En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Medias
  2. //
  3. //
  4. // beIN Sports

Darren Tulett : « Renifler la bonne herbe de la Champions League! »

Présentateur du "Grand Stade" avec Édouard Cissé, Darren Tulett reçoit face à la machine à café sur les canapés mauves de beIN Sport. L'occasion d'évoquer ses années Canal, ses nouvelles fonctions et Joey Barton. Entre autres.

Modififié
Pourquoi as-tu choisi d'aller chez beIN Sport après toutes ces années chez Canal?
J'ai parlé de ça tellement de fois maintenant... C'est un peu comme si je quittais une femme pour une nouvelle femme et qu'on me demandait toujours pourquoi j'ai quitté mon ex. J'avais envie de faire autre chose tout simplement, il y a eu pas mal de réactions par rapport à ça, notamment chez la direction de Canal Plus, ce qui était le plus étonnant pour moi. Parce que comment ne pas penser que quand un concurrent débarque sur le marché, il n'y aura pas de départs ? Chez Canal, personne ne nous a jamais parlé de beIN Sport, alors qu'autour de la machine à café de Canal Plus, tous les journalistes, tous les techniciens ne parlaient que de ça, c'était LE sujet de conversation. Moi j'ai eu la chance de rencontrer Charles Biétry, avant même qu'ils aient bouclé le dossier Champions League, ils n'avaient que la Ligue 1, mais son discours m'a vraiment motivé. Et donc j'ai été séduit, il m'a bien dragué.

Qu'est-ce qui t'a surtout motivé ?
Ce que j'ai aimé, c'est cette idée de changement, j'avoue que j'y réfléchissais déjà avant. Je voulais faire autre chose. Je vois la vie comme ça, j'avais fait 10 ans chez Bloomberg, 10 ans chez Canal, c'est pas mal quand même. Charles m'a vraiment séduit lors de la première réunion, et je me suis dit «  j'y vais  » . C'était un choix immédiat, une envie. Ici, il y a une énergie créatrice formidable, on est vraiment au départ d'un nouveau projet.

Il y a des trucs qui ne tournaient plus chez Canal?
Je ne dirai jamais de mal de Canal parce que j'ai passé des années formidables là-bas. Avant, je ne connaissais rien de la télé. J'ai débarqué à 35 ans chez Canal sans en avoir jamais fait. J'ai pu apprendre le métier tranquillement, grandir et avoir des émissions donc j'ai eu énormément de chance. Mais en même temps, j'avais envie de changement et il y avait beaucoup de gens à Canal qui avaient envie de changement aussi. Je ne vais pas donner de noms pour mettre les gens en difficulté mais il y en avait beaucoup qui voulaient bouger.

beIN Sport propose quoi de nouveau selon toi ?
L'envie, ce n'est pas d'être révolutionnaire, parce que ce n'est pas possible. Ce qu'on apporte, ce sont des idées novatrices. Au niveau du traitement de la Ligue 1, quand tu compares l'offre pour les téléspectateurs à l'an dernier par exemple, il n'y avait pas grand-chose. Il y avait un match sur Orange, personne n'était abonné, et le grand match du dimanche sur Canal Plus, puis Foot Plus et les magazines bien sûr. Cette année, tout a changé, l'arrivée de beIN Sport a été bénéfique en un sens pour Canal Plus, ça les a stimulés. Dans n'importe quel marché, quand tu n'es pas titillé par la concurrence pendant des années, le danger, c'est de s'endormir sur tes lauriers. Là, un concurrent arrive, t'es aussi obligé de proposer quelque chose de nouveau.

Ce monopole de Canal Plus, c'était aussi une particularité française, en Angleterre, c'est différent non ?
Exactement, mais beaucoup de gens ne comprennent pas ça. Beaucoup de gens au début me disaient « ça veut dire que Canal va disparaitre » . Mais il suffit de regarder d'autres modèles économiques. En Angleterre, il y a plusieurs chaines payantes dans le sport et elles peuvent largement coexister.

Mais il y a des limites a ce raisonnement selon laquelle la concurrence serait bénéfique pour tout le monde. Par exemple, maintenant c'est impossible de voir la Champions League sans rien payer.
Ce qu'il s'est passé, c'est que beIN Sport a racheté le lot qu'avait Canal et que TF1 n'était pas hyper chaud pour garder son lot. Ils auraient pu mais ils n'étaient pas prêts à payer plus. Après, quand Canal s'est rendu compte qu'ils avaient perdu le gros lot, ça a été une grosse gifle avec du poisson frais dans la gueule. Et j'ai beaucoup de sympathie pour mes anciens collègues qui ne travailleront pas ce soir-là, parce que pour Canal, la Ligue des Champions, c'était the big cerise on the cake. Du coup, Canal était obligé d'aller chercher le match qui restait. On peut être surpris effectivement qu'il n'y ait aucun match "gratuit" et c'est vrai que c'est dommage. Après est-ce que c'est souhaitable que tout soit payant aujourd'hui ? Je vais pas te dire que « les télé payantes, c'est naze  » alors que je travaille pour l'une d'entre elles ! Mais je comprends la déception des gens qui n'ont ni beIN Sport ni Canal Plus. Après, c'est l'UEFA aussi qui a accepté cela en connaissance de cause.

Ça sera quoi ton rôle précis pendant les soirées Champions League?
J'avais une grosse envie de terrain, et pour les soirées Champions League, je serai le maitre de cérémonie sur place. Ça me permet d'aller renifler la bonne herbe de la Champions League !

Ça te permet aussi un peu de sortir du rôle de "l'Anglais de service" auquel tu étais cantonné ?
Tu commences comme ça et puis petit à petit, tu essaies de t'en émanciper. Mais je n'ai pas à me plaindre puisque c'est ça qui m'a permis de me faire connaitre. Ça m'a donné le droit de commencer à L'Equipe du dimanche et de finir en présentant les grosses affiches de la Premier League et même Samedi sport. Je pense que le fait d'être différent est un atout évident si on sait l'utiliser et qu'on en joue. J'allais te parler d'Antoine de Caunes, sans me comparer à lui, qui avait présenté une émission en Angleterre en forçant le trait sur son accent français et ça marchait super bien. La petite différence culturelle et les tics de langage, au final, ça passe super bien.

La différence essentielle entre la culture du sport en Angleterre et en France, c'est quoi foncièrement pour toi ?
Pendant les J.O, J'ai constaté que tout le pays était mobilisé. Ça m'a conforté dans l'idée que l'Angleterre était un pays qui aime le sport, qui aime les sportifs. Alors qu'en France, il y a de très grands champions, une passion pour le sport aussi mais il y a encore beaucoup de gens qui considèrent que le sport et le foot notamment, c'est un peu beauf.

T'es supporter d'un club anglais en particulier ?
Brighton and Hove Albion, les Seagulls ! Il y a Gus Poyet qui est un excellent entraineur. Cette année, on a vraiment une équipe pour monter en Premier League. Mon rêve, c'est de commenter Brighton en Premier League.

Sinon la signature de Joey Barton à l'OM, tu en penses quoi ?
Je trouve que c'est un mec fascinant. Tu m'aurais demandé il y a trois ans, j'aurais dit comme tout le monde, « Barton c'est un con » . Mais depuis, le mec essaye de se reconstruire publiquement, via Twitter notamment. C'est un mec qui a envie de s'instruire, un autodidacte. C'est sa démarche perso, quand il est arrivé à Londres, c'était impressionnant, ça me rappelait moi quand j'ai quitté mon village pour aller étudier à Manchester. Barton, quand il arrive à Londres, il ouvre les yeux. Il tweete des trucs géniaux, par exemple "je suis allé dans une galerie d'art". Le mec découvrait vraiment que ce genre d'endroits existait et qu'il avait le droit d'y aller. En plus, il a un côté un peu mythique et cette saison, la Ligue 1 devient mythique. Mutu, Barton, Zlatan : c'est formidable.

Propos recueillis par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9