1. //
  2. // 8es de finale retour
  3. // Chelsea/PSG (2-2 ap)

De l'art d'avoir des couilles

Elles ne sont pas vraiment rondes, ne rebondissent pas comme des ballons, et ont depuis toujours la phobie des coups de pied. À première vue, les couilles ne sont donc pas faites pour jouer au foot. Et pourtant, on ne cesse de les associer au courage et à l'ambition de jeu des entraîneurs. À tort.

Modififié
1k 90
Des couilles, des couilles, et encore des couilles. Voilà ce que demandent depuis toujours les supporters de football, naturellement avides de rondeurs. Si le public francophone est trop poli pour exiger autre chose que le classique « mouillez le maillot ! » , les autres langues n'ont pas attendu Luis Fernandez pour faire des mots coglioni et huevos les plus grands habitués des gradins italiens, espagnols et sud-américains. Le principe est guerrier : ne jamais reculer face à un duel, tacler avec vigueur, mettre sa tête avec courage, jouer des épaules avec virilité. Du côté de la Bombonera et de Boca Juniors, il est même dit que tout sera pardonné à un joueur qui « laissera ses œufs sur le terrain » . Résultat : les joueurs courent comme des poules dont on aurait coupé la tête. Et le jeu s'évalue en nombre de kilomètres parcourus plutôt qu'en plaisir et prouesses footballistiques. Mais alors, ça veut dire quoi, avoir des couilles en football ?

Les boucles de David Luiz


Lorsque Laurent Blanc a choisi de titulariser David Luiz devant la défense lors du match aller contre Chelsea au Parc des Princes, alors qu'il ne l'avait jamais fait auparavant, une bonne partie du public parisien a salué le choix de l'entraîneur pour son courage, son audace et l'usage soi-disant approprié de ses couilles, portées disparues depuis le suicide tactique de Stamford Bridge l'an passé. Après un an et demi de travail sur l'un des jeux de possession les plus efficaces du continent, après avoir fait de la paire Verratti-Motta l'un des milieux les plus redoutés au monde, on aurait cru qu'il devenait tout à coup « courageux » d'improviser en plaçant un défenseur central en plein milieu du jeu. Comme si le physique, tôt ou tard, finissait toujours par l'emporter sur la technique dans ce monde qui préfère la Premier League à la Liga. Finalement, Laurent Blanc titularisait le Brésilien et obtenait un match nul peu satisfaisant, perdant l'occasion d'écraser des Blues trop prudents. Mais tant pis, les Parisiens s'étaient puérilement laissés séduire par la vigueur offerte par le jeu de David Luiz.

Mais qu'est-ce que ça veut dire, entraîner avec ses couilles ? Et si, justement, Laurent Blanc était un entraîneur qui écoutait bien trop son bassin ? Ancien joueur à l'élégance rare, défenseur raffiné et même buteur, Lolo s'est formé pour devenir un entraîneur tout aussi classe. Un coach qui demanderait à ses joueurs de ne jamais trahir le ballon, de ne jamais abandonner le jeu face à la pression, et de toujours opter pour la construction. Parce que les plus belles choses requièrent du temps, et que les raccourcis sont souvent trompeurs. Seulement, une fois le costume enfilé, Blanc n'a jamais su tenir le cap face à la première difficulté. Comme un mari aimant cédant trop rapidement face à des courbes tentantes, Lolo a oublié ses principes le temps de quelques soirées de trop : contre l'Espagne à l'Euro 2012, où il avait trahi le renouveau esthétique de l'équipe de France en spéculant sur la solidité du duo Debuchy-Réveillère (?), puis à Stamford Bridge en 2014, où il s'était trahi lui-même en optant pour les contres et les dégagements plutôt que pour l'initiative et la construction. Idem cette saison au moment de se battre pour la première place du groupe au Camp Nou : quand cela devenait trop chaud, Blanc pensait avec ses couilles et faisait jouer son équipe avec le bassin, à l'instinct, au flair, sur la défensive. Comme s'il n'y avait plus de coach, en fait. Une confusion qui a jusque-là coûté très cher à sa réputation. Rongé par le poids de sa paire, Blanc semblait même parfois condamné à la médiocrité.

Principes et tentation


Mais cette fois-ci, trois semaines après avoir cédé une dernière fois, Lolo s'est retenu au dernier moment. Finalement, ces principes, il les aimait trop pour les lâcher une nouvelle fois. Au diable le repli, le physique et l'envie étonnamment générale de revoir David Luiz au milieu. À Londres, Blanc a mis en place son onze préféré, celui du jeu au sol, de la possession et de la défense par anticipation et non par réaction. David Luiz derrière, bien haut sur le terrain, Javier Pastore devant, complètement libre, et Marco Verratti et Thiago Motta partout. Il est facile de faire entrer trois attaquants dans la dernière demi-heure, mettre le plus de poids possible dans la surface adverse, et espérer que le ballon rebondisse au bon endroit au bon moment. Il est facile de placer un défenseur destructeur au milieu pour espérer contrer les attaques adverses. Mais est-ce vraiment ça, être un entraîneur courageux ? Prendre un risque démesuré et renoncer à ses idées ? Non, faire preuve de courage, c'est se livrer totalement à ses idées. En Italie, Vincenzo Montella a les couilles de faire confiance à la technique tous les week-ends, et sa Fiorentina joue toujours de la même manière, malgré le budget limité et les blessés, et surtout malgré les défaites. En Espagne, Paco Jémez est certainement l'entraîneur le plus courageux de Madrid. Et il pousse le Rayo Vallecano comme s'il avait à sa disposition Xavi et Iniesta.

Écouter ses idées, c'est exactement ce qu'a fait Laurent Blanc à Londres mercredi soir. D'ailleurs, si jamais Lolo avait choisi d'improviser une autre composition plus « rassurante » ou « défensive » , l'expulsion de Zlatan Ibrahimović lui aurait certainement coûté très cher : au mieux, un changement de joueur difficile, au pire, un changement d'organisation impossible. En faisant confiance à ses hommes, Lolo a fait confiance à son jeu, à son travail et au projet parisien. Et même à dix, ses joueurs sont restés fidèles à la partition. À l'image de Marco Verratti, qui a continué à jouer et provoquer comme s'il était en supériorité numérique, le PSG est resté lui-même, en toute circonstance. Être courageux, c'est se construire une identité et s'y coller, et être jugé pour ce qu'on est, dans la victoire et dans la déroute. Si les supporters des Blues peuvent nourrir des regrets, ce n'est pas à cause de l'élimination, mais parce qu'ils n'ont pas pu voir de quoi était capable leur équipe dans leur configuration habituelle. Perdre est acceptable, se trahir est intolérable.

La vigueur des idées


Les entraîneurs sont des cuisiniers dont la première qualité doit être de savoir cuisiner avec des ingrédients qu'ils ne choisissent pas : les joueurs. Avec Luka Modrić à la place de Ramires, José Mourinho aurait-il refusé le jeu mercredi soir ? Avec Alou Diarra plutôt que Marco Verratti, Laurent Blanc aurait-il vraiment ordonné à ses hommes de construire le jeu systématiquement au sol, avec patience et vers l'avant ? Non, et non. Si le football est surtout pensé par les entraîneurs, il est seulement joué par les joueurs. D'où la mission d'entraîner : pour que les joueurs apprennent à jouer avec leur tête. Blanc n'a pas été audacieux en alignant David Luiz au milieu, il a été courageux en faisant le choix de convaincre ses joueurs que ses propres idées étaient les bonnes pour vaincre Chelsea.

Mais alors que les performances des entraîneurs devraient être analysées en fonction de la production de leurs idées, les coachs sont jugés sur leurs résultats. Marcelo Bielsa le rappelle tous les week-ends : en football, les acquis sont éphémères, et la vérité réside seulement dans le dernier match. Oui, le football a tendance à penser avec ses couilles : on gagne et on continue, on perd et on recommence tout. Comme Laurent Blanc l'a dit, il sera de nouveau jugé dimanche contre Bordeaux. Mais à la place de crier à leurs joueurs de jouer avec leur bassin, les supporters devraient prendre le temps de demander aux dirigeants de leur club de diriger avec leur tête, à long terme, pour mettre en place des projets de jeu fondés sur des (bonnes) idées. Virer un gamin d'un centre de formation parce qu'il est trop petit, c'est gratuit. Le conserver malgré les mauvais résultats jusqu'à qu'il atteigne une certaine maturité, ça, c'est avoir du courage. Et il en faut, des couilles, pour refuser de se plier devant la toute puissance du résultat. Parce que même si le PSG avait fini par s'incliner à Stamford Bridge, Laurent Blanc aurait été tout aussi fier du jeu de ses hommes.


Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Gratte Un Dos Finnois Niveau : DHR
On va avoir 3 articles par jour parce que le PSG s'est qualifié en quart ? Ce qui, au passage est le minimum syndical pour cette équipe.
Bizzarement si Monaco se qualifie je vois pas trop la presse retourner sa veste et lancer des fleurs à Jardim..
Note : 5
Verratti mon Dieu, quel régal que de le voir jouer.
21 ans et la définition même de couilles au milieu. Matic et Fabregas en face?
Pas de soucis je gère.

Quel flair de Leonardo, merci.
Jeu direct Niveau : CFA
18ème article.
La prochaine fois : "la qualif de Paris. Le gazon raconte"
C'est bon les mecs on passe à autre chose?
Message posté par Gratte Un Dos Finnois
On va avoir 3 articles par jour parce que le PSG s'est qualifié en quart ? Ce qui, au passage est le minimum syndical pour cette équipe.
Bizzarement si Monaco se qualifie je vois pas trop la presse retourner sa veste et lancer des fleurs à Jardim..


^^

Je confirme, ça y va la brosse à reluire et la turlutte en ce moment.
Message posté par YNWA#
Verratti mon Dieu, quel régal que de le voir jouer.
21 ans et la définition même de couilles au milieu. Matic et Fabregas en face?
Pas de soucis je gère.

Quel flair de Leonardo, merci.


C ets la ou je comprend pas prk psg veut pas le reprendre, c est grace à lui qu on à eu tous ces grands joueurs, il doit y avoir une embrouille en haute sphere, mais je ne suis pas dans le secret des dieux.
Qu'on réhabilite Lolo blanc ça a du sens, mais qu'on dise que le pauvre Mourinho refuse le jeu car il a pas de créateur.. (Fabregas, Matic c'est des bourrins comme alou diarra?. Ramires est loin d'être maladroit avec ses pieds aussi?) et qu'en plus il a pas de maîtrise sur le profil des joueurs qu'il engage? Le mec a négocié un blanc seing pour les pleins pouvoirs.

Non, si le mou refuse le jeu c'est par philosophie. il l'a déjà fait par moment avec le Real, et non à cause des joueurs en place.

Sinon très bon article Mr Kauffman, encore une fois!
Ca ne doit plus amuser mou de gagner à la régulière, c'est devenu un vicelard décadent, la seule chose qui l'amuse maintenant c'est de gagner salement.

A force, il va peut-être en avoir marre de perdre.
Message posté par Gratte Un Dos Finnois
On va avoir 3 articles par jour parce que le PSG s'est qualifié en quart ? Ce qui, au passage est le minimum syndical pour cette équipe.
Bizzarement si Monaco se qualifie je vois pas trop la presse retourner sa veste et lancer des fleurs à Jardim..


Ouin ouin

Ouille Ouille mon culcul...
Message posté par Jeu direct
18ème article.
La prochaine fois : "la qualif de Paris. Le gazon raconte"
C'est bon les mecs on passe à autre chose?


Moi j'aimerais bien un article comme ça : "Enquête chez les ploucs anti-PSG, de l'espoir au désespoir"
Note : 1
Message posté par Patate


Ouin ouin

Ouille Ouille mon culcul...


Toi, je te donne 1 semaine additionnelle avant de te faire virer.
pierrot92 Niveau : CFA2
J'ai vraiment l'impression que Veratti est sous coté en Europe. dans un registre différent, je trouve qu'il soutient largement la comparaison avec Pogba. Son seul défaut, c'est cette manie de prendre des cartons idiots, mais ça fait partie aussi de son charme.
Totolerototo Niveau : District
Vous êtes dur, on a droit à un article de fond intéressant et une analyse des choix d'entraîneurs en général. Cette double rencontre, d'un point de vue stratégique est quand même très intéressante et sujette à de multiples interprétations. J'étais le premier à demander Luiz au milieu mais avec le recul ça allait effectivement à l'encontre du projet de jeu que le club suit depuis des années.

Je ne suis, certes, pas objectif vis à vis du club que je supporte mais il serait malhonnête de considérer que ce match était anodin, que ce soit pour le PSG ou la Ligue 1 plus généralement. Bref, si il fallait retenir un article sur ce match ce serait celui-ci ou l'analyse tactique, les seuls à ne pas être, ou moins en tout cas, des réactions à chaud.

PS : Suis-je le seul à penser que les clubs de PL s'en foutent royalement du milieu de terrain ? Que ce soit Chelsea, Everton, Arsenal ou City, il y en a aucun qui parvienne à s'imposer au milieu. Ils font un pressing à la perte du ballon puis c'est open bar jusqu'aux abords de leur surface !
Señor Gifle Niveau : CFA
Message posté par Patate


Moi j'aimerais bien un article comme ça : "Enquête chez les ploucs anti-PSG, de l'espoir au désespoir"


C'est pas être anti-PSG que de considérer le club comme faisant partie du Top 8 européen (voir Top 5) et donc de trouver que d'arriver en quarts ne nécessite pas tout ce tapage.

On a l'impression que le PSG qui passe c'est le petit poucet de coupe de France qui arrive en finale...
Superbe article!
Rien à foutre que ce soit le 19852367e sur le match de mercredi.
Bande de jaloux va!

Biz'

Frenchies Niveau : CFA
Message posté par Patate
Ca ne doit plus amuser mou de gagner à la régulière, c'est devenu un vicelard décadent, la seule chose qui l'amuse maintenant c'est de gagner salement.

A force, il va peut-être en avoir marre de perdre.


Sa seule victoire au panach c'était la première ... avec porto.

Son Inter "etoo latéral droit" et son chelsea "fucking disgrace"
était des équipes qui en avaient des grosses comme ça (pour rester dans le ton de l'article) MAIS qui avait parfaitement acceptée de SUBIR le jeu, en posant des bus ... terriblement efficace mais à gerber d'un point de vu "spectacle".


c'est plutôt à croire que ca l'a jamais botté de gagner en "le méritant" comme à ses débuts -_-
gaiusbaltar Niveau : DHR
ce match est légendaire et les articles de Marcus Kaufmann assez originaux mais là il faut garder les bons souvenirs et se projeter sur la suite.

C'est normal qu'il y ait eu plein d'articles sur mercredi, si Monaco fait un match tout aussi légendaire comme il y a 11 ans, putain ça remonte, ça arrivera aussi.
A la base bien sur que Paris a plus d'article de Monaco. Comme l'OM et l'OL aussi en ont bien plus qu'eux. Voire Sainté (ils devraient d'ailleurs en toute objectivité..)
Et c'est pas de bol pour l'ASM mais même pour les poules de LDC c'était plus beau pour le grand public de suivre Paris que Monaco. Et même là sur la dramturgie du match à l'aller Monaco a impressionné dans le jeu mais c'était pas très fort en émotion (qd on est pas supporter de Monaco).
JohnnyGourcuff Niveau : DHR
Verrati et Pastore sont les deux seules raisons pour lesquelles j'arrive pas a Haïr le PSG.. Aller JMA on s'en fou du stade, pete un plomb et achète les
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par Señor Gifle


C'est pas être anti-PSG que de considérer le club comme faisant partie du Top 8 européen (voir Top 5) et donc de trouver que d'arriver en quarts ne nécessite pas tout ce tapage.

On a l'impression que le PSG qui passe c'est le petit poucet de coupe de France qui arrive en finale...



encore une fois:
c'est pas où ils en sont qui mérite tout ce tapage, PERSONNE ne revendique ceci.... c'est la manière !!! (le potentiel de l'adversaire aussi... mou en tête).

arrêtez de vous plaindre, ca arrive qu'une fois tous les 3/4 ans une telle "perf"

le PSG n'avait rien à envier "sur le papier" à Chelsea mais en réalité on parle quand même de 2 clubs qui sont pas dans la même division ... le londonien c'est pas d'hier qu'il investi massivement pour se construire (ruskov style), y en a un qui a une expérience de la C1 monstrueuse en comparaison de l'autre (dont un titre).

le PSG en sera jamais favoris au titre de par leur status de "nouveaux riches" (où tu te casses les dents tôt ou tard sur un VRAI club, façon city)
Chelsea l'était très clairement avant le début des huitièmes ... cqfd
En parlant de couilles, il a fait un peu la même chose avec Thiago Silva, en persistant à le titulariser alors qu'il était moins bon et qu'un Marquinhos était brillant à chaque apparition.
Message posté par Señor Gifle


C'est pas être anti-PSG que de considérer le club comme faisant partie du Top 8 européen (voir Top 5) et donc de trouver que d'arriver en quarts ne nécessite pas tout ce tapage.

On a l'impression que le PSG qui passe c'est le petit poucet de coupe de France qui arrive en finale...



Non seulement de venir poser son petit commentaire merdique : "arrêtez d'en parler pitié, le mal de cul est trop fort" (traduction approximative).
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 90