1. // Coupe du monde 2014
  2. // 1/2 finale
  3. // Brésil/Allemagne

Dante, du Purgatoire au Paradis

Il a 30 ans, a tout gagné avec le Bayern Munich, mais n'est toujours pas considéré comme un grand joueur dans son pays. Après avoir lutté pour réaliser son rêve de gosse, Dante va devoir se battre pour gagner l'estime de ses pairs. Grâce à Thiago Silva, il va peut-être enfin franchir le cap.

6 11
Dante Bonfim a le don d'être là où personne ne l'attend. Et c'est pour ça qu'il est si fort. Avant le 23 avril 2013 et une demi-finale aller de la Ligue des champions contre l'intouchable FC Barcelone, personne ne le connaissait en dehors de l'Allemagne et la Belgique. C'est ce qui lui a permis de mieux maîtriser Lionel Messi, devant une Espagne bouche bée face à la muraille brésilienne. Était-ce un hasard ? Non. Deux semaines plus tard, l'homonyme du brillant auteur florentin remettait ça. Lui qui n'avait su s'acclimater à la Ligue 1 lors de son passage à Lille connaissait enfin la gloire à l'âge de 29 ans (il en a aujourd'hui un de plus), en réalisant un triplé historique avec le Bayern, seulement six mois après sa première sélection. Imprévisible, il a aussi su l'être en demi-finale de la Coupe des confédérations, quand, oublié au second poteau sur un corner, il ouvre la marque face à l'Italie alors que son propre pays doutait de sa capacité à remplacer David Luiz. Un an plus tard, son touffu de compagnon sera bien à ses côtés pour défier l'Allemagne. Cette fois-ci, le Bavarois devra remplacer son capitaine. Malgré son âge et son expérience, il suffit de feuilleter la presse brésilienne pour comprendre qu'un an après la bataille contre l'Italie, les compatriotes de Dante n'ont toujours pas retenu la leçon. « Est-il capable de remplacer Thiago Silva ? Va-t-il résister à la pression ? » , sont autant de questions posées par les journalistes locaux.

Banjo, samba et futsal


Imaginer la muraille de Munich crispée et tendue, c'est mal connaître le personnage, même s'il est vrai que le joueur, autoritaire et appliqué sur le terrain, n'a pas grand-chose à voir avec l'humain. Dante l'homme est un gamin originaire de Salvador. Et comme tout bon baiano, il aime la vie, la musique et le rire. Son intégration au sein de la Seleção en est la preuve. Arrivé sur la pointe des pieds dans le groupe malgré son âge avancé, il ne lui a fallu que deux petites sélections pour que le bougre se sente chez lui, monte sur la table en plein déjeuner devant ses coéquipiers et se mue en speaker dont le micro n'est autre qu'une fourchette à dessert. Ambiance. Tous ceux qui le connaissent lui reconnaissent un certain talent d'humoriste, mais c'est banjo ou guitare à la main qu'il excelle. Que ce soit seul à Munich ou accompagné par les percussions de Daniel Alves et Thiago Silva au Brésil, Dante ne se refuse jamais deux ou trois accords dans le vestiaire avant les entraînements. Musicien mais aussi danseur, le trublion aime la samba et le pagode que son père lui a enseignés, le même qui l'a obligé à avoir des notions d'anglais, français, italien et espagnol pour pouvoir insulter ses adversaires sur le terrain.

Le plus surprenant chez Dante, ce n'est pas tant sa personnalité enjouée que le fait qu'il soit devenu un remarquable et strict défenseur. Avant d'empêcher les magiciens de briller et d'annihiler leurs attaques, le stoppeur du Bayern faisait l'otarie sur les terrains de futsal de Bahia. Sombréros, roulettes, passements de jambe, Dante essayait d'en faire le plus possible, même si c'était à la passe qu'il était le plus tranchant. Son amour des grigris l'a d'ailleurs mené sur le banc de l'équipe de futsal. De toute façon, il s'en foutait. Son objectif était le football, le vrai.

Nintendo 64 et parcours du combattant


À l'inverse de beaucoup de footballeurs devenus professionnels, le futur remplaçant de Thiago Silva aurait sans doute eu une bonne situation s'il n'avait pas réalisé son rêve. Car s'il n'est pas issu d'une famille riche - le bairro da Federação d'où il est originaire n'est pas un havre de paix -, ses résultats scolaires étaient plutôt excellents. Il en est même venu à mettre le football de côté pour améliorer un peu plus ses notes, et puis la balance a finalement penché en faveur du ballon. Dante, l'ado, fait le strict minimum en cours et mise tout sur sa future carrière. Une ambition qu'il partage avec son pote Danilo - aucun lien avec le joueur -, lui faisant parfois office de garde du corps quand ça chauffait entre les gens de son quartier et ceux du « bairro » rival, Garibaldi. C'est avec lui qu'il marchait pour mettre de côté l'argent que ses parents lui donnaient pour qu'il paye ses tickets de bus afin de s'offrir une Nintendo 64.

Dante grandit et manque d'opportunités dans sa ville natale malgré la présence des deux clubs formateurs que sont le Vitória et Bahia, son club de cœur. À 16 ans, il se fait une raison et abandonne l'idée de jouer dans son équipe de toujours, de même qu'il se sépare de sa console, pourtant porteuse de tant de victoires, pour se payer un ticket de bus, direction l'État du Paraná où il fait de nombreux tests infructueux. Il atterrit dans l'État de São Paulo, et quand tout semble perdu, se voit offrir un contrat à la Juventude, loin, très loin de sa Bahia natale. La titularisation de Dante contre l'Allemagne n'est rien d'autre que le résumé de son histoire. Celle d'un renard qui rôde patiemment en attendant de transformer le peu d'opportunités qui s'offrent à lui.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Un destin à la F.Leboeuf ?

Même si évidemment, en cas de qualif, je vois mal Scolari ne pas remettre T.Silva dans son onze de départ.
Syr_Odanus Niveau : CFA
Purée, et dire que quand il a débarqué au Standard via Charleroi (où il a fait ses débuts professionnels après un passage dans les écoles de jeunes de Lille), tout le monde se foutait de la poire de Luciano D'Onofrio lorsque celui-ci disait que Dante avait le potentiel pour devenir un futur international.

Que de chemin parcouru par ce grand...latéral gauche.
Car là était bien sa place, avec que l'entraîneur de Gladbach ait eu la brillantissime de le replacer au centre de sa défense.

Un coup dans le mille, il attire les regards du Bayern (où tout le monde - et surtout les anti-Standard- lui prédisait un long chemin de croix entre le banc, la réserve et les tribunes) et le rêve peut se réaliser...

Grande grande Dante !
Syr_Odanus Niveau : CFA
Petit rectificatif: Il avait quand même joué 19 matches avec l'équipe première du LOSC. Et même inscrit un but. Mea culpa.
A l'époque où il jouait au Standard de Liège, la question de sa naturalisation avait été sérieusement envisagée, avec l'idée de le voir évoluer sous le maillot des Diables Rouges dont le niveau à l'époque était vraiment pitoyable. Dans l'émission hebdomadaire sur le foot de la RTBF, un journaliste l'interroge sur cette oportunité. Dante sort son plus beau sourire : "Ca va vous paraître idiot mais j'ai toujours le rêve de jouer un jour pour le Brésil". L'ambition démesurée du joueur provoque un silence gêné dans le studio...
Je me rappellerai toujours son penalty raté contre Liverpool... Joli parcours en tout cas
valeureux liégeois 74 Niveau : National
De loin le joueur le + sympathique qu'il m'ait été donné de rencontrer (avec Dinga, brésilien lui aussi) au Standard. Un mec simple, avec la tête sur les épaules & tjs souriant. Néanmoins, saloperie de 119e min à Anfield!
Dante a une fois pas tout à fait tenu la pression: en finale de la CL en 2013, où il était en deça de son niveau, notamment beaucoup moins calme à la relance... est ce que vu l'enjeu ça peut être la même?



Et je trouve ça marrant que deux défenseurs connaissent le top du top avec le Bayern, alors que rien du début de leur carrière laissé présagé ça, soient passés par Charleroi, puis le Standard : Van Buyten et Dante.
On va voir si en entrant, les allemands vont oublier toute espérance.
FourFourTwo Niveau : Loisir
Dante / David Luiz en charnière ! Voila de quoi rivaliser avec le duo de milieu de terrain Belge Witsel / Fellaini !
Sacré match de Dante pour la demi !
Du purgatoire au paradis à l'enfer devrait être le titre de cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 11