1. //
  2. //
  3. // Marseille-Caen

De Bilbao à Marseille, Zubis ?

En trois petites saisons à la tête de la direction sportive de l’Athletic Bilbao, Andoni Zubizarreta a posé les jalons des succès actuels des Leones. Un travail de fond qu’il a dirigé vers la formation basque et que l’OM espère, aujourd’hui, qu’il répète.

Modififié
704 12
« J’espérais pouvoir jouer sur la proximité de toute ma famille vivant à Bandol, mais l’OM nous a conseillé plutôt Toulouse, qui est plus proche. Mais Toulouse a refusé, alors Aymeric est parti à Bilbao. » Nous sommes en 2007, et l’Olympique de Marseille réalise un nouveau couac quant au recrutement pour son centre de formation. Car en refusant Aymeric Laporte pour d’obscures raisons de règlement, ce que confirme son paternel à La Provence, le club phocéen fait le bonheur de l’Athletic Bilbao, prompt à recruter la promesse d’Agen quelques mois plus tard. Un fait rare pour les Leones, puisque la signature du Français engendre une profonde remise en question de la politique 100% basque. Une venue qui ne se serait d’ailleurs jamais produite sans le passage d’Andoni Zubizarreta au poste de directeur sportif des Zuri-Gorriak entre 2001 et 2004. Principal instigateur du changement de cap de la cantera de Lezama, il est l’une des clés de compréhension des succès récents de l’Athletic. Les Marseillais peuvent donc se prendre à rêver de l’émergence de leurs minots, eux dont la formation est en déliquescence depuis des lustres. Seul mot d’ordre : patience.

À Bilbao, le labeur de Zubi paye aujourd’hui


Cette casquette de directeur sportif, Andoni Zubizarreta la retrouve donc pour la troisième fois de sa carrière. Après sa re-fondation de la politique sportive de Bilbao, celui qui cumule le plus de minutes dans l’histoire de la Liga prend la route de l’autre stade, après San Mamés, dont il défend les cages : le Camp Nou. Entre ces deux expériences espagnoles, les tâches qui lui incombent divergent très largement, ce qui ne l’empêche de conserver un œil tout particulier sur les canteras. Mais quand, en Catalogne, il retrouve une Masia fleuron mondial des centres de formation, celle de Lezama, dans la banlieue campagnarde de Bilbao, lui renvoie des airs d’obsolescence. Si bien que juste après sa nomination, suivant l’élection de Javier Uria, il plonge les mains dans le cambouis et dessine les contours du « plan Dena » , une sorte de plan Marshall basque. L’objectif n’est autre que de chambouler la formation des Leones, mais surtout la détection des jeunes pépites d’Euskadi : « À cette époque, je ne m'occupais pas de superviser des pros, mais de faire en sorte que le club ne rate aucun talent dans le Pays basque. »

D’abord au service de Jupp Heynckes durant ses premiers exercices, il milite pour la montée en grade de l’entraîneur de la filiale, Ernesto Valverde. Malgré des saisons précédentes décevantes, la faute à un jeu longtemps basé sur la grinta, mais désormais désuet – et un flirt de quelques exercices avec la zone rouge –, le pari des bancs de touche se retrouve gagnant. Grâce à une cinquième place qualificative pour la Coupe de l’UEFA, le novice Valverde réussit la transition générationnelle impulsée par Andoni Zubizarreta, inflexible quant à la direction à suivre. Car quand l’entraîneur des Leones milite pour l’arrivée de renforts, le directeur sportif tranche dans le vif : « Le club sait quelle est la situation des joueurs susceptibles d’être recrutés par l’Athletic, mais il est clair pour nous que les premiers renforts doivent venir de la cantera. » Un centre de formation qui, sous son impulsion, signe nombre d’accords de filiation avec des clubs de la région, élargit les frontières officieuses du recrutement et assouplit les conditions d’entrée à Lezama. Autant de mesures polémiques mais décisives dans l’évolution prochaine de l’Athletic.

McCourt : « Nous avons besoin de joueurs formés chez nous »


Bien que limogé à la fin de son troisième exercice, Andoni Zubizarreta a laissé son héritage à San Mamés. Depuis le passage de Marcelo Bielsa et l’éclosion d'Iker Muniain, Javi Martínez, Aymeric Laporte, De Marcos et Fernando Llorente, tous recrutés grâce aux partenariats qu’il a initiés, l’Athletic Bilbao récolte toujours les fruits de sa politique sportive. Sa seule faute, ne pas faire partie des promesses de campagne de Fernando Lamikiz, fraîchement élu par les socios basques à la tête du club – son licenciement de Barcelone découle de raisons politiques similaires. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, Andoni Zubizarreta trouve une quiétude nouvelle dans cet OM américanisé où les élections n’existent pas. Quand le nouveau big boss déclare que « c'est inacceptable d’être le 22e club au classement de la formation » et avoir « besoin de joueurs formés chez nous » , il mise sur le bon cheval en choisissant le Basque. Entre ses expériences à l’Athletic, basée sur la cantera, et au FC Barcelone, fondée sur des transferts mirobolants (cf. Luis Suárez), Zubi pourrait bien être l’homme du renouveau marseillais.



Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Concrètement le vivier Marseillais est loin d'être dégueu. Aujourd'hui si tu n'avais pas laissé filé Boutobba auquel on peut rajouter maxime Lopez, Kamara qui pointe le bout du nez et Porsan clemente qui se débloquera certainement bientôt. C'est déjà pas mal comme sortie de centre.
Après si l'OM espère se construire là dessus bah mes amis Marseillais vous allez traverser 4/5 ans difficiles. Faut qu'ils lachent la tune sur des postes clés (9, milieu déf, charnière centrale et gardien) et mettre les jeunes en doublons histoire de leur montrer qu'ils peuvent grandir à l'OM.
Bon après on est pas à FM et je suis pas DS :-)
Eomer fils d'Eomund Niveau : CFA2
j'espère en effet que Zubi sera le bon choix. Signer des partenariats avec les clubs de la région est un truc qui aurait du être fait depuis longtemps au lieu de ça les petits clubs ont des partenariats avec nice, monaco, toulouse, montpellier...

Si le projet Mc Court est sérieux et qu'il investisse de quoi faire venir quelques bons joueurs qui encadreront ces minots, on devrait avoir les quelques années de répit nécessaire a l'éclosion de talents locaux.

Je veux y croire.

Par contre faudrait pas tomber dans le sectarisme à la lyonnaise qui devient contre productif.
Rado & milinko Niveau : District
Ils ne risquent pas de tomber dans ce sectarisme puisque les dirigeants ne sont aucunement originaire de la région ou d'anciens joueurs marseillais. En revanche je ne crois pas que le modèle basque soit le mieux adapté à Marseille
John Fitzgerald Wilis Niveau : Loisir
Peut être pas mais je pense que c'est important de recruter en priorité des jeunes de la région, il faut redonner au gens cet amour du maillot qui font de nous un club à part
Rado & milinko Niveau : District
Il faut donc trouver un juste milieu entre produits du terroir et importations étrangères
4 réponses à ce commentaire.
bestclic 2.0 Niveau : Loisir
Je veux pas paraître pessimiste mais c'est pas ce mec là qui va révolutionner l'OM.

C'est pratiquement sur et certain qu'il ne se qualifieront pas pour la ldc cette année. L'europa league me paraît accessible que par une victoire en coupe.

Donc pas de revenus supplémentaires, ce qui laisse les pauvres 200 millions sur 4 ans promis par le propriétaire.

Il faut déjà se projeter sur la saison prochaine. Et le constat est simple, si l'OM ne se qualifie pas pour la ldc une nouvelle fois, c'est cuit pour les revoir au premier plan de façon durable. Sachant que d'autres clubs ont aussi du pognon, plus de pognon même.
cHris wAddle Niveau : CFA2
Vu que tu es aussi doué en prophétie que Paco Rabane, ton analyse me rend plutot optimiste pour la suite....
bestclic 2.0 Niveau : Loisir
Je suis réaliste, l'OM a trop de retard sur certains clubs qui ont plus de moyens qu'eux et qui ont une politique ambitieuse et cohérente.

Quand les dirigeants annoncent vouloir remporter la ldc ou le titre de champion de france d'ici peu, ce n'est rien d'autre que de la flagornerie envers les supporters les plus naïfs. Ce dont tu ne fais pas partie à la lecture de tes différents commentaires sur ce forum.
cHris wAddle Niveau : CFA2
Bien sûr que personne ne croit à une nouvelle victoire en LDC, mais le titre à moyen terme pourquoi pas. Pour l'instant, la nouvelle équipe n'a fait aucun faux pas et je ne pense pas qu'elle est budgétée une participation à une coupe d'europe l'année prochaine. Par contre, je ne vois pas trop sur clubs - hormis Paris et Monaco - l'OM a du retard. Nice c'est un épiphénomène qui ne va pas s'inscrire dans la durée, quant à l'OL vu le poids financier que représente votre stade et l'absence probable de LDC l'année prochaine qui va engendrer le départ de vos "stars", je ne suis pas sûr que votre avance dure très longtemps...
3 réponses à ce commentaire.
Ah tiens il y a eu du commentaire d'éffacé.

Il y avait un mec qui disait que 200 millions et zubi ça suffirait et que l'om se planterait de toutes façons, il est où?
Il y a des bugs d'affichage!
1 réponse à ce commentaire.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
704 12