1. // Bilan
  2. // Mondial 2014
  3. //
  4. // Billet d'humeur

Débiles et image

Fédération française de football, anciens sponsors, joueurs, politiciens, médias, supporters de toujours et du dimanche. La France a continué de creuser sa tombe pendant le Mondial brésilien, plaçant la sacro-sainte image des Bleus avant tout le reste, y compris le jeu et la facette purement sportive de l'événement. Où l'on reparle de ce pays qui n'aime pas le foot.

Modififié
85 83
La France se cherche et a cru qu'à force d'appuyer frénétiquement sur son klaxon les soirs de victoire contre le Honduras ou le Nigeria, elle allait finir par se trouver. Alors la France va bien, merci pour elle, et son équipe de foot est magnifique. Voilà le schéma jeanpierrepernautien qui a englouti une masse qui dit « j'aime » quand on lui demande de dire « j'aime » et qui sort les crocs quand on lui suggère de le faire. Dans un entretien accordé à L'Équipe moins de 48 heures après l'élimination des Bleus face à l'Allemagne (0-1), Noël Le Graët ne laissait que peu de place à l'analyse du match et à une tristesse qui aurait été légitime, trop occupé à se féliciter de la reconquête de monsieur tout-le-monde. « Cette réconciliation avec notre public est essentielle. Elle est presque aussi importante à mes yeux que les bons résultats obtenus » , pointait le président de la FFF, omniprésent pendant le tournoi. L'homme aux deux trémas s'est montré bavard pour ne pas dire encombrant, très à l'aise pour s'exprimer sur des banalités ( « Je trouve beaucoup de savoir-vivre aux joueurs (…) Les gars sont restés ensemble quarante-sept jours et je n'ai pas vu un mouvement d'humeur. C'est à peine s'ils s'engueulent quand ils jouent aux cartes » ) qui, mises bout à bout, relèvent du matraquage. Et c'est peu dire que cela a porté ses fruits.

Les gros sabots


Plus d'une semaine après la fin du Mondial tricolore, l'ancien président de Guingamp et de la Ligue sait qu'il a bouclé plus vite qu'il ne l'envisageait son principal chantier : le lavage des cerveaux, plus connu sous le nom de « restauration de l'image des Bleus » . Un travail de sape entrepris aussi par les gros sabots d'Adidas et sa campagne publicitaire #allin. Même si Nike est l'équipementier des Bleus depuis 2011, la marque aux trois bandes, victime directe du fiasco sud-africain en 2010 alors que son nom était encore contractuellement lié à celui de la FFF, a tenté de redresser la pente en multipliant les déclarations d'amour aux anges bleus. Sur Twitter – puisque l'époque a décidé que tout se passait sur ce ring –, la marque allemande a ainsi obligé ses signatures hexagonales les plus clean (Teddy Riner, Nicolas Batum, Jo-Wilfried Tsonga…) à encourager Karim Benzema et ses coéquipiers avant les matchs.

Au vrai, Adidas avait commencé son Mondial avant tout le monde avec un coup de comm' : le 27 mai, devant quelque 400 privilégiés invités dans une casse de la Courneuve, une réplique du fameux bus était détruite. « Le bus de Knysna, c'est le symbole fort d'un boulet qui empêche l'équipe de France d'aborder sereinement la Coupe du monde au Brésil. C'est pour cette raison que nous avons décidé de le détruire » , indiquait alors Guillaume de Monplanet, directeur d'Adidas France. Plouf. Pour ce qui est des réseaux sociaux, Didier Deschamps avait un temps suggéré à ses joueurs de ne pas communiquer par ce biais au Brésil. Il s'est finalement ravisé, se contentant d'en réguler l'utilisation. On est encore à quelques kilomètres de la Corée du Nord, mais tout de même.

TF1 mon amour


Le débat autour de l'exemplarité des joueurs ayant déjà fait ses preuves en matière de débat sans fin et ayant surtout donné trop d'espaces d'expression aux personnages publics mal intentionnés pour s'y engouffrer, c'est sur la simple nature humaine que le curseur doit être déplacé. Au même titre qu'une personne que l'on croise dans la rue a le droit d'être conne, malpolie ou charmante, un joueur de foot international a le droit de faire des choix. Et refuser de s'infliger une séance photo avec un enfant, un fan hystérique ou un mec de la sécurité, en est un. Mais qui diable est ce mystérieux supporter français pour exiger quoi que ce soit de son prochain ? En marge des conférences de presse qu'il doit se coller, un joueur n'a pas pour devoir de répondre favorablement à des demandes d'interview ou de faire un clin d'œil amical à un journaliste quand il le croise. Dieu soit loué, le comportement des joueurs a été encensé par cette presse bienveillante cet été. Peut-être aussi parce que les journalistes français n'avaient pas trop d'avis sur la question, bien trop préoccupés par une collecte de selfies originaux réalisés aux abords du Maracanã ou devant le Christ Rédempteur.

Reste que la presse française, sportive ou généraliste, a basé son travail sur le sempiternel « état d'esprit » retrouvé d'une « bande de copains  » , comme si l'amitié était la clé du bon fonctionnement d'une équipe. Faut-il rappeler qu'à titre de comparaison, au sein d'une sélection des Pays-Bas qui a offert bien plus de frissons à son pays ces dernières années, les gifles, crachats au visage et autres tacles rugueux, sont échangés régulièrement aux entraînements sans que cela empiète sur le résultat le jour du match ? Après l'élimination face à la Mannschaft, un pays qui aime le foot se serait fait entendre, aurait réclamé (à tort) la tête de Deschamps, posé un tas de questions autour de l'utilité d'avoir cramé Benzema contre l'Équateur, la gestion de la blessure de Mamadou Sakho ou l'entrée si tardive de Giroud contre l'Allemagne. On a préféré se peinturlurer les joues de bleu-blanc-rouge et accueillir à l'aéroport du Bourget (ou le cul collé au canapé) une bande de mecs officiellement gentils en héros, comme s'ils venaient de découvrir l'Amérique (ce qui était peut-être le cas pour certains). Le JT de 13h de TF1 a fait le reste, consacrant alors un généreux quart d'heure à ce non-événement. Comme si deux jours plus tôt, aucune institutrice de 34 ans n'avait été poignardée à mort par une mère d'élève. Une scène qui en dit pourtant beaucoup plus sur la France qu'un quart de finale de Mondial sans émotion. Ce n'est pas une honte de sortir à ce stade de la compétition contre l'Allemagne. C'en est une de vouloir tout contrôler en foutant du barbelé autour des sentiments.

Par Matthieu Pécot
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

petitbodiel Niveau : CFA2
com com com
flouz flouz flouz
buzz buzz buzz

qui donc avait dit que le XXie siècle serait religieux ?
un putain de visionnaire sans doute..
CharlesEchalotte Niveau : CFA
Note : 6
Très bon article.
Je comprends pas le but de l'article.

à part faire du France-bashing, et trifouiller la me*de. On savait qu'on irait pas au delà de l'Allemagne, alors profitons sans avoir à désigner de coupable et d'emmerder toute la France.
Ben ouais, on ose même plus dire qu'on s'est emmerdé lors des 3 derniers maths des bleus...

Ça fait du bien ! Merci pour l'article !
Note : 4
Article hallucinant.

Oui, l'équipe de France avait davantage besoin de recoller les morceaux avec son public plutôt que de faire une bonne Coupe du Monde. Oui, la vie d'un groupe est très importante, et trop souvent est sous-estimée la portée d'un geste aussi simple qu'un footballeur qui va vers des fans pour prendre quelques photos ou signer des autographes, ou à contrario les ignore comme s'ils faisaient partie du paysage. Les deux ont des répercussions énormes et valent plus que toutes les campagnes de communication ou de marketing du monde, dans un sens comme dans l'autre.

Je ne suis pas supporter de l'Edf, mais ça m'a fait vomir à de nombreuses reprises quand j'ai entendait que "il suffit que la France gagne pour que les supporters reviennent et aiment cette équipe". Rien de plus gerbant que d'entendre ça, parce que c'est vraiment prendre les supporters pour des gogols, d'une, et de deux, il n'y a pas qu'en gagnant qu'une équipe procure du plaisir à ses supporters. Un jeu agréable, des joueurs accessibles et qui vont faire un tour devant les tribunes, pas de tête de con qui fout la merde avec ses caprices de star, ça aussi ça contribue à l'épanouissement d'une équipe.

Alors peut-être que les médias en ont fait trop, que la vie de groupe n'était pas si rose que ça, que ça n'aurait pas du occulter le reste de l'actualité "réelle", mais pour une fois que le matraquage du journalisme sportif français va dans le sens positif, il serait peut-être de bon ton d'en profiter plutôt que de le critiquer.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
C'est vrai que cette surenchère de communication autour de la cohésion du groupe était très agaçante, mention spéciale à l'avalanche de selfies niais qui nous est tombée dessus dès la montée des bleus dans l'avion.

Espérons que ça n'était qu'une étape obligée pour recréer un climat de sérénité autour de l'Equipe de France, cette imagerie édulcorée des Bleus m'a filé la gerbe. J'en veux plus.
Bon article mais il ne parle pas tellement de la cause de cette exacerbation des "sentiments", du "vivre ensemble", de la bonne image retrouvée.

Pourquoi insister là dessus ? Parce qu'en 2010 on avait l'équipe pour aller loin, et c'est bien cela qui avait manqué, et qui avait foutu la merde. Donc cette année, on a bien eu une "bonne ambiance". Tout le monde avait les jetons, tout le monde se faisait dans le froc à propos de ça. Voir une équipe de France qui semble s'entendre, c'est le début d'un progrès par rapports aux fiascos qu'on a connu.

On a le droit de savourer. S'intéresser à notre qualité de jeu viendra une fois qu'on aura les bonne bases pour travailler dessus.

Et je pense qu'un Footballeur, de part son exposition médiatique, les symboles qu'il peut représenter, se doit d'être une petit peu plus que "monsieur tout le monde". C'est un personnage publique en quelque sorte. Avec les avantages et inconvénients que cela comporte
Bah voyons ..
On a une fédération qui essaie de nous faire re-aimer notre équipe nationale, des joueurs qui s'entendent bien, une coupe de monde avec des objectifs atteint et une projection 2016 très encourageante, mais non, faut qu'on soit pas contents alors allons vite trouver de quoi gueuler.
Et quelle superbe idée de prendre pour exemple les Pays-bas, en disant que les mecs se détestent. Eh Matthieu, c'est peut-être pour ça qu'ils ne gagnent jamais rien, avec un des meilleurs 11 de la planète ?

Que-ce qu'il y a de gênant à parler pendant un quart d'heure du parcours de notre équipe dans la plus prestigieuse compétition sportive ?
Ca y'est la coupe est finie donc maintenant tout le monde va renfiler sa conscience, à base de "on parle que de foot, alors que y'a du sang ici", pendant que vous étiez devant vos télés, drapeaux dessiné sur la joue, à hurler pour la moindre occaz...

Où était ce genre d'article à la sortie de Sotchi ? C'est vrai on s'en tape des JO, alors qu'il y un pays nommé Ukraine qui se fait envahir, mais c'est pas du foot donc on a le droit d'en parler H24.

On est sur un site de foot là, vraiment ? On se croirait sur le 20minutes
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Les gars sont restés ensemble quarante-sept jours et je n'ai pas vu un mouvement d'humeur. C'est à peine s'ils s'engueulent quand ils jouent aux cartes


Putain, la nausée...
merci, merci, merci !

France : c'est déjà bien d'être en quart de finale
Allemagne : la victoire ou rien

voilà tout ce qui fera toujours la différence entre ces deux pays

Cette "positive attitude" est catastrophique car elle interdit de remettre le modèle footbalistique français en question : formation, management des clubs pro...

Quand on voit que la locomotive de la ligue 1, c'est un club construit avec des millions et à peine un ou deux joueurs français et que, à côté de ça, le bayern forme l'ossature de l'équipe d'Allemagne et remporte la champion's league...

Définitivement, la différence entre les deux championnats est à l'image de la compétitivité des deux pays...

Nos clubs sont encore gérés comme des associations qui savent seulement pleurer pour dire qu'ils n'ont pas d'argent au lieu de parier sur la formation...

oui, ce quart de finale va faire mal car il retarde un peu plus la progression de la ligue 1 qui, telle une bande de mendiants, n'a rien de mieux à faire que de se pâmer devant le PSG qui sert de cache misère...

J'imagine qu'il faudra encore une ou deux éliminations en phase de poule pour que tout le monde se remette en question. pendant ce temps, thiriez et le graët peuvent dormir tranquille puisque "le groupe vit bien"...
L'article a l'air de sous entendre qu'on a perdu sans rien montrer mais que c'est une victoire médiatique parce que l'image a été sauvée.
Mais non, la France a montré une bonne image d'elle même en faisant AUSSI le boulot sportivement. Le chauvinisme normal mis à part, on savait tous qu'on s'arrêterait contre l'Allemagne, mais c'est tout sauf honteux.

Sinon oui les joueurs peuvent faire ce qu'ils veulent, et ne sont pas "obligés" d'être irréprochables ou faux-cul en permanence. Cela dit, parmi les grands d'Europe, on est bien les seuls a s'être coltiné une bande de lascars de cité en Equipe de France, comme en 2010.
J'ai pas l'impression que les autres pays ont ce problème dans le sens ou les joueurs n'ont pas besoin d'être encadrés par des éducateurs sociaux pour savoir se tenir et se montrer respectueux du maillot et du pays, c'est surtout au sélectionneur de faire le tri à la base, et encore une fois DD a fait le boulot convenablement en se débarrassant de certains boulets (même si selon moi il y a encore un peu de tri à faire).

Bref la France a réussi son mondial sportivement et médiatiquement, pas besoin de chercher les débats quand ils n'ont pas lieu d'être.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Article hallucinant de bêtise crasse, mais visiblement son auteur utilise twitter pour montrer ses lettres ("fils de pute", "enculé" en moins d'une demi-page), donc ça me rassure.

Pour tirer des conclusions d'après les conf de Le Graët et le JT de Jean Pierre Pernaud, faut avoir un sacré déficit d'amour propre cérébral.

N'hésite pas à te remttre à réfléchir quand tu sortiras des toilettes.
Ouai, je suis mitigé avec l'article.

Je suis assez d'accord qu'on en a trop fait, mais l'EDF partait de tellement loin auprès des gens qui s'intéressent au foot que tous les 4 ans.
Mais arrivé à "Après l'élimination face à la Mannschaft, un pays qui aime le foot se serait fait entendre, aurait réclamé (à tort) la tête de Deschamps, posé un tas de questions autour de l'utilité d'avoir cramé Benzema contre l'Équateur, la gestion de la blessure de Mamadou Sakho ou l'entrée si tardive de Giroud contre l'Allemagne", j'ai perdu le fil.

La France n'a jamais été, et ne sera jamais, un pays de foot. Rien qu'en comparant avec l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne.... On est à des années lumières. Il existe des fervents supporters, heureusement, mais de là à ce que tout le monde demande à tord la démission de la Desch' pour une élimination en quart, je trouve que c'est aller trop loin.

Vous avez vu l'accueil en Colombie, les algériens qui implorent Vahid de rester??

Soyons content d'avoir retrouvé une EDF, arrêtons de vouloir tout détruire à chaque défaite
"Faut-il rappeler qu'à titre de comparaison, au sein d'une sélection des Pays-Bas qui a offert bien plus de frissons à son pays ces dernières années, les gifles, crachats au visage et autres tacles rugueux, sont échangés régulièrement aux entraînements sans que cela empiète sur le résultat le jour du match"

Bah résultat ils ont gagné quoi les Pays-Bas? Que dalle. L'Allemagne et l'Espagne, des sélections lisses au possible: tout. De plus à l'époque ou Robben, Van Persie, Van Nistelrooy&co ne pouvaient pas se piffrer les résultats ne suivaient pas (2006, 2008)
Il faut ne jamais avoir bossé en entreprise pour sortir des trucs pareils. T'as des mecs avec des comportements sociaux souvent déformés par leur environnement et qui pour beaucoup ont des melons énormes, parfois hyper jeunes, bien sûr qu'il faut tenir la bride. T'as envie d'acheter le maillot d'un mec avec une attitude imblairable, même talentueux, et ainsi de financer ses primes de match?
Alors bien sûr TF1, Pernaud on n'y croit pas, et bien t'as qu'à regarder tout ça avec le sourire en te disant que même si on te prend pour un con t'en es conscient et que tu passes un peu au dessus de cette com.
Message posté par toof11
Article hallucinant.

Oui, l'équipe de France avait davantage besoin de recoller les morceaux avec son public plutôt que de faire une bonne Coupe du Monde. Oui, la vie d'un groupe est très importante, et trop souvent est sous-estimée la portée d'un geste aussi simple qu'un footballeur qui va vers des fans pour prendre quelques photos ou signer des autographes, ou à contrario les ignore comme s'ils faisaient partie du paysage. Les deux ont des répercussions énormes et valent plus que toutes les campagnes de communication ou de marketing du monde, dans un sens comme dans l'autre.

Je ne suis pas supporter de l'Edf, mais ça m'a fait vomir à de nombreuses reprises quand j'ai entendait que "il suffit que la France gagne pour que les supporters reviennent et aiment cette équipe". Rien de plus gerbant que d'entendre ça, parce que c'est vraiment prendre les supporters pour des gogols, d'une, et de deux, il n'y a pas qu'en gagnant qu'une équipe procure du plaisir à ses supporters. Un jeu agréable, des joueurs accessibles et qui vont faire un tour devant les tribunes, pas de tête de con qui fout la merde avec ses caprices de star, ça aussi ça contribue à l'épanouissement d'une équipe.

Alors peut-être que les médias en ont fait trop, que la vie de groupe n'était pas si rose que ça, que ça n'aurait pas du occulter le reste de l'actualité "réelle", mais pour une fois que le matraquage du journalisme sportif français va dans le sens positif, il serait peut-être de bon ton d'en profiter plutôt que de le critiquer.


Commentaire hallucinant.
Non, non et 1000 fois non, la France n'avait pas pour priorité de refaire son image (ou alors pour Nike et Carrefour), elle avait besoin de gagner des matchs dans une grande compétition, de proposer du jeu et de se réaffirmer comme une équipe majeure. Le reste c'est de la littérature. L'article le dit très bien, que Benzema ou Sakho aillent faire des photos avec les enfants, leurs parents et leur chien je m'en contrefous, ce que je veux c'est une équipe qui joue, qui gagne et qui se fait respecter. Tu parles de campagne de communication et de marketing, tu veux pas parler de football plutôt?

Tu te satisfais du matraquage du "journalisme sportif", perso je vois surtout le retournement de veste ignoble de l'Equipe, notamment envers Evra après sa conf' de presse, aura effectivement servi à une chose (de mon point de vue en tout cas): plus jamais je n'achèterai ce torchon.

Merci pour l'article en tout cas, c'est ça le So Foot que j'aime.
Serieusement c'est bien la première fois que l'élimination de l'edf ne m'a fait ni chaud ni froid. Cette équipe dégage rien aucune émotion ou quoit que ce soit. Puis quand je vois les gens s'extasier sur un vieux parcours sans émotions de l'équipe de france sa me fait marrer. La france éliminer en quart au moindre gros calibre et on nous parle d'un tres bon parcours. C'est la france dont on parle ou l'honduras ?
Message posté par socrates74
merci, merci, merci !

France : c'est déjà bien d'être en quart de finale
Allemagne : la victoire ou rien

voilà tout ce qui fera toujours la différence entre ces deux pays



C'est vraiment de la mauvaise foi que de dire ça.

L'Allemagne reste sur un parcours incroyable depuis 2006 (on peut même remontée à la finale de 2002) à chaque fois considérée comme un favori très probable pour le titre, une équipe soudée et talentueuse. Tu m'étonnes qu'ils pensent "à la victoire ou rien" en quart de finale de CM.

Alors que nous on reste sur les fiascos invraisemblables de 2008 et 2010 et à l'Euro foireux de 2012.
s'il était français, Luis Suarez serait un paria
En Uruguay, c'est un demi dieu

La différence entre une terre de foot et un pays lambda du ballon rond
Le pire c'est que niveau intensité 0. Même l'algerie le ghana les E.U ont donner du fil a retordre au allemands. Tres faible notre edf mentalement.
Message posté par Qhuit


Commentaire hallucinant.
Non, non et 1000 fois non, la France n'avait pas pour priorité de refaire son image (ou alors pour Nike et Carrefour), elle avait besoin de gagner des matchs dans une grande compétition, de proposer du jeu et de se réaffirmer comme une équipe majeure. Le reste c'est de la littérature. L'article le dit très bien, que Benzema ou Sakho aillent faire des photos avec les enfants, leurs parents et leur chien je m'en contrefous, ce que je veux c'est une équipe qui joue, qui gagne et qui se fait respecter. Tu parles de campagne de communication et de marketing, tu veux pas parler de football plutôt?

Tu te satisfais du matraquage du "journalisme sportif", perso je vois surtout le retournement de veste ignoble de l'Equipe, notamment envers Evra après sa conf' de presse, aura effectivement servi à une chose (de mon point de vue en tout cas): plus jamais je n'achèterai ce torchon.

Merci pour l'article en tout cas, c'est ça le So Foot que j'aime.


++++++10000
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
85 83