1. //
  2. // 8es
  3. // Espagne-Italie (0-2)

Del Bosque est tombé tout seul dans le piège italien

On a beaucoup parlé de la maîtrise tactique de Conte. Mais si l'Italie a plié une Roja sans âme, c'est aussi à cause de la gestion de Vicente del Bosque.

Modififié
1k 42
Dès 17h, l'affaire était déjà entendue. À l'annonce de la composition du XI espagnol, l'Italie était déjà en quarts de finale contre l'Allemagne. Pour la quatrième fois, Vicente del Bosque a aligné le même système et les mêmes joueurs. Celui qui aura fait vaguement illusion en phase de groupes. Plus les jours avançaient, plus la possibilité de voir des joueurs frais titularisés s'amenuisait. Les médias espagnols ont essayé d'y croire, mais « El Marqués » et son staff se sont embourbés. Une équipe est souvent le miroir de son entraîneur. Italie-Espagne a été un modèle du genre. D'un côté, un Antonio Conte bondissant, rugissant. De l'autre, un VDB engoncé dans sa guérite, tentant vainement de remonter son équipe. Mollement. Del Bosque n'a rien transmis à son effectif. Cet Italie-Espagne, c'était une équipe contre 11 joueurs. Du choix des 23 au fracas de Saint-Denis, la Roja a essayé de masquer l'évidence : il y a un problème interne profond. Depuis 2014, rien n'a été fait en ce sens. Les attaques des joueurs sur le rôle de la presse sont souvent un indicateur précis de la réalité. Il fallait du sang neuf à la tête de la Selección. Del Bosque n'était pas trop chaud pour rester. Ángel María Villar, le président de la Fédération, l'en a finalement persuadé. Le pire, c'est que l'Espagne n'a pas tellement de solution de rechange et VDB pourrait rempiler 2 ans.

La faillite prévisible du milieu


Face à cette Italie bien plus talentueuse qu'il n'y paraît, il ne faut jamais au grand jamais être mené au score. Sa défense est sa meilleure arme, sa rampe de lancement. Pendant toute la première période, l'Italie a marché sur la Roja. C'en était indécent. Rentrer au vestiaire avec seulement un but de retard tenait presque du miracle. En l'espèce, Conte n'a pas fait un « coup » . Il a juste appliqué son plan parfaitement rodé. C'était au sélectionneur espagnol de porter ses « huevos » et d'innover. Sans doute étourdi par le match potable de Cesc Fàbregas contre la Croatie, Del Bosque a de nouveau fait confiance au Catalan. Grosse erreur. De Rossi, Parolo et Giaccherini s'en sont donné à cœur joie au milieu. Une véritable humiliation. En refusant de choisir, VDB a creusé la tombe de l'Espagne. En complément de Sergio Busquets, Koke aurait été bien meilleur, lui dont le sens tactique aiguisé a souvent été mis en avant dans la presse locale. Fàbregas n'a pas été le seul a être aux fraises. La Roja manquait de jus. Il fallait faire tourner contre la Croatie, mettre Iniesta au frigo et le ressortir tout frais. Non seulement son match contre la bande à Modrić avait été discret, mais en plus Ante Čačić avait montré à Conte la marche à suivre pour museler le génie ibérique. Découpez le long des pointillés.

Bricolage et reniement


Après le match contre la Turquie, aucune dithyrambe n'était assez forte pour qualifier le jeu de la Roja. Un dragster sans Vincent Perrot, mais avec Andrés Iniesta à son bord. Le parfait trompe-l'œil. Mieux que personne, les Espagnols savent que sans tactique, il est impossible de gagner un grand tournoi. La fin de match a reflété ce qu'est réellement la Roja : un bordel. Dans la précipitation, au lieu de sortir Fàbregas, c'est Nolito qui a été sacrifié à la mi-temps pour passer à un système à deux pointes, avec Aduriz pour épauler le très discret Morata. Une combinaison qui avait fonctionné contre l'Italie en amical en mars. La MSN, « LE » choix de Del Bosque a vécu. Elle a explosé dès le premier écueil. À 19h, elle était cliniquement morte. Certes, l'Espagne a pressé plus haut dans cette nouvelle configuration et a gêné les sorties de balle transalpines. Mais sincèrement : y a-t-il eu un seul moment où l'Italie n'a pas été en contrôle ? Le manque de profondeur de banc a fini d'achever la Selección quand Aduriz a dû sortir. Avec Morata cramé comme prévu après une heure de jeu, Lucas zquez (1 sélection) était la solution numéro 1. Sans l'attaquant de Bilbao, VDB s'est retrouvé à poil, contraint de faire entrer Pedro qui, après ses déclarations tapageuses concernant son manque de temps de jeu pendant cet Euro, aurait dû être attaché à un arbre le long d'une départementale de l'Île de Ré. À Valence, l'aficion a dû rire jaune. Il ne fallait pas se priver de Paco Alcácer... Cette fois, Gerard Piqué n'a pas sauvé les apparences.


Les Espagnols qui ont tant vanté le tiki-taka s'en sont remis aux coups de pied arrêtés et aux frappes lointaines. Tout simplement, « El Marqués » s'est enferré dans le piège tendu par Conte, et ses joueurs n'ont pas été au rendez-vous. Ramos, Fàbregas et Silva sont au centre des critiques. Malgré son palmarès exceptionnel, le départ de VDB est plus que souhaitable pour l'Espagne. Dans les prochains jours, plusieurs joueurs majeurs devraient également mettre le clignotant à gauche (11 joueurs sur 23 ont entre 28 et 32 ans), à moins que la Fédération ne trouve un sélectionneur suffisamment sexy pour remotiver les cadres, ce qui est encore loin d'être gagné. Un homme de la trempe de Del Bosque aurait mérité de meilleurs adieux, mais de toute évidence, il était impossible de réussir dans un tel contexte et avec de tels non-choix. Désormais, la Selección entame un nouveau chapitre. Le futur de la Roja doit à présent s'écrire sans lui.

Par FM Boudet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Quel fiasco!

Après le match face à la Turquie, je me demandais qui pouvait arrêter cette équipe.

D'autant que, du bon coté du tableau, il y avait un boulevard vers la finale.

Et puis, la Croatie a tout gâché!

Del Bosque s'est obstiné dans sa compo parce qu'il voulait cette partie de tableau.
zinczinc78 Niveau : CFA
 //  13:12  //  Supporter de Bordeaux
C'est bien pour Chelsea que Conte ait pu voir en direct ce qu'il ne faut absolument pas faire de Fabregas..

Ce qui m'a frappé chez les Ritaux c'est leur capacité à trouver Pellé en point d'appui avec une facilité déconcertante. Derrière, le mec n'avait plus qu'à s'appliquer sur la remise pour envoyer Eder , Parolo ou Giacherini au but. Est-ce la faute de la charnière ou de Busquets - Fabregas ?

Pas sur que le 4-0 du dernier Euro soit définitivement vengé, mais c'est une belle revanche quand même..
Tous ces efforts n'ont servi à rien. Il en sera de même pour l'Italie.

Même si elle bat l'Allemagne, ce qui est improbable, elle sera complètement cuite face à la France.

La France qui, pour atteindre la finale, n'aura finalement affronté qu'un seul réel adversaire, en demi.
Si VDB reste en poste jusqu'à la Russie, il aura fait dix ans à la tête de la Seleccion. Autrefois il y avait des Herberger, des Ramsey, des Helmut Schoen pour rester longtemps en poste mais dans le football moderne, ça pose question.
VDB n'est pas réputé son arrogance mais je me demande s'il n'y a pas un peu de fierté mal placée à vouloir continuer avec la Roja encore quelques années, sans se demander ce qu'un autre pourrait apporter à sa place. Le bilan des deux derniers tournois est digne des plus belles heures de l'Espagne éternelle perdante des années 90-2000.
Message posté par alfadir
Le bilan des deux derniers tournois est digne des plus belles heures de l'Espagne éternelle perdante des années 90-2000.


Non. Il en est indigne.

L'Espagne des 90's s'arrêtait en quarts.
Message posté par alfadir
Si VDB reste en poste jusqu'à la Russie, il aura fait dix ans à la tête de la Seleccion. Autrefois il y avait des Herberger, des Ramsey, des Helmut Schoen pour rester longtemps en poste mais dans le football moderne, ça pose question.
VDB n'est pas réputé son arrogance mais je me demande s'il n'y a pas un peu de fierté mal placée à vouloir continuer avec la Roja encore quelques années, sans se demander ce qu'un autre pourrait apporter à sa place. Le bilan des deux derniers tournois est digne des plus belles heures de l'Espagne éternelle perdante des années 90-2000.


VDB n'est plus en poste. La presse espagnol annonce Caparros(?) en pôle pour le remplacer.
Message posté par mario
Tous ces efforts n'ont servi à rien. Il en sera de même pour l'Italie.

Même si elle bat l'Allemagne, ce qui est improbable, elle sera complètement cuite face à la France.

La France qui, pour atteindre la finale, n'aura finalement affronté qu'un seul réel adversaire, en demi.


Encore un qui spoile.
Non sérieusement tu vas un peu vite. Même si c'est une des rares fois ou j'ai plaisir à voir jouer l'Italie, j'ai du mal à voir l'Allemagne perde. Et si on passe l'Islande, les France-Allemagne on sait comment ça se passe.
Romansochaux Niveau : CFA
 //  13:28  //  Amoureux de Sochaux
Message posté par mario
Non. Il en est indigne.

L'Espagne des 90's s'arrêtait en quarts.


Aucune remise en question, aucune réactivité au coaching, aucun plan B et des chouchous qui restent sur le terrain quoi qu'il arrive, on voit la différence entre un bâtisseur comme Aragones et lui, le Laurent Blanc espagnol, pas fondamentalement mauvais mais limité tactiquement.
Je crois aussi que sa principale erreur a été de ne pas faire tourner un peu pour le troisième match. Avec la qualif acquise, certains estimaient qu'ils devaient jouer et ça aurait été plus sain pour le groupe, Pedro a démontré qu'il vivait très mal sa situation et il ne devait pas être le seul.
Ensuite, ce penalty raté contre la Croatie est un tournant, mais sur ce match rien à dire: l'Italie a été nettement meilleure. De la même façon qu'au Barça il y a deux ans, il n'y avait pas de plan B, une seule tactique à proposer et que Conte a eu tout à loisir de décortiquer. Il aurait fallu avoir un plan B... et je regrette toujours autant l'absence d'un Fernando Torres qui aurait pu faire parler son expérience dans un tel rendez-vous.
Del Bosque doit partir maintenant. Merci pour tout, mais le message ne passe plus. Je verrais bien Lopetegui, il a gagné avec les Espoirs il y a quelques années, et il connaît bien les joueurs.
Ce mec a quand même bien profité du boulot de Guardiola / Aragones. Il a voulu tirer là dessus jusqu'au bout en se privant d'une nouvelle génération qui aurait apporté quelque chose de différent (Isco, Koke, Saul..)
Cafu crème Niveau : DHR
Malgré leur palmares récent ils vont rentrer dans le rang qui était le leur depuis toujours presque : outsider.

L'article est à charge mais après 6 ans de domination fallait bien que ça s'arrête un jour.

Difficile de voir l'échec arriver quand poste par poste tu as l'un des plus beaux effectifs mondiaux quoi que les trolls en disent.

A l inverse la Squadra sait depuis le départ que c est l une des plus faibles sur le papier et se sont prepares en conséquence: serieux, don de soi, discipline, tactique etc.

Parfois pour mieux repartir il faut savoir tomber et en prendre conscience. Ça n avait pas été le cas en 2014 maintenant c est fait et le meilleur est à venir pour la Roja.
Cafu crème Niveau : DHR
Message posté par Romansochaux
Aucune remise en question, aucune réactivité au coaching, aucun plan B et des chouchous qui restent sur le terrain quoi qu'il arrive, on voit la différence entre un bâtisseur comme Aragones et lui, le Laurent Blanc espagnol, pas fondamentalement mauvais mais limité tactiquement.


T enflamme pas trop quand même. A lui tout seul Vincent du bois a quasi l'équivalent du palmares français en club et selection.

Il est carbo mais un peu de respect pour le papy.
Hikaru Matsuyama Niveau : District
Toujours un peu de mal avec ces "c'était prévisible" lancés après coup. Beaucoup de choses dites dans l'article sont vraies (l'état de forme des joueurs, l'absence de renouvellement de l'équipe -ou presque...), mais dire que juste en regardant la compo on savait et affirmer que Koke aurait été bien meilleur que Fabregas (ce qui est possible, probable) c'est de la malhonnêteté intelectuelle et du football-fiction.
Skywalker Texas Ranger Niveau : DHR
Message posté par mario
Tous ces efforts n'ont servi à rien. Il en sera de même pour l'Italie.

Même si elle bat l'Allemagne, ce qui est improbable, elle sera complètement cuite face à la France.

La France qui, pour atteindre la finale, n'aura finalement affronté qu'un seul réel adversaire, en demi.


C'est pas la faute de la France si l'Angleterre se fait éliminer, et dans les grandes largeurs en plus.
L'Ultimo Uomo parlait déjà de "suicide tactique" de Wilmots après Italie-Belgique : http://www.ultimouomo.com/lezione-tattica/

J'ai eu peur pour l'Italie en les voyant commencer plus haut que d'habitude, je pensais que chaque perte de balle serait dangereuse. Mais les Espagnols ont refusé de se projeter rapidement vers l'avant, contrairement aux Belges qui avaient au moins eu une grosse occasion en contre. C'est leur plus grosse erreur je pense, avoir laissé tranquillement le bloc se remettre en place à chaque fois, à tel point qu'on n'a vu aucune vraie faute tactique italienne.
Laslandes Of The Dead Niveau : Loisir
En plus il fait une quenelle
Ce qui est dommage c'est qu'à la différence d'autres grandes nations, qui connaissent leur pire génération l'Espagne est entrain de rater des compétitions où a défaut de toujours gagner, elle pouvait au moins atteindre les demi-finale, un minimum syndical.
La gestion de Del Bosque c'est l'archétype de ce qui ne doit pas être fait. C'est presque un best of à étudier dans le monde du football. Fin de cycle depuis 2 ans, a court d'idées tactiquement, ultra conservateur. Le nombre de sélectionnés qui n'ont pas joué une minute alors que l'Espagne était déjà qualifiée avant son 3 ème match. Et si l'Espagne arrivait en finale je reste convaincu sauf obligation que 4 ou 5 joueurs n'auraient jamais foulé la pelouse.
L'Espagne ou comment être en crise quand les feux sont au vert.
Koke, Saul, Alcacer, Sergi Roberto, Thiago Alcantara et bien d'autres te saluent Vincent du Bois et te souhaitent une bonne retraite le plus vite possible.
Ce qui était incompréhensible, c'est le nombre de longs ballons qu'ils ont balancé en première mi-temps. Autant qu'en 8 ans j'ai l'impression! et en exagérant volontairement
Le problème de l'Espagne c'est surtout le départ de Xavi qu'on a pas su remplacer il était l'élément moteur de cette équipe Fabregas est une anarque absolue encore un de ces joueurs que la BPL a surmediatiser on s'en rendu compte lors de son passage à Barcelone et Iniesta a pris de. L'âge et trop seul pour porter cette équipe
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
 //  13:48  //  Hooligan du Panama
Message posté par zinczinc78
C'est bien pour Chelsea que Conte ait pu voir en direct ce qu'il ne faut absolument pas faire de Fabregas..


Le faire jouer?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 42