1. // Ligue 1 – 5e journée – Rennes/Lorient

Danzé, captain Armorica

Tout proche de quitter Rennes comme avant lui Étienne Didot et Fabien Lemoine, une des rares cautions breizhou de l’effectif stadiste, Romain Danzé, a finalement été prolongée durant l’été, avec l’amicale pression des supporters, qui se sont mobilisés en nombre sur Twitter. Car si le footballeur en lui-même n’est pas forcément indispensable, l’homme si, alors que le club vit depuis quelques mois une petite crise d’identité.

Modififié
18 2
Au box-office du dernier mercato, ce feuilleton ne rencontra pas un grand succès. Peu médiatisée, l’affaire « Danzé restera ou restera pas ? » n’a pas franchement intéressé au-delà des frontières de l’Ille-et-Vilaine. C’est logique, en fait, le protagoniste de l’histoire n’ayant pas un charisme ni un talent si extraordinaires. Romain Danzé, hors les habitués de La Route de Lorient, c’est qui ? Un honnête latéral de Ligue 1, titulaire depuis plusieurs saisons à droite de la défense d’un club qui, déjà, fait assez peu parler de lui nationalement. Un gars qui fait correctement ses matchs, sans plus. Un bon soldat, discret, qui fait partie du paysage sans prendre la lumière.

Début mai dernier, alors que la saison arrive à son terme, fuite sur le web un intérêt de Saint-Étienne pour le natif de Douarnenez, dans le Finistère. Il lui reste un an de contrat, les Verts cherchent un défenseur droit d’expérience et ils se disent que, peut-être, il y a moyen de récupérer un gars qui pèse tout de même plus de 150 matchs de L1. Et effectivement, de ce qu’on comprend vite, le Stade Rennais n’est pas forcément contre lâcher son joueur, aux performances discutables et discutées. Et c’est vrai que sur le plan footballistique pur, il n’apparaît pas foncièrement indispensable. Si sa polyvalence, son sens du devoir et son engagement de tous les instants jouent pour lui, il faut lui reconnaître quelques lacunes physiques, un travail défensif pas toujours au top et un apport offensif insuffisant, avec 6 passes décisives seulement réalisées en championnat depuis le début de sa carrière pro.

#ResteAvecNousLaDanze

Du coup, l’idée de repositionner l’excellent Kévin Théophile-Catherine à droite de la défense – son poste de prédilection à la base – peut légitimement faire son chemin dans l’esprit des dirigeants et entraîneurs rennais. Mais c’était sans compter sur l’attachement des supporters à leur cher capitaine. Romain Danzé étant un gros utilisateur de Twitter, c’est par ce biais que les fans commencent par lui communiquer en masse leur souhait de le voir rester en Bretagne. Le hashtag #ResteAvecNousLaDanze débarque même rapidement parmi les trending topics du moment. Le joueur se dit « touché » par ces nombreuses et surprenantes marques d’affection. Les dirigeants aussi, visiblement, eux qui ont tout intérêt ces temps-ci à ne pas rester insensibles à la vox populi. Car, depuis quelques mois, il devient évident que le tonnerre gronde. Rien de franchement visible ni de très violent – l’ambiance feutrée du Stade Rennais n’est pas une légende – mais tout de même, une forme de ras le bol se fait sentir.

Les raisons du malaise ? Une accumulation de petites choses, en fait. L’absence de résultats, un certain manque d’ambition, la demi-finale de Coupe de France lâchée à Quevilly, le comportement distant de quelques joueurs vis-à-vis du public… Désormais habitué au premier tiers de la L1, le club n’est plus parvenu à franchir un nouveau palier depuis quelques saisons et forcément, ça peut finir par lasser, voire agacer. Les matchs donnant l’occasion de vibrer se font rares. En plus de ça, alors que le Stade Rennais a longtemps mené une politique volontariste visant à inscrire l’empreinte régionale dans l’ADN du club, les rares joueurs « du cru » ne sont pas retenus. Étienne Didot part à Toulouse en 2008, Fabien Lemoine à l’ASSE en 2011. Alors Danzé partirait aussi ? Pour les supporters, c’est non.

Le cœur plutôt que la raison

Un « non » qui vient plus du cœur que de la raison. Car si, comme on l’a dit, le joueur n’est sportivement pas le meilleur latéral droit de France, ni même du Stade Rennais, dans l’état d’esprit il est d’une rare exemplarité. Généreux sur le terrain, « la Danze » l’est aussi en dehors, communiquant facilement avec les supporters et journalistes, s’investissant dès qu’il le peut pour des actions caritatives et humanitaires. Romain Danzé est un vrai pur gentil, intégré à son club de toujours. Le genre à annoncer : « Je suis très bien à Rennes, je veux rester là si on veut de moi. » Ce serait, paraît-il, sur demande directe de la famille Pinault que le manager Pierre Dréossi aurait donc finalement repoussé l’offre de Sainté.

Fin juin, après plusieurs semaines de flou, Romain Danzé voit donc son contrat prolongé jusque 2015, avec une revalorisation salariale à la clé. « Il faut qu’il accepte de ne pas faire 38 matchs » , se contente de réagir un Antonetti sceptique, qui ne semble pas déterminé à lui renouveler sa confiance. Le laborieux début de saison du joueur semble pour l’instant donner raison à l’entraîneur corse. Mais, au moins, cette prolongation a-t-elle permis de ne pas se brouiller avec une majorité de supporters et de maintenir au sein de l’effectif rouge et noir une âme et un guide.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

C'est pas un frangin à Willy? #Bounce
Bon article. C'est vrai que j'aime bien ce joueur, qui a un profil plus old school D1, que les athlètes L1 d'aujourd'hui. Mais justement, et comme signalé dans l'article, c'est un joueur qui ne va pas lacher le match, sera sympa, discutera, ne sera pas lache, et est capable de rester dans un club ou il est apprécié, même s'il est en danger sportivement. J'adore Rennes, mais le comportement de bcp de joueurs m'a déçu : M'vila, Brahimi, Kembo Ekoko...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
18 2