1. // Le peuple de l'herbe
  2. // Jour 24
  3. // Billet d'humeur

De la neutralité

On a tout fait pour éloigner le moment où on ne ressentirait plus rien. Les demi-finales arrivant, il faut se rendre à l'évidence, c'est la fin qui commence. Il est temps de redevenir neutre.

Modififié
11 85
Rien. Absolument rien. Le vide a remplacé les après-midi passées depuis un mois à traîner devant un téléviseur fatigué d'être bloqué toujours sur la même chaîne. On tourne tout autour de l'objet de notre passion en se demandant ce qu'on faisait à cette heure-ci, avant le Mondial. On finit par s'asseoir dans le canapé, par changer quelques chaînes, on tente aussi d'ouvrir une de ces bières qui donnent envie de prolongation, qui accompagnaient la saveur d'un match joué au milieu de la nuit en pleine jungle amazonienne. Il y a bien ces drôles d'émissions qui ressassent la blessure de Neymar, l'élimination de la France sans combattre, le génie de Van Gaal. Bien sûr, on y jette un œil. Tous ensemble, on s'exerce à se souvenir de certains de ces moments, on se met déjà à les classer entre nos deux oreilles, dans nos archives personnelles. Il y aura donc ces moments « inoubliables » qu'on emmènerait partout. Et puis il y aura tous les autres, tous ceux qu'on a déjà oubliés, dont les traces sont déjà à plusieurs années-lumière de nous. Chili-Australie le 13 juin ? Rien. Équateur-Suisse du 15 juin ? Rien. Allemagne-Portugal du 16 juin ? Rien. Ou bien si, un pénalty bizarre pour l'Allemagne, une expulsion de Pepe et le Portugal qui se prend une veste. Voilà ce qu'il nous reste de ces trois semaines passées devant un écran. Maintenant qu'il reste plus de journées à se reposer que de matchs à jouer, on se demande bien ce qu'on va pouvoir faire de tout ce temps. C'était comment la vie avant le Mondial ? C'était quoi la vie sans surprise, sans indignation, sans exagération ? C'était la vie normale. La vie neutrale.

Sortie des artistes


En fait, pour nous, le Mondial est déjà terminé. Les demi-finales, ce n'est plus vraiment le Mondial parce que c'est le moment où, pour quelques nations privilégiées, ce qui compte ce n'est plus de jouer, mais de survivre. Les mathématiques ont pris le dessus et on se pose de drôles de questions : a-t-on vraiment envie que le Brésil remporte une sixième Coupe du monde ? La Hollande remportera-t-elle enfin sa première étoile ? Même les artistes nous ont abandonnés. L'Allemagne a remis Khedira dans l'axe et Lahm sur le côté, le Brésil a perdu Neymar, l'Argentine fera sans Di María et la Hollande jouera la contre-attaque, encore. Alors durant ces soirées qui se libèrent peu à peu, au lieu de se détendre et de penser au monde qui nous entoure, on élabore de nouvelles théories structuralistes sur le Brésil ou l'Allemagne. Pour être bien sûr de leur validité, on se plonge en nous-mêmes et on réfléchit. On pèse le pour, le contre, on tente de s'enthousiasmer pour ces tristes probabilités. Le pronostic est la seule volupté qui nous reste, maintenant que tout est terminé. Plus de Colombie, plus de Belgique, plus d'Italie, plus de Grèce. Que du Brésil, de l'Allemagne, de la Hollande et de l'Argentine. Plus aucune raison de sauter sur un siège et d'exiger qu'on vous laisse en paix devant votre écran. Plus de mauvaise foi, plus de folie, plus d'émotion. C'est moche, le foot, quand c'est neutral.

De la cruauté


On va les regarder, les demi-finales, bien sûr. Mais un verre à la main et avec l'esprit ailleurs. Nos yeux s'intéresseront à des choses nouvelles, notre entendement analysera ces rencontres comme on commenterait un tableau de la renaissance flamande. On interprèterait, on devinerait les intentions de l'auteur par le truchement de quelques détails imperceptibles. Dans la signature, dans la façon de dessiner tel ou tel mouvement de main, dans le rayon de soleil qui tombe, là, juste devant cet enfant en aube, on aura deviné le sens de ce tableau, l'issue de cette rencontre. Oui, on regardera ces matchs comme on irait au musée, d'une pièce à l'autre, en privilégiant les salles où des banquettes avaient été installées. On voudra s'asseoir dans ce bar, on ne voudra plus être debout. On voudra bien voir, on ne voudra même plus être bousculé. Pendant le match, notre cœur penchera tantôt du côté jaune, tantôt du côté blanc. Quand l'un mènera au score, on essaiera d'être pour l'autre, celui qui perd. On voudra qu'il égalise pour avoir un peu de rabe et retarder le plus possible le moment où le Mondial sera terminé et qu'il faudra revenir dans notre vie normale, occuper tout ce temps vide. Et puis quand celui-ci aura égalisé, on sera à nouveau pour l'autre pour se maintenir éveillé. Peut-être même qu'on attendra une séance de penalties. On sera devenu cruel.

Le point de vue du journaliste sportif


L'expérience de la neutralité est un point de non-retour impossible à éviter, mais auquel il est difficile de s'accoutumer. John Carlin, immense reporter politique de The Independent, correspondant en Afrique du Sud sous Mandela, auteur de Invictus, fanatique de Manchester United, regretta le jour où il céda à un rédacteur en chef et accepta d'écrire sur le football. Sans s'en rendre compte, il venait de passer de l'autre côté de la cage. Dans le prologue de La Tribu, recueil de ses chroniques publiées dans El Pais, il avertit : «  Il n'y aurait plus de retour en arrière possible. Je m'étais converti en une espèce de gourmet du football, un drôle d'animal, distant, sans aucune passion, décaféiné. Ce n'est pas une évolution ; c'est une régression. J'ai honte et je le regrette - je sais que j'ai beaucoup perdu - mais il n'y a rien à faire. Quand l'étincelle s'est éteinte, elle s'est éteinte. » Regarder le Mondial en spectateur, c'est regarder le Mondial en luttant vaillamment pour l'objectivité, comme un journaliste sportif. C'est la passion qui lui avait fait choisir ce métier, pas la raison. Mais depuis qu'il couvre ces événements dont il rêvait quand il était ado, son métier a transformé l'enfant sauvage qu'il était en un être poli et civilisé. Il est devenu l'exact inverse de lui-même. Il ne souffre plus pendant les matchs. Il a éteint sa passion. Il est devenu neutre. Comme si pour lui, tous les jours, c'était les demi-finales d'un Mondial dont on aurait été éliminé. Comme si la vie, tout à coup, était devenue cette boisson sans saveur, sans plus rien qui pique ou qui brûle. La vie sans sucre, sans caféine, sans alcool, sans rien. Neutre quoi.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Perceval de Galles Niveau : Loisir
Tellement vrai cet article, rien á battre de ces demi-finales.
Bon on va les regarder hein, mais sans aucune passion, sans jamais se lever de son siège. La coupe du monde est finie, c'est triste.
Je veux juste signaler à Monsieur Leplat, que j'adore par ailleurs grâce à sa plume brillante et toujours inspirée, que justement on perd sa neutralité quand on a parié sur une finale Allemagne-Pays-Bas, et que celle-ci se rapproche de plus en plus!

Les tours passant, je suis de plus en plus supporter de mes équipes pariées!

Alors, certes, c'est un raisonnement uniquement vénal, mais je peux vous dire que la neutralité (suisse ou pas suisse), je me la carre où vous savez jusqu'au 13 juillet!

(Tout ça pour montrer que je suis un piètre forumeur, mais un excellent pronostiqueur, visiblement)

Dans l'attente d'autres articles de ta part qui nous réconcilient avec la presse sportive,
Amicalement,

LV13
Je vais rester neutre quant à l'évaluation de cet article...
Dendecuba Niveau : CFA
Note : 13
Idem, neutralité la plus totale. Peu importe l'équipe, il faut juste faire barrage à l'Allemagne. Évitons de reproduire les erreurs du passé
Anfield_Road Niveau : Ligue 1
Supportant la Suisse et l'Angleterre pendant cette coupe du monde, ça fait déjà un moment que je suis redevenu neutre.
Et ben je suis peut-être tout seul, mais j'aimerais bien une finale Pays-Bas - Allemagne.
Parce que ça fait des semaines qu'on nous bassine sur cette Coupe du monde sud-américaine où "les européens ne valent rien", et au final ils représentent 50% des équipes en 1/4 et pareil en demies.
Alors ça me fait chier parce que ça ne sera pas la France, mais une équipe européenne ( de préférence la Hollande qui n'a rien gagné et qui le mériterait quand on voit ce qu'elle a apportée à ce sport) qui gagne ça serait un bon gros fuck à tous ceux qui ont décrit les Européens comme étant à la ramasse.
Rakamlerouge Niveau : National
Je vous plains!
Ma coupe du monde ne fait que commencer!
Jean Michel Assaule Niveau : Ligue 2
Neutralité ne veut pas dire désintérêt : sûr que si les Bleus étaient toujours là, ça serait mieux, mais bon, si on aime un minimum le foot, putain Brésil-Allemagne et Pays-Bas-Argentine, quoi !
Ceux qui disent se battre les couilles de ces matches sont LES VRAIS FOOTIX (je crois que c'est la première-et dernière-fois que j'emploie ce terme abject).

Bon sinon, je souhaita le victoire de l'Allemagne.
Coeur avec les doigts, c'est exactement ce que je ressens depuis que la France s'est faite éliminée et encore plus depuis que la Belgique s'est faite éliminée. C'est comme une saison de Ligue 1 après que ton club se soit fait reléguer, sauf qu'il n'y a même pas de substitut.

J'avais parié sur un Allemagne/Argentine en finale, j'y suis pas loin mais je m'en fout, depuis les huitièmes on ne voit que des purges, et des purges sans la France, ça n'a aucun intérêt. Les quatre derniers matchs risquent d'être du même tonneau de piquette alors je rejoins M. Leplat en vous disant mes amis, il est enfin temps de profiter de l'été! Ah on me dit dans l'oreillette qu'évidemment, depuis que cette Coupe n'a plus vraiment d'intérêt, le temps est dégueu. Monde de merde tiens.
L'article résume assez bien le sentiment qui s'est emparé de moi après les 1/4.

Le Brésil? Une équipe qui n'aurait même pas passé les poules si l'arbitrage n'avait pas été aussi honteux. Et qui joue moche, en se reposant sur un seul joueur qui n'est plus là. Joga Merdico.

L'Allemagne? Quand elle était belle elle ne gagnait rien, là retour du jeu laid et efficace.

L'Argentine? Que c'était laid aussi. A part Messi et Di Maria, aucune fulgurance, un jeu pauvre, ils ne méritent rien non plus?

Bon reste les Pays-Bas, pas flamboyants, mais au moins avec une stratégie claire et finalement, malgré leur jeu de contre, ce sont ceux des 4 qui ont envoyé le plus de jeu.

En tout cas, sûr qu'on aura un vainqueur bien hideux
Pouilly fumé Niveau : District
Merde,

C'est déjà bientôt fini ...
Note : 3
Message posté par outah
L'article résume assez bien le sentiment qui s'est emparé de moi après les 1/4.

Le Brésil? Une équipe qui n'aurait même pas passé les poules si l'arbitrage n'avait pas été aussi honteux. Et qui joue moche, en se reposant sur un seul joueur qui n'est plus là. Joga Merdico.

L'Allemagne? Quand elle était belle elle ne gagnait rien, là retour du jeu laid et efficace.

L'Argentine? Que c'était laid aussi. A part Messi et Di Maria, aucune fulgurance, un jeu pauvre, ils ne méritent rien non plus?

Bon reste les Pays-Bas, pas flamboyants, mais au moins avec une stratégie claire et finalement, malgré leur jeu de contre, ce sont ceux des 4 qui ont envoyé le plus de jeu.

En tout cas, sûr qu'on aura un vainqueur bien hideux


Je ne suis pas d'accord sur tes conclusions. Pour moi ce sont les équipes pragmatiques, qui ont joué sur leurs forces et ont su rester compactes, qui ont accédé aux demies - comme d'habitude, pas les meilleures, mais les moins mauvaises.

Tu aurais voulu qui, en demies ? Sortis de Suisse, les français n'ont pas été fabuleux ; le Chili, ç'aurait été beau, mais on ne peut pas éternellement imputer à l'arbitre les succès brésiliens, ils ont sorti un match costaud quand même... et la fatigue se faisait sentir (Vidal), c'est aussi ça la CDM, qui aura les jambes...
A part ça je ne vois aucune équipe qui ait usurpé sa demie, ni d'équipe s'ayant fait voler une qualif. Donc ok c'est relou quand la logique est respectée et que les surprises disparaissent peu à peu, mais ça augure deux duels tactiques et d'intensité qui moi, me mettent l'eau à la bouche, même si je ne suis pour aucun des quatre.

Les Pays-Bas ont Robben, la capacité à changer de dispositif mais aussi des limites à la construction,
L'Argentine, certes sans DiMaria (quel dommage) dépend totalement de Messi, mais ça fonctionne jusqu'ici, jusqu'à quand ?
Le Brésil "a bénéficié de l'arbitrage" (à croire que personne n'a vu la perf de Webb face au Chili) mais va devoir se réinventer et ça aussi c'est passionnant - retour d'Oscar au coeur du jeu ? de la frappe de balle de Hulk ?
Enfin, l'Allemagne, jamais vraiment bousculée, capable aussi de changer de système, et avec Müller, moins glamour que James mais aussi un putain de magicien...

Bien malin qui peut pronostiquer la finale...
Je signe des deux mains pour une finale Brésil-Argentine, avec Messi qui soulève la coupe à la fin devant un maracana incrédule. ça serait le plus gros troll de l'histoire du foot.
Heiseinberg Niveau : CFA
Depuis le début de la CDM je dis et redis (sur d'autres sujets sofoot malheureusement trop ancien pour les retrouver) que l'Argentine va prendre cette coupe qu'importe la manière et pour l'instant ils sont toujours en course ^^

On a les deux meilleurs joueurs du monde qui restent:
Robben et Messi
On a les deux équipes avec le plus de talent:
Allemagne et Pays-Bas
Quant à la qualité de jeu, on repassera mais l'Allemagne et les Pays-Bas ont fourni les deux plus belles prestations de ce mondial lors de leurs premier match.
Robben m'a régalé, Sneijder a fait des passes sublimissimes contre le Costa-Rica et Van Gaal, pas besoin d'en parler.
On se pignole sur la Colombie mais premier tour facile et une seule magnifique mi-temps.
la France? je suis inconsolable depuis notre sortie mais avouons qu'on a une équipe de bouchers.
Neutralité, neutralité mais ce papier, encore une fois mal écrit, fleure bon la partialité.
Moi, je suis aux anges concernant ce plateau.
PhoenixLite Niveau : Loisir
Message posté par loupvert13
Je veux juste signaler à Monsieur Leplat, que j'adore par ailleurs grâce à sa plume brillante et toujours inspirée, que justement on perd sa neutralité quand on a parié sur une finale Allemagne-Pays-Bas, et que celle-ci se rapproche de plus en plus!

Les tours passant, je suis de plus en plus supporter de mes équipes pariées!

Alors, certes, c'est un raisonnement uniquement vénal, mais je peux vous dire que la neutralité (suisse ou pas suisse), je me la carre où vous savez jusqu'au 13 juillet!

(Tout ça pour montrer que je suis un piètre forumeur, mais un excellent pronostiqueur, visiblement)

Dans l'attente d'autres articles de ta part qui nous réconcilient avec la presse sportive,
Amicalement,

LV13

Allemagne-Argentine pour moi.
Toujours en course aussi !

Mais c'est vrai que la disparition brutale de la perspective de fêter la Fête Nationale le lendemain d'une victoire en Coupe du Monde a rendu ma perception des semaines à venir bien fade...
Message posté par Heiseinberg
Depuis le début de la CDM je dis et redis (sur d'autres sujets sofoot malheureusement trop ancien pour les retrouver) que l'Argentine va prendre cette coupe qu'importe la manière et pour l'instant ils sont toujours en course ^^



J'avoue que de toutes les équipes restante, je souhaite un peu plus la victoire de l'Argentine. J'ai envie de voir, de mes yeux, Messi officialiser son entrée dans le panthéon du meilleur joueur de l'histoire de ce sport et pouvoir dire à mes arrières petits enfants "oui je l'ai vu de mes yeux gagner ce mondial au Brésil".
C'est le moment où jamais pour lui, il est au sommet, en forme, décisif. Bref le mec est en mission. S'il y arrive, on tiendra là l'une des histoires les plus importantes de l'histoire du football et nous en aurons été les contemporains.
Très bon article comme nous l'a fait habituer Thibault à condition ....qu'on soit français ... parce que je pense qu'il y a grand nombre de personnes qui suivent assidument So Foot et qui ne sont pas français. J'ai vibré pendant pas mal de matchs en m'appropriant les joies et douleurs de beaucoup de nations et je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas...

Et puis, quelque part on veut tous que le brésil ne l'emporte pas à cause du favoritisme et du jeu indigne de leur renommée, on veut tous que Robben écope de deux jaunes pour simulations automatiques, on veut que Messi soulève la coupe du monde au Brésil pour qu'il devienne un joueur mythique ou on voudrait le voir pleurer si on est plus fan de CR7... N'avez-vous pas tous désiré que la Colombie batte le brésil ? Je suis désolé pour votre équipe de France mais je ne pense pas que quiconque qui a suivi ce mondial depuis le début regardera la suite avec une neutralité dénuée de tout désir. Il suffit d'avoir un petit faible pour la superbe serveuse hollandaise dans le bar juste en face et vous voudrez que son équipe soit sacrée tout comme vous voudrez voir l'Allemagne se faire défoncer parce que votre patron despotique a une gueule munichoise ...
Note : -1
Message posté par Heiseinberg
Depuis le début de la CDM je dis et redis (sur d'autres sujets sofoot malheureusement trop ancien pour les retrouver) que l'Argentine va prendre cette coupe qu'importe la manière et pour l'instant ils sont toujours en course ^^



Je te rejoins, ça fait un moment que je préviens la plèbe de leur grosse coupe du monde. Malheureusement j'avais tablé sur une vrai montée en puissance, chose qui ne s'est passée qu'à moitié lors du 1/4 contre la Belgique (si Di Maria ne s'était pas pété, avec Higuain et Messi 'on fire' l'Argentine serait considérée à juste titre comme favorite).

En fait le plus important c'est que Messi soulève le trophée. C'est pas tellement l'amour de l'Argentine qui me fait dire ça (bien que j'affectionne plus cette nation qu'une autre) mais c'est surtout pour voir une légende s'accomplir sous mes yeux. Le type n'a plus rien à prouver, sauf qu'à cause d'un ancien cocaïnomane, si tu ne ramènes pas la coupe du monde tout seul à la maison, et bien tu ne peux pas être considéré comme le meilleur. Et puis le pire, c'est que si jamais l'Argentine l'emporte et sans que Messi plante un doublé en demi et en finale, on trouverait encore des gens pour nous dire que SA coupe du monde n'égale pas celle DIEU...
Note : 3
J'ai tenté de m'ouvrir les veines six fois pendant la lecture de l'article...





Je me suis toujours pas remis de la défaite, je répétais sans cesse à toute la terre qu'on allais aller au bout... Le ciel m'est tombé sur la tête.



J'essaie de positiver en pensant à l'euro 2016, mais putain*, qu'est-ce que ça me paraît loooooooong...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Saïan Supa Krul
11 85