1. //
  2. // OM/Bourg Peronnas

Definod : « Jouer au Vélodrome, c'est inespéré »

Sébastien Definod et Bourg-Peronnas se préparent à affronter l'Olympique de Marseille en huitièmes de finale de la Coupe de France. Initialement prévue la semaine dernière à Saint-Étienne, la rencontre se déroulera finalement cet après-midi. Et au Vélodrome. Même pas peur, les pensionnaires de CFA se sont fait un plaisir d'éliminer l'ACA au tour précédent (3-2), et ont une sérieuse envie de bouffer une autre Ligue 1. Quitte à faire passer Sneijder et Zanetti pour des bananes.

Modififié
0 0
Comment ça s'est passé après votre belle victoire au tour précédent contre l'AC Ajaccio ?

On était tous heureux, tous très fatigués. Soulagés aussi, parce qu'on a pris un but à la 95e minute, alors qu'on s'y voyait déjà et qu'il a fallu repasser devant pendant les prolongations. Mais ça a rendu la qualif' encore plus excitante.

Vous êtes dans quel état d'esprit avant d'affronter Marseille ?

On est tous un peu excités, on a hâte d'y être. Après c'est un peu délicat parce qu'il y a eu sans arrêt des changements : le report d'une semaine, puis le stade du match inversé, et on l'apprend deux jours avant... Donc c'est en effet délicat par rapport à tous ces paramètres. Maintenant, moi j'ai hâte, je prends ça sereinement en me disant que c'est que du bonus. Ce sont eux qui auront la pression, pas nous. Si on peut faire quelque chose, tant mieux. Si on peut éviter de prendre une déculottée ce serait pas mal dans un premier temps (rires). Si on peut les inquiéter un petit peu, on va pas se gêner !

Vous n'avez pas peur d'être lésés en jouant au Vélodrome ?

Si. On est un peu déçus par rapport aux personnes de notre entourage. Il y en avait une trentaine qui était partante pour venir à Saint-Étienne. Du coup, en apprenant la décision deux jours avant, il n'y en a aucun qui peut venir. Maintenant ils seront devant la télé. Mais c'est sûr que ça peut nous porter préjudice sur le jeu. Je pense que le terrain est encore plus grand là-bas, ils seront chez eux, ils auront leurs repères. Ce qui peut être un avantage pour nous est qu'il peuvent avoir davantage la pression si nous parvenons à les faire douter. On verra. En tout cas nous, pour des amateurs, jouer au Vélodrome, c'est inespéré, c'est beau.

Personnellement, vous auriez préféré jouer à Saint-Étienne ou dans un stade plus petit comme le votre ?

Bah personnellement, j'aurais préféré jouer à Gerland vu que je suis Lyonnais. Ça aurait fait venir plus de monde, de Bourg et de mon entourage. Mais le match d'avant contre Ajaccio, il y avait à peu près 4000 personnes, ça a donné une grosse grosse ambiance. Ça aurait pu les faire plus douter encore. Après, c'est toujours appréciable pour un amateur de jouer dans un stade pro, donc il faut plutôt penser à ce petit élément là. C'est bénéfique pour nous.

Vous vouliez tirer Marseille ?

Moi je préférais prendre tout de suite un gros. Essentiellement Lyon, Paris ou Marseille. J'ai vu le tirage en direct, il restait quatre équipes : deux nationales, nous et Marseille. Je pense qu'on pouvait difficilement faire mieux. Donc plutôt content de ce côté-là.

Il y a des supporters de l'OM dans l'équipe ?

Ouais, il y en a deux, trois. Il y a le gardien, qui sera notre capitaine, le défenseur central Yannick Goyon. Donc quelques-uns oui, mais surtout le gardien, c'est un vrai fana.

Pas peur de les regarder jouer ?

Bah je n'espère pas. Justement, j'espère qu'on va leur rentrer dedans, et être agressifs tout de suite dans le bon sens du terme. Ce serait limite notre seule chance. Parce que si on commence à les regarder jouer, en plus sur un grand terrain, avec une bonne partie du public derrière eux, ça risque d'être plus compliqué.

Le buteur du match contre Ajaccio, Soulimène Benchaib, est suspendu pour la rencontre. Comment vous le vivez ?

Habituellement ce n'est pas forcément lui qui marque le plus de buts. Je lui ai dit d'ailleurs après la rencontre, pour une fois qu'il prend des risques en frappant de loin, ça lui a sourit. Non, je suis plus déçu pour lui que pour l'équipe. Parce qu'on a d'autres joueurs qui peuvent le remplacer, c'est plus dommage pour lui, à 21 ans, de rater un match comme ça...

Vous vous rendez compte que vous jouez Marseille une semaine avant qu'ils affrontent les Zanetti, Forlan et Sneijder ?

Oui, et d'ailleurs, le fait qu'ils n'aient pas joué ce week-end en championnat, ça veut dire qu'il y a des chances qu'ils mettent la grosse équipe pour reprendre du rythme. C'est un mal pour un bien parce qu'ils vont peut-être essayer de jouer pour ne pas se blesser. Et c'est plus valorisant pour nous si on arrive à accrocher une équipe avec les vrais grands noms sur le terrain. Mais il suffit qu'ils nous prennent un peu de haut, et si on arrive dans les premières minutes à les faire douter... on sait jamais. A Marseille il y a un bon public, mais si jamais ça va pas trop, ça peut se retourner contre eux. Je ne suis pas forcément habitué à ce genre de situation. J'espère qu'on ne va pas les regarder jouer, et qu'on va faire ce qu'il faut rapidement. Si on arrive à accrocher un 0-0 à la mi-temps par exemple, ce serait déjà très très beau.

Racontez-nous un peu votre parcours ?

J'ai 31 ans, et c'est ma première année ici. J'ai fait huit ans à Saint Priest en CFA, ces deux dernières années j'étais à Lyon-Duchère. J'aurais aimé avoir une carrière pro, mais je n'ai jamais eu l'opportunité. Après, je vous parlais de Benchaid, notre attaquant qui loupe le match, je suis déçu pour lui parce que lors de ma première saison à Saint Priest il y a onze ans de ça, je revenais de blessure et j'avais raté un 32e de finale contre Auxerre à l'époque des Cissé, Kapo, Mexès tout ça, à Gerland. On avait gagné aux tirs au but, et je m'étais dit que c'était peut-être une chance pour moi, à 19 ans, de pouvoir faire quelque chose. Donc je suis déçu pour lui, parce que je sais ce que ça fait.

Vous travaillez à côté du foot ?

Ça fait onze ans que je bosse, je suis chauffeur poids-lourd, sur la région lyonnaise. C'est pas toujours simple de concilier le boulot et les entraînements, mais j'y arrive. Des fois, c'est assez usant. Mais j'arrive à m'en sortir, et à concilier les deux. Ça devrait encore durer une ou deux années peut-être.

Photo

Propos recueillis par Arthur Scherer
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0