Défense, chantier en retard

Les Bleus victorieux, c'était avant tout une défense de fer, le quartet Thuram-Desailly-Blanc-Lizarazu. Depuis la retraite du Président et malgré une embellie en 2006 avec un Thuram monstrueux, la ligne arrière est aujourd'hui le plus gros chantier de Raymond.

Modififié
0 0
Les chefs de chantier

Williams Gallas :

Le vice-capitaine de l'équipe. Gallas, quand il n'est pas blessé, est sans doute le premier nom que couche Raymond sur son papier. Capitaine à Arsenal, le poète au cheveu sur la langue sera forcément de la partie malgré une saison en dents de scie. Il a concrétisé la main de Henry contre l'Irlande et en fera de même contre l'Afrique du Sud le 22 juin pour le dernier match de poule. On prend.


Eric Abidal :

Auteur d'un gros premier tiers de saison avec le Barça au poste d'arrière gauche, ses performances ont été freinées par une sale blessure. Avec les Bleus, il ne sera pas a priori placé sur l'aile gauche mais plutôt dans l'axe avec Gallas. Pour l'Euro 2008, ça n'avait pas très bien fonctionné mais que faut-il retenir de cet Euro si ce n'est la demande en mariage de Ray à Estelle ?


Patrice Evra :

Toute la France du foot espère un jour voir le Pat' Evra de Manchester United sous les couleurs tricolores.

Encore une fois élu meilleur joueur du poste en Premier League, donc encore une fois devant Ashley Cole, on l'espère enfin à son niveau avec les Bleus, rampe de lancement des offensives sur son aile.

Oui, oui, on parle pas d'offensives.


Bacary Sagna :

Sagnol envoyait, paraît-il, les plus beaux centres du monde. On les attend encore.

Sagna devait remplacer Sagnol. On l'attend encore.

Avec la faible concurrence à son poste, on se retrouve finalement avec un Bakary Sagnol, un bon défenseur, pas avare en allers-retours auquel il ne manque que le plat du pied pour envoyer quelques galettes dans la surface.


Les ouvriers

Rod Fanni :

Pour la deuxième saison consécutive, le Rennais est considéré par ses pairs comme le meilleur latéral droit de notre championnat domestique. Pour 2009, ok, mais pour cette année, il y a matière à redire, à l'image de la saison rennaise aussi incompréhensible que décevante. Mais il présente au moins la garantie de connaître le groupe France et bénéficie d'une concurrence timide au poste. Pour l'ambiance, son ancien statut de danseur-breaker peut jouer.


Sébastien Squillaci :

Le défenseur laborieux par excellence, mais toujours des combats de Domenech depuis 2008. Après une saison complète au FC Séville en 2009, « Toto » a traîné sa peine cette année, blessé chroniquement à la cheville depuis la mi-janvier. Il vient tout juste de retrouver les joies de la pelouse ce week-end contre Barcelone. Pas le meilleur des cadeaux pour la confiance. Au moins, il sera plein de fraîcheur et pourra être utile sur coups de pied arrêtés.


Julien Escudé :

Le coéquipier de Toto en Andalousie joue dans le paradoxe. Bon en club pour une saison de plus, Escudé est poursuivi par la guigne en Bleu. Lofteur évincé pour l'Euro 2008, il a eu plusieurs fois sa chance cette saison en Equipe de France. Le Scud a explosé à chaque fois en plein vol : un csc contre la Roumanie et un nez pété au bout de 10 minutes contre l'Irlande. Même régulier et performant à Séville, a-t-on vraiment besoin d'un poissard en Afrique du Sud ? Le Scud, ce serait se tirer une balle dans le pied.


Gaël Clichy :

Son frère jumeau nous a sans doute entourloupés cette saison à l'Emirates. Gaël Clichy baladait habituellement qui il voulait sur son aile gauche, mais Nani, en janvier, lui a coupé les reins pour le reste de la saison. Promis à devenir au minimum la doublure d'Evra, il pourrait très bien se faire chiper son siège par les Cissokho ou Trémoulinas.


Jean-Alain Boumsong :

Rarement prévu au départ, Boum Boum Boum arrive toujours à s'incruster au bon moment.

Irrégulier avec Lyon cette saison, un peu trop souvent blessé aussi, c'est un des chouchous de coach Raymond. Pas ridicule contre Robben, il n'est pas innocent au come-back de Lyon vers le podium.

Et on aura au moins un complément d'objet second dans les interviews d'après-match...


Les sans-papiers de L1 candidats à la régularisation

Benoit Trémoulinas :

On l'attendait pour les barrages contre l'Irlande. Devenu indiscutable à Bordeaux, reléguant un vieux Placente sur le banc, Trémoulinas a explosé sous les ordres de Blanc en deux saisons... puis s'est éteint à petit feu comme l'ensemble des Girondins en 2010. Buteur avec classe contre Sochaux samedi, s'est-il réveillé trop tard ?


Aly Cissokho :

Il a fallu qu'il s'adapte à la Ligue 1 et qu'il digère la quinzaine de millions misée sur lui par Aulas. Monté crescendo au cours de la saison, il a réussi à intégrer les Bleus au détriment de Clichy.



Ses centres nickels, sa fraîcheur, son abattage physique complètement dingue offrent une solution de repli plus que satisfaisante à Raymond. Et ses passages au micro sont un régal.


Adil Rami :

Sur un chantier, il y a toujours le gay-friendly, celui qui porte bien le casque et le marcel près du corps. Adil Rami, vénéré par Têtu, est dans les petits papiers de Ray mais n'a encore jamais pu honorer sa première sélection. Sa bonne saison lilloise, encore une, mériterait récompense. Au moins pour remplacer Escudé, qui pourrait se casser un bras en tombant d'un tire-fesses lors du stage de prépa à Tignes.


Anthony Réveillère :

Dur à cuire, il n'avait pas voulu opérer son genou pour revenir plus vite sur les terrains.

Option risquée (80% de risques de rechute) mais payante, puisque le Lyonnais a bien tenu sa place cette saison et a enfin éclipsé l'imposteur François Clerc.

S'il y avait encore une A', il en serait le taulier. En 2010, Réveillère vaut au moins un Rod Fanni.


Mickaël Ciani :

Sans sa fin de saison, sans une première sélection délicate contre l'Espagne en février, sans un non-match contre Lyon en Champion's League, Mickaël Ciani aurait été à coup sûr du voyage en Afrique du Sud. Révélation de notre L1 jusqu'à l'hiver, le meuble bordelais a effectué quelques toiles dans les matches à ne pas rater. Accordons-lui des vacances, nous le retrouverons pour la prochaine campagne de qualif' à l'Euro 2012, vous savez celle que mènera Laurent Blanc...


Les intérimaires, ou les Chimbonda

L'appel de Pascal le Grand Frère Chimbonda avait été la grosse surprise de la dernière sélection mondialiste. Cette année, dans les grosses cotes, on peut fouiller près de chez nous ou dans les Français exilés, un peu oubliés mais auteurs d'une saison plus que correcte. En Ligue 1, il y a matière à piocher dans du latéral droit, alors pourquoi pas Laurent Bonnart, honnête avec l'OM, au pire moyen, au mieux très bon et infatigable, ou Christophe Jallet, histoire de représenter le PSG ou Mathieu Chalmé, enfin un vrai centreur ? Pourquoi pas Marc Planus pour un retour des coups-francs à la N'Gotty, Mamadou Sakho parce qu'"on peut test" et pour faire peur, ou Laurent Koscielny de Lorient juste pour la crête et pour la combativité ? Plus sérieusement, la pochette surprise pourrait accoucher d'un Mathieu Delpierre, solide et capitaine avec le VFB Stuttgart, d'un Sylvain Distin, trentenaire polyvalent, solide et capitaine parfois à Everton ou d'un Younès Kaboul, de retour en grâce à Tottenham après la galère Portsmouth et apparemment capable de dépanner à droite.


Le sans -papier reconduit à la frontière

Philippe Mexès :

La Ray-Ban des Bleus version Raymond. Banni on ne sait trop pourquoi de la sélection pour la WM 2006 et l'Euro 2008, Mexès aurait dû prendre place en charnière centrale pour cette campagne 2010. Raymond avait même osé le titulariser pour le premier match de qualifications en Autriche, en septembre 2008. Mais le Romain s'est planté comme jamais et va encore une fois voir l'avion partir sans lui. Et pour cette fois, il n'y aurait rien d'illogique après une année médiocre sous les ordres de Ranieri, qui a fait de Mexès un remplaçant aux larmes faciles.



La sélection de Raymond : Abidal, Gallas, Evra, Sagna, Fanni, Cissokho, Bousmong, Escudé


La sélection de So Foot : Abidal, Gallas, Evra, Sagna, Cissokho, Rami, Réveillère, Distin

Ronan Boscher

A lire : Gardiens, les Trois Frères

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0