Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // 8 juillet 1998
  2. // France/Croatie

Dans quoi tu traînes, Davor Šuker ?

Le 8 juillet 1998, Davor Šuker avait donné, le temps de quelques secondes, une grosse sueur froide à tous les Français. Dix-sept ans plus tard, sa Croatie a perdu en prestige, tandis que son statut de membre influent de l'UEFA est mis en danger.

Modififié
Nous sommes en février 2011. Davor Šuker prend l'avion, comme bien souvent dans sa vie. On parle là d'un Milan-Londres avec la compagnie British Airways. Tout se passe normalement jusqu'au moment où l'ancien attaquant du Real Madrid s'apprête à décharger ses bagages dans un compartiment spécifique. Stupeur, il trouve quatre pièces de monnaie, remontant... à l'antiquité grecque. Au lieu de se rendre aux douanes et de remettre ces pièces de collection (qui seront plus tard estimées à 25 000 euros, ndlr), Šuker décide de les offrir à sa petite amie du moment. Mauvaise idée. Madame prend la décision de les revendre et, du coup, l'ancien buteur se fait choper par la patrouille des douanes. Il se voit obligé de se justifier devant les tribunaux de Munich et est finalement condamné à verser la somme de 8000 euros pour dommages et intérêts. Il pourrait ne s'agir que d'une anecdote dans la vie post-football du Croate. Mais cette histoire de monnaie est plus que ça. Elle symbolise, quelque part, les comportements douteux d'un joueur qui a toujours flirté avec la ligne du hors-jeu. Dans tous les sens du terme.

Trois frères, 200 matchs touchés


Deux ans avant l'affaire des pièces grecques, Šuker avait déjà été trempé dans une affaire louche. 2009, donc. Le VFL Bochum, pensionnaire de deuxième division allemande, se retrouve embarqué dans une affaire de matchs arrangés. À l'époque, Peter Limacher, spécialiste de la lutte contre les matchs truqués à l'UEFA, parle même du « plus gros scandale qu'il n'y ait jamais eu dans le football européen » . À cet effet, le secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino requiert « les sanctions les plus sévères des juridictions compétentes, qu'elles soient judiciaires ou sportives, contre tout individu, club ou officiel qui serait impliqué dans ces méfaits » . Les investigations amènent finalement les enquêteurs à se tourner vers une organisation frauduleuse conduite par trois frères croates, propriétaires d'un bar de paris sportifs situé en Allemagne, le Café King. Le 19 novembre 2009, Filip, Milan et Ante Sapina sont arrêtés par les autorités sur leur lieu de travail. Dans les jours qui suivent, les chiffres commencent à tomber : environ 200 matchs seraient touchés par une forme de corruption dans neuf pays différents.

L'enquête et les procès ont pris du temps, mais les sanctions ont fini par tomber. De fait, en avril 2014, Ante Sapina est condamné à cinq ans et demi de prison ferme pour avoir manipulé les résultats de 51 rencontres, dont certaines en Ligue des champions et lors des qualifications au Mondial 2010, en versant de l'argent à des joueurs, arbitres et officiels. Le tout pour un bénéfice de 2,4 millions d'euros. L'investigation se poursuit toujours aujourd'hui afin de débusquer tous les coupables, et prend davantage de poids médiatique depuis ces deux dernières semaines. Le rapport avec Davor Šuker ? Il a mis du temps à se dessiner, mais il semble en réalité assez simple, et surtout très direct : la chaîne allemande ARD détiendrait en effet des preuves par le biais de sa cellule d'enquête du département sport que « Davor Šuker aurait servi de prête-nom à Ante Sapina pour placer des paris » . Forcément, ça la fout mal. Surtout lorsque, entre-temps, vous êtes devenu président de la Fédération croate de football.

Condamnation pour complicité ?


En effet, en juillet 2012, le bon Davor est élu à la tête de la Fédération croate. Mieux, encore : en mars 2015, son poids politique s'alourdit grâce à sa nomination au comité exécutif de l'UEFA. Désormais entré dans le cercle fermé des 15 apôtres de Michel Platini, Šuker s'assure une position aisée au sein d'une grande organisation internationale du football. Alors, forcément, ces accusations dans l'affaire des matchs truqués des frères Sapina l'incommodent. L'ex-attaquant rejette évidemment ces accusations. Il « dément fermement avoir jamais été impliqué dans quelque activité visant à influencer le résultat d'un match de football » . Avant d'ajouter : «  La HNS et moi-même sommes attachés à la lutte contre le fléau que représente le truquage de matchs. Je n'ai jamais joué ou agi contre mes principes de fair-play et mon amour pour l'intégrité du sport. »


Si la réponse ne s'est pas fait attendre, l'évolution de l'enquête pourrait, en cas de culpabilité de Šuker, s'avérer déterminante dans sa carrière politico-sportive. Collaboratrice des autorités en charge de l'affaire depuis 2010, l'UEFA est restée intransigeante sur sa méthode de répression, affirmant qu'elle « n'hésiterait pas à sanctionner durement des officiels de l'UEFA en cas de violations des règles éthiques si celles-ci étaient avérées » . De quoi dire logiquement adieu à son poste au sein de l'UEFA, voir son statut de président sérieusement remis en cause à la fédé croate, et potentiellement recevoir une condamnation de la part des tribunaux pour complicité. Et ça, cela ferait certainement beaucoup plus mal qu'un doublé de Lilian Thuram.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur