1. //
  2. // 2e journée
  3. // Shakhtar/PSG

David Luiz, le sourire permanent

Moqué parfois pour ses folies sur le terrain, David Luiz reste un personnage central du PSG dans sa conquête de la Ligue des champions. Surtout, à chaque fois que l'ancien de Chelsea joue un match cette saison, le PSG ne prend pas de but. Un talisman capillaire et plein de dents.

Modififié
900 37
« Mais qu'est-ce qu'il fait ? » , voilà ce que tout le monde se demande quand David Luiz, crinière de poney au vent, décide de quitter son poste de défenseur pour remonter tout le terrain, balle au pied. Quand l'actuel défenseur du PSG officiait en Premier League et à Chelsea, certains consultants n'hésitaient d'ailleurs pas à se moquer du Brésilien. Sur Sky Sports, Gary Neville, l'ancien latéral droit de MU, lança un jour que David Luiz jouait comme s'il était « contrôlé par un enfant de dix ans à la PlayStation » . Ce n'est pas faux. Il est vrai que le numéro 32 parisien adore prendre la balle et monter ballon au pied. Des folies souvent inutiles. Sans parler de ses chutes de concentration brutales au cours d'un match (coucou Brésil-Allemagne). Pourtant, il se passe quelque chose avec l'ancien joueur des Blues. Contre Bordeaux, Reims et Nantes, les seuls matchs où le PSG a pris des buts cette saison, David Luiz n'était pas là. Est-ce un hasard ? Comme quoi le clown n'est pas forcément celui que l'on croit.

Un an après son arrivée pour 50 millions d'euros et une Coupe du monde dramatique au Brésil, le joueur s'est fait une place au PSG. Dans le vestiaire, d'abord, où sa folie est communicative. Pour comprendre David Luiz, il suffit de regarder l'interview de Blaise Matuidi à la sortie d'une zone mixte aoûtienne. Alors concentré face à la caméra, le milieu de terrain français est dérangé en permanence par le Brésilien qui lui met des petites tartes dans la face. David Luiz, c'est ça. Un gamin. Un mec qui a la banane en permanence, surtout auprès des enfants. Au pays, derrière l'idole Neymar, David Luiz reste le chouchou. Son charisme, sa gentillesse et ses blagues plaisent. Lui savoure. Simplement. En 2012, ce grand croyant avait déclaré : « Si Dieu vous a donné des dents, ce n'est pas seulement pour manger, c'est aussi pour sourire. » Son compte Instagram - quasiment 10 millions d'abonnés quand même – confirme la bonhomie du garçon. Un agneau en dehors du terrain. Un psychopathe sur le pré.

Des débuts au Parc


David Luiz, c'est autre chose que des dents et une crinière. C'est aussi un footballeur. Et pas forcément le plus mauvais. À Chelsea, l'an dernier, c'est lui qui sonne la révolte parisienne d'un coup de casque phénoménal en seconde mi-temps. Quand il faut aller au mastic, David Luiz est là. Il assure, rassure et fait parfois peur aux adversaires. Que ce soit dans les airs ou dans les pieds, la carcasse de l'ancien de Benfica (1,89m, 85 kilos) fait le ménage. En Ligue des champions, David Luiz est ce qu'on appelle un « impact player » . Un mec qui envoie du jeu, une certaine folie et un esprit guerrier. Alors oui, il s'est salement raté contre le Barça l'an dernier, mais le Brésilien revenait de blessure et n'aurait jamais dû jouer le match sans la sortie prématurée de Thiago Silva. Derrière, Luis Suárez lui a fait l'amour. Ça arrive.

Mais David Luiz, c'est surtout deux Coupes d'Europe au CV. Une Ligue des champions en 2012 et une Ligue Europa l'année suivante. À chaque fois, le joueur était titulaire. Personne ne possède une telle expérience dans l'équipe actuelle de Laurent Blanc à part peut-être Ángel Di María (meilleur joueur de la finale 2014). C'est aussi pour ça que le PSG a été le chercher à un prix exorbitant en 2014. En Ligue des champions, David Luiz est comme chez lui. D'autant que son histoire avec le football européen débute un soir de février 2007 au Parc des Princes… contre le PSG. Fraîchement recruté par Benfica un mois plus tôt, le jeune joueur découvre l'Europe un soir de 8e de finale aller de Coupe UEFA. Les cheveux sont courts et le visage boutonneux. Un mois plus tôt, le garçon jouait en troisième division brésilienne, au Vitória Bahia. Sacrée ascension.

Dix heure dix


Au fil des ans, les cheveux vont pousser et le CV s'épaissir. De découverte, David Luiz devient vite la coqueluche de Benfica où il enchaîne titres et titularisations. Quatre ans plus tard, le voilà en route pour Chelsea où Ancelotti, Di Matteo, Benítez puis Mourinho tenteront de le canaliser autant que faire se peut. À Paris, celui qui définit son enfance comme celle d'un « enfant très heureux dans une famille très pauvre » sait qu'il revient de loin. À 14 ans, le São Paulo FC ne voulait plus de lui. Trop petit. La donne a changé depuis. À 28 ans, David Luiz a bien grandi. Au point d'être devenu indispensable au PSG les soirs européens. Dès lors, on lui pardonne parfois une certaine folie. Et pour un homme dont les pieds annoncent « dix heures dix » , David Luiz est arrivé à l'heure dans la capitale.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

lemudream Niveau : CFA2
Facile de dire qu'il prend 0 but depuis le DEBUT de la saison quand on pense aux quarts de l'année dernière...
lemudream Niveau : CFA2
Bon j'aurai du commencer par lire l'article... mea culpa
"Un mec qui a la banane en permanence, surtout auprès des enfants." comme Marc Dutroux?
dizzymusictv Niveau : CFA
Je trouve Marquinhos tellement plus fort, moi.
Mais après, ce bon vieux Tahiti Bob, je sais pas, il dégage quelque chose.

C'est la même que Pepe Vs Varane. Varane est 1000 fois meilleur en technique défensive, 1000 fois plus rapide, mais Pepe a cette animosité, cette folie, cette brutalité défensive qui vont le rendre nécessaire.

Honnêtement, à la place de Marqui, je me serais barré déjà.
MaxChampagne Niveau : DHR
Autant de qualités que de défauts dans son jeu.
Vraiment un joueur à 2 faces.
Il nous fait passer à lui seul pratiquement le 1/8 contre Chelsea, autant au match aller qu'au retour. Par contre, le 1/4 aller contre le Barça c'est un peu pour lui.
Mais je préfère quand même l'avoir dans ma team.
Message posté par dizzymusictv
Je trouve Marquinhos tellement plus fort, moi.
Mais après, ce bon vieux Tahiti Bob, je sais pas, il dégage quelque chose.

C'est la même que Pepe Vs Varane. Varane est 1000 fois meilleur en technique défensive, 1000 fois plus rapide, mais Pepe a cette animosité, cette folie, cette brutalité défensive qui vont le rendre nécessaire.

Honnêtement, à la place de Marqui, je me serais barré déjà.


Jamais le PSG ne lâchera Marqui, c'est de l'or en barre. TS a 31 ans, ils vont tourner à 3 DC cette saison, avec tous les matchs ils seront pas de trop. Et il dépannera aussi parfois en latéral, donc il aura un temps de jeu très convenable.

C'est un jeune joueur intelligent, il sait qu'il fait partie du projet, qu'il est considéré, et il apprend et progresse à chaque saison (N'est ce pas Lucas).
Exhorbitant, exhorbitant Di Maria... Ils l'ont eu moins cher que Martial....
le bon, la brune et le truand Niveau : CFA
"Mais David Luiz, c'est surtout deux Coupes d'Europe au CV. Une Ligue des champions en 2012 et une Ligue Europa l'année suivante. À chaque fois, le joueur était titulaire. Personne ne possède une telle expérience dans l'équipe actuelle de Laurent Blanc à part peut-être Ángel Di María (meilleur joueur de la finale 2014). "

et Thiago Motta deux C1 au compteur (barcelone et inter) ?
" Tou veux vénir vivre avec moi ? Toi, moi et Disneyland ? Tous les jours "! J+1 skills.
prophetGMS Niveau : DHR
On va parler de Marquinhos et du regret de tous ici qu'il ne soit pas titulaire à côté de TS. Mais c'est oublier que les deux se font bouger à chaque impact. Combien de bordel sur CPA dans la surface où TS se retrouve les fesses par terre? De même ses mains dans la surface sont dus au fait qu'il a perdu son duel physique face à l'attaquant. C'est encore pire pour Marquinhos, j'ai en tête le but de Gignac l'an dernier où il se fait monter dessus alors qu'il est très bien placé.

Voilà de nos jours c'est très bien de jouer avec un DC technique qui gagne ses duels et dans ce rôle TS est sans doute le meilleur au monde, mais à côté il faut un patron de la tête avec un physique énorme. C'est pour ça que la paire TS-Alex était forte car complémentaire. Si à cela tu ajoutes une certaine technique tu te retrouves avec DL qui perd jamais un duel de la tête et qui physiquement bouge tout le monde, même D.Costa.

A la fin, Paris a une des meilleurs défense, parce qu'elle est équilibrée, et cela malgré les quelques pertes de concentration de DL, les boulettes de TS et les boulevards laissés sur les côtés.
Il faut lui créer un poste sur mesure à ce joueur, il a d'énormes qualités mais impossible de le ranger dans un poste classique selon moi.
Note : 2
Message posté par Cambronne


La réponse type du moins que rien.

Bon chien.


Si tu savais ce qu'inspire la tienne...

Bref, je ne vois pas d'exploit à assurer en défense quand on voit le calendrier de Paris jusqu'ici. On verra si la solidité perdure contre le Bayern, Chelsea...
Sur le plan humain, j'ai aucun doute que ce mec doit être hyper agréable à vivre et j'ai peu de doutes sur ses qualités et ses perfs sauf qu'entre ses errements aussi soudains que graves et ses montées, je le verrais davantage milieu défensif juste devant la défense qu'en défense centrale, dernier rempart avant le gardien.
lilisushi Niveau : DHR
Je trouve ce mec solaire! Il a l'air très apprécié par le vestiaire et assez facile à gérer pour un coach, bref le mec idéal dans un groupe de gros égo et qui en plus n'est pas un peintre sur le terrain (Ok, il a parfois des sautes de concentration, mais quand même!) Il me donne envie d'aimer le PSG, c'est dire!
ManodesMontagnes Niveau : CFA2
Message posté par le bon, la brune et le truand
et Thiago Motta deux C1 au compteur (barcelone et inter) ?


C'est certainement pour ça que l'accent a été mis sur ce "à chaque fois titulaire".

David Luiz ayant été, surtout dans le parcours en Europa de Chelsea 2013, une sorte de "pierre angulaire" de la défense de Benitez quand Terry avait l'air de s'essouffler avant de revenir à son meilleur niveau quelques mois plus tard.

S'il ne me reste que quelques souvenirs de 2006, je pense bien que la hiérarchie du milieu barcelonais était à l'époque bien établie sur un Deco-Van Bommel-Edmilson/Motta-Xavi/Iniesta. Le milieu ayant pris part à la finale et aux demies étant composé de Deco-Van Bommel-Edmilson où n'est entré en jeu qu'Andres par deux fois diminue un peu le statut d'indiscutable de Motta au Barca dans l'acquisition du titre. Avec une légère vingtaine de matches joués sur la saison (et surtout à peine 10 la saison précédente), et sans blessure, je dirais même qu'il n'était plutôt qu'un élément de turn-over dans ses 3 dernières années à Barcelone. Preuve en est, la non-sélection quelques semaines plus tard en Coupe du Monde d'un gars ayant quand même passé 5 saisons au FC Barcelone, dont 2 (à l'époque) sous Rijkaard, c'est bien démonstratif de son envergure de l'époque.

Même chose en 2010... Où je laisse supposer que ma mémoire a pu oublier une blessure de l'ex-brésilien, mais il n'était pas sur la feuille de match d'une finale où le milieu de terrain de l'Inter était quand même fabriqué de Zanetti-Cambiasso et du Sneijder le plus immense qu'on ait connu jusqu'ici. Connaissant l'envergure historique du premier (58 matches cette saison) et l'importance du second (6 saisons pleines au club à l'époque, 47 matches joués en 2010), Motta, qui cette fois-ci a quand même pris part à 40 matches, n'a du le faire qu'en entrant en jeu à certaines reprises, où dans une rotation avec un de ces deux géants...

Au final, de nouveau, il se retrouve quelques semaines plus tard cloué à la maison quand ses compatriotes brésiliens disputent la Coupe du Monde, ce qui paraît de plus en plus louche. Un gars ayant gagné 2 LdC, dans deux clubs différents, le tout dans deux saisons précédant le Mondial, mais non sélectionné pour celui-ci... La seule explication probable est son importance quasi-quelconque dans l'acquisition de ces deux trophées. Si ca ne tenait qu'à moi, je dirais simplement que Motta ne m'a jamais bluffé ni paru énorme et incontournable autre part qu'au PSG.

Conclusion... David Luiz qui a assumé deux saisons victorieuses en Europe au poste de titulaire indiscutable est tout à fait justement plus expérimenté que le vieillissant Thiago, bien que ce dernier soit toujours précieux à Paris.
lemudream Niveau : CFA2
Message posté par Cambronne


La réponse type du moins que rien.

Bon chien.


C'était juste un ptit taquet, reste tranquille fils
ManodesMontagnes Niveau : CFA2
Et encore, que dis-je...

Iniesta était à l'époque déjà infatigable et quasi indispensable à Rijkaard, quand Xavi a, après vérification, foulé la pelouse à 35 reprises cette même saison.

Nouvelle hiérarchie:

Deco-Iniesta-Van Bommel/Edmilson-Xavi-Motta

C'est dire, le cadre que Motta était à ce moment là...
Note : 6
Message posté par lemudream


C'était juste un ptit taquet, reste tranquille fils


Oui enfin vous adorez vous en prendre à David Luiz sur un quart de LDC qu'il n'était pas censé disputer car de retour de blessure.

Entre ça et Silva le nul qui a pris 7 à 1 en demie de coupe du monde, on en à marre des troll qui ne regarde même pas les matchs !!
lemudream Niveau : CFA2
ben j'ai vu les matchs et je suis supporter du PSG, je connais les qualités de David Luiz et le rôle qu'il peut avoir sur des gros matchs (lors de la conquête de la champions par chelsea par exemple). Après je pouvais pas savoir que j'allais autant heurter la sensibilité de certaines personnes aussi facilement par contre, je suis pas au courant d'absolument tout !

Si vous voulez on va boire un verre on parle foot les gars
lemudream Niveau : CFA2
(surtout quand je double post pour faire mon mea culpa)
Payetazo>>>ElFiasco Niveau : CFA2
On s'en fout un peu de savoir qui de Marquinhos ou de David Luiz est le meilleur, faudra me dire d'ailleurs comment on peut juger tant les deux profils sont différents. Mais bon, Marquinhos a fait un sauvetage miraculeux contre Barcelone ( tiens, bizarre, c'était David Luiz et pas Silva à ses cotés ce soir là ) donc c'est surement lui le meilleur


L'important c'est la complémentarité d'une défense, et Silva et Marquinhos ne l'ont jamais été et ne le seront jamais, c'est assez simple à voir et à comprendre.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
900 37