1. //
  2. //
  3. // Man City-Leicester

De l'honneur de Pellegrini

Tout le monde parle du futur, mais a déjà oublié le passé et le présent. Lundi dernier, alors que City officialisait l'arrivée de Pep Guardiola l'été prochain, Manuel Pellegrini fermait la porte, sans bruit, devant l'assistance. Depuis, la folie Guardiola a pris dans ses bras Manchester, laissant déjà l'entraîneur chilien dans l'oubli. Ce qui est impossible.

82 20
Tout le monde avait le nez planté dans son carnet. C'était une conférence de presse comme une autre. Manchester City se déplaçait le lendemain à Sunderland, et Manuel Pellegrini devait se présenter face aux médias pour donner les dernières nouvelles de son groupe. Rien de plus. La scène est hebdomadaire, les questions s'enchaînent. Quelques questions sur Touré, un ou deux points blessures et chacun range ses affaires. Le moment choisi par l'entraîneur chilien, arrivé à City en juin 2013, pour prendre la parole : « Rien ne se passe derrière mon dos. Je suis au courant depuis maintenant un mois. Je ne serai plus là, devant vous, à partir du 30 juin prochain. » Ce qui était un secret mal gardé devient officiel. Pep Guardiola sera bien debout, derrière la ligne d'un banc anglais, la saison prochaine et ce sera bien à Manchester City. Avec un beau salaire, un beau costume, son crâne et sa barbe bien taillée. Un contrat de trois ans et quelque 20 millions d'euros annuels. Le tout, quelques mois après avoir refusé une offre de prolongation du Bayern avec un salaire de 17 millions par an à laquelle Guardiola avait demandé une hausse de sept millions. Manchester City entrera donc, l'été prochain, dans une nouvelle ère avec encore un peu plus de démesure et une enveloppe d'environ 200 millions d'euros promise au technicien espagnol pour installer ses idées. Pellegrini, lui, reste sur le bord de la route.

L'amour d'un groupe


La perspective d'une confrontation entre le Bayern et City en Ligue des champions est lointaine et ne nous intéresse pas. Car l'Etihad Stadium sait avant tout ce qu'il vient de perdre et imagine seulement ce qu'il vient de récupérer. Oui, Guardiola pourrait être celui qui fait basculer City dans la dimension européenne qu'attendent ses propriétaires, mais la trace laissée par Manuel Pellegrini restera indélébile. Son bilan est net : jusqu'ici, Pellegrini a dirigé 100 rencontres de Premier League et en a remporté 65. Dans l'histoire du championnat anglais, c'est simple, seul José Mourinho a fait mieux lors de ses débuts. En trois saisons, l'Ingénieur a déjà glané un doublé championnat-League Cup en 2014 et reste pour le moment en course pour un impensable quadruplé (PL, League Cup, FA Cup et C1). Plus encore, le Chilien a su monter un groupe, le construire et le faire adhérer à sa philosophie. Une pensée définie il y a quelques années par Andrés Iniesta en ces termes : « Ses équipes ont toujours bien joué. » Et dans le vestiaire, le sentiment se traduit par un Joe Hart sortant dans la presse cette semaine pour évoquer « cet entraîneur que tout le monde soutient et que tout le monde aime » .


Si d'autres voix, comme celle de Sergio Agüero venu répéter « son envie de jouer un jour pour Pep Guardiola » , se sont élevées pour saluer l'arrivée du Catalan, l'heure est aujourd'hui au souvenir, alors que Manchester City s'apprête à démarrer un sprint intensif sur la route de la couronne nationale. Reste que Pellegrini est un vainqueur discret. Un entraîneur qui ne fait pas de vagues et dont le comportement est loué dans une génération dopée à l'image et à la communication. Quand on regarde dans le rétro, il faut voir les traces laissées. Car l'ancien entraîneur du Real Madrid a inventé les milieux relayeurs en Espagne, dans un pays où les hommes de transition avaient le plus souvent des positions fixes sur le terrain. Villarreal était son laboratoire européen après sa réussite passée à San Lorenzo, en Argentine. Là-bas, Pellegrini a gagné, plus que n'importe qui, en 2001-02. Comme en Espagne où il battra des records avec le Real face au meilleur Barça de l'histoire. C'est aussi ce qu'il a réussi à emmener en Angleterre avec l'obsession du box-to-box et du double profil récupérateur-relayeur de Touré, Fernandinho ou Delph aujourd'hui.

Des chiffres et des leçons


En trois saisons, Manuel Pellegrini aura également réussi à changer définitivement l'image de Manchester City, rompant avec l'époque des paris ratés. Car son prédecesseur, Roberto Mancini, avait avant tout été critiqué pour ça. Pour ces échecs sportifs coûteux, de Rodwell à Džeko ou Savić et, dans une moindre mesure, Samir Nasri. Le Chilien a surtout été capable de s'adapter tactiquement, lui qui ne croit pas au « système parfait » . Son truc a lui, c'est le 4-2-3-1, modulable lorsqu'il s'agit de défendre, car City, bien qu'étant une machine offensive, pêche toujours dans la tâche défensive. En Angleterre, il aura marqué son temps par cette puissance dans la surface adverse, mais aussi en demeurant incapable de passer le cap et prenant quelques leçons tactiques notamment contre la Juve cette saison à domicile (1-2). Guardiola aura cette mission, il le sait, en équipe avec le directeur sportif Txiki Begiristain et le directeur exécutif de City, Ferran Soriano. Deux hommes qui avaient installé Pep Guardiola à la tête de l'équipe première du Barça en 2008. Ce nouveau chapite fait saliver d'avance, alors que Pellegrini ferme la porte, en silence, derrière ses succès. Il s'est fixé une mission, un rêve en forme de happy end : un incroyable quadruplé pour retrouver du respect. Et des honneurs.

Par Maxime Brigand

Dans cet article

Un entraîneur à la Ranieri. Bon tactiquement, très fort pour gérer les affaires en cours mais qui a du mal à s'inscrire dans la durée. Pour ce qui est de Gardiola, je ne suis pas sur que son style va plaire au public anglais. Mais bon, avec 200 m d'investissement déjà prévus, on ne verra de toutes façon pas la différence...
Je pense que pas mal de clubs vont s'arracher Pellegrini. Je ne le plains pas.

Une petite expérience en Italie? A la place de Mancini (encore)?
bandinidakar Niveau : CFA2
Note : -1
Je sais que je me répète mais je ne comprends pas la hype Guardiola... Est ce que Enrique ne devrait pas suivre le même chemin? Guardiola se prend une double branlee contre le Bayern avec Barça, et contre Madrid avec Bayern, le type n'a jamais managé que des équipes qui sont archi favorites, et à réussi à se faire détester de certains de ses joueurs... Bof, j'attends de voir, mais je suis plutôt d'accord avec Mourinho, c'est une fois escroquerie... Et à mon avis, ils vont regretter Pellegrini.
Le vrai probleme avec Pellegrini, ce n'est pas la tactique ni la gestion des joueurs mais un manque reel de charisme.
Perso, je l'ai bien aimé mais j'ai jamais senti qu'il transcendais son équipe, qu'il marquait le groupe et le jeu de sa personnalité. Je pense que City a besoin d'un mec charismatique sur le banc pour (enfin !) passer un cap.
Bref, Bisous Pellegrini et Welcome Guardiola
Le Manchester City 2013/2014 de Pellegrini, l'année du titre, était un bonheur à regarder à jouer... une équipe qui jouait indifféremment le contre ou l'attaque placée comme s'il s'agissait juste de choisir la meilleure opportunité.
El Je Madrileño Niveau : DHR
Bon article, mais article orienté. On ne parle ici que des forces du coach, mais pas de ses faiblesses, à savoir son incapacité à changer de schéma et de dynamique lorsque son équipe est mise en difficulté. Dans les grands matches, surtout européens, on n'arrive pas à sentir une osmose et un équilibre solide, une entente technique hors du commun, alors que ça devrait être le cas vu qu'il y a un squelette présent de puis de nombreuses années (Touré, Silva, Aguero, etc...) Pas se transferts coûteux décevants? Et Otamendi, c'est du poulet? Sterling il faut lui laisser du temps mais ça y ressemble fort aussi. J'ai vu une interview de lui dans So foot justement. Il n'est pas discret et modeste du tout, le mec a même un melon assez incroyable. Il a été champion d'Angleterre une fois depuis qu'il est arrivé, mais encore heureux non? Et encore c'était à l'arrache à la dernière minute de la dernière journée. Tous les ans ils ont la meilleure équipe pour jouer le titre. Bon vous l'aurez compris je suis pas fan de Pellegrini, mais que quelqu'un me prouve le contraire de ce que j'affirme, je suis prêt à discuter
Note : 1
Message posté par bandinidakar
Je sais que je me répète mais je ne comprends pas la hype Guardiola... Est ce que Enrique ne devrait pas suivre le même chemin? Guardiola se prend une double branlee contre le Bayern avec Barça, et contre Madrid avec Bayern, le type n'a jamais managé que des équipes qui sont archi favorites, et à réussi à se faire détester de certains de ses joueurs... Bof, j'attends de voir, mais je suis plutôt d'accord avec Mourinho, c'est une fois escroquerie... Et à mon avis, ils vont regretter Pellegrini.


Oui sauf que Guardiola n'a jamais pris le fameux 7-0 contre le Bayern vu qu'il était déjà parti a ce moment la.
bandinidakar Niveau : CFA2
Note : -1
Oui tu as certainement raison, mais ça n'enlève rien au fait qu'on peut légitimement s'interroger sur son parcours. Je ne dis pas que c'est un mauvais manager, mais je ne suis pas d'accord pour en faire le meilleur coach du monde ni même un des meilleurs. Je trouve Klopp, Simeone, Mourinho et même Wenger bien plus méritants. Le type prends toujours la meilleure voiture du circuit, il a donc des le départ 90 % de chances de réussir. Simeone est bien plus impressionnant à mon avis.
Pellegrini c'est un peu le Jospin du foot, pas assez sexy, pas tapageur, assez discret. Mais est ce réellement une affaire de prendre Guardiola à sa place? On verra...
El Je Madrileño Niveau : DHR
Oui je pense que là, même si il prend encore une équipe de fou avec une enveloppe de 200 M (!!!!!!!!!!), réussir dans les 3 meilleurs championnats européens prouverait que c'est un des plus grands.
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Note : 1
Ce qu'ont fait Guardiola et Enrique au barça n'a rien à voir... Enrique se "contente" d'arriver à faire marcher un onze sur lequel il n'a aucun pouvoir (c'est pas une critique, c'est un constat). C'est pas facile, et ile le fait très bien.

Mais ça n'a rien à voir avec Guardiola qui a façonné le barça. On a beau dire que le barça joue de la meme façon depuis Cruyff, c'est n'imp. Guardiola a complètement transformé le jeu, et fait éclater les cadors qqui en composent l'équipe aujourd'hui.
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Message posté par bandinidakar
Oui tu as certainement raison, mais ça n'enlève rien au fait qu'on peut légitimement s'interroger sur son parcours. Je ne dis pas que c'est un mauvais manager, mais je ne suis pas d'accord pour en faire le meilleur coach du monde ni même un des meilleurs. Je trouve Klopp, Simeone, Mourinho et même Wenger bien plus méritants. Le type prends toujours la meilleure voiture du circuit, il a donc des le départ 90 % de chances de réussir. Simeone est bien plus impressionnant à mon avis.
Pellegrini c'est un peu le Jospin du foot, pas assez sexy, pas tapageur, assez discret. Mais est ce réellement une affaire de prendre Guardiola à sa place? On verra...


Bandinidakar

Dans ce cas, si tu raisonnes comme ça, Gourcuff a plus de "mérite" avec ce qu'il a fait pour Lorient qu'Ancelotti ou Guardiola( ou Simeone, ou Klopp). Faut arrêter de croire que c'est facile de diriger une grande équipe (regarde Vilanova ou Martino au barça, c'était moyen).

Entrainer l'Atletico/Dortmund/Liverpool, c'est différent du barça ou du Bayern. Au Bayern si tu rates la LDC une fois, on considère que c'est un échec. A l'Atletico ou Dortmund, si tu arrives en finale une fois, on considère que c'est une réussite.
Je crois que l'article confond Savic et Nastasic, non? C'est le deuxième qui a coûté une blinde, le premier n'est pas arrivé pour si cher que ça.
Sévère aussi avec Nasri ou Dzeko, qui ont finalement a apporté ni plus ni moins que ce qu'on pouvait attendre d'eux, et c'était le genre de transfert logique à l'époque. Le club allait pas passer directement de Martin Petrov et Stephen Ireland à (insérez un nom de crack qui signera cet été rien que sur le nom de Guardiola).
bandinidakar Niveau : CFA2
Oui je sais que beaucoup parmi vous apprécient ce coach... Désolé, je compare ce qui est comparable alors. Mourinho gagne la LDC avec Porto, puis avec un Inter que personne n'attendait plus depuis longtemps.
Barcelone gagnait déjà avec Rijkaard au passage... Et désolé mais quand tu as un mec comme Messi capable de faire des quadruplés en demi (ou en quart je sais plus), ça aide. Je ne parlerai même pas de leur ligne d'attaque actuelle, c'est sans commune mesure dans presque toute l'histoire du foot!

Guardiola doit gagner avec le Bayern autre chose que le championnat ou la coupe. C'est la même chose avec Blanc, c'est le foot moderne, c'est comme ça! Et pour l'instant ce n'est pas le cas.

Quant à la "révolution" du jeu de Guardiola, vous en faites un peu trop je pense...

Dire de Dortmund qu'aller en finale est un exploit c'est un peu tiré par les cheveux. Ils l'ont gagnée, ils sont ultra compétitifs depuis plusieurs années. Le Bayern ou le Barça ont passé des années sans la saveur ne serait-ce que des demi finales. C'est affaire de cycles et de moyens. Et si Gourcuff emmenait Lorient en demi finale de LDC, là oui je le placerais au-dessus de Guardiola.

Ah oui, et puis Liverpool n'a rien à envier aux Barça, Bayern et autres grosses cylindrées, c'est ne pas s'intéresser à l'histoire de ce sport que de penser que ce club se contente d'une finale!!!
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Message posté par bandinidakar
Oui tu as certainement raison, mais ça n'enlève rien au fait qu'on peut légitimement s'interroger sur son parcours. Je ne dis pas que c'est un mauvais manager, mais je ne suis pas d'accord pour en faire le meilleur coach du monde ni même un des meilleurs. Je trouve Klopp, Simeone, Mourinho et même Wenger bien plus méritants. Le type prends toujours la meilleure voiture du circuit, il a donc des le départ 90 % de chances de réussir. Simeone est bien plus impressionnant à mon avis.
Pellegrini c'est un peu le Jospin du foot, pas assez sexy, pas tapageur, assez discret. Mais est ce réellement une affaire de prendre Guardiola à sa place? On verra...


Au début a Barcelone, c'était loin d'être la meilleure voiture du circuit, c'est lui qui l'a fait devenir.

Tu dois encore être un de c'est footix qui pense que si tu mets Dupraz a la tête du Bayern, tu fins avec un triplé easy.
Faudrait le dire aux dirigeants de grands équipes, depuis le temps qu'ils se font escroquer a essayer de signer des coachs rennomés et chers alors que le concierge du stade ferait l'affaire....
Naturezza Niveau : DHR
Sauf que Guardiola est arrivé au Barça après Rijkaard. Celui-là même en avait fait une équipe magnifique à voir jouer mais dont il ne restait pas grand chose à la fin de son passage en terme de jeu.
Au final Guardiola à transformé cette équipe du Barça moribonde (terme relatif hein) en une véritable machine à gagner qui est souvent reconnue comme au minimum la plus dominante de la décennie.

Ceci étant, il l'a fait en imposant sa vision du football qui se retrouve aussi maintenant dans son Bayern.
En quoi Guardiola est un bon coach (qui pourra être confirmé "grand coach" dans quelques années) ?
Il a réussi à transposer sa vision du football et sa manière de jouer à son équipe du Barça puis à celle du Bayern, qui sortait d'un cycle totalement différent en terme de jeu avec Heynckes. Alors oui c'est plus facile de faire avec des Iniesta et des Lahm qu'avec des mecs moyens de ligue 1. Mais si c'était si simple alors tous les gros seraient toujours au top en pratiquant un jeu séduisant.

Et puis ton raisonnement omet beaucoup de faits je trouve. Déjà avec la fin de cycle de Rijkaard comme je l'ai dit, ou bien sur le fait d'avoir Messi au Barça. Il a beau avoir toujours eu ce talent inouï, il ne s'est changé en machine à marquer que sous Guardiola qui, on peut le dire, l'aura transformé dans grâce à sa tactique sans véritable avant centre (tactique qui aura été une vrai révolution, symbole du Barça rouleau compresseur et de l'Espagne championne du monde et d'Europe).

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
82 20