès exceptionnel, le départ de VDB est plus que souhaitable pour l'Espagne. Dans les prochains jours, plusieurs joueurs majeurs devraient également mettre le clignotant à gauche (11 joueurs sur 23 ont entre 28 et 32 ans), à moins que la Fédération ne trouve un sélectionneur suffisamment sexy pour remotiver les cadres, ce qui est encore loin d'être gagné. Un homme de la trempe de Del Bosque aurait mérité de meilleurs adieux, mais de toute évidence, il était impossible de réussir dans un tel contexte et avec de tels non-choix. Désormais, la Selección entame un nouveau chapitre. Le futur de la Roja doit à présent s'écrire sans lui.

Par FM Boudet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:11 Le maillot du Maroc pour le Mondial enfin dévoilé 49
Hier à 16:00 La finale de la C1 2020 à Istanbul 28 Hier à 13:39 Roy Contout en garde à vue 33 Hier à 13:38 Ronaldinho va se marier avec deux femmes 88
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 11:57 Falcao condamné à 9 M€ d'amende par la justice espagnole 56 mercredi 23 mai Will Smith interprétera l'hymne officiel du Mondial 68 mercredi 23 mai Un but chelou en D2 irlandaise (via Facebook SO FOOT) mercredi 23 mai Pas de sanction pour Rabiot 79 Podcast Football Recall Épisode 20 : Vieira l'opportuniste, Real-Liverpool et la lutte contre la drogue mercredi 23 mai Six ans de prison requis contre Vincenzo Iaquinta 35 mercredi 23 mai Un but inscrit en seulement quatre secondes en Écosse 10 mercredi 23 mai L'équipe type des absents du Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT)