En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // Udinese/Milan

Davide Calabria, la formation milanaise sur la bonne voie ?

Auteur d'une entrée remarquée pour sa première apparition de la saison avec le Milan, le jeune Davide Calabria (18 ans) fait figure de bel exemple de réussite pour le centre de formation rossonero. Le premier d'une longue liste ? Pas si sûr...

Modififié
Milan-Palerme, samedi dernier. À peine un quart d'heure de jeu, qu'Ignazio Abate est à nouveau abandonné par son physique bien fragile ces derniers temps. Luca Antonelli déjà à l'infirmerie, Siniša Mihajlović n'a pas franchement l'embarras du choix. C'est bien le jeune Davide Calabria et ses 18 printemps qui sont lancés dans le grand bain de San Siro. Et puisque la vie aime les belles histoires, le latéral au visage encore poupon réalise dans la foulée un centre parfait - tout sauf la spécialité d'Abate soit dit en passant – qui débouche sur l'ouverture du score de Carlos Bacca. Une bonne heure et quart plus tard, le Milan s'impose difficilement (3-2). Surtout la prestation de Calabria n'est pas passée inaperçue. De Mihajlović à Brocchi (son coach en Primavera, la saison dernière) en passant par Maldini, Ambrosini ou encore Berlusconi, les louanges s'accumulent pour saluer la première apparition officielle de la saison du natif de Brescia. Le principal intéressé savoure, lui, sur Twitter avec ses quelque… 9000 followers. Non pas attablé dans un chic restaurant milanais, mais bien au chaud dans sa chambre… à Milanello.

Débuts de rêve pour l'anniversaire du paternel


Un dernier signe, s'il en fallait encore, du monde dans lequel vivait jusqu'ici le jeune Davide. Pur produit du centre de formation milanais de Vismara, Calabria a fait toutes ses classes avec le Milan. De ses premiers pas devant la défense à 11 ans avec les Esordienti (U13) jusqu'au couloir droit avec l'équipe première près de huit ans plus tard. D'ailleurs, il est cette saison le seul rescapé de sa génération, alors que ses potes Alessandro Mastalli et Davide Di Molfetta – souvent convoqué par Inzaghi la saison passée - ont eux eu droit au traditionnel départ en prêt, respectivement à Lugano et Benevento. Lui y a échappé et est même parvenu à gagner la confiance de Mihajlović après une pré-saison plus que satisfaisante. Reste que Calabria ne s'imaginait sans doute pas de tels débuts malgré un prénom qui le prédestine aux exploits. Le destin, encore lui, qui a voulu que son père fête au même moment ses 52 ans derrière le comptoir du bar familial. Sans doute ne pouvait-il imaginer meilleur cadeau. Même si une prestation d'un soir pèse bien peu lourd dans la balance, Davide Calabria peut-il alors symboliser un renouveau de la formation milanaise ?

Le projet jeune et l'exemple De Sciglio


C'est que le serrage de ceinture des dernières saisons a, au moins, eu un bon côté pour le Milan : la quasi-obligation de miser sur son centre de formation. Lors de sa période de pleine bourre en 2012, Stephan El Shaarawy en avait d'ailleurs fait le constat en appuyant que la crise avait aidé les jeunes Italiens à se mettre en valeur. De même, le Milan communiquait alors sur sa volonté de reconstruire sur un « projet jeune » . Trois ans plus tard, le Pharaon a quitté Milan, au même titre que le prometteur Cristante. Outre Davide Calabria, un seul joueur témoigne des vestiges de la stratégie avancée à l'époque. Il s'agit évidemment de Mattia De Sciglio. Et sa trajectoire n'incite pas franchement à l'optimisme. Encensé après une énorme saison 2012/2013, le « nouveau Paolo Maldini » éprouve effectivement toutes les peines du monde à confirmer son potentiel. S'il semble se remettre doucement au niveau ces dernières semaines, son long passage à vide témoigne d'une chose : la nécessité absolue de ne pas s'enflammer trop vite. Encore plus avec une conjecture économique mouvante du côté du Diavolo.

« Aucun joueur prêt pour l'équipe première »


Car si Silvio Berlusconi affirme toujours sa volonté de miser sur un Milan « jeune et italien » , la prochaine vente de 48% du club a changé la donne. Les Rossoneri misent bel et bien sur des jeunes transalpins, mais pas du cru local. Alessio Romagnoli et Andrea Bertolacci - certes un peu plus âgé - ayant par exemple débarqué cet été de la Roma contre environ 45 millions au total. D'ailleurs même si Mauro Tassotti est désormais en charge d' « éviter qu'un cas Darmian se reproduise » - à savoir un jeune talent du centre de formation qui échappe à l'œil du Diavolo - les nouvelles possibilités financières sur le marché des transferts risque de sacrément obstruer la voie aux jeunes pousses milanaises. D'autant plus que Cristian Brocchi n'est pas franchement dithyrambique au sujet de son groupe actuel : « L'année dernière, il y avait beaucoup plus de joueurs prêts pour le saut en équipe première. En outre de Calabria, il y avait Mastalli et Di Molfetta très proches d'intégrer le groupe. Mais désormais, je n'ai aucun nom à proposer à Siniša. » Le bel exemple de réussite de Calabria n'est sans doute pas près de se reproduire.

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40